logo

Rome Basilique Saint Pierre (1)

Basilica di San Pietro
Piazza di San Pietro Roma

Le 18 avril 1506, une grande cérémonie marqua le début de la construction du premier pilastre ; l’année suivante,les fondations des trois autres structures de soutien furent posées. La construction, qui était déjà arrivée au sommet des quatre pilastres, fut interrompue suite à la mort de Jules II d’abord (1513) et celle de Bramante ensuite (1514). La colonne de Bernin est surmontée des statues des 12 apôtres.

Les quarante années suivantes, d’autres projets furent élaborés. Plusieurs idées faisaient débat :  la nouvelle basilique Saint-Pierre devait-elle avoir un plan central, comme le souhaitaient Bramante mais aussi tous les architectes de la Renaissance, ou bien ce plan devait être longitudinal et donc en croix latine, ce qui correspondait davantage à la tradition ecclésiastique, et permettait de couvrir toute la partie sacrée de l’ancienne basilique constantinienne.

Basilique Saint Pierre

Raphaël (1514) et Antonio da Sangallo le Jeune (1538) proposèrent un plan longitudinal, tandis que Baldassarre Peruzzi (1520) conçut un plan central.

Basilique Saint Pierre

*Sur la droite, le palais du Vatican.

Finalement, en 1547, le pape Paul III chargea Michel-Ange de dessiner un nouveau projet. Il revint au plan central de Bramante; il a renforcé les pilastres et le mur de pourtour, creusé les murs pour y insérer des niches et des saillies. Son projet prévoyait une grande coupole qui devait couvrir la partie centrale, où il plaçait l’autel papal. La construction fut finalement réalisée, sauf la coupole. Après sa mort en 1564, c’est son élève, Giacomo Della Porta, qui acheva cette immense entreprise, non sans quelques changements.

L’architecte Carlo Maderno fut chargé de prolonger ce que Michel-Ange avait déjà réalisé : il ajouta donc deux travées et transforma ainsi Saint-Pierre en une église au plan en croix latine. Maderno réalisa aussi, entre 1607 et 1612, la façade de style classique qui avait toutefois le défaut de cacher et d’éloigner du point de vue visuel la coupole de Michel-Ange.  

Basilique Saint Pierre

Histoire

Néron, en 64 après J.C., ordonne une grande persécution contre les chrétiens, dans le cirque de Caligula. Un des martyrs, Pierre, fut crucifié et déposé, selon le Liber Pontificalis (I,118) : « Via Aurelia (…) iuxta palatium Neronianum, in Vaticanum » (au) Vatican, sur la via Aurelia, en face du palais de Néron.

Un témoignage certifie le lieu du martyre :  un passage d’Eusèbe de Césarée (IVe siècle) cite une lettre que Gaius écrit à Proclus, où le prêtre invite son ami à venir à Rome : « Au Vatican et le long de la voie d’Ostie, tu trouveras les trophées de ceux qui fondèrent cette Église ».
En vertu de l’importance de ce témoignage, le petit autel du IIe siècle, retrouvé lors des fouilles menées dans la nécropole vaticane pour protéger la sépulture de saint Pierre, a été appelé Trophée de Gaius. Suite à la proclamation de l’édit de Milan (313 apr. J.C), les chrétiens purent construire leurs édifices de culte. Constantin lui-même commença en 324 la construction de la basilique. Elle  englobe le Trophée de Gaius et intégre la tombe de saint Pierre au cœur de l’ensemble.


*La place Saint Pierre et sa double colonnade elliptique s’ouvrant devant la basilique furent bâties par Bernin entre 1656 et 1667.

La grande basilique, consacrée en 329, était un bâtiment longitudinal composé de cinq nefs et d’un transept. Un escalier extérieur menait au portique à quatre rangées d’arcade. Au centre une fontaine permettait aux catéchumène. de faire leur. ablutions. Elle se trouve aujourd’hui dans la Cour de la Pigne des Musées du Vatican. Dans cette basilique Charlemagne, roi des Francs,  au cours de la nuit de Noël de l’an 800, Charlemagne, roi des Francs, fut couronné empereur du Saint Empire Romain ; c’est dans cette basilique que, jusqu’au début du XIVe siècle, des foules de pèlerins venaient à pied de toute l’Europe pour vénérer la tombe de Saint Pierre, Prince des Apôtres.

Pendant le schisme d’Avignon (1309-1377), Rome fut abandonnée. La basilique, vieille de plus de mille ans déjà, présentait de graves problèmes de conservation. L’on ne sait pas grand-chose à ce sujet. Une certitude :  le pape Nicolas V, à la moitié du XVe siècle, avait demandé à l’architecte Bernardo Rossellino de dessiner un projet qui prévoyait un nouveau chœur, en dehors de l’abside constantinienne. Il ne fut bâti qu’en partie, sur une hauteur d’environ un mètre et demi. Au début du XVIe siècle, il fallut se décider : restaurer ou reconstruire complètement Saint-Pierre. Le nouveau pape Jules II, élu en octobre 1503, confia cette charge en 1505 à un des plus grands architectes de l’époque, Donato Bramante.

Cette entreprise lui vaudra le surnom de « Maestro Ruinante » (Maître Ruineux, ndt).” La Galerie des Offices de Florence conserve une grande partie de ses dessins, qui proposent tous un plan carré dans lequel sont intégrées une croix grecque et quatre absides en saillie ; le carré, qui dans l’espace devient un cube, est couvert en son centre d’une coupole hémisphérique. Des chercheurs ont remarqué (A. Bruschi, 1984) que cet ensemble s’inspirait d’une symbolique bien précise « que l’on peut résumer – selon une ancienne tradition vivante surtout en milieu byzantin – en un cube (la terre) élargi par quatre bras (les quatre parties du monde) et surmonté d’une coupole (le ciel) ».”

sources : http://www.vaticanstate.va/ 

 

44 commentaires pour “Rome Basilique Saint Pierre (1)”

  1. N’ayant pas pu passer hier, pour cause d’amis à la maison qui sont restés tard, je passe aujourd’hui pour te souhaiter un bon weekend, et te remercier de passer sur mon blog.

    signé toutoune

    Bise étoilée

  2. coucou, je passe rapidement car je vais vite retrouver mon papa, il va mieux, on attends son prochain rendez-vous pour avoir plus de détail, merci pour vos messages. Bonne Soirée.

  3. cette suite de colonne me rappelle un peu Fatima au Portugal, tu verras des ressemblances lorsque je publierai mon article…impressionnant et encore vous êtes allées hors fêtes religieuses !!

  4. encore des problèmes sur OB pour mettre des comms, quelle galère ce fournisseur
    Déjà jeudi, le week end approche a grands pas, et apparemment pas trop frais.
    bonne journée

  5. Bonjour Francine, c’est sûr que pour entretenir cette basilique, ça coute énormément cher. Le site est grandiose tel l’était la plupart des monuments de cette époque. Quoique le Palais des Papes en Avignon est car même plus simple. Bonne journée et gros bisous ma douce

  6. J’apprends toujours pleins de choses intéressantes chez toi… Ici, l’été est toujours là… Passe une bonne fin de semaine… Amitiés ensoleillées…lulu66

  7. Tiens, des infidélités à Paris ?? mais ROme c’est pas mal non plus d’après ce je vois et lis.
    A propos de Status Quo, tu aurais pu les voir aussi, ils étaient à l’Olympia lundi soir !! Et voilà, tu les as ratés ! LOL. Mais bon, tu as eu les Italiens à la place …

  8. Bonsoir Francine. te voila de retour mon amie… Pendant que certains bossent, d’autres vont à Rome… lol Belle ville j’aime beaucoup… Bisous…

  9. des photos vraiment superbes, tu connais jacqueline, de Marenostrum ? c’est ma cousine de Rome.
    Hier fut une belle journée, j’ai repris des petits travaux extérieurs, ça fait du bien.
    bonne journée

  10. bonjour c’est vraiment magnifique et tes photos sont de plus en plus belles bravo

    excellent week end et bonne journée

    bises cathline

    Chez moi une vivace qui ne gèle pas

  11. Sais-tu que LE BERNIN avait présenté des plans pour le palais du Louvre ?
    J’ai l’impression de visiter un peu en ta compagnie. Tes explications sont exceptionnelles. Un vrai trésor que ton blog.
    bisous Francine et à bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à ma newsletter afin de vous tenir au courant des derniers articles publiés !