logo

Saint Germain des Prés

Balade à Saint-Germain-des-Prés
C’est un petit village sur la rive gauche, où se mêlent culture et patrimoine, célèbre pour ses intellectuels, ses belles boutiques, ses monuments historiques…

Eglise de Saint Germain des Prés
Cette abbaye, créée en 543 par Childebert, fils de Clovis, est la plus ancienne de Paris et a été témoin de nombreux événements de l’histoire de la ville comme la prise par les vikings – pendant laquelle elle fut incendiée. Bien avant Saint-Denis, elle faisait office de nécropole royale sous l’ère mérovingienne. En 1631, l’abbaye bénédictine, adopte la règle de Saint Maur (congrégation de moines bénédictins français fondée en 1618, connue pour le haut niveau de son érudition); elle devient un centre fécond de recherches historiques grâce à ses érudits tel Dom Mabillon. L’abbaye est supprimée en 1790.

Le buste de Mabillon
L’Eglise Saint-Germain des Prés contient deux bustes de Mabillon : un, à l’intérieur sur la partie droite du déambulatoire. L’autre, à l’extérieur, dans une niche située à droite de la porte principale.

Mabillon
Jean Mabillon est un religieux et un historien français, né le 23 novembre 1632 à Saint-Pierremont, dans les Ardennes, et mort le 27 décembre 1707 à Saint-Germain-des-Prés. Moine bénédictin de la congrégation réformée de Saint-Maur, cet intellectuel a exercé un rôle déterminant dans la transmission des savoirs au XVIIe siècle. Il a introduit pour la première fois un « discours de la méthode » sur l’analyse des documents, qui fait ensuite référence pour les historiens et les chartistes. Il est à ce titre connu comme le fondateur de la diplomatique, cette science nouvelle définissant les règles pour établir la date, la provenance, la nature, l’authenticité et les versions successives d’un document écrit. De même, la publication de son ouvrage De Re Diplomatica a été considérée a posteriori par l’historien Marc Bloch comme « une grande date en vérité dans l’histoire de l’esprit humain ». Son esprit critique et rigoureux se retrouve également dans ses éditions des œuvres des Pères de l’Église et des grands théologiens. Les travaux de Jean Mabillon dans ce domaine ont donné un nouvel élan à l’étude des premiers textes chrétiens et de la patristique. Enfin, ce voyageur et épistolier a entretenu un réseau de contacts dans la République des Lettres européennes, notamment en Flandre, en Bourgogne, en Lorraine, en Champagne, en Suisse, en Allemagne et en Italie. Sa vie est marquée par son caractère, fait à la fois de sérénité et de ténacité dans l’analyse et l’argumentation, et par sa capacité à associer sa vocation intellectuelle et scientifique à sa vocation religieuse. Paristoric

Une station de métro porte son nom.

Brasserie Lipp
Une institution à Paris 151, boulevard Saint-Germain
La brasserie est fréquentée par de nombreuses personnalités (politiques, artistiques, etc.), par exemple les écrivains Jacques Laurent et Jean Dutourd, les comédiens Michèle Morgan, Jean-Paul Belmondo et Elizabeth Taylor, le chanteur Claude Nougaro, le mannequin Kate Moss, les présidents François Mitterrand et Bill Clinton, l’ancienne impératrice Farah Pahlavi, ou encore Roberto Benzi, chef d’orchestre qui y célébrait ses grands succès. Encore aujourd’hui les membres des familles d’anciens président y ont leurs habitude, tout comme Bruno Lemaire !

Les deux Magots
6, place Saint-Germain-des-Prés

Deux magots, c’est-à-dire deux figurines chinoises, ornaient autrefois l’enseigne d’un magasin de nouveautés qui, de 1873 à 1885, vendit de la lingerie en soie à l’emplacement du café actuel. Ces deux figurines chinoises ont été conservées et ornent encore aujourd’hui les murs du café des Deux Magots dans la salle intérieure. Du haut du pilier central, elles veillent toujours sur la clientèle.

De nombreux écrivains tels que Paul Verlaine, Arthur Rimbaud ou Stéphane Mallarmé prennent alors l’habitude de s’y rencontrer. Le café commence ainsi à jouer un rôle important dans la vie culturelle parisienne. Le café des Deux Magots est par la suite fréquenté par de nombreux artistes, parmi lesquels Elsa Triolet, André Gide, Jean Giraudoux, Pablo Picasso et Dora Maar (qui s’y rencontrent en 1935), Fernand Léger, Jacques Prévert, Ernest Hemingway, Raymond Queneau et le couple Sartre-Beauvoir.

Café de Flore
172, boulevard Saint-Germain, illustre café-restaurant
Les écrivains Joris-Karl Huysmans et Remy de Gourmont font partie de ses premiers habitués. Vers 1913, un voisin, Guillaume Apollinaire, investit les lieux. Il transforme le rez-de-chaussée en salle de rédaction avec son ami André Salmon. Plus tard, la revue Les Soirées de Paris y est créée. Apollinaire y a ses habitudes, à tel point qu’il y donne rendez-vous à heures fixes. En 1917, la terrasse du Flore le voit en grande discussion avec André Breton et Louis Aragon : le mot « surréaliste » est alors inventé, avec le mouvement intellectuel, littéraire et artistique dadaïste.

Dans les années 1930, le Café de Flore est le lieu de prédilection de toute une famille d’auteurs, tout le Paris littéraire s’y rassemble : Georges Bataille, Robert Desnos, Léon-Paul Fargue, Raymond Queneau, Michel Leiris, André Derain, les frères Diego et Alberto Giacometti, Ossip Zadkine ou encore Pablo Picasso y viennent aussi. Il y règne alors une atmosphère particulière. Le monde du cinéma n’y est pas non plus indifférent. Le réalisateur Marcel Carné y croise l’acteur Serge Reggiani. Le metteur en scène Jean-Louis Barrault débarque souvent avec sa troupe après les représentations.

Cour du Commerce Saint André, une halte pour l’élite intellectuelle
Cette cour charmante a été un refuge pour les penseurs et… les révolutionnaires.

C’est ici que se retrouvaient les grands penseurs des Lumières, plus particulièrement au Procope, dont la porte arrière donne sur la cour. Ce café, le plus vieux de Paris, a ouvert ses portes en 1686 et a vu passer du beau monde : Voltaire, Rousseau, Diderot et Montesquieu y avaient leurs habitudes.

Ce sont ensuite les hommes de la Révolution qui en font leur QG : Danton, Marat ou encore Robespierre s’y attablaient régulièrement. Danton vivait d’ailleurs dans le passage, au numéro 20, qui n’esiste plus, amputé par les travaux de construction du boulevard Saint-Germain. Mais une statue à son effigie a été installée à l’endroit où se trouvait son domicile, désormais sur le boulevard..

Sculpture de Danton, 97 Bd Saint-Germain

Un peu plus loin dans le passage, c’est à une autre pointure de la Révolution que l’on avait affaire. Marat y avait installé l’imprimerie de son journal politique L’ami du Peuple. Une cloche, encore visible au-dessus de la toiture du café, était sonnée afin de faire savoir que le journal était prêt. On imagine donc très bien le fort pouvoir contestataire qui se dégageait de cette petite cour du 6e arrondissement…

Un autre illustre habitant de la Cour du Commerce Saint André :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Square Félix Desruelles
Niché au pied de l’Église Saint-Germain, c’est un petit coin de verdure d’à peine 1 500 m². Il abrite l’un des plus beaux vestiges de l’Exposition universelle de 1900 à Paris : un sublime portique monumental typique du mouvement Art nouveau.

Pavillon des manufactures françaises, un vestige provenant de l’Exposition Universelle 1900
14 avril 1900. La cinquième exposition universelle parisienne ouvre ses portes à des millions de visiteurs. Parmi les dizaines d’édifices créés spécialement pour l’événement, se trouve le Pavillon des manufactures françaises. Cet immense palais en stuc construit sur l’Esplanade des Invalides a pour objectif de montrer au monde la qualité des ouvrages d’art et productions manufacturées françaises en cette période de convergence entre l’industrie et l’artisanat. Le succès est unanime et immédiat pour les productions des ateliers de céramique de la Manufacture de Sèvres. Audace et savoir-faire sont les maîtres-mots de ces oeuvres réalisées à l’Ouest de la capitale.

Réalisé par l’architecte Charles Risler et le sculpteur Jules Coutan et façonné dans les ateliers de la Manufactures de Sèvres, il est le seul vestige restant du palais. Devenu propriété de la Ville de Paris en 1901, il est installé sur le mur mitoyen au square en 1905.

Square Félix Desruelles, statue de Bernard Palissy

Bernard Palissy, probablement né à Saint-Avit (hameau de Lacapelle-Biron) vers 1510 et mort à Paris, à la Bastille en 1589 ou 1590, est un potier, émailleur, peintre, artisan verrier, écrivain et savant français1. Il appartient à l’École française de la Renaissance.

Square Félix Desruelles, la fontaine pastorale

Sculpture de Diderot, 143 bd Saint Germain

Il n’y a plus d’après à Saint-Germain-des-Prés
Plus d’après-demain, plus d’après-midi
Il n’y a qu’aujourd’hui quand je te reverrai
À Saint-Germain-des-Prés
Ce n’sera plus toi, ce n’sera plus moi
Il n’y a plus d’autrefois

Guy Béart

61 commentaires pour “Saint Germain des Prés”

  1. bonjour
    pas de souci Francine
    j’avais bien compris..le hasard des événements et comme je te dis je programme à l’avance car j’ai pas mal d’articles prêts et je n’ai pas toujours le temps de passer sur le net, ainsi c’est fait, même lorsque je pars pour 3 mois je programme tout !!
    bisous

  2. Bonsoir
    Un quartier typhique de Paris avec ses bars et ses brasseries réputés, merci pour la visite et les explications, belles photos . Bonne soirée bises

  3. Bonjour Francine, c’est vrai qu’il ne fait pas trop chaud surtout ici dans l’est.
    Nous rentrons demain reprendre les us et coutumes.
    Je te souhaite une bonne journée.
    Bisous

  4. Bonjour Francine
    Un quartier chic renommé qui a vu passer du beau monde !
    Merci pour le partage de tes belles photos et tes explications
    Bisous, bon dimanche
    (peu présente cette semaine, j’avais Lenny)

  5. Bonjour Francine, merci de ton passage. Ici nous avons un super soleil mais dommage car nous avons un un repas en famille.
    Je te souhaite un bon dimanche.
    Bisous.

  6. Bonjour Francine merci de ton commentaire avec lequel je suis bien d’accord en bref ça craint pour tout le monde , je me demande ce que ça va faire cette histoire, espérons qu’il n’y aura pas d’escalade et que l’on ne va pas vers pire.
    Très bel article sur le quartier de St Germain des Prés que je connais très bien pour y avoir passer des très bons moments et des nuits folles lol,
    C’était la bonne époque çi je puis dire,maintenant tout y est très chère comme partout, tes photos sont remarquables et bien détaillées sur les divers endroit de ce que l’on peu y voire.
    Merci du partage je te souhaite une bonne fin de journée et un très bon weekend , bisous .

    • moi c’est à Montparnasse que je trainais ! ce n’est pas très loin d’ailleurs; tu as connu le restaurant Roger La Frite ? il y avait aussi un café avec des petits juke box privés, qu’est ce que j’ai pu y aller, en bonne compagnie évidemment !! je ne sais pas si ce café existe encore, et avec ses petits juke box, j’irai voir ; Roger La Frite c’est fini c’était bien, que des frites, avec divers accompagnements de viande, décor rouge, bon et pas cher 😉

  7. un petit coucou mon amie en cette fin de semaine, il fait un soleil magnifique sur notre Gironde , cela fait du bien je te souhaite un très bon Vendredi, bises

  8. St Germain des Prés me fait penser à la chanson de Guy Béart.. Francine

    une belle balade dans ce quartier mythique de la Ville

    merci pour cette belle publication intéressante

    bonne journée

  9. Bonjour Francine
    Quel merveilleux quartier j’aime beaucoup et tes photos nous donnent un très bel aperçu des cafés , statues et ambiance qui y règne .
    Bises

  10. coucou Francine
    Dès le début dans ma tête il y avait la chanson de Guy Béart qui me plaît tant !
    Je t’applaudis très fort pour toutes tes photos et les anecdotes qui vont avec ! J’ai adoré voir toutes tes photos, et je me dis encore plus que Paris est la plus belle ville du monde !
    Grâce à toi on peut s’y promener et rêver !
    Il y a de nombreuses années nous étions allés à Paris et nous avions pris un petit déjeuner au café de Flore… mon porte monnaie s’en souvient encore ;-)))
    Bisous
    Am

    • oui mais c’est le café de Flore !! moi c’est le prix d’un café expresso au bistrot au pied de la tour Montparnasse dont mon porte-monnaie se souvient ! à l’poque c’était en francs

  11. Bonjour Francine, quel plaisir de voir ce superbe quartier grâce à tes merveilleuses photos. Tout est magnifique et rempli d’histoires. Les restaurants sont très accueillants.
    Merci pour tout.
    Gros bisous et agréable week-end

  12. Bonjour Francine, en effet le ciel est bleu ce matin, mais bon nous ce sera courses
    car nous nous absentons quelques jours.
    Par contre mon blog continu.
    Je te souhaite une belle journée.
    Bisous.

  13. Bonsoir Francine
    C’est dommage que les statues soient coiffées par les fientes de pigeons !
    Ceci dit ça ne retire rien au charme de saint Germain des Près, ton article est magnifique. J’ai déjà eu l’occasion de m’y rendre mais je me suis baladé c’est tout. Il faut que j’y retourne pour découvrir plus en détails.
    Je te souhaite une douce soirée
    Bisous
    @lain

    • je te remercie; très beau quartier en effet, avec une foule de choses à voir; si tu ne copnnais pas, je te conseille d’aller déjeuner au Procope, on y mange très bien

  14. Magnifique leçon d’Histoire ! Saint-Germain des Prés me chantait à l’oreille et j’en ai souvent entendu parler en fréquentant certains des auteurs qui avaient, comme tu dis, leurs habitudes dans l’un ou l’autre bistrots de ce “village”. Merci de tous ces détails qui ont enrichi l’idée que je m’en faisais. Bises et à plus. Florentin

  15. coucou mon amie c’est beau Saint Germain c’est l’endroit ou vivait Juliette Greco,il fait un soleil magnifique aujourd’hui j’espère que sa vas durer ,je te souhaite un très bon Mercredi, bises

  16. Des brasseries et restos fort connus voilà un endroit qu’il me plairait de visiter et pas que pour manger.
    Bonne journée Francine, à bientôt et merci pour la visite du jour !

  17. Bonjour Francine, merci pour cette belle série de photos sur ce quartier.
    Il y a même ne chanson qui a été faite sur ce quartier.
    Je découvre une partie de cette capitale.
    Je te souhaite une belle journée.
    Bisous.

  18. Une série d’images, une revue de lieux divers chargés d’histoires plus intéressantes les unes que les autres.
    On apprend beaucoup en venant chez toi… on révise aussi sur des sujets qu’on avait quelques peu oubliés.
    Merci Francine pour cette série très pédagogique, une fois de plus.
    Bonne journée.

  19. Une très agréable promenade en ta compagnie dans un quartier oh combien historique…. J’ignorais totalement l’origine des deux magots!!!!
    Bises

  20. Bonjour Francine, un bien joli village où il fait bon s’y attarder, de prendre un café dans un de ces charmants bistrots ou sur les terrasses qui ont vu tant de personnalités s’y arrêter. Merci Francine, c’est agréable par tes belles photos de découvrir pour moi Saint Germain des Prés et justement en le regardant je fredonnais la chanson de Guy Béart, merci, Bises, fanfan

  21. Kikou Francine,
    Ouah, quelle balade dans ce quartier.
    Ces cafés-brasserie en ont vu passer de grands personnages.
    Beau passage, square, monuments et statues.
    Un beau quartier, encore.
    Bisous Aimée

  22. Coucou. Voilà des lieux que je connais très bien. Combien de verres ai-je pris au café de Flore? Par contre, ma chère, si tu as deux magots, j’aimerais bien que tu m’en donnes au moins un! 🙂 Bises alpines.

  23. Un quartier que j’ai découvert en septembre. Je ne suis pas entrée dans les 3 fameux cafés et pas vu les figurines chinoises. Tu as eu de la chance de photographier le procope; le jour ou j’y étais il y avait tellement de monde en terrasse que je n’ai pas pu faire une seule photo. Mais j’ai pu photographier la fameuse cloche.Il faudra que j’y retourne un matin de bonne heure. Merci de me rappeler de beaux souvenirs de balade. Bises

  24. Bonjour Francine,
    Je ne sais quand je reverais ce quartier que j’aimais bien, l’histoire est présente partout, et puis pour moi, les premiers émois, bref j’aime encore ces lieux chargés par le poids de l’histoire. Il y a face à l’église St Germain un centre de formation réserver aux cadres, je ne suis pas sur qu’il existe toujours, qui possède une bibliothèque extraordinaire, dans les bas de cette dernière, j’y ai trouver des réflexion écrites de sa main : Général Bujeau, sur la création de l’Algérie en 1830, il y a plusieurs volumes .

    Merci, je t’embrasse fort !

  25. Bbonjour
    merci pour ce reportage et surtout les photos
    voila ou je suis allez la derniere fois que je suis montée à PARIS
    ( nous n’ avions pas pris le métro car je suis malade là dedans rires )
    alors marche à pieds dans les rues et même je suis entrée dans l ‘éblise, et déjeuné pas loin du café de Flore ; me rappelle plus ou …
    je n ‘ai pas vu la moitié de ce que tu nous montres , toujours plein de choses à faire quand on vient à PARIS

    merci pour toutes les photos et explications
    kénavo Francine

  26. Bonjour Francine
    c est vraiment Magnifique ce que tu as poster des Photographies à regarder Splendides ce qu ils y à dessus vraiment je connais car ma Fille qui travaillait sur Paris connaissais bien et plusieurs fois m emmenait et franchement un lieu de rêve d Histoire de beaux coins sincèrement Mercià toi Francine et ces détails ces Sculptures Majecteux etc.un article qui nous apprend quedes belles choses avec ces commenaits sous chaque Photos merci encore de bons souvenirs pour moi des bisousde ce Mardi DANNN

  27. Bonjour ,un beau quartier ,j’aime particulièrement le square Felix Desruelles,j’aime ce bleu turquoise,les statues ,sculptures,j’ai apprécié.douce journée,bises.

  28. Bonjour d’Angers,
    Oui ! Mais ! Ce clocher n’est pas celui de l’église de St Germain des Prés et l’église est elle-même est recouverte d’ardoises !
    J’adore la fontaine pastorale …
    Magnifique reportage bien documenté comme d’habitude !
    Bonne journée … Amicalement … Claude
    ~
    Mon blog : http://www.les-mauges.fr

  29. On a pu constater l’ érudition de bien des moines, de bien des jésuites, et en te lisant je me suis dit qu’un certain président aurait dû lire Mabillon !
    Ce petit village aura vu passer bien des personnages connus, dont certains ont laissé leur statue !
    Les écrivains et les révolutionnaires aimaient se retrouver dans des cafés, qui du coup ont gardé un certain prestige.
    J’ aime bien le portique ” Sèvres ” aussi !
    Merci pour tes superbes photos, passe une bonne journée
    bisous

  30. Bonjour Francine, quel belle balade dans ce magnifique quartier, vraiment un grand merci, tes photos me permettent de voir des détails qui m’échapperaient si je me baladais “en vrai” bisous bon mardi MTH

  31. J’adore ce quartier où j’allais souvent, ma marraine aujourd’hui décédée habitant un hôtel particulière au 211 Bd Saint-Germain. Son fils y habite encore je crois. J’ai souvent traîné dans ces cafés espérant y croiser quelques célébrités. J’y ai vu Reggiani et une autre fois Simone Signoret accompagnée de Montand.
    J’apprécie beaucoup ta série pour tous les souvenirs qu’elle évoque en moi. Merci pour les cafés, les statues et le portique absolument splendide que j’ai photographié je crois. Bisous

  32. Quel bel article sur l’un des plus célèbres quartiers de la Capitale.
    Lors de mes déplacements j’allais souvent dans cet endroit, animé et chargé d’histoire.Il y a une ambiance particulière., Les établissements , cafés restaurants et autres lieux de convivialité ont été le théatre à ciel ouvert de bien d ‘évènements;
    merci de ce beau partage
    bonne semaine

  33. Un quartier de Paris que j’aimais bien fréquenter Francine.
    Merci pour ce très riche billet, photos et explications qui ont fait remonter tant de souvenirs.
    Bises et bon mardi – Zaza

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à ma newsletter afin de vous tenir au courant des derniers articles publiés !