logo

Notre-Dame de Paris Tapis du choeur (1)

Un trésor méconnu de Notre-Dame

Tapis du choeur de Notre-Dame de Paris

Dessinateur Saint-Ange, réalisation la Savonnerie de Paris

Près de 200 mètres carré, H : 3,48 m  x  L : 11,70 m, Poids : 1,2 tonnes

 

Ce tapis ne sert que pour les occasions de grande solennité, et c’était une exposition exceptionnelle. Notre-Dame nous a fait ce cadeau de nous montrer un élément méconnu de son trésor. Mis en réserve dans son coffrage depuis près de trente ans, ce tapis est à nouveau dévoilé au public grâce à un partenariat entre la cathédrale Notre-Dame de Paris, la DRAC Île-de-France et le Mobilier national.

IMG_1965 bis

Le tapis monumental du choeur de Notre-Dame de Paris figure au premier rang des trésors méconnus conservés dans la cathédrale. Tissé de 1825 à 1833, il est l’oeuvre de la Manufacture royale de la Savonnerie établie à Paris au début du XVIIe siècle. Son décor est éloquent et grandiose, ses dimensions, près de 200 mètres carrés, en font l’une des pièces les plus remarquables de la célèbre manufacture. Commandé sous Charles X, ce tapis est offert à la cathédrale en 1841 par le roi Louis-Philippe, à l’occasion du baptême de son petit-fils, le comte de Paris.

La naissance de ce dernier est marquée par un autre don royal aussi prestigieux : un “ornement complet en drap d’or”, ensemble de vêtements liturgiques, tissé par un des plus grands soyeux lyonnais. Un ornement similaire avait été acquis par la cathédrale en 1825 grâce aux largesses de Charles X à l’occasion de son sacre, un autre fut offert quelques années plus tard en 1856 par Napoléon III à l’occasion du baptême du prince impérial.

IMG_1951 bis

1 )  HISTOIRE DE LA SAVONNERIE

Au début du XVIIe siècle Henri IV développe des manufactures pour relancer l’activité du royaume tout en évitant les importations et les sorties de capitaux.

1608 Pierre Dupont reçoit un brevet pour établir dans les galeries du Louvre une “grande boutique” et y installer ses métiers à tisser. Dupont avait présenté au roi en 1605 ses premiers essais “d’ouvrage de Turquie et du Levant”.

1626 Dupont s’assocoie à un ancien apprenti, Simon Lourdet, établi depuis peu en bord de Seine sur la colline de Chaillot dans une ancienne fabrique de savon.

IMG_1968 bis

1663 Colbert, ministre de Louis XIV, réorganise la manufacture et la rattache à la surintendance des Bâtiments du roi, Arts et Manufactures. Elle est placée, comme celle des Gobelins, sous la direction artistique de Charles Le Brun, premier peintre du roi.

1672 Des ateliers du Louvre et de Chaillot, seul subsiste celui de l’ancienne savonnerie qui donne son nom à la Manufacture royale et à la technique du tissage qui y est pratiquée.

Fin du XVIIe et XVIIIe siècle La manufacture connaît une grande prospérité, ses ouvrages sont destinés aux résidences royales, Louvre puis Versailles, et aux présents diplomatiques. La monumentalité des compositions, la beauté des dessins réalisés par les meilleurs peintres d’ornement, la délicatesse des coloris, font de ces tapis des chefs-d’oeuvre prestigieux de l’art décoratif français dont la renommée se propage dans les cours étrangères.

Cette période extraordinaire d’activité connut aussi des difficultés liées à la charge que la manufacture représente pour le Trésor de la Couronne.Les commandes se raréfient à la fin de l’Ancien Régime.

Période révolutionnaire Bien qu’en crise, la manufacture n’interrompt pas totalement ses travaux. Des tapis sont prélevés des magasins de la Savonnerie et de l’ancien Garde-Meuble de la Couronne pour acquitter les dettes du gouvernement.

Consulat, Premier Empire

La Savonnerie retrouve une activité et des productions de grande qualité selon la volonté de Napoléon 1er. Les manufactures sont relevées, les palais impériaux meublés. A partir de 1808, et pour plus de 30 ans, la plupart des tapis est réalisée d’après les modèles du dessinateur Saint-Ange.

IMG_1981 bis

Restauration, Monarchie de Juillet

La commande du tapis de choeur de Notre-Dame est passée en 1825, sous le règne de Charles X. Cette même année, la Savonnerie est rattachée par mesure d’économie à la Manufacture royale de tapisseries des Gobelins. Si elle perd son autonomie, la Savonnerie conserve tout son savoir-faire.

Les Gobelins, famille de teinturiers, s’étaient installés au milieu du XVe siècle sur les bords de la Bièvre; la création d’une manufacture de tapisseries en ces lieux, qui portaient déjà le patronyme de la famille, assure la pérennité de leur nom.

Le transport de ses huit métiers oblige à “démonter, ployer et remonter” les tissages en cours, dont le tapis de Notre-Dame.

IMG_1978 bis

Second Empire La production se maintient avec en particulier des tapis pour les salons de l’impératrice Eugénie au palais des Tuileries.

IIIe République Les réalisations, principalement des panneaux décoratifs, sont destinées à l’Elysée, au Panthéon, à la Bibliothèque nationale.

1937 Les ateliers de la Savonnerie sont rattachés à l’administration du Mobilier national.

Après la seconde guerre mondiale la production connaît un nouvel essor sous l’impulsion de dessins commandés à des artistes de renom. Des tapis de grandes dimensions sont à nouveau tissés.

Aujourd’hui la production de la Savonnerie est consacrée pour l’essentiel à des tissages d’après des créateurs contemporains ; peintres, plasticiens, designers…

IMG_1973 bis

2)  DU DESSIN AU TAPIS

La réussite de la Manufacture de la Savonnerie a toujours été liée à la qualité des modèles et aux matériaux utilisés, de fines laines également filées, aux teintures solides et aux dégradés harmonieux “bon teint”, sans tons fugaces, et aussi bien sûr au mérite, à la valeur du travail et au talent des ouvriers lissiers. Le tapis de choeur de Notre-Dame, 200 ans après son tissage, en témoigne.

Le dessin ou modèle en petit est le point de départ de la création du tapis, en général une gouache rehaussée d’aquarelle, sur une esquisse au crayon, parfois à la plume. Dans la plupart des cas, la gouache est seulement peinte au quart ou à la moitié du modèle. Il n’en fut pas ainsi pour Notre-Dame : l’artiste, Saint-Ange, a représenté la totalité de sa composition.

Le carton ou modèle en grand est l’étape intermédiaire entre le dessin et l’oeuvre tissée. Il est peint sur toile à la dimension de l’oeuvre à réaliser. Il est découpé en bandes d’environ 40 cm de large qui, une fois placées sur le métier à tisser, facilitent l’exécution du tissage. Sur chaque bande, des points peints en noir, espacés d’environ 3 cm, servent de points de repère.

Les cartons du tapis de Notre-Dame, conservés en partie, appartiennent aux collections du Mobilier national.

aIMG_1967 bis

Le terme “savonnerie” désigne par extension un tissage de haute laine appartenant à la catégorie des velours, employé généralement pour réaliser des tapis mais aussi des garnitures de sièges, de paravents ou encore de panneaux décoratifs.

Les matériaux La laine vient des Flandres, de Tourcoing. Ange Duvivier, administrateur de la Savonnerie de 1807 à 1826, veille particulièrement à sa qualité. Le fil de lin vient de Bretagne, assez fin pour tenir peu de place, suffisamment fort pour résister au peigne servant à tasser les points noués.

La teinture des laines se fait à Chaillot dès le XVIIe siècle. A partir de 1804, l’atelier de teinture des Gobelins devient l’atelier central des trois manufactures d’Etat (Gobelins, Beauvais, Savonnerie). L’attention portée par Colbert à la solidité des teintures l’avait conduit à limiter les colorants naturels, trois d’origine végétale (gaude pour le jaune, garance pour le rouge orangé, indigo pour le bleu), un d’origine animale (cochenille pour le rouge violacé). C’est au chimiste Chevreul , directeur de l’atelier de teinture de 1824 à 1883, qu’il incombe de faire teindre dans chaque coloris et en une seule fois, les quantités de laine nécessaires au tissage du tapis de Notre-Dame, un des premiers dont il est chargé.

Le tissage du tapis de Notre-Dame est exécuté sur un métier vertical, en chêne, appelé métier de haute-lisse. Le lissier travaille sur l’endroit du tapis, à contre-jour, de manière à voir, face à la lumière, l’ouvrage et le carton accroché au-dessus de lui.

IMG_2154 bis

* Détail du tapis. Volutes de feuilles d’acanthes.

IMG_2103 bis

La technique propre à la Savonnerie permet de réaliser un velours extrêment serré. Un travail considérable pour un tapis comme celui du choeur de Notre-Dame de Paris, qui compte douze noeuds au centimètre carré. Son exécution ne pouvait qu’être difficile et minutieuse en raison du nombre d’ornements, d’enroulements et d’arabesques, de fleurs et de fruits, de trophées divers du dessin…

IMG_2101 bis

Photo du tapis vu d’en haut :

a tapis

Crédit photo : Notre-Dame de Paris © D. Bordes

Sources : sur site

68 commentaires pour “Notre-Dame de Paris Tapis du choeur (1)”

  1. coucou,
    c’est une excellente initiative, j’espere que l’élevage ce fait dans de très bonnes conditions, car les animaux en captivité ne sont pas tous bien traité, c’est un grand pas en avant, il reste encore des efforts. passe une excellente soirée, gros bisous

  2. Tu veux que je te dises nous détruisons et nous détruirons… mais c est comme ça que ce doit être… rien ne doit rester figé et l espèce humaine doit disparaitre peu importe la raison c est l histoire de l infini.. bonsoir ma douce.. tu penses que je suis une inconsciente est ce si cûr ?? bisous doux

  3. Bonsoir, pas evident tout ça, comme tu dis des especes sont menacées certaines survivront, d’autres presques condamnées, malgré le soutient de l’homme, et les risques de modif climatiques n’arrangeront certainement pas la survie de certaines espèces. Bonne soirée, gros bisous @+

  4. bonsoir Francine et ton chat m’a fait rire, ils sont bien habitués ! J’aime ton reportage de personnes courageuses qui veulent bien voir en face ces problèmes ! J’espère que nous arriverons à sauver ce qui reste de notre belle planète et même la réembellir par ce genre de programme ! bonne soirée

  5. Bonsoir Francine, il faudrait que tout le monde soit mobiliser dans cette action. Que l’homme ne détruise plus. Chaque espèce est utile mais bien des facteurs jouent sur les espèces rares, l’homme premier prédateur, le changement de climat, la pollution… un vaste sujet aussi. Bonne soirée et gros bisous ma douce

  6. Bonjour Francine. merci de tes mots… je commence à émerger doucement… Eh oui l’homme peut quant il veut… La question est/ Veut il réellement partager cette planète? Bisous mon amie…

  7. je n’ai jamais eu l’occasion de visiter la galerie de l’évolution, merçi de nous donner autant de précision sur cette galerie. ton entretien a donné quelque chose? passe une excellente soirée et un excellent dimanche, bisous

  8. J’aime beaucoup la photo et ton texte est excellent, j’aimerais tellement croire que l’homme reviendraà une attitude plus proche de la nature. Nous avons détruit en 1 siècle, se que la terre avait mis des millions d’années à faire. Fait attention à ton voisin, regarde la semaine dernière, un, pris de folie, a tué 4 personnes. A bientôt.

  9. bonsoir c’est sur que la destruction intensive a aider beaucoup a la disparition de certaines especes animales maintenant il y a l’elevage en captivité qui est une bonne chose a condition qu’il y est un suivi pour eviter toute maltraitance des animaux bonne soirée biz

  10. Bonsoir Francine, tu as raison l’homme est vraiment à l’origine de la disparition de beaucoup d’espèces, c’est honteux de savoir ça et de ne rien faire, quelle hypocrisie ! je te souhaite une bonne soirée, bissou, Corinne

  11. on peut parler de travail d’ orfèvrerie, et le tapis est magnifique !
    j’ ai vu un reportage, mais il était et de loin, moins complet que le tien, aussi bien dans l’ histoire que dans les représentations !
    On ne soit pas remercier henri IV que pour la poule au pot !
    Un savoir faire à garder précieusement
    Merci pour tes photos.
    bonne journée
    bisous

  12. Je suis allée deux fois à l’intérieur de Notre Dame et je n’ai jamais remarqué la beauté de ce tapis. Normal je regarde toujours en l’air jamais à mes pieds : un tort. Belle semaine

  13. ton reportage tes photos et explications
    magnifiques
    comme ce tapis qui à défié les siécles
    bravo et merci à toi
    notre DAME de PARIS est surement une des plus belles du monde je ne me lasse jamais d admirer
    ( j y suis quand même allez et grâce à toi je le revisite )
    bises
    kenavo Francine

  14. Coucou Francine , je reprends le chemin des blogs, quel article , j’en reste pantoise et tes explications sont superbes , quelle finesse et en même temps si impressionnant, que d’heures de travail minutieux , j’imagine le travail 12 noeuds au cm…bravo comme toujours pour ton article si complet…bon lundi, bisous

  15. Bonjour Francine,
    Je reste émerveillée par les photos de ce magnifique tapis ornant le sol de la cathédrale …. Comme cette tapisserie est belle.. riche en décors de toute sorte….
    Merci, également pour toutes ces explications.
    Le temps se rafraîchit, il va peut-être y avoir des gelées matinales
    Bon début de semaine, gros bisous

  16. Hello Francine
    Ce ne doit pas etre n’importe aspirateur qui doit passer ! hi hi hi
    Ce qu’il te vende au Maroc et en Tunisie, ils peuvent se le garder ! hi hi hi hi magnifiques ….
    bizz et bonne semaine
    pat

  17. Bonjour ma douce Francine

    Je viens voir ce matin si tu as eu un beau week end.
    Non je ne parle pas du temps.
    Si tu savais rolala par chez moi ça commence à être pas
    mal inondé. Oups !
    Je vais bientôt sortir la baignoire en
    canot de sauvetage et les poêles à frire
    pour ramer. MDR ! Il faut en rire avant de
    couler. “Titanic le retour 2”.

    Même si ça n’a pas l’air d’intéresser tout le monde,
    je continue à chercher ce qui a pu se passer chaque
    jour à des années différentes, je continue à t’en
    faire part. Une tête de mule ce petit papillon hi hi !
    Éphéméride du 20 janvier :

    1666 Mort d’Anne d’Autriche à Paris.
    1771 A la suite du coup de force du garde des sceaux de Louis XV,
    Maupeou, contre le Parlement, cent trente magistrats qui refusent
    de se soumettre sont démis de leur fonction et exilés.
    1910 Grosses crues dans toute la France. Paris est inondé.
    1981 Libération des otages américains détenues depuis le 4 novembre 1979
    à l’ambassade des États-Unis, à Téhéran.
    1993 Mort de l’actrice Audrey Hepburn.

    Un nouveau lien qui donne directement sur l’article
    de mon amie Mirella, je te souhaite un beau voyage
    chez la dame en Bleu :
    http://mirella-2.eklablog.com/aimons-nous-vivants-francois-valery-par-mirella-a105991598

    J’espère que tu vas aller très bien ou bien mieux en ce lundi.
    Prends soin de toi.

    Lolli

  18. J’ignorais totalement la présence de ce tapis gardé dans son coffrage depuis trente ans . Quel trésor , un chef d’oeuvre .
    Et le voir en vrai doit susciter beaucoup d’émotions .
    Bises

  19. bonjour , encore une série très instructive, et superbement réalisée…..ce tapis semble être une merveille par sa grandeur et ses broderies…..belle découverte….Après deux jours de soleil , nous revoilà dans la grisaille …..bon….en attendant je te fais des bisous ….bon début de semaine.

  20. Bonjour FRANCINE

    c est une merveille ce tapis tout broder et autre tu n as pas envie de marcher dessus je crois bien que la Cathédrale de Paris est une beauté de ce Monde qui doit nous envier le reportage que j avais à la télé les décombres excttttt tu aurais pu y faire des appâts merci de toutes ces explications que je viens de lire le temps que tu y à passer ainsi prendre ces photographies qui sont majestueuses c est le mot qui convient merci je te souhaite un excellent LUNDI bisous Danielle

  21. Bonjour Francine
    Heureuse de te retrouver et profite de l’occasion pour te présenter mes Meilleurs Voeux pour l’année.. Quelle t’apporte santé, bonheur, prospérité et sérénité…
    Je vois que tes articles sont toujours aussi instructifs et plein de belles découvertes comme ce sublime tapis du choeur de Notre Dame. Merci également pour tes magnfiques photos qui donnent un bel aperçu du travail colossale qu’il a demandé pour sa réalisation..
    Je te souhaite une très belle journée
    Gros bisous
    Chronique

  22. Bonjour Francine,
    J’ai vu récemment, un reportage qui parlait de ce fameux immense tapis… C’est une merveille.
    J’ai souvent attendu mon chéri de l’époque sur le parvis, mais je n’y suis jamais rentrée à l’intérieur….
    bonne journée

  23. Bonjour Francine
    Merveilleux ! je suis contente que tu nous fasses partager ces beautés de notre capitale, il y a que toi pour faire ça
    Je te souhaite une bonne journée, gros bisous

  24. Bonjour Francine ce tapis est magnifique un vrai travail d’orfèvre et quelle patience pour le créer
    merci pour tes magnifiques photos et tes explications sur cette partie de notre histoire
    bonne journée bisous monique

  25. bonjour francine
    c’est merveilleux !!!!
    beaucoup d’humidité et comme toujours il pleut ,mais que faire? mais j’ai le moral à zéro
    Je te souhaite de passer un bon début de semaine
    bisous

  26. Re coucou Francine,
    hé bien ça c’est mal meilleure! je n’ai aucun souvenir de ce tapis, et pourtant je suis allée de multiples fois faire visiter N-D à des amis ou famille en visite??
    Oh! Il est magnifique cdd tapis! Est-ce que par hasard il aurait été enlevé à une certaine époque pour nettoyage ou réparation??
    Ton article est superbe.
    Re bisous et bonne journée
    S

  27. Mon Dieu quelle splendeur !! il est sublime ! quelle maitrise des couleurs, du dessin…….quel travail minutieux ……..je n’ose imaginer le nombre d’heures nécessaires à son tissage ……il est en parfait état qui plus est !! c’est dommage qu’il ne soit sorti que pour les grandes occasions ! Merci pour cette découverte et la documentation, ça m’a fascinée ! Bises

  28. Coucou Francine,
    Pas encore la grande forme mais me revoilà….!!!!
    Un véritable chef d’œuvre ce tapis. 1tone2 cela laisse rêveur. Les motifs et volutes tous comme les coloris suscitent l’admiration.
    Je ne comprenait pas bien ce que la savonnerie” venant faire dans tes explications, mais au fil de la lecture, j’ai appris quelque chose que je ne connaissais pas. Merci. Une article bigrement intéressant..
    Bises et bon après midi. ZAZA

  29. Bonjour Francine

    Ce tapis est magnifique, en le découvrant on comprend mieux pourquoi ils ne le sortent que pour les très très grandes occasions. J’aurai appris beaucoup de chance en lisant ton superbe article.

    Je te souhaite une bonne semaine, bises d’Hervé.

  30. Bonsoir Francine ce tapis est vraiment une grande merveille pour les yeux merci pour ces très jolies photos bonne soirée bisou Claudine Daniel

  31. Bonsoir Francine ce tapis est vraiment une merveille pour les yeux merci pour ces très jolies photos bonne soirée bisou Claudine Daniel…..PS désolé j’avais oubliée l’adresse bizzzzzzzzz

  32. bonsoir Francine … il est vraiment magnifique ce tapis et les photos des détails sont somptueuses … je n’ai vu un tapis qui pourrait se comparer en beauté qu’une fois dans ma vie, c’était en Roumanie, dans l’ancien palais royal … mais les couleurs en étaient bien moins flamboyantes …
    gros bisous et bonne soirée

  33. Bonjour Francine
    Merci de m’avoir signalé tes articles sur Notre Dame de Parie, je n’avais pas vu.
    C’est somptueux. J’ai eu l’occasion d’y aller à plusieurs reprises mais il y a tellement de monde que tu fais comme au Sacré Cœur, tu fais le tour en suivant la foule immense sans trop pouvoir t’arrêter. J’y retournerai lorsqu’il y aura moins de monde et lorsque les touristes seront rentrés chez eux.
    En tous les cas j’ai regardé l’ensemble de tes articles et ça fait ressortir la richesse et la splendeur de ce siècle propice en constructions de toutes natures, en particulier celle relatives à la religion.
    Viollet Leduc, un nom que l’on retrouve souvent dans l’architecture des grands monument car il a participé à l’édification de la cathédrale d’Albi.
    C’est quand même magnifique, j’adore. De plus j’adore parcourir les étales des bouquinistes situés le long de la seine, c’est un petit plaisir que je m’offre.
    Je te souhaite une très belle journée
    Gros bisous
    @lain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à ma newsletter afin de vous tenir au courant des derniers articles publiés !