logo

Paris Quadrilatère Saint Louis Hôpital Saint Louis (1)

La cour carrée de l’hôpital Saint Louis
1 rue Claude Vellefaux
Paris 10 ouvert au public du lundi au vendredi de 8h à 18h

A deux pas du Canal Saint Martin, une place des Vosges… sans les voitures… c’est le quadrilatère Saint Louis
La sublime cour intérieure de l’hôpital a de faux airs de la place des Vosges, et pour cause : c’est le même architecte qui a bâti les deux sites, Claude Vellefaux, “maître maçon juré ès œuvres de maçonneries du Roy”.

La beauté de l’endroit et  le charme qui s’en dégage rendent cet endroit incontournable. C’est un endroit paisible, à l’écart des bruits de la ville, où les malades viennent se reposer, et où les mères de famille du quartier amènent leurs enfants.

Quadrilatère Saint Louis

*Les malades, isolés par l’enceinte formée par ce quadrilatère, vivaient en autarcie. La cour carrée était transformée en jardin potager.

Ce quadrilatère de 120 mètres de côté est ceinturé d’un chemin de ronde flanqué en ses angles de grands pavillons en pierres et brique ainsi que quatre autres groupe de bâtiments fermés. Les bâtiments étaient tous séparés les uns des autres pour limiter la propagation des maladies contagieuses et éviter l’invasion des malades. Les plates-bandes du centre de la pelouse représentent la croix de Malte. L’Ordre de Malte, aujourd’hui ordre hospitalier, occupe un pavillon de l’hôpital.

Quadrilatère Saint Louis

*Il s’agit de l’ancien hôpital. L’actuel est situé derrière le quadrilatère. Devant la beauté des lieux, et le calme ambiant, on oublierait qu’on est dans un hôpital; si ce n’étaient les blouses blanches qui passent, et les malades qui viennent s’y reposer.

L’hôpital, aujourd’hui classé Monument Historique, fut construit lors de la grande épidémie de peste de 1562, qui fit plus de 68 000 morts dans la capitale. Devant l’engorgement de l’Hôtel-Dieu, et la contagion extrême de la maladie, il était primordial d’isoler les malades, et de créer une nouvelle “maison de santé”.
Henri IV choisira les plans de Claude  Vellefaux pour construire cet hôpital, et lui donna le nom de Saint-Louis en souvenir de son aïeul Louis IX, mort de la peste devant Tunis en 1270…

Quadrilatère Saint Louis

Les bâtiments, construits dans le style Louis XIII, sont  à un étage avec des toits en ardoise à forte pente. L’hôpital a été construit sur des marécages, et ne possède ni caves, ni fondations. L’hôpital Saint Louis fut le lieu de construction en 1818 de la première usine à gaz de France (Philippe Le Bon) pour le chauffage et l’éclairage.  

Plan hôpital St Louis

*Plan du qaudrilatère Saint Louis. 

Histoire de l’hôpital Saint Louis
A la fin du XVIème siècle et au début du XVIIème siècle, de nombreuses épidémies de pestes sévissaient en France. Celle de 1606 atteignit Paris et apporta à nouveau la preuve que l’Hôtel Dieu n’y suffisait plus pour recevoir et traiter les malades. Henri IV, par un édit du 16 mai 1607, décida en conséquence la création d’un hôpital spécialement destiné aux contagieux.

Erigé en dehors des remparts selon les plans de Claude Vellefaux, l’architecte de la place des Vosges, moins de toute habitation, à mi-hauteur des collines de Belleville et à côté du gibet de Montfaucon, l’hôpital fut achevé en 1611.
A l’origine seule la chapelle était consacrée à Saint Louis, puis par l’usage, ce nom fut étendu à l’hôpital. Jusqu’en 1772, l’hôpital n’était ouvert que par intermittence, en fonction des épidémies et de l’encombrement de l’Hôtel Dieu.

Dans la nuit du 30 décembre 1772, un violent incendie ravagea l’Hôtel Dieu. Saint Louis, ouvert à la hâte, ne devait dès lors plus fermer. Sous la révolution française, devenu “Hôpital du Nord”, il commença à accueillir les patients atteints d’affections cutanées contagieuses, rebelles et cachectiques. Avec le Baron Alibert, il devint alors le centre de la dermatologie française.

L’hôpital Saint Louis a été construit pour les malades, d’un seul tenant et sans remaniement. Ceci explique sans doute sa réussite et sa longévité. Les bâtiments d’origine qui le constituent sont classés monuments historiques.

sources : éditions Jonglez   et sur site.  

34 commentaires pour “Paris Quadrilatère Saint Louis Hôpital Saint Louis (1)”

  1. C’étaient souvent le cas des hospices, ils avaient souvent un grand jardin- verger…. les moins malades de leurs pensionnaires allaient y travailler sous les ordres ou conseils de jardinier….

    belle journée Bises

  2. Superbe, en effet, il faudra que j’aille voir ça! C’est vrai que la Place des Vosges que je n’avais pas vu depuis très longtemps, m’a un peu déçue …trop de voitures et un peu trop d’arbres qui empêchent d’avoir une vue d’ensemble! mais bon, c’est quand même magnifique!
    Bonne semaine A+

  3. Bonsoir Francine, très beau en effet. Une chose a attiré mon attention c’est cet arbre qui a des formes un peu bizarre sur ta photo 2, il est énorme. Toujours de la chaleur. Bonne soirée et gros bisous ma douce

  4. bonsoir Francine – en effet, je suis charmée par cet endroit dont tes photos rendent très bien l’atmosphère paisible et reposante … Ce parc à la pelouse bien nette sous les arbres me plait vraiment … Gros bisous bon mardi

  5. Bonjour Francine, C’est vrai qu’à côté de nos immenses bâtiments hospitaliers modernes, ils font ‘piètres figures” mais le malade, le patient y était peut-être moins anonyme, c’était , me semble-t-il, plus humain!
    Bonne semaine, bisous, Mireille

  6. Coucou Francine, je suis née à l’hôpital St-Louis et je ne connaissais pas cette partie ancienne. C’est un plaisir de te lire et de connaître l’histoire de tel ou tel endroit. A Paris on n’arrête pas de découvrir de nouveaux quartiers. Je me suis promenée dernièrement dans mon 20ème arrdt et j’ai découvert des petites impasses qui n’ont rien à envier à certaines petites rues provinciales. J’irai faire quelques photos prochainement. Bises et A+

  7. Incroyable mais vrai!
    je suis en train de lire “L’empreinte de l’ange” de Nancy Huston ou elle en parle!
    Maintenant
    j’ai le plaisir d’en voir des photos, grace a toi, ma chere Francine.
    Mille fois merci!
    Bisous
    Fanny.

  8. ta première photo m’a fait penser à une façade d’école d’autrefois (déformation professionnelle) du temps où l’on séparait filles et garçons, très chaud chez nous de bon matin bisous

  9. Ha Paris… Ce quartier est magnifique, et à temps perdu, je peints les rues de la capitale. Vosu venez de me redonner envie, je viens de choisir la seconde photo pour commencer ma prochaine toile !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à ma newsletter afin de vous tenir au courant des derniers articles publiés !