logo

Palais-Royal Paris La galerie Montpensier

L’année 1780 marque un tournant dans l’histoire du Palais-Royal qui va prendre l’aspect qu’il a conservé jusqu’à nos jours. L’arrière-petit-fils du Régent Louis Philippe Joseph d’Orléans, duc de Chartres ( futur duc d’Orléans ) reçoit l’entière propriété du Palais-Royal. Très endetté, il s’engage sur la voie de la spéculation immobilière.

Il décide de lotir sur le pourtour du jardin, de louer les rez-de-chaussée à des commerçants et de faire du Palais-Royal le pôle d’attraction de tout Paris. Les nouveaux bâtiments ouvriront sur plusieurs nouvelles rues dédiées aux garçons du duc, la rue de Montpensier à l’ouest du jardin, la rue de Beaujolais au nord et la rue de Valois à l’est.

Il obtient l’autorisation de son cousin Louis XVI en juin 1781. Les 72 propriétaires des maisons qui avaient vue sur le jardin protestent, sans effet. Le duc choisit comme architecte Victor Louis.

Sur la façade du jardin, Victor Louis aligne 180 arcades séparées par des pilastres corinthiens et éclairées par 188 réverbères suspendus sous le cintre des arcades. Chaque maison comprend un rez-de-chaussée et un entresol donnant en retrait sur la galerie, un étage noble, un second plus réduit. Le troisième étage et les combles destinés aux domestiques sont à demi cachés par une balustrade supportant des vases.

Le duc, persuadé de la nécessité d’une salle de spectacle dans l’enceinte de son palais, fait appel à Victor Louis pour construire l’actuelle Comédie-Française. Ce dernier avait déjà conçu à l’extrémité nord de la galerie Montpensier une petite salle de spectacle (destinée aux marionnettes d’un des fils du duc) qui allait devenir le futur théâtre Montansier puis théâtre du Palais-Royal.

Paradis des récipiendaires

Sous les arcades cohabitent des dizaines de boutiques aussi curieuses que désuètes, achalandées de pipes orientales, de soldats de plomb ou de boîtes à musique. L’une d’elle, la maison Bacqueville (Nos 6-8), propose des médailles, civiles ou militaires, des barrettes, des écharpes à glands et des décorations de toutes sortes. Si leur vente est libre (les rubans sont vendus au mètre), leur port est réglementé. On ne peut donc, sans avoir été distingué officiellement, arborer la Légion d’honneur ou les Palmes académiciennes que dans la stricte intimité de on salon.

Coiffures postiches
par Atget 1926-1927


C’est une des boutiques contemporaines de Colette : le coiffeur-posticheur Roger, sis au numéro 1-2 de la rue de Montpensier (8,rue de Montpensier), dont les murs conservent encore la trace de nos jours. La coupe à la garçonne, féminisée par les « ondulations permanentes à la vapeur », évoque davantage la sage coiffure de Colette adolescente Colette de Jouvenel que la chevelure rebelle de sa mère.

Le café Corrazza
Chaque café avait ses habitués, regroupés par corporation ou par couleur politique : ici le café des gardes du corps,
celui des émigrés ou des demi-soldes; là celui des royalistes, des muscadins, des impérialistes…
Le café-glacier Corrazza (Nos 7 à 12), créé en 1787, était le quartier général des jacobins. On frémit quand on
pense que cet endroit fut fréquenté par le sinistre Collot d’Herbois, auteur des massacres de Lyon, et d’autres pourvoyeurs de la guillotine.


Un autre habitué, Bonaparte. Est-ce parce que l’accent italien du patron lui rappelait sa Corse natale? Toujours est-il que Bonaparte aimait à fréquenter ce café, laissant souvent, dit-on, l’addition en souffrance. Il n’en reste que l’enseigne en bandeau, restaurée en noir et or.

La clé d’un bon sommeil
Le souci sécuritaire ne date pas d’hier. Les premières entreprises de sécurité privée sont apparues à la fin du XIXe siècle. Elles employaient des agents chargés d’effectuer des rondes ou des piquets de surveillance chez leurs clients,
dont certains habitaient l’enclave dorée du Palais-Royal. Témoins de ces contrats révolus de gardiennage : des macarons en émail blanc d’environ dix centimètres de diamètre, au nom de la Surveillance générale BP et de la Société parisienne de surveillance SPS. Ces deux concurrentes avaient toutes deux un emblème à clé.

Plaques d’identité

Sur les piliers de la plupart des arcades, sont fixées de petites plaques métalliques, vestiges de l’éclairage au gaz. Ces plaques d’identité servaient à identifier les lanternes en surplomb.

« Tel numéro est défectueux » pouvait ainsi signaler l’allumeur de réverbère. Elles portent le P de Paris, le numéro de l’arrondissement, le numéro de série, ainsi que la couronne de Paris. Ces petites plaques métalliques ornent également quasiment chaque pilier du Palais-Royal.

Sources :

Rodolphe Trouilleux « Le Palais Royal, Un demi siècle de folies, 1780- 1830 Bernard Giovanangeli Editeur

Dominique Lesbros Secrets et curiosités des Monuments de Paris, Editions Parigramme

Complément wikipédia

46 commentaires pour “Palais-Royal Paris La galerie Montpensier”

    • C’est très beau tous ces anciens détails , les enseignes et aussi les détails sur la mosaïque 😉 et de quelle année sont ces galeries . Bonne soirée Francine bise (:-*

    • coucou Francine
      mais alors, c’est un nouveau blog ?? c’est pour ça que la présentation a changé ?
      bon ça va, j’ai trouvé du premier coup pour laisser un commentaire lol
      il faut s’habituer tout simplement
      je trouve que cette année les couleurs d’automne sont longues à s’installer
      ici c’est encore assez vert je trouve
      bonne soirée
      bisous

  1. Bonjour Francine,
    voilà un billet fort intéressant sur le passé de ce lieu royal…….avec cette idée de commerces ………
    merci du partage
    bonne journée
    amitiés

  2. un désir de rentabiliser, mais pas à n’ importe quel prix, l’ architecte choisi avait beaucoup de goût et ses rajouts périphériques au jardin sont quand même bien agréables à regarder !
    Et il devait y avoir pas mal d’ animation avec les commerces et les cafés !
    Amusant de constater qu’ on parlait déjà de gardes et de surveillance !
    Merci pour toutes ces superbes photos
    passe une bonne journée
    Bisous

  3. Bonjour Francine, trop drôle les noms de ces vitrines?
    C’est sympa ces arcades.
    Pour le Morbihan , c’est à faire car ces super cette région.
    Je te souhaite une belle journée.
    Bisous.

  4. Merci pour toutes ces « révélations » concernant des lieux dont j’ai entendu parler mais dont en fait je ne savais pas grand chose ! A cette époque, quand une envie de café se faisait sentir, il ne fallait pas se tromper de porte ! Belle semaine Francine, avec je l’espère un grand mieux pour ton pied Bisous

  5. Hello Francine
    Certainement que l’accent italien lui rappelait au bon souvenir de sa famille d’origine italienne et pas Corse meme si bien sur la Corse est composée en majorité d »émigrés génois et Ligures… Sarzana est le berceau de la famille Bonaparte. Cette ville se trouve pas loin de la Spezia et des cinque Terre . La famille Bonaparte avec Isabella Calandrini, petite-nièce du pape, épouse le 24 Avril 1397 Giovanni Buonaparte, notaire, maire de Sarzana, commissaire de Giovanni Maria Visconti en 1408 en Lunigiana entre Massa et Carrare. Giovanni Buonaparte est l’ancêtres de Napoleon Bonaparte qui ensuite sa famille émigrera en Corse avec Francesco Buonaparte soldat dans la cavalerie génoise aux ordres des Doria…
    bizz
    Pat

  6. Bonjour Francine
    Bon, j’ai pas vraiment changé d’avis mais je fais la visite guidée avec toi avec plaisir, merci pour toutes tes explications !
    Bisous, bonne soirée

  7. Quel bonheur de découvrir toutes ces enseignes qui montrent les métiers d’antan et on peut imaginer la vie à cette époque
    c’est une bonne initiative de la part du Duc d’Orléans car sinon je crains que ce beau bâtiment n’ait été laissé à l’abandon et peut-être détruit
    Merci pour tes beaux articles que je suis ravie de retrouver, voir Paris grâce à toi est un grand plaisir.
    Je me permets de te demander comment évolue ton pied et je souhaite que tu ailles de mieux en mieux
    Bisous
    Am

  8. Bonjour Francine,
    un article superbe sur le palais royal, les photos sont magnifiques et les textes intéressants La prochaine fois que j’y passerai, je le verrai différemment. Merci pour le partage.
    Bonne semaine.

  9. Bonsoir Francine elle est très longue cette galerie avec toutes ces jolies vitrines c’est un très bel article avec des jolies photos bonne soirée bisou Claudine Daniel

  10. Bonsoir Francine
    Un coin de Paris vraiment magnifique et chargé d’histoire. On y retrouve des trésors dans cet endroit. Pour ma part j’adore, j’avais eu l’occasion d’y passer mais tellement rapidement que j’ai tout louper, il faudra donc que je recommence la visite.
    J’espère que tu vas bien
    Je te souhaite une douce soirée
    Gros bisous
    @lain

  11. Tes photos sont splendides (inutile de rougir)
    Je suis passé par là en début d’après-midi. Il faisait beau, bcp de monde autour du bassin.
    Bien à toi.

  12. Ce dernier détail sur les réverbères est fascinant!! Que l’on puisse encore voir ces plaques de nosjours!!
    J’espère que tu vas mieux
    Bises

  13. Quel plaisir de te suivre dans tes visites Francine
    Que de détails dans cette Galerie, c’est magnifique
    Passe une belle soirée
    Bisous

    Je me suis inscrite à la new mais je ne reçois pas les notifications

  14. Bonsoir Francine,
    Sympa de nous montrer tout ça !! en effet l’évolution est là !!!
    Un bel endroit pour faire ses achats …… et du lèche-vitrine sans se mouiller !!
    aujourd’hui ce sont des commerces de luxe ? Dugrenot a deux vitrines !! ouah !!
    Merci pour ton partage dans l’histoire !! il a bien été entretenu depuis1780
    Bonne semaine, ton pied doit aller de mieux en mieux …… bises

  15. Bonjour ma douce
    Un plaisir de me balader et de marcher sur ce magnifique carrelage, de belles boutiques, de belles enseignes, c’est très grand et très beau et je découvre cette belle galerie et j’ai pris grand plaisir à m’y balader en ta compagnie.
    Tes photos sont splendides.
    Belle journée et des bisous ensoleillés de la Réunion.

  16. Bonjour Francine
    cette galerie mérite d’être visiter ,merci pour cette balade
    7° ce matin mais sous un épais brouillard
    je te souhaite de passer une agréable journée
    bisous

  17. Bonjour Francine, j’espère que le soleil est un peu présent sur la cité parisienne afin que tu puisses faire quelques petites sorties?
    Ici le temps est assez stable, mais jusqu’à quand?
    Je pense que maintenant tu dois pouvoir marcher tranquillement.
    Je te souhaite une belle journée.
    Bisous.

  18. Bonjour Francine , tout d’abord comment vas tu ?
    Si les murs pouvaient parler ils en auraient des choses à nous raconter…
    Comme d’hab une belle série fort bien documentée.
    La richesse de Paris est inépuisable dans ce domaine .
    Bisous .

  19. Bonjour Francine !Il faudrait que j’y retourne pour voir tous ces détails que tu nous présentes de cette très intéressante galerie du Palais Royal!Bonne journée!

  20. Bonjour Francine merci de ton passage et de ton petit mot très sympathique , superbe ce billet sur la Galerie du palais royale tes photos sont magnifiques que de détail que tu as remarqué c’est un très bel endroit de Paris chargé d’histoire j’ai raté quelques articles de tes précédents billets ,je m’en excuse je suis très occupé en ce moment lol.
    J’espère que ta santé va mieux et surtout ton pied , encore merci de ces très beau partage , je te souhaite une très bonne fin de semaine bises.

  21. Bonjour Francine, je devine maintenant ton problème de pied.
    En effet cela ne doit pas être très amusant et douloureux car ces membres d’extrémités sont fragiles.
    Je te souhaite une belle journée.
    Bisous.

  22. Bonsoir Francine. Quelle belle balade dans cette galerie. L’histoire rattrape le présent, les vitrines évoquent des souvenirs et pourtant sont ancrées dans l’époque !

  23. Bonsoir Francine
    J’espère que tu vas mieux pour ton pied et que c’est en bonne voie de guérison ;
    Tes clichés sont superbes ; j’adore les arcades avec ses magasins ; cela fais penser à l’ITALIE quand nous sommes allés à TURIN ;
    Ton blog est à chaque fois très enrichissant avec les explications ; c’est formidable et c’est toujours un plaisir de te lire.
    Je te fais de gros bisous

    COCO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à ma newsletter afin de vous tenir au courant des derniers articles publiés !