logo

Monnaie de Paris Subodh Gupta Very Hungry God

Subodh Gupta
« Adda » / Rendez-vous
Monnaie de Paris
11 Quai de Conti
Paris 6

Courtesy Hauser & Wirth and the artist

Une gigantesque tête de mort
La Monnaie de Paris présente la première rétrospective de son œuvre. Une trentaine de sculptures, souvent monumentales, des vidéos, des peintures et des installations. La plus époustouflante, et la plus célèbre, ouvre le bal : son Very Hungry God, ou “Dieu affamé”, se dresse étincelant sous les lustres du salon d’apparat du musée. Une gigantesque tête de mort composée de centaines de pots, casseroles, écumoires, couvercles et seaux en inox. Une vanité, un memento mori, comme dans la peinture classique où les crânes rappelaient aux spectateurs que la mort les attendait tous. Mais aussi une métaphore sur l’abondance et la société de consommation, un oxymore faisant dialoguer trivial et spectaculaire. L’art de Gupta repose sur “une accumulation d’objets et de niveaux de lecture”, selon les commissaires Camille Morineau, directrice artistique de la Monnaie de Paris, et Mathilde de Croix. (lejdd.fr)

Subodh Gupta honoré à la Monnaie de Paris

Figure marquante de l’art actuel, Subodh Gupta (né en 1964 à Khagaul auBihar et vivant à New Dehli en Inde) a fait l’objet d’une exposition d’envergure à la Monnaie de Paris, jusqu’au 26 août. Ustensiles de cuisine (comme la très populaire boîte à repas en inox), bidons de lait ou encore bicyclettes : c’est en accumulant certains objets du quotidien, détournés de leur fonction initiale et moulés en bronze, laiton, cuivre ou nickel, qu’il donne une vision personnelle et très codée de son pays – mêlant tradition et modernité, production industrielle et création unique, stéréotypes et nouveaux concepts.

“Subodh Gupta note l’omniprésence du ready-made dans la société contemporaine. « Nous mangeons même aujourd’hui du ready-made, de la cuisine déjà préparée, et l’usage dans la sphère de l’art n’en a jamais été aussi répandu. ” Mais sa force supplémentaire par rapport à la masse de la production artistique est sa spiritualité. Elle ne correspond à aucune église, mais tient plutôt à une manière de regarder le monde et les hommes avec respect et bienveillance. Ainsi Subodh Gupta est surtout connu pour sa façon de former des sculptures à partir d’ustensiles de cuisine en acier inoxydable utilisés par la population en Inde. La pièce la plus emblématique de son oeuvre dans ce genre est « Very Hungry God “, quatre mètres de hauteur d’accumulation de gamelles et autres pots à lait d’un métal rutilant qui forment une tête de mort. Comme si l’oeuvre incarnait la punition fatale qui allait s’abattre sur les hommes perdus.”  (Les Echos.fr)

« L’œuvre de Subodh Gupta, dont il est autant le cuisinier que le sculpteur, le peintre que le performeur, aborde la spiritualité, la politique et le champ social. Il pense chacune de ses œuvres d’art comme un agrégat de cultures : son histoire personnelle, l’histoire politique et économique du monde, l’histoire de l’Inde au XXIe siècle, son interprétation de l’histoire de l’art contemporain où Duchamp et le Nouveau Réalisme jouent un rôle éminent », confie Camille Morineau, commissaire de l’exposition, qui commente pour Le Monde une sélection d’œuvres.

« Very Hungry God » [Acier inoxydable/Stainless Steel], 2018 ‒ ustensiles en inox
« “Very Hungry God”, présentée en majesté dans le salon Dupré, est l’œuvre qui l’a fait connaître sur la scène internationale. Cette vanité résume le basculement sémantique de son travail que l’on pourrait décrire de la sorte : des ustensiles de cuisine à l’alimentation, de l’alimentation à la spiritualité, de la spiritualité à la religion, de la religion au syncrétisme, du syncrétisme à un commentaire sur la société et plus particulièrement la société de consommation. »

Dieu insatiable

Avec Very Hungry God (2006) – évocation d’un dieu devenu vanité universelle, vorace et insatiable – Gupta affirme la dimension spirituelle de l’alimen­tation. Dans cette oeuvre, Gupta rend compte de la troublante dualité qui résulte directement des modes de production capitaliste : d’un côté l’abondance qui fascine, de l’autre la faim qui paralyse. L’oeuvre prend la forme d’un crâne, créé avec des centaines d’ustensiles en inox étincelants, employés dans la majorité des cuisines des classes moyennes et populaires en Inde.

“Clin d’œil à ” la culture indienne de la cuisine”, l’utilisation de l’inox est un leitmotiv de l’artiste. ” J’adore cette matière souple, qui a une apparence précieuse mais est en réalité présente dans les foyers les plus modestes”. “(20minutes.fr)

L’artiste a exposé cette oeuvre pour la première fois lors de la Nuit Blanche de 2006 dans l’église de Saint Bernard, un lieu symbolique pour les luttes qui s’y étaient déroulées dix ans auparavant ; occupée par des étrangers pour la plupart en situation irrégulière, l’église était devenue un lieu de résistance et de manifestation contre les expulsions ordonnées par le pouvoir politique alors en place.

La Monnaie de Paris présente l’exposition « Adda / Rendez-vous» la première rétrospective en France de l’artiste contemporain de renommée internationale Subodh Gupta, né en 1964. Peintre de formation, Gupta, qui réside et travaille à New Delhi, s’est aussi intéressé à d’autres formes artistiques telles que la performance, la vidéo, la photographie, la sculpture, ou les installations.
Subodh Gupta conçoit l’exposition comme un lieu propice à la rencontre, un rendez-vous que l’on se donnerait, entrainant discussions, échanges et débats, à l’image du mot et concept hindi «Adda».

Cette exposition, qui met en valeur la diversité du travail de Subodh Gupta, présente des sculptures emblématiques composées d’ustensiles de cuisine en inox comme Very Hungry God (2006), son oeuvre la plus connue, ou d’objets moulés en métal, comme Two Cows (2003), ainsi que de nouvelles productions telles que Unknown Treasure (2017) ou la vidéo Seven Billion Light Years (2016). Outre la diversité des matériaux employés, l’oeuvre de l’artiste se caractérise par une constante exploration de la présence des rituels et de la spiritualité au sein de notre quotidien.

De la même manière que la cuisine est au centre de tous les foyers indiens, ce sont les éléments qui s’y trouvent qui sont au coeur du travail de Gupta. C’est à partir de ce quotidien là qu’il mène une réflexion, non seulement sur des pratiques personnelles et communautaires, mais aussi sur la façon dont, souvent, certains objets et expériences intimes, apparemment insignifiants, amènent vers une autre dimension, celle du cosmos.

L’exposition, qui occupe l’escalier d’honneur et les salons historiques du 11 Conti, le long des rives de la Seine, se poursuit dans les cours intérieures de la Monnaie de Paris avec des sculptures monumentales spécialement conçues à cette occasion.

La diversité des oeuvres exposées montre l’utilisation que fait l’artiste des différentes échelles et matériaux, mais aussi sa pratique du « readymade ». Certaines oeuvres seront exposées au coeur de la collection du musée du 11 Conti afin de susciter une réflexion sur les usages du métal, à la fois du point de vue de sa valeur symbolique, que du point de vue des techniques et des savoir-faire nécessaires pour le mettre en oeuvre et lui donner sens.

Cette exposition amène au dialogue entre deux univers: les oeuvres métalliques monumentales de Subodh Gupta et à l’ADN de la Monnaie de Paris, qui depuis 1150 ans travaille le métal précieux. Il s’agit d’une véritable rencontre entre l’artiste et les savoir-faire de la Monnaie de Paris.

Une exposition placée sous le commissariat de Camille Morineau, Directrice des Expositions et des Collections de la Monnaie de Paris, et Mathilde de Croix, commissaire d’exposition à la Monnaie de Paris.
Sources : LE MONDE | 13.04.2018 à 09h01 • Mis à jour le 13.04.2018 à 12h30
Monnaie de Paris

52 commentaires pour “Monnaie de Paris Subodh Gupta Very Hungry God”

    • Coucou Francine,
      l’oeuvre n’est pas mal, mais heureusement que je n’habite plus à la Monnaie de Paris.
      Car cette oeuvre n’est pas à la bonne place pour moi.
      Pour que ça glisse sur les aiguilles de pin il faut farter les skis d’une façon particulière.
      Douce nuit et bon mercredi.

  1. En temps normal, l’ art moderne et moi, ne faisons pas bon ménage, mais ici, on ne peut nier qu’ un message est lancé avec cette tête de robot cop qui mine de rien a demandé une sacrée organisation dans le montage !
    Pas de doute c’ est une réussite, et en la regardant, je me souviens des photos que j’ ai pu voir sur des reportages en Inde, avec par ex. toutes les lignes électriques étirées dans un incroyable mélange !
    Merci pour ton article, bravo pour tes photos !
    passe une bonne journée
    Bisous

  2. Hello Francine
    Ah oui ! Cette oeuvre est magnifique. Une réussite parfaite avec ses ustensiles de cuisine. J’ai bien les tété de mort au chromage parfait…un art apprécié des bikers hi hi hi
    Bon Lundi
    bizz
    Pat

  3. Coucou ma Francine,
    Quelle belle découverte, cette sculpture est exceptionnelle. Merci pour cet excellent partage de photos et d’explications très intéressantes.
    Bises et bon début de semaine

  4. Bonjour Francine mais que c’est magnifique c’est vraiment un travail de toute beauté il fallait le faire bravo des superbes photos j’adore bonne journée bisou Claudine Daniel

  5. Voilà de belles photos mais je dois reconnaître que je ne suis pas fan de cet art. Cette pièce est bcp trop chargée à mon goût même si cela n’enlève rien au talent de l’artiste.
    Bonne semaine Francine, bises à bientôt.

  6. Pas de doute l’artiste a un certain sens de l’équilibre
    Cela dit très original certes
    Mais je ne peux pas dire que je sois fascinée par cette oeuvre
    Bonne journée

    • c’est cette œuvre qui m’a motivée pour aller voir cette exposition, qui plus est dans un cadre somptueux qu’il était interdit de photographier pendant les journées du patrimoine; je ne sais pas si ça a changé, j’espère car les lieux sont magnifiques

  7. Bonjour Francine.
    Macabre mais joliment réalisé !
    Je suis loin d’avoir une telle création artistique !
    Grand soleil mais fraîcheur matinale (+8°C)
    Bonne fin de journée.
    Gilbert

  8. Bonsoir Francine ,
    Voilà une oeuvre dans lequel on reconnait un crâne d’humain,mais il faut avoir de la malice dans l’idée pour réaliser celle -ci ….Bravo l’artiste .
    Merci du partage avec ses belles photos
    bonne soirée
    Amitiés

  9. Bonsoir Francine
    quel reportage en Photographies qui sont splendides des unes des autres quelles boulot pour réaliser ceci emboiter etc. avec ces seaux super jolis et à la fin deviens une tête et tout composer devant c est Magnifique d avoir passer ces heures et merci de ces explications j écris ce que je pense et mes idées bisous et merci encore Danielle

  10. Bonsoir Francine, pas facile á réaliser, d un concept moderne, j aime beaucoup tes photos prises sous different angles qui nous permettent de bien visualiser et apprécier l ensemble de cette oeuvre !
    Grosses bises et Bonne semaine, fanfan

  11. Bonsoir Francine, cette tête de mort réalisée avec des objets de cuisine en inox est géniale.. Je n’aime pas l’art moderne, mais ici c’est autre chose.. La réalisation est parfaite. Merci pour toutes tes belles photos qui nous montrent tous les détails..
    Bonne fin de journée, bons baisers

  12. Bonjour Francine, voilà une belle brocante à faire?
    Je manquais de passoire (rire).
    Je suis de retour pour un petit moment, car je pense que pour nous l’été ne sera pas fini.
    J’espère que maintenant tu marches plus aisément.
    Je te souhaite une très belle journée.
    Bisous.

  13. Bonjour Francine
    Une belle réalisation, j’ai cherché une bicyclette mais je ne l’ai pas trouvée !!
    c’est du matériel neuf, ça brille bien ! une réussite ce crane ,
    il faut avoir de bonnes idées !
    Passe une bonne journée, bises

  14. Bonjour Francine
    Je trouve ça surprenant mais magnifique. Il faut le faire quand même, et de plus c’est très ressemblant.
    Bravo à l’artiste car pour arriver à formé le crane en trois dimensions il faut avoir le bon œil !
    J’espère que tu vas bien
    Je te souhaite une très bonne journée
    Bisous
    @lain

  15. Bonjour Francine
    C’est époustouflant et étonnant
    bon heureusement qu’on a le droit de s’exprimer, j’avoue que je suis un peu outrée car ces ustensiles sont apparemment en bon état et auraient pu servir et être donnés à des personnes qui n’ont pas les moyens de s’acheter des articles en inox,
    on ne peut pas nier que c’est un travail de longue haleine et de réflexion
    ce que j’aimerais bien c’est que des artistes fassent de tels sculptures avec du plastique pour tenter d’utiliser tout le plastique qui est en train d’envahir les mers
    désolée d’avoir été négative, par contre tes photos et tes explications sont au top du top et superbes
    bisous
    Am

    • tu sais à ce moment on ne fait plus rien, et on régresse ! j’ai payé pour cette expo, j’aurais pu donner cet argent à un sdf, si je suis ton raisonnement 😉 il y a une chose qui va te réconcilier avec l’artiste, pour d’autres oeuvres il a fait de la récupération…

  16. re Francine hé bien dit moi quelle ouvre magistrale, bon en principe je n’aime pas trop ce genre d’art moderne mais là je reconnais qu’il y à quelque chose et que d’heures de travail que celà à dut demander à l’artiste pour créer ce chef d’œuvre .
    En tout cas un jour si il est dans le manque d’argent il pourra toujours revendre l’acier (rires) et là ça fait du poids bref, la monnaie de Paris ne s’y est pas trompé lol , merci de ce beau partage , passe une bonne fin de semaine bises.

  17. Bonjour Francine .

    Et bien voilà des oeuvres intéressantes et belles à la fois . Faire de telles choses avec peu de moyen ( quoique) il doit déjà en avoir pour du flouse toute cette masse d’inox lol . Belle semaine à et gros bisous .

  18. coucou Francine
    sur qu’un mois d’hopital ça fait long. En fait elle a fait une semaine en hopital et 3 semaines en moyen séjour pour de la rééducation et de la convalescence
    Comme elle était dénutrie et faible , ils l’ont retapé un peu
    Ton minou a déjà un bel âge, 15 ans ! mais je crois que les chats vivent plus vieux que les chiens non ?
    j’espère qu’ils remangent mieux maintenant qu’il fait moins chaud. Quoique aujourd’hui ça encore bien chauffé !
    ils annoncent des orages pour demain, ça fait rafraichir d’un coup
    bonne soirée
    bisous

  19. Il y a là un message fort qui donne à réfléchir sur notre manière de vivre, sur l’échec de la société de consommation, mais ce n’est que mon humble ressenti.
    Amitiés

  20. c’est superbe cette exposition et bien fait chapeau ,cette nuit gros arrosage dans mon jardin et crois moi sa a fait du bien,et aujourd’hui temps sombre et frais enfin ont respire,je te souhaite un très bon Mercredi,bises

  21. Une manière artistique très spéciale de ce sculpteur pour exprimer ce contraste entre les mondes et … le final où il nous mène si j’ai bien compris, quelle ingéniosité l’utilisation de ces matéraiux !
    Merci Francine pour ces superbes clichés et ton exposé complet !
    Bises sous la pluie ch’ti !
    Nicole

  22. Bonsoir
    Le résultat est saisissant , pour une fois j’ aime.

    Bises
    JP

    PS:
    Pour mon article comme je mets beaucoup de photos, il faut parfois réactualiser la page pour tout avoir.

  23. Le rictus de cette oeuvre est impressionnant , il est affamé mais au vu des ustensiles ne doit pas mangé de viande 😉 Bonne soirée Francine (:-*

  24. Belle mise en valeur de la diversité de l’artiste ! Bravo pour l’oeuvre de Subodh Gubta et du savoir faire de la Monnaie de Paris et merci à toi Francine pour ce beau partage ! Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à ma newsletter afin de vous tenir au courant des derniers articles publiés !