logo

Notre-Dame de Paris Ornements de drap d’or (1)

Notre-Dame de Paris

Ornements de drap d’or

Présents de Charles X, Louis-Philippe et Napoléon III

 

La naissance du comte de Paris est marquée par un autre don royal aussi prestigieux : un “ornement complet en drap d’or”, ensemble de vêtements liturgiques, tissé par un des plus grands soyeux lyonnais. Un ornement similaire avait été acquis par la cathédrale en 1825 grâce aux largesses de Charles X à l’occasion de son sacre, un autre fut offert quelques années plus tard en 1856 par Napoléon III à l’occasion du baptême du prince impérial.

IMG_2089 TER WP

Les ornements “en drap d’or”

Les ornements sacerdotaux “en drap d’or” appartiennent à deux ensembles distincts et exceptionnels, confectionnés à Paris avec des étoffes des plus somptueuses tissées à Lyon, l’un sous la Restauration (1825), l’autre sous la Monarchie de juillet (1835). A l’occasion de cette exposition, leur histoire a pu être établie de façon détaillée.

Le plus ancien, “relevé en bosse d’or sur drap d’or” est élaboré la même année que le tapis du chœur, en 1825, grâce aux libéralités de Charles X. Il est décoré de branches de chêne, tiges de fleurs de lys au naturel, épis de blé, grappes de raisons et bouquets de pivoines. Après son sacre à Reims en 1825, le roi “daigne accorder à l’église métropolitaine de Notre-Dame la somme de 25 000 francs”.

IMG_1995 bis WP

L’archevêque de Paris “propose d’employer cette somme à l’acquisition d’un ornement de première classe qui puisse être un monument durable de la pieuse libéralité de Charles X”. Les chanoines se tournent vers les soyeux lyonnais qui ont tissé les étoffes pour les ornements du sacre : Mathevon & Bouvard et Didier-Petit. L’ensemble “ne peut pas être composé de moins de 16 chapes, 8 dalmatiques, 2 chasubles, 2 tapis d’épistoliers et 2 voiles”. Les soyeux lyonnais disposant de tissus fond d’or en réserve, tout peut être mené rapidement. L’ensemble, confectionné à Paris, est prêt en moins de trois mois.

IMG_2095 bis WP

Le 30 janvier 1826, pour la messe de l’Ordre du Saint-Esprit, le roi est accueilli à Notre-Dame par l’archevêque et les chanoines, revêtus pour la première fois de ces ornements d’or.

Le 11 juillet 1830, quelques jours seulement avant le soulèvement du peuple de Paris, ces vêtements liturgiques servent à l’ultime cérémonie de la Restauration à Notre-Dame : le Te Deum célébré en présence de Charles X pour la prise d’Alger. C’est vraisemblablement la dernière fois qu’ils sont portés, la présence de fleurs de lys rendant impossible leur utilisation sous la Monarchie de Juillet et le Second Empire.

Ces pièces n’échappent qu’en partie aux pillages de Notre-Dame lors des émeutes de juillet 1830 et février 1831. Les chanoines décident d’attendre “que des temps plus heureux puissent permettre de réparer les beaux ornements qui sont en si mauvais état…”.

IMG_2027 Avers de la chasuble de l'ornement de Charles X bis WP

C’est en 1856 que “5 chapes, 2 tuniques pour diacres et sous-diacres, et 1 chasuble” sont confectionnées à partir des éléments restants. Cet ensemble est aujourd’hui d’autant plus précieux qu des ornements du sacre donnés par Charles X à Reims ont été détruits lors des bombardements de septembre 1914, d’autres ayant disparu dans les années 1950.

IMG_2011 BIS WP

*Chape et chasuble de l’ornement “Charles X” Chasuble de l’ornement Charles X« relevé en bosse d’or sur drap d’or », est élaboré la même année que le tapis du chœur, en 1825, grâce aux libéralités de Charles X. Il est décoré de branches de chêne, tiges de fleurs de lys au naturel, épis de blé,  grappes de raisins et bouquets de pivoines.
Sont aujourd’hui conservées à Notre-Dame une chasuble, deux dalmatiques, cinq chapes.

Le second ornement de drap d’or est tissé en 1835, peu après l’achèvement du tapis de chœur, et offert à Notre-Dame en 1838 par le roi des Français, Louis-Philippe, à la suite de la naissance de son petit-fils le comte de Paris. L’ensemble est décoré de palmes, d’épis de blé et de raisins, rehaussés d’une ombre portée carmélite.

En 1835, le Garde-Meuble de la Couronne a confié la fabrication des étoffes à Grand, célèbre fabricant de Lyon. Cette commande répond initialement au désir du roi de compenser les pertes intervenues à Notre-Dame lors des saccages de 1830 et 1831.

IMG_2019 bis WP

*Chape de l’ornement Louis-Philippe tissé en 1835, peu après l’achèvement du tapis du chœur, et offert à Notre- Dame en 1838 par le roi des Français, Louis-Philippe, à la suite de la naissance de son petit-fils, le comte de Paris. L’ensemble est décoré de palmes, d’épis de blé et de raisins, rehaussés d’une ombre portée carmélite. Sont aujourd’hui conservées à Notre-Dame une chasuble, onze dalmatique, seize chapes, un voile d’autel, un voile de pupitre, un voile huméral, un grémial.

Les “2 chasubles et accessoires, 2 dalmatiques et accessoires, 16 chapes, 10 tuniques, 3 voiles d’autel, 1 grémial, 2 voiles de pupitres, 1 voile pour le Saint Sacrement” sont confectionnés à partir des étoffes lyonnaises par le renommé chasublier parisien Biais. Malgré l’inscription “Donné par le Roi.1837.” à l’intérieur des ornements, c’est bien en 1838, comme l’attestent les registres du Chapitre, que cet ensemble est offert à Notre-Dame, aux lendemains de la naissance du comte de Paris.

Ils sont portés pour la première fois le 28 août 1838 par l’archevêque et le Chapitre, en présence du roi, lors du Te Deum chanté à Notre-Dame pour la naissance du prince.

IMG_2042 bis WP

Le Mobilier national, héritier du Garde-Meuble de la Couronne, conserve aujourd’hui dans ses réserves des métrages de ce drap d’or.

Louis Philippe Albert d’Orléans, comte de Paris (1838-1894) est baptisé le 2 mai 1841, à Notre-Dame par Mgr Affre, archevêque de Paris, entouré des chanoines du Chapitre, tous “revêtus de chapes d’or” offertes trois ans plus tôt par le roi à la naissance de l’enfant.

bapteme comte de paris

*Hyppolite Sebron Baptême De Monseigneur Le Comte De Paris Dans L’Eglise Notre Dame De Paris 2 Mai 1841

La cérémonie est fastueuse, l’intérieur de la cathédrale décoré pour l’occasion en grande pompe, comme en témoigne l’aquarelle de Viollet le Duc.Piliers enveloppés de draperies de velours cramoisi à bordure d’or, trophées de drapeaux, écussons à feuilles de laurier dorées aux chiffres et armoiries du comte de Paris, un grand autel élevé à la croisée des transepts, tribunes dressées pour les dignitaires dans les bas-côtés, dais de velours cramoisi et or avec panaches blancs aux quatre coins, lustres et candélabres d’or supportant des milliers de bougies, tapis du Garde-Meuble au sol… Tout concourt à la magnificence du baptême de l’héritier du trône dont les grands-parents, le roi Louis-Philippe et la reine Marie6Amélie, sont le parrain et la marraine.

IMG_2150 bis BIS WP

sources : sur site

47 commentaires pour “Notre-Dame de Paris Ornements de drap d’or (1)”

  1. une démonstration de la volonté de magnificence de l’ époque, pour la royauté et l’ église !
    Je me dis que ces chasubles doivent peser bien lourd !
    Quel travail !
    C’ est étonnant qu’ on ait pu les sauver !
    Merci de ce nouveau superbe reportage historique, et bravo pour les photos !
    bonne journée
    bisous

  2. Bonjour Francine, quelle merveilleuse broderie t faite en si peu de temps….quelle minutie dans le détail, mais les voir en vrai c’est Top , encore un bel article, mais l’église est riche …..passes une bonne journée , le froid arrive, bisous

  3. Bonjour Francine,En faisant abstraction de ce qui tourne autour des ces vêtements, j’admire le travail extraordinaire des artisans. Fabuleux! Quel talent
    Bises de bonne journée
    Martine

  4. bonjour francine
    j’admire le travail de ces ouvriers qui l’ont tissé
    Encore beaucoup d’humidité dans l’air aujourd’hui
    Je te souhaite de passer une bonne journée
    bisous

  5. Bonjour ma gentille Francine

    Je passe comme l’éclair de matin ou
    ce soir, on verra…
    Le temps toujours lui, grrr, je me sens comme
    Alice en train de courir derrière ce lapin blanc.
    Enfin, c’est ainsi.
    J’espère que tu passeras une agréable journée
    de mercredi.

    Je dépose ici le lien qui te conduira chez mon amie
    Christiane, où tu découvrira un peu de tout un peu
    de rien, c’est elle qui le dit :
    http://christianeduriezphotos.eklablog.com/meli-melo-2013-a106030744

    Je te laisse un petit bout de l’éphéméride du “22 Janvier”
    de diverses années, mais en prenant les dates les plus récentes,
    sinon ça fait des commentaires immenses lol !

    1946 Charles de Gaulle présente sa démission au président de l’Assemblée.
    1963 Signature du traîté franco-allemand par De Gaulle et Adenauer.
    1970 Le Boeing 747 effectue entre New-York
    et Londres son premier vol transatlantique.
    1972 Signature par le Danemark, l’Irlande, la Norvège
    et le Royaume-Uni des traités d’adhésion aux Communautés européennes.

    J’espère que tout va bien ou mieux pour toi.
    Prends soin de toi.

    Lolli

  6. Bonjour Francine
    Je suis en admiration pour le travail , surtout envers ceux qui’l’on fait .
    La grisaille est de retour .
    Passe une bonne journée
    Bizzz

  7. Bonjour Francine,
    je suis en admiration devant ce travail crée par des artisans ayant un don pour la tapisserie…. Ces chasubles sont magnifiques..
    La pluie est de retour depuis ce matin.
    Bonne journée, gros bisous

  8. bonjour , deux jours de suite que je fais des bêtises avec mes coms…..Rrrr…Je disais que tes reportages sont toujours remarquables en photos et commentaires , cela doit représenter un sacré travail pour mettre tout çà en forme….bravo…Sous un ciel gris je te fais des bisous tout en couleurs..

  9. bonjour Francine,
    Magnifique reportage avec cette suite et ses chasubles brodées.
    Cela nous prouve qu’autrefois le tisserand était un maitre d”art en voyant
    ses oeuvres
    bonne journée
    amitiés

  10. je sais je vais choquer… mais ça c’est pour le théâtre…. rien à faire dans un “office”….
    Vraiment je ne vois pas Jésus ou l’apôtre Pierre accoutré dans un truc comme ça….
    Sincèrement
    Jean

    • oui mais je te ferai remarquer qu’après tout c’est Notre-Dame de Paris! cela représente notre savoir-faire; et c’est un peu comme les ors de la République, c’est le prestige de la France c’est comme ça, ne boudons pas notre plaisir! et tout ça ne sert que pour les grandes occasions bises

  11. Bonjour Francine
    Un beau spectacle que tu nous fais voir, ça doit être surveillé, tu as fait de belles photos ça valait le coup d’y aller
    Je te souhaite une bonne journée, bisous

    • ça valait le coup de poser une journée de congé (l’expo n’y était pas le w end à cause de l’office) et de se lever quasi comme pour aller au boulot pour être à l’ouverture de la cathédrale!

  12. je n’ai qu’un mot …. Magnifique !
    Quel merveilleux Patrimoine !
    Bravo pour ce billet partagé et très bien documenté
    Bonne journée Francine, bises

    ps …. sais-tu s’il y a un moyen de conserver les identifications d’une fois sur l’autre pour les commentaires sur ton blog, je ne vois pas de case à cocher ?

  13. magnifique
    ces vêtements vont bien avec la cathédrale
    c’est aussi du travail pour ces artisans que d avoir confectionné tout cela
    ( et pour ceux qui les ont conservés )
    merci pour le reportage si bien documenté et de l avoir fait pour nous faire plaisir
    bises Francine
    kenavo

  14. Bonjour Francine, quel talent ces vêtements sont magnifiques ! c’est l’opulence ! de belles photos cela m’a permis d’y voir ! et peut être d’aller y découvrir !
    Bon mercredi bisous

  15. Coucou ma Francine,
    C’est de toute beauté. Merci pour ces photos et ce pan d’histoire de France que je ne connaissais pas. Je connais bien les évènements historiques du camp du drap d’or en 1520 entre François Ier, roi de France, et Henri VIII, roi d’Angleterre, mais les ornements du drap d’or à Notre dame de Paris pas du tout.
    Bises et bon après midi. ZAZA

  16. Bonsoir Francine mais quelle beauté toutes ces capes finement brodé une très belle réalisation de broderie merci pour ces jolies photos bonne soirée bisou Claudine Daniel

  17. Bonsoir Francine
    tu nous montre sur ces photos des costumes de tout beauté mais qui doivent être lourd mais quel élégance et encore du travail affecter merci de cette découverte et tes explications des recherches super je t embrasse et excellente soirée Danielle

  18. bonsoir, ce qui est dommage c’est que les petites mains qui ont oeuvré ne sont jamais assez mises en valeur, elles sont ignorées souvent, on parle de ceux qui les portent !!! toujours de belles couleurs
    je m’exerce…de jour aussi !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à ma newsletter afin de vous tenir au courant des derniers articles publiés !