logo

Thiais Monastère de l’Annonciade Journées des fraternités

Monastère de l’ Annonciade Thiais (94)

38 rue J.F. Marmontel

Accès par le bus TVM, depuis la gare de Choisy le Roi,  arrêt Victor Basch

Le Monastère de l’Annonciade de Thiais (Val de Marne), accueille depuis 1926 une communauté de Sœurs de l’Annonciade. Les Sœurs vivent recluses. Malgré tout les sœurs de l’Annonciade ne vivent pas coupées de tout. « Nous ne sommes pas des béotiennes et nous sommes très au courant des choses de ce monde grâce à Internet et à la télévision », souligne Sœur Marie-Pascale.

Pour subvenir à leurs besoins, elles effectuent divers travaux. Confitures gourmandes faites avec les fruits du verger, eau de vie, miel, dessins, broderies, tissages, écharpes et ponchos multicolores, livres sont vendus sur un site dédié, ainsi que sur le site dédié des produits du Monastère.

Chaque année, aux alentours du 11 novembre, et pour quatre jours, les sœurs font une entorse à leur vie « cloîtrée » et ouvrent les portes de leur monastère pour vendre leurs produits.
Des prestataires privés exposent également au bénéfice du Monastère, et des donateurs privés, souvent des familles aisées et catholiques de la région, déposent des pièces rares : objets en étain, vieil appareil numérique.

* les objets de carterie sont des enluminures réalisées par les Soeurs,  et Soeur Marie du Christ dédicace son livre ” Mère Marie de Saint François d’Assises”.

 C’est dans une ambiance familiale et chaleureuse (famille et amis viennent prêter main forte aux sœurs) que le public peut entrer au Monastère lors de ces journées de la fraternité qui ont lieu tous les ans aux alentours du 11 novembre. C’est une occasion rare de découvrir ce lieu inaccessible et hors du temps.

Sœur Marie Pascale, sœur Marie de la Paix, sœur Marie de Jésus et les 25 autres moniales contemplatives de cet ordre fondé au XVIe accueillent les visiteurs dans leur domaine de 5 ha.
« Le but n’est pas purement commercial, nous sommes aussi là pour écouter et partager un bon moment avec nos hôtes, glisse sœur Marie Pascale, l’une des principales organisatrices de la journée. Nous vivons retirées du monde, mais les activités de ce monde viennent aussi à nous et nous sommes bien obligées de payer par exemple notre taxe d’habitation et d’assurer l’entretien du domaine.», confie la religieuse dans sa robe gris et rouge. Avant, on disait que cette vente permettait de payer la facture de chauffage. Maintenant, compte tenu du prix du pétrole, c’est un peu moins vrai, mais ça reste une part de notre budget non négligeable. »

Ces journées des fraternités permettent aussi aux religieuses, qui refusent le terme de « recluses », de faire des rencontres. « Nous vivons entre nous mais sommes résolument ouvertes vers la société », conclut soeur Marie-Pascale.

La vie de la communauté religieuse dont la vie très réglée est dévouée à la prière et à « l’imitation de la vie de la Vierge Marie » est bouleversée par cette ouverture exceptionnelle.
« Nous décalons l’heure de nos cinq prières quotidiennes, de laudes qui se tient habituellement à 7 heures aux complies de 21 heures », explique sœur Marie Pascale.
L’année dernière, cette manifestation, très courue, a attiré près de 3000 personnes. Les fonds récoltés permettent à la communauté de vivre. 

A 15 km de Paris, dans le quartier paisible de “Grignon”, le Monastère de l’Annonciade est entièrement consacré “à l’imitation des vertus évangéliques de Marie, pour plaire à Dieu”.

Le Monastère est une immense maison de maître aux volets gris, au cœur d’un parc de cinq hectares planté d’arbres centenaires, avec pigeonnier du XVIII e siècle, dépendances, verger. Le silence règne, entrecoupé par l’angélus, l’orgue et les chants qui s’élèvent de la chapelle… parfois aussi par les avions qui viennent atterrir à Orly, tout proche.

Cette propriété fut donnée aux Soeurs en 1946 par La famille Panhard, les industriels automobiles dont les usines étaient implantées dans la région. Dans cet univers paisible et protégé des regards par de hauts murs, la vie des sœurs est une alternance de prières et de temps de travail. Tout autour la ville s’est étendue, renforçant le caractère privilégié de cet oasis de verdure et de sérénité.

L’Annonciade est un ordre monastique, fondé par Sainte Jeanne de France en 1502. L’Ordre est contemplatif (tourné vers la méditation). Les soeurs considèrent l’Office divin comme l’une des principales missions confiées par l’Eglise au monastère et à chacune d’elles.

*La chapelle, et la cour d’entrée  avec la statue de la Vierge.

 Jeanne de France

Jeanne de France (1464-1505)  fut sacrifiée pour raison d’Etat. Elle est la seconde fille de Louis XI et de Charlotte de Savoie. A la naissance de sa fille Jeanne le 23 avril 1464 à Nogent le Roi, le souverain est furieux. Son plus cher désir s’évanouit : avoir un héritier digne de ce nom. Il aura un fils en 1470, Charles VIII.
Jeanne de Valois est affligée d’une maladie osseuse qui la fait claudiquer, elle nuit à l‘image de la Cour, on l‘éloigne. Louis XI éprouve pour elle la plus vive répulsion. Il décide de la marier à son turbulent cousin le duc d’Orléans. Elle n’a que 12 ans.

« L’idée relève de la plus fine politique. le roi escompte ainsi le retour à la couronne de ce duché capétien d’Orléans, ruiné mais dangereusement enclavé dans le domaine royal. Avec un peu de chance, la branche d’Orléans pourrait s’éteindre… Jeanne étant stérile à cause de ses malformations. Le 8 septembre 1476, à Montrichard, en l’absence du roi, la Cour accueille, consternée, le cortège nuptial mené par le duc en larmes. »

Pour Jeanne, ce mariage sera un enfer. Elle est constamment humiliée, Louis d’Orléans la chasse  de la couche conjugale. A la mort de Louis XI, puis celle de Charles VIII, Louis d’Orléans devient Louis XII. Son objectif est de conquérir la Bretagne et la duchesse Anne. Pour cela il fait annuler son mariage le 17 décembre 1498. Le procès est infamant pour la Reine Jeanne. La raison d’État a prévalu.

*L’entrée du Monastère, et de la Chapelle.

 Jeanne connaît une vie de grâce secrète : elle  a reçu l’appel de la Vierge Marie, à l’âge de cinq ans, à fonder un ordre nouveau en son honneur. Jeanne a laissé peu de traces écrites, à peine quelques billets et lettres. En 1499, comme si elle pressentait sa mort toute proche, Jeanne confie son projet à son confesseur, le franciscain réformateur Gabriel-Maria. Il s’agit fonder l’ordre de l’Annonciade : un ordre voué à la Mère de Dieu à partir de la contemplation de ses plaisirs ou vertus, prudence, pureté, humilité, obéissance, foi, louange, pauvreté, patience, charité et compassion.  Ainsi naît, écrite par Gabriel-Maria en 1502, la Règle de l’Annonciade et les ” dix plaisirs et vertus de la Vierge Marie […] au moyen desquels elle s’est rendue très grandement agréable à la Sainte Trinité “.

À une époque où les mortifications corporelles sont de rigueur, l’ordre de l’Annonciade s’attache surtout, sur les conseils de Jeanne de France, à la dilection. C’est-à-dire à l’amour, mais aussi à la diligence, le service mutuel. Celle qui fut princesse, reine, puis religieuse, a été  béatifiée le 18 juin 1742 par Benoît XIV et canonisée le 28 mai 1950 par le pape Pie XII.  

Les 28 moniales de Thiais (Paris)  ont préparé une nouvelle fondation à Lichen en Pologne, à la demande de l’évêque. Le nouveau monastère a été inauguré le 22 août 2010. Il y a cinq autres monastères en France, et un en Belgique. Chaque monastère, selon ses besoins et ses disponibilités, s’ouvre à divers services : accueil, cathéchèse, secrétariat, artisanat…

Sources : www.lavie.fr/  Le Parisien, et sur site

http://annonciade.pagesperso-orange.fr/thiais.htm

Un grand merci aux soeurs pour leur disponibilité, leur accueil, en particulier Soeur Marie-Pascale et Soeur Marie du Christ.

 

26 commentaires pour “Thiais Monastère de l’Annonciade Journées des fraternités”

  1. Salut soeur Francine ! C’est chouette ce qu’elles font. Dommage, je ne savais pas. Je te fais quelques photos pour lundi pour ta communauté. Mmais non pas celle des soeurs de Thiais mais celle de ta flânerie à Paris. Bonne soirée. Bisous. Yves

  2. Bonsoir Francine, De bons sablés au beurre… sourire, as tu fais des emplettes? Hier j’ai passé mon scanner près de ton travail, j’ai pensé à toi. Bonne soirée Bisous de nous deux Christine

  3. bonjour trés interessant il y a une abbaye pas loin de chez moi ( specialisée dans la fabrication de la cire )  elle vend aussi  tous les produits des  monasteres ,couvents de france et c’est de la bonne qualité bon dimanche bises  

  4. bonsoir Francine – un endroit en effet où il doit faire bon faire une pause … malgré le bruit des avions !!!! les soeurs ont l’air sympa et souriant et leur robe rouge me parait étonnante !!!!!! pour moi jusqu’àlors, les soeurs, c’était en beige, blanc ou noir … bon lundi et gros b isous

  5. Coucou Francine, cela me rappelle les kermesses organisées par l’école privée religieuse où mes filles Valérie et Isabelle ont fait leurs études. Les mêmes stands de bibelots, de chandails faits à la main, les pots de confitures. La seule différence c’est que le personnel de l’encadrement ainsi que la directrice étaient habillées en civil. J’essayais de me rendre utile en tenant un stand et les échanges avec les autres parents ont toujours été très instructifs. J’attends toujours un rayon de soleil pour aller faire mes photos dans mon quartier mais la météo fait encore grise mine et j’ai bien peur que cela continue encore quelques jours. A+

  6. bonjour la réligion ce nèst pas mon truc… ( je les respecte toutes ) mais j’aime bien visiter ce genre d’édifice les soeurs on un habit moins triste que dans d’autres couvents bonne semaine

  7. j’ai toujours du mal a percevoir le rôle des batiment, eglises, chapelle, cathédrale, monastère, prieuré , cloitre, abbaye, etc etc..un jour je chercherai chaque terme pour voir excactement! belle journée pour toi en espérant que vous avez un peu de soleil!

  8. Bonjour francine, beau billet ,
    mais triste et injuste pour cette Jeanne de France qui n’avait rien demandé !!
    Le froid s’intensifie, et la neige annoncée.
    belle journéeclic toujours

  9. Bravo pour ton classement chez Hornet. J’avais trouvé ta photo très belle, mais presque “trop”, c’est pourquoi mon choix était allé ailleurs, il y en avait tant de magnifiques!!!

    Bonne semaine A+

  10. Un lieu où respire la sérénité. Je n’en avais jamais entendu parler. C’est toujours un plaisir de venir lire tes articles, qui nous emmène vers tellement d’horizons. MERCI pour toute cette recherche et le plaisir de nous en faire profiter. BISOUS
    En ce qui concerne les sculptures de l’invitée d’honneur à AVRILLE, je suis d’accord avec toi et j’ai trouvé dommage que le corps de la sculpture ne soit pas en harmonie avec la finesse des visages. Le buste de ma préférée (blanche) est tellement raffiné ; la tête est tellement fine et adorable !!! mais c’est sa façon de s’exprimer que je respecte, en ayant la même réaction que toi et encore en voyant les pièces c’est encore plus criant !!! bisous

  11. Je connais le théatre Panhard, je passe devant quand je vais à l’Hay. Mais ce monastère, je ne le connais pas. Comment trouves tu mes photos pour ta communauté ? Bonne soirée. Bises. Yves

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à ma newsletter afin de vous tenir au courant des derniers articles publiés !