logo

Monnaie de Paris Subodh Gupta (1)

Subodh Gupta
« Adda » / Rendez-vous
Monnaie de Paris
11 Quai de Conti Paris 6

Courtesy Hauser & Wirth and the artist

VOYAGE ET EXIL

Si Two Cows (2003-2008) figure la distribu­tion quotidienne de lait et Doot (2003) l’iconique modèle des taxis en Inde (L’Ambassador Car), le déplacement n’est pas que quotidien chez Gupta. Il symbolise surtout pour l’artiste l’exode et la migration. Dans la vidéo All Things are Inside (2007), il filme les maigres effets possédés par des migrants indiens partis travailler au Moyen-Orient qui tiennent dans de petits sacs. Sur un autre écran des séquences de films Bollywood dont le point commun est la présence d’un bagage ou d’un sac, défilent. Le bagage acquiert une valeur métonymique, symbolisant la vie entière de leurs propriétaires.

La valeur des choses

“Au cours de la visite, l’artiste racontera sans doute ses premiers voyages entre l’Inde et l’Europe. « Je n’avais pas beaucoup d’argent alors je prenais des vols avec escale dans les pays du Golfe. Et là j’ai été fasciné par les bagages énormes confectionnés par des gens qui n’ont pas les moyens d’acheter des valises, des emballages incroyables. On ne peut pas deviner ce qu’ils contiennent. Les gens qui font ça ont un vrai savoir-faire artistique. »

Plusieurs œuvres de Subodh Gupta reprennent l’esthétique de ces bagages. Pour boucler la boucle, Subodh Gupta a recréé ces emballages quand une marque de maroquinerie de luxe lui a passé commande pour une ligne de bagages…” (20minutes;fr)

Two Cows
Cette oeuvre s’intitule Two cows, deux vaches, alors qu’on voit deux vélos. Bizarre non ? Voilà encore une évocation de son pays natal avec cette allusion à la livraison quotidienne de lait. D’autres artistes se sont servis de la forme du vélo pour représenter un bovidé. Picasso par exemple, a utilisé un guidon et une selle pour figurer un taureau. Là, en accolant ce titre à cet objet, Gupta évoque à la fois, la production du lait et son transport.

Jal Mein Khumbh, Kumbh Mein Jal Hai [The water is in the Pot and the Pot is in the Water] (2012) est constituée d’une barque – que l’on associe dans l’inconscient collectif à la migration mais aussi au passage vers l’au-delà – et de pots, qui, pour les soufis, figurent le corps humain. L’équilibre précaire de cette oeuvre s’enracine dans la pensée du poète indien du XVe siècle Kabir :
« Water is in the pot and the pot is in the ocean,
Break the pot and the waters merge,
Rarely do we ponder on this unification ».

Jal Mein Kumbh, Kumbh Mein Jal Hai
L’eau est dans le pot, et le pot est dans l’eau
2012 Bateau en bois trouvé
Courtesy Hauser & Wirth and the artist

Cette barque chargée de pots évoque les inondations et les migrations.

THERE IS ALWAYS CINEMA
Les objets peuvent aussi être libérés de leurs fonc­tions, mis à l’arrêt, par leur transfiguration en bronze ou en laiton. Ils sont porteurs d’une histoire, comme nous le rappelle le titre de l’oeuvre There is always cinema, originellement conçue pour une exposition à la Galleria Continua de San Gimignano en 2008.

* 2008 Objets trouvés Courtesy Galleria Continlia, San Gimignano/ Beijing/ Les Moulins/ Habana and the artist

Des œuvres recouvertes d’or
“A la Monnaie de Paris on frappe des métaux plus précieux mais les objets en inox et les pièces d’or ou d’argent ont des fonctions opposées. « On accorde aux pièces une valeur inventée, comme à mes œuvres d’art d’ailleurs. Alors que les ustensiles en inox sont précieux au moment où on les utilise, ni avant, ni après. »
Plusieurs œuvres de Subodh Gupta démontrent que l’invitation faite par la Monnaie de Paris a tout son sens. Notamment des œuvres recouvertes d’or. L’artiste a découvert dans un vieux cinéma italien à l’abandon, que son galeriste avait racheté dans le village toscan de San Gimignano, en Italie, des vieux et énormes projecteurs. Il en a tiré une oeuvre où il présente le projecteur et sa copie, complètement recouverte d’or. Il a utilisé le même procédé avec des bidets retrouvés au même endroit…
« On donne de la valeur, sentimentale, à des objets fantastiques et mystérieux comme un projecteur de cinéma alors qu’il ne marche plus. Moi, je voulais mettre sur le même plan un siège de toilettes », explique Subodh Gupta.” (20minutes.fr)

La galerie s’est installée dans un ancien cinéma, abandonné, construit après la Seconde Guerre mondiale. L’artiste y découvre une salle remplie de matériel mis de côté, vestiges de la fonction primitive du lieu (projecteurs, bobines, pellicules…) – en réalise la copie en métal et l’expose accompagnée de l’objet original.

Ces paires d’objets sont chargées émotionnellement, selon les mots de Subodh Gupta. Elles créent un espace commémoratif, qui renvoie sans doute tout autant au vieux cinéma italien, qu’aux salles de théâtre de son enfance en Inde où se tenaient parfois des projections. Comme souvent dans le travail de Subodh Gupta, plusieurs niveaux de narrations cohabitent et se déploient à partir d’objets désignés comme lieu d’identité et de mémoire.

Courtesy Galleria Continlia, San Gimignano/ Beijing/ Les Moulins/ Habana and the artist

LE LANGAGE DU COMMUN
Subodh Gupta expose comme oeuvre l’objet quotidien, aussi iconique que banal. Unknown Treasure (2017) en donne le signal. Des objets trouvés aux quatre coins de l’Inde se déversent d’un pot en bronze, comme d’une corne d’abondance, un pot qui est lui-même l’agrandissement d’un ustensile de cuisine indien traditionnel, le handi.

L’artiste confond notre regard en reproduisant en trompe-l’oeil dans du bronze des éléments qui ont marqué son quotidien, comme les mangues qui enva­hissent périodiquement les étals des rues en Inde ou la pâte qui sert à préparer le pain traditionnel. Oil on Canvas (2010) découle d’une même logique illusionniste, mais s’attaque cette fois-ci, non sans ironie, aux archétypes du minimalisme. Avec Jutha (2005), l’artiste expose de la vaisselle usagée souillée dans des éviers, dont un faux son de vaisselle s’échappe, évoquant ainsi la complexité des notions de propreté et de pureté dans la cuisine et la nourriture.

Le film I Go Home Every Single Day (2004-2014) retrace le trajet de l’artiste depuis son atelier actuel à Dehli jusqu’au village où il est né, Kagaul dans le Bihar. Il pose un regard direct sur des scènes de vie quotidienne, l’image s’accélérant au gré de la vitesse du train ou de la marche.

Wash before eating (Laver avant de manger) 2018 Bronze peint, fontaine en faïence Courtesy Hauser & Wirth and the artist

LES DIEUX SONT DANS LA CUISINE
La nourriture est au coeur de l’oeuvre de Subodh Gupta: il assemble et juxtapose des ustensiles de cuisine, il filme la préparation de s aliments et leur ingestion, organise des performances à ce sujet, peint la vaisselle usagée.

L’artiste commence à utiliser les récipients en acier inoxydable en 1996. En dépit de la diversité de la population indienne, ces ustensiles sont un dénominateur commun de la société. L’artiste est fasciné par l’aspect rutilant de cette vaisselle peu onéreuse qui symbolise la prospérité, alors même que la population indienne peine à remplir ces récipients. L’oeuvre de Subodh Gupta ne cesse depuis de tisser des liens entre le contenant et le contenu.

“Gupta a aussi bâti des buildings en gamelles, placés sur un tapis roulant pour sushis et qui se meuvent sans fin. “Les plats italiens, chinois, indiens ont conquis le monde entier. Mais cette œuvre [Faith Matters, (“la foi est importante”), 2007-2008] parle aussi de la route de la soie, des épices précieuses trimballées depuis l’Asie”, explique l’artiste.” (lejdd.fr)

Les boîtes à repas – les traditionnelles tiffin dabbas – se chargent d’une prise de position économique et politique dans Faith Matters (2007-2008) lorsqu’elles tournent à vide et en boucle sur un circuit mécanique ; elles évoquent la route de la soie et symbolisent aujourd’hui le transport alimentaire mondial. Si les ustensiles de cuisine déformés par les cuissons sont comparables à des astres pour Subodh Gupta dans les récentes peintures In this Vessel Lies the Seven Seas, c’est aussi parce que la nourriture est pour lui l’allégorie de l’univers.

Sister (Soeur) 2005 Centre Pompidou-Musée national d’art moderne Centre de la création industrielle, don de la Société des Amis du Musée national d’art moderne Projet pour l’art contemporain, 2006

Faith Matters (La foi est importante) 2007-2008

Quelle est cette drôle d’installation tournante qui attire notre regard ? Il s’agit d’empilements de « dabbas ». Ces boîtes à repas, très répandues en Inde où des millions de repas sont livrés chaque jour, forment ici comme un paysage de grattes-ciel.

“Le plasticien indien Subodh Gupta, 54 ans, raconte qu’il aimait regarder des heures sa mère et ses trois sœurs préparer les repas dans la maison familiale à Khagaul, une petite ville de l’Etat du Bihar, l’un des plus pauvres du pays. “La cuisine était le centre du foyer”, se souvient celui qui fut orphelin de père à 12 ans. Elle est devenue le noyau d’un monde en extension et l’une des sources de sa création.” (lejdd.fr)

Courtesy Hauser & Wirth and the artist

55 commentaires pour “Monnaie de Paris Subodh Gupta (1)”

    • Coucou Francine,
      Georges en passant voit l’adresse à la Monnaie et me demande pourquoi ils ont mon ancienne adresse et qu’est ce que ce tas d’objet?
      Moi j’aime bien les vélos dorés, le reste moins! Oh si la fontaine pleine de fruits me plait bien. Ces expos sont peut être d’un modernisme qui nous surprend. Mais peut être car ce sont pour nous des coins archi connus.Douce nuit et bisous.

  1. bols et autres ustensiles de cuisine ont marqué cet artiste, mais il est vrai que tous les reportages sur l’ Inde montre à quel point la cuisine y a son importance !
    IL aime bien jouer avec les symboles et suggérer en mêlant plusieurs éléments !
    Ces oeuvres ne sont pas forcément belles, mais surprenantes et forçant à la réflexion !
    Merci pour ton article et les très belles photos !
    Passe une bonne journée
    Bisous

  2. Bonjour Francine, curieux comme exposition?
    C’est porté sur la dorure, dommage que ce ne soit pas de l’or véritable car un vélo en or ne resterait pas longtemps dans la rue de Paris (rire).
    C’est très hétéroclite mais c’est sympa.
    Je te souhaite une très belle journée.
    Bisous.

  3. Une exposition qui me laisse perplexe ! Que ces objets soient présentés comme objets à garder en mémoire d’accord mais de là à leur donner le nom d’oeuvre d’art ! J’ai le souvenir d’un film indien où une boîte à repas étagée avait été délivrée à la mauvaise personne et cela avait bouleversé deux existences ! Merci pour les belles photos . Passe un bon jeudi Francine Bisous

  4. Coucou ma Francine,
    Une belle découverte cette expo et cet artiste surtout.
    Un billet très intéressant ! Par contre beaucoup de métal doré…. Les toilettes m’ont fait sourire.
    Bises et bon jeudi

  5. Bonjour Francine, c’est formidable toutes ces choses qu’il a assemblées pour en faire des sculptures et qui pour lui ont un sens.. C’est très original..
    Tes photos sont superbes comme d’habitude.
    Bonne journée, gros bisous.

  6. Contrairement à la dernière oeuvre, toutes celles que tu nous présentes aujourd’hui me plaisent bien. Hélas ! Je suis bien trop loin pour la visite mais sûrement, un jour…….
    Merci Francine, bonne journée, bises à bientôt.

  7. Bonjour Francine
    finalement il met à l’honneur les ustensiles familiers de la maison. On se sent concerné par tel ou tel objet. Les boites repas me rappellent mon enfance, mon père en avait une !!
    bisous

  8. Bonjour Francine, tes photos sont superbes. L’exposition est bien grande. J’ai un faible pour la fontaine en faïence. Merci.
    Douce fin de journée
    Bisous

  9. Bonjour Francine.
    Le temps orageux semble ralentir la connexion.
    Si tu veux adapter le 16/ 9 en 4/3, il te suffit de modifier, en première ligne et en dernière ligne:
    33.75vw par 40vw
    …et pi c’est tout !
    Bonne fin de journée.
    Gilbert

  10. Déjà que les vélos se font faucher très facilement… alors ceux en or ! faut un régiment pour les protéger ! Super cette exposition, marrante et très originale !
    Bonne soirée
    Gilbert

  11. Bonsoir Francine je la trouve géniale cette expo ca sort vraiment de l’ordinaire tu nous offre des sublimes photos merci à toi bonne soirée bisou Claudine Daniel

  12. Bonsoir Francine
    Original cette exposition, même vieux le matériel sert toujours !
    comment a t’il pu faire pour récupérer tout ça neuf ?
    ça l’occupe dans son imagination et ça distrait les gens !!
    Passe une bonne fin de journée, bises

  13. Tous ces objets en métal doré sont agréable à regarder
    Pour les taureaux il fallait de l’imagination pour les représenter en vélo (oui…. le guidon pour les cornes)
    Exposition étonnante
    Bonne soirée Francine
    Bisous

  14. J’aime bien le contraste des objets qui ont un chacun une signification! Les vélos sont superbes et les boîtes repas me disent quelque chose! J’aime bien cette expo , elle est originale! J’ai visité à Barcelone le Musée de l’Art Moderne ! Tout aussi intéressant pour ceux qui aiment l’art moderne! Bisous!

  15. Bonjour Francine,
    Voilà de belles oeuvres , mais j’ai du mal à m’adapter à ce genre de travail artistique.
    Chacun ses gouts
    Bonne soirée
    Amitiés

  16. Bonjour Francine.
    Comme tes images semblent faire 800x600px, j’ai mal calculé: il te faut modifier la première ligne et la dernière ligne du code en remplaçant 33.75vw par 45vw.
    Ainsi, le montage fait 60vw de large et 45vw de haut et nous avons bien le ratio 4/3.
    Gilbert

  17. Re-Bonjour.
    Si c’est 900x600px le format de tes photos, alors c’est bien 40vw qu’il faut écrire à la place de 33.75vw et conserver 60vw de large .
    Gilbert

  18. Bonjour Francine
    Merci de ce bel Article très intéressant par ces résumer ou j ai appris pas mal de choses c est sur que la cuisine et autres comme les cultures etc. sont important chez eux j apprécie tes Photographies bien sur elles ont claires et jolie en te souhaitant un très bon WEED-END bisous Danielle

  19. Bonjour Francine, j’espère que dans ces boites repas de voyage, il restait encore quelques bons menus?
    Le soleil est toujours présent ce qui risque de nous donner un bon week-end.
    Passe une belle journée et doucement sur ta gymnastique.
    Bisous.

  20. Bonjour Francine
    sincèrement je vais te dire que j’aime beaucoup ce Monsieur a beaucoup de talent c’est vraiment magnifique il a beaucoup d’imagination aussi j’adore je te souhaite un bon week end bisous
    Marcel

  21. Bonsoir Francine, merci de ta visite, c’est vrai nous avons fait une jolie promenade dans ce sous bois, mais hélas pour y parvenir il fallait déjà gravir quelques marches et à la fin nous avions cette jolie petite église.
    Je te souhaite une belle soirée.
    Bisous.

  22. Il y a souvent un double sens dans ses œuvres 😉 je suis assez bon client pour l’art , je regarde ça souvent sans a priori . Bonne fin de week Francine (:-*

  23. Bonjour Francine, un petit passage afin de venir te souhaiter un très bon dimanche.
    Je pense que tu vas profiter de cette belle journée pour faire quelques pas.
    Bisous.

  24. bonjou
    j’ aime beaucoup c’est trés intéressant , et quelle imagination
    j ‘étais ébahie par l’ utilisation faite aux vieux résevoirs de toilettes suspendus
    La fontaine en faience bien sur est trés belle
    mais le tout surprend et attire l ‘oeil
    merci pour les photos de qualité
    bises Francine

  25. Bonjour Francine bon je vois que j’ai raté quelques épisodes lol ce billet est superbe avec tes très belles photos , cet artiste à beaucoup d’idée vraiment une belle exposition à ne pas manquer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à ma newsletter afin de vous tenir au courant des derniers articles publiés !