logo

Salon de l’agriculture Paris 2013 Lorenzo bélier Mérinos de Rambouillet

Salon de l’Agriculture 2013 : 50ème anniversaire

 Lorenzo, mâle de 4 ans, bélier de race Mérinos de Rambouillet représente les ovins.
Issu de la Bergerie Nationale de Rambouillet, Lorenzo produit l’équivalent de 9 000 km de fibre chaque année ! Comme les autres ovins, mange l’équivalent de 3,5 litres de foin et boit 3 à 4 litres d’eau par  jour.

Lorenzo est couvert d’un manteau pour préserver sa laine.

Portrait de Lorenzo, mascotte des ovins

 Lorenzo, 80 kgs environ, est un bélier de 4 ans de la race Mérinos de Rambouillet, à ce titre il est  un emblème national. La race mérinos se caractérise par ses cornes torsadée, ainsi que par la qualité de la laine dont la finesse est mondialement reconnue. Sa toison, composée de 5 000  brins de laine par cm2, est  très recherchée, son  le poids peut atteindre 8 kg. Le mérinos a une peau très  plissée, ce qui  permet d’augmenter la surface porteuse de la laine, mais ne facilite pas le travail du tondeur !
Lorenzon, n’est pas n’importe qui…  A lui seul il incarne l’histoire. Avec lui le  temps s’est arrêté : sa race,  les Mérinos de Rambouillet, était identique il y a 230 ans. C’est ce qui le rend  unique.

“Ses ancêtres sont arrivés d’Espagne en 1786, après 4 mois de marche avec leurs bergers, pour améliorer la qualité  lainière des troupeaux français. Le roi d’Espagne avait répondu favorablement à la demande  de Louis XVI  :  il lui a cédé un troupeau des plus jolis spécimens de cette race spécialisée pour sa  production de laine –production supérieure de près de 30%- à celle des autres races ovines.

Lorenzo Mérinos de Rambouillet
Depuis, ce troupeau est géré à la Bergerie Nationale de Rambouillet en  consanguinité raisonnée, interdisant l’apport de sang extérieur. Les mérinos n’ont pas connu d’évolutions depuis 1786, c’est une spécificité unique au monde. “Ses caractères  génétiques sont préservés en l’état et ressemblent en tous points à ceux de ses aïeux , quand Louis XVI leur a fait  traverser le pays en provenance de la péninsule ibérique”.

Un héritage royal
En 1785, Louis XVI crée une ferme expérimentale à Rambouillet afin d’y mener des expériences agronomiques  et tester l’acclimatation d’espèces animales et végétales. Grâce à l’arrivée des moutons Mérinos en 1786, l’industrie textile française ne dépendra plus du monopole espagnol. Car à l’époque tous les habits chauds étaient fabriqués à partir de cet «or blanc». Le dessein était économique et  stratégique. Le dessein de Louis XVI était de s’affranchir des importations et d’accéder à l’autonomie de  production.

Lorenzo Mérinos de Rambouillet
Encore aujourd’hui encore, la Bergerie nationale conserve la race Mérinos de Rambouillet, mais a aussi pour mission de sensibiliser au développement durable au sein de la ferme pédagogique. Celle-ci qui accueille près de 100 000  visiteurs par an. La Bergerie Nationale forme aussi aux métiers du cheval, de la santé animale, de  l’agriculture et de l’agro-alimentaire.

Un sacré caractère!
“Des claquements sourds ; des grandes cornes “spiralées” à section triangulaires si caractéristiques s’affrontent…  Lorenzo avec la vingtaine de béliers mérinos de la Bergerie Nationale à Rambouillet, est un faux calme. Les  abreuvoirs pourtant en fonte en voient de toutes les couleurs. Les reproducteurs s’évaluent en faisant jouer leurs  muscles de temps à autre. Ils se regroupent, se poussent”.

Lorenzo Mérinos de Rambouillet
Lorenzo : un capital génétique sans pareil
Ce n’est pas facile de maintenir l’immuabilité de la race. « Il faut veiller à éviter la consanguinité et éliminer les  sujets dont les caractéristiques conduiraient à l’altération du standard. C’est d’autant plus difficile quand  l’apport de « sang neuf » est par définition exclu souligne Gaetan Audoin, berger à Rambouillet.

Pas facile et  coûteux. « Au lieu de prévoir un mâle pour 50 brebis, les lots sont plus nombreux et plus petits, au maximum 10  brebis ». La recherche de stabilité de la race porte également en  elle d’autres inconvénients. Moins autonome au  moment des naissances, moins de lait que d’autres races, un instinct maternel moins développé…

Aujourd’hui un seul élevage de Mérinos existe, c’est celui de la bergerie royale de Rambouillet.

Un amour de Mérinos !
Pas question d’abîmer sa laine si précieuse, Lorenzo ne se montre désormais jamais au public sans son manteau. Les  flashes ne le font pas sursauter, il garde une posture très princière.  

35 commentaires pour “Salon de l’agriculture Paris 2013 Lorenzo bélier Mérinos de Rambouillet”

  1. bonjour francine
    merci de ta visite
    ( en effet encore un peu malade je ne pouvais pas rester trés longtemps sur l ordi ( fatigue )
    j ai un peu délaissé le blog ecklat ) comme je ne suis pas sortie depuis plus de 10 jours je n ai plus beaucoup de photos et manque d inspiration )
    mais j espére que cette semaine tout vat rentrer dans l’ ordre avec le temps qui est meilleur )
    superbe tes photos du bélier
    j ignorais que le bergerie royale existait
    merci pour ce bel article
    bon lundi pour toi
    bises
    kénavo

  2. ils doivent valoir de l’or ces Mérinos !! pure race depuis 1789 ben dit donc …
    Je l’ai vu aux actus ce bélier et j’ai été étonnée de sa couverture ?
    J’ai Partagé comme d’habitude

  3. c’est un superbe bélier “lorenzo”,il réagit comme un chien
    j’aurai bien aimé y assister au salon de l’agriculture
    Je te souhaite de passer une bonne fin de journée
    gros bisous

  4. coucou Francine
    alors tu nous dessine des moutons …..je reviendrais lire car là j’suis un peu prise par le temps pas moyen de laisser des coms tout à l’heure Bisous

  5. Bonsoir Francine,

    Merçi pour ce superbe article ‘une mine d’information sur cet animal lorenzo ‘ une pépite royale.

    Bonne soirée
    amitiés

  6. Et dire que j’ai mangé de la viande de cheval pendant des années,quand j’ai connu mon mari ,son médecin lui avait prescrit à l’époque …plus aujourd’hui ou très peu!!!Je n’aime pas la viande …
    Très intéressant ton article!Bisous Francine @bientôt sur un autre article!

  7. Nous voici arrivés au salon de l’Agriculture avec la première partie (je suppose) d’un reportage passionnant. Une bonne invite pour ceux qui ne connaissent pas encore la Bergerie Royale de Rambouillet. Une visite appréciée par petits et grands.
    Merci Francine pour cette visite du salon.
    Bises

  8. il y a quand même de drôles de bestioles….mais elles doivent quand même aspirer à rentrer au bercail, pour retrouver un peu de calme..Quel beau soleil, je vais faire un tour au parc avec mon ami Patrick….Bisous

  9. Amusant de le voir avec ce manteau…pas très élégant! Merci, je sens que je vais apprendre encore beaucoup de choses cette semaine, n’ayant pas eu la chance de venir au salon de l’agriculture.
    Bonne journée, gros bisous de Mireille du sablon

  10. je me disais tiens elle n’en a pas encore parlé cette année ! ces béliers ont des cornes magnifiques mais je n’aimerais pas m’y frotter !! bonne semaine bises Cathline

  11. Coucou Francine, Un bel article sur cette race d’ovin et ses origines. Petite interrogation tout de même, ce salon de l’agriculture est-il vraiment un bienfait pour ces animaux déplacés pour 8 jours, stressés par le bruit, les visiteurs, la pertes des repères, la chaleur ?????. Bises et bon lundi

  12. Bonjour Francine,
    Un excellent reportage sur un sujet bien passionnant! Je découvre cela avec plaisir étant donné que nous avons ici sur la commune la haute école provinciale de l’agronomie et sylviculture qui comporte aussi des branches axées sur l’élevage et les métiers du cheval.
    Amitiés, Frans
    P.S.: je n’oublie pas la petite surprise demain 😉

  13. bonsoir Francine .. c’est vrai qu’il est altier Lorenzo et je le trouve vraiment beau …. je suis étonnée par la quantité d’eau bue chaque jour ….
    merci pour ton com … quand tu vois la taille de certaines hotesses de nos jours tu te dis que le redcrutement est moins sévère mainteant .. que veux-tu, ma belle, nous sommes nés trop tôt !! sniff!
    bisous et bonne soirée

  14. il est bien beau LORENZO – merci pour ces explications – bon lundi fleuri – enfin sous un beau soleil – mais bien froid encore – bises

  15. Bonsoir Francine , as -tu pu te servir en laine …elle doit être bien douce , je n’en ai jamais eu entre les mains …tu as pu le caresser , une petite fortune cet amour de Mérinos…bonne soirée , bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à ma newsletter afin de vous tenir au courant des derniers articles publiés !