logo

Synagogue de la rue Pavée Paris

Synagogue de la rue Pavée
10 rue Pavée Paris 4

Une synagogue rare Art nouveau
Encastée ente deux immeubles, et en retrait de la rue, la synagogue de la rue Pavée passe presque inaperçue.
C’est le dernier édifice religieux construit dans le Marais, et le seul monument Art nouveau de ce quartier. Cette synagogue est donc une curiosité. C’est d’autant plus une curiosité qu’ Hector Guimard, célèbre pour ses stations de métro, en est l’auteur.
Sa haute façade ondulante en pierres creuses  blanches tranche avec les immeubles voisins. La construction est en pierres agglomérées creuses sur armature en béton armé.
“L’harmonie entre la rigueur d’une construction en béton armé, le dépouillement de l’ornemantation et l’élégance des courbes et des contre-courbes de la façade est totale”.
Hector Guimard a également dessiné le mobilier, luminaires, chandeliers, appliques et bancs,  mais aussi le décor végétal stylisé, et les garde-corps en fonte.

 

La synagogue de larue Pavée représente le dernier symbole institutionnel et architectural de l’oimplantation migrante. “Ainsi, lorsque le samedi matin, jour du shabbat, les Juifs en costume
traditionnel avec papillotes et kippa s’y engoufrent discrètement pour assister à la lecture rituelle de la Torah, on se croirait revenu en plein coeur du Pletzl* au début du siècle dernier”.
En 1913, l’association russo-polonaise Agoudas Hakehilos décida de la construction d’une nouvelle synagogue, pour répondre à l’arrivée à Paris des juifs ashkénazes en provenance d’Europe centrale, réfugiés depuis la fin du XIXème siècle.
Une parcelle étroite de la rue Pavée est choisie, le projet confié à Hector Guimard. L’allaince entre le maître parisien  de l’Art nouveau et les juifs russes orthodoxes peut paraître surprenant. Il faut au contraire emblématique de l’affirmation d’une culture yiddish spécifiquement française.
La synagogue ne coûta pas un centime à la communauté parisienne et fut inaugurée le 7 juin 1914. Aucun représentant des autorités officielles du judaïsme français ne se déplaça, préférant ignorer une initiative immigrante qu’elles n’ont pas pu empêcher ni investir. La synagogue de la rue Pavée a été classée le 4 juillet 1989 avec tous ses éléments liturgiques.
*Petzl : mot yiddish pour “petite place”, en opposition à la frande place, celle des Vosges. Il s’agissait sans doute de la place des Hospitalières Saint Gervais ou de celle de l’actuel métro Saint Paul. Le Petzl en est vite devenu à désigner un quartier réduit symboliquemlent à la rue des Rosiers.
sources : Paris méconnu, éditions Jonglez 

 

17 commentaires pour “Synagogue de la rue Pavée Paris”

  1. bonsoir Francine, en effet la façade n’est pas habituelle…es-tu entrée ??

    par contre j’ai visité ce matin le mémorial de la Marseillaise, à Marseille, à ne pas manquer si tu reviens

    bisous

  2. Bonjour Francine, beau bâtiment en effet. Je pense que le soleil brille sur Paris, par contre ici il a été très timide, mais c’est déjà mieux. Bonne soirée et gros bisous ma douce

  3. Tout un symbole, aujourd’hui! La liberté de culte, la politique, surtout ne pas mélanger les genres et avoir du respect pour tous!

    Merci pour ton article.

    Bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à ma newsletter afin de vous tenir au courant des derniers articles publiés !