logo

Rome Statue parlante Pasquino

Pasquino
Piazza di Pasquino Rome

Rome insolite

A deux pas de la Piazza Navona, se trouve une “statue parlante”. On appelle « statues parlantes » ces sculptures anthropomorphes en pierre dont le peuple romain se servait pour y placarder des satires clandestines, de préférence contre le gouvernement et ses représentants.

Ce morceau de marbre est tout ce qui reste d’un groupe hellénistique représentant probablement un épisode de l’Illiade où Ménélas tente de protéger Patrocle blessé sous les murs de Troie. Il servit pendant des années de perron dans une rue boueuse jusqu’à ce que le cardinal Oliviero Carafa le dresse à son emplacement actuel, au dos de son palais et à côté de la boutique d’un cordonnier à la langue bien pendue dénommé Pasquin.

Les souverains pontifes décourageaient la liberté de parole à Rome et l’artisan rédigea des couplets satiriques qu’il accrocha à la statue, qui finit par prendre son nom.

Pasquino

Il fut bientôt imité malgré la colère des autorités et la peine de mort qui menaçaient les auteurs des pamphlets.  L’ironie populaire s’exprima à travers d’autres “statues parlantes” telles que la “Babuino”, via del Babuino, ou “Marorio” exposé aujourd’hui dans la cour du Palazzo Nuovo, qui formaient pendant la Renaissance le ‘Congrès des gens d’esprit”. La tradition se maintint jusqu’au XIXè siècle.

Encore aujourd’hui les statues parlantes sont recouvertes de petits papiers. Au Pasquino, une  petite pancarte a été installée, pour les romains puissent y accrocher leurs petits mots anonymement, et de nuit. Ainsi, depuis 1501, la statue est devenue la voix du peuple de Rome, dont les messages anonymes étaient des remarques politiques souvent amères contre le Pape et l’aristocratie et risquaient souvent être détruits. Le Pape Adrian VI a ordonné de jeter la statue dans le Tibre, mais les cardinaux craignaient la réaction de la population.

Pasquino

La statue a été aussi gardée jour et nuit. Les messages furent alors déposés sur les autres statues parlantes de Rome.
Benedict XIII, quant à lui,  a établi un décret fixant les punitions pour ceux qui ont laissé  ces messages, y compris la peine de mort. Malgré ces mesures, les messages ont continué à être déposés, et Pasquino est devenu le symbole d’antagoniste du Pape, permettant aux  romains d’exprimer leur mécontentement d’une façon totalement anonyme. Celles-ci sont régulièrement arrachées par les autorités. Mais, les satires réapparaissent régulièrement.

pasquino

Ces petits mots sont appelés communément des “pasquinades”.

Sources : Hachette, et internet

26 commentaires pour “Rome Statue parlante Pasquino”

  1. Bonjour Francine, le peuple a le droit de revendiquer !!
    La nuit fut glaciale – 14 ° couette sur couette pour un chaud repos.
    Les volets coté nord resterons fermés pour la journée, le vent est rude.
    excellent jeudi hivernal, a demain -> pub

  2. tu sais parfois les gens passent devant certains édifices par habitude et ne les regardent pas, la preuve lorsque j’ai mis des photos d’Alsace une blogueuse m’ai dit qu’elle connaissait bien le coin et n’avait jamais fait attention à une fresque que j’ai prise en photo !!
    de la neige chez nous !! mais ça commence à fondre

  3. Oui ça pèle…même les oiseaux du jardin se font rares…un merle de temps en temps , mésanges, rouge gorge, et autres ont disparu…des bises bien fraîches de nous deux.

  4. Bonjour francine
    me revoilà après une longue absence
    la vie et ses aléas ….
    je ne connaissais pas du tout d’ailleurs
    je ne connais même pas l’italie donc
    qui pourtant est remplie de richesses en tout genres
    gros bisous passe une bonne après midi

  5. Un petit retour en Italie avec cette statue dont j’ai apprécié l’histoire. Elle est tout de même drôlement mutilée la pauvre. Bises et bonne chandeleur ma Francine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à ma newsletter afin de vous tenir au courant des derniers articles publiés !