logo

Notre Dame de Paris Le secret de Biscornet

Notre Dame de Paris insolite

Le secret de Biscornet…

…ou quand le diable s’invite à Notre Dame… 

“On dit qu’un artisan parisien, nommé Biscornet, fut chargé d’habiller les vantaux  des portes de la cathédrale de ferroneries et autres serrures. Devant l’enjeu de la tâche, il invoqua le Diable pour le soutenir, et l’esprit du Mal l’aida si bien qu’il fallut avoir recours à de l’eau bénite pour faire fonctionner les clés! Biscornet mourut peu de temps après l’accomplissement de son oeuvre, et emporta son secret dans la tombe.Mais le travail du métal avait été si particulier qua’aujourd’hui encore, parait-il, les spécialistes n’expliquent pas la manière sont ont été ouvragées ces fameuses ferroneries, toujours visibles sur les portes de la façade principale.

Il s’agit pourtant de reproductions réalisées au XIXe siècle, les originales ayant été détruites à la Révolution….”

Lorànt Deutsch Métronome

*Les serrures du portail Sainte Anne, à droite de la façade.

Le diable serrurier

Au temps où l’on construisait Notre-Dame de Paris, Biscornet, apprenti serrurier, voulait devenir maître dans son art. Pour cela, il fallait accomplir un chef-d’oeuvre, et la corporation des serruriers décida que Biscornet devrait ferrer les portes de la cathédrale. Il ne s’agissait pas d’un mince travail, Biscornet en rêva longtemps, imagina des plans de ferrures superbes, à la fois fines et fortes, aux courbes gracieuses, etc. Mais une chose était d’imaginer, une autre de réaliser.

Biscornet s’en aperçut ; chaque nuit passée à sa forge le décourageait, car le fer refusait d’obéir comme il l’aurait voulu, de se plier à sa volonté. Bref, l’apprenti serrurier n’arrivait pas à réaliser le chef-d’oeuvre espéré.
Une nuit, devant le feu allumé et le fer rougi, il eut un geste de désespoir. Il repoussa le fer, jeta le marteau et cria n’importe quoi :
– Au diable !
Aussitôt, le feu se souleva, comme agité par la tempête. Et le diable parut, souriant :
– Bien le bonjour ! Biscornet, tu m’appelles, me voilà. Je suis prêt à t’aider, tu en connais le prix : juste ton âme !
– Pas question, démon ! Et d’abord, je ne t’ai pas appelé.
– Si, tu as crié : « Au diable ! »
– Pas du tout !
– Mais si !
– Tu n’as rien compris !
Aucun des deux ne voulut en démordre ; ils se fâchèrent, et en vinrent aux mains, tant et si bien que l’apprenti serrurier finit par s’évanouir au cours de la bataille…

Lorsque Biscornet s’éveilla le matin, il vit sur l’enclume des ferrures faites, achevées, fines et fortes comme il les avait rêvées, une merveille, un pur chef-d’oeuvre…
Et juste à cet instant arrivèrent des maîtres serruriers venus lui rendre visite, qui s’extasièrent, levant les bras au ciel.

Paralysé par les compliments, les félicitations, Biscornet ne sut que dire. Ce travail était-il son oeuvre ou celle du démon ? Le démon, il ne l’avait pas appelé, et ne lui avait en aucune façon promis son âme. Donc, le travail était bien le sien, réalisé la nuit sans qu’il ne s’en rende compte.
Biscornet fut nommé maître serrurier. Un grand malaise le prit pourtant lorsqu’on fixa ses pentures sur les portes, et que celles-ci refusèrent de tourner dans les gonds du mur.

 

Seule fonctionnait la porte principale, celle où passait le Saint-Sacrement. Celle-ci, le diable n’avait pas osé y toucher. Les autres, sur les côtés, servant aux fidèles, restaient obstinément closes. Le diable pensait ainsi décourager les chrétiens d’aller prier.

Biscornet se sentit coupable… et innocent en même temps. Ce n’était pas de sa faute, pensait-il avec obstination.

On dut changer les ferrures et il ne retrouva jamais sa joie de vivre.
Lorsqu’il mourut, là, selon les conteurs les avis divergent, il alla en enfer, disent certains, pour n’avoir pas invoqué le Seigneur, mais le Malin. Tandis que d’autres conteurs prétendent que son ange gardien le sauva à l’ultime seconde, avec l’aide décisive de la Vierge Marie. 
 
http://eprimaire.free.fr/contes/tradi/idf119.html

 

18 commentaires pour “Notre Dame de Paris Le secret de Biscornet”

  1. superbe détails
    belle ferronnerie sur cette porte
    et d époque en plus
    bises
    bonne journée ( temps a pluie et a grele chez moi )
    kénavo

  2. Hello Francine, c’est magnifique, quel savoir faire !! merci pour toutes ces infos.
    Cette fois, le ciel est bouché sans espoir de soleil,
    quoiqu’un ”nano’ rayon se pointe …5°,
    Belle journée à demain > bisous

    herbe-com-champf.png

  3. Bonsoir ma très chère Francine
    Des artistes de premier ordre, saurait-on le faire de si merveilleuse façon de nos jours? c’est magnifique !
    Gros bisous plouvieux de mes vacances
    Méline

  4. ils avaient du temps pour réaliser ces petites merveilles , mais ils avaient surtout un savoir faire que nous n’avons plus…
    Oui il faudra ce fixer des dates pour le mois de mai….a toi de nous donner tes jours de “liberté”….Belle journée avec le soleil ce matin….bisous de nous deux.

  5. Ma visite quotidienne pour te saluer. Aujourd’hui le ciel se partage entre averse, vent et rayon de soleil qui joue à cache cache entre les gros nuages noirs. C’est magnifique, que de détails ! Bon jeudi. Bi$es.

  6. C’est ce que je te disais l’autre fois , tout est raffinement et chef d’oeuvre sur chaque partie de l’édifice ; c’est magnifique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à ma newsletter afin de vous tenir au courant des derniers articles publiés !