logo

Marseille Une Turcat-Méry au Palais de la Bourse

Marseille Une Turcat-Méry au Palais de la Bourse

Marseille insolite et secrète 

L’aventure commence avec deux cousins marseillais, ils ont 22 ans. Le premier, Léon Turcat est diplômé de l’Ecole supérieure de commerce, le second, Simon Méry est diplômé de l’Ecole d’ingénieurs. En 1895 ils voient la première voiture, une  Panhard-Levassor, circuler dans Marseille (c’est le frère de Simon qui l’a achetée). Fascinés, ils décident de se lancer dans l’aventure automobile et construisent deux premiers prototypes, dans un simple garage.

En mai 1899, ils créent les ateliers de constructions d’automobiles Turcat- Méry, installés boulevard Michelet. La première voiture, une 4 cylindres développant 16 HP et capable d’atteindre 80 km/h, est commercialisée en 1901. Les ventes s’envolent, et la marque Turcat-Méry se lance dans la compétition automobile avec succès, notamment grâce à la fameuse « Tarasque ».

La consécration a lieu en 1911, avec une victoire  dans la première édition du rallye de Monte-Carlo à une moyenne de 13.8 km/h. Hélas, la première guerre mondiale met un coup d’arrêt, l’usine tourne au  ralenti et participe à l’effort de guerre par la fabrication de munitions. La marque reste un produit de luxe, pour les plus fortunés : le montage des voitures est artisanal et méticuleux, avec le souci du dernier cri  pour les innovations.

A la sortie de la guerre, les produits de luxe ne font plus recette. Malgré ce contexte défavorable, la société déménage dans des locaux plus grands boulevard Michelet et ouvre son magasin sur les Champs Elysées à Paris. Les investissements sont lourds, la pénurie des matières premières fait flamber les prix, les commandes diminuent. Les banques ne soutiennent plus l’entreprise. Enfin, face à l’impossibilité de produire des voitures à la chaîne, la marque à la cigale s’éteindra en 1929.

Cette voiture est un modèle Torpédo construit à Marseille en 1927, 7 chevaux, roues à rayons, quatre freins à tambour, vitesse maximale enregistrée : 58,5 km/h.

La voiture est en parfait état, ainsi que les pneus (Michelin continue à fabriquer des pneus pour les voitures de collection).  Cette belle histoire marseillaise, et la passion des Turcat pour les moteurs ne pouvait pas s’arrêter là : André Turcat, neveu de Léon, fut le premier pilote du Concorde en mars 1969.

  
* sources : http://www.marseillais-du-monde.org/ et éditions Jonglez

22 commentaires pour “Marseille Une Turcat-Méry au Palais de la Bourse”

  1. Bonsoir Francine, en voyant ton artcle et en lisant le nom de Turcat, je n’ai pu m’empecher de penser à André ainsi que  cet avion que j’étais parti voir en voyage scolaire..Leurs voitures ont favorisé l’essort ainsi que les Panhards de l’industrie actuelle, mais quid des reconnaissances du passé..Heureusement que des musées et des passionnés voire plus qui permettent de revoir et de perpetuer l’histoire ..

    Bonne soirée, bisous @+

     

  2. Une bien belle auto! Et premier pilote du concorde, ce devait etre quelque chose. Au fait je serais probablement a paris fin juillet mais je te donnerais des précisions le moment venu. bonne soirée

  3. Bonjour ma belle, ben ça alors voilà autre chose… décidément tu me feras toujours découvrir quelque chose… toujours pas de grava.. je comprend pas si ton image est bien chez eux il n y a que le fait que ton adresse mail dans ton pavé comm n est pas concordante car c est le critère de recherche gros bisous

  4. Oh mais c est plus bête que ça tu as du décocher l autorisation d affichage des avatars dans ton admin car il n y en a plus un seul sur ton blog vérifies tu dois avoir décoché dans la bagarre.. bisous bonne journée

  5. écoutes je ne comprend pas ce que je te propose tu phone et on le fait en même temps… on verra où le bas blesse mais si quand tu vas sur le site grava ton image s affiche bien je reste persuadée que c est une histoire d adresse mail différente entre grava, over et celle qui est dans ton formulaire de saisie des comm il faut qu elles soients toutes identiques bisous

  6. Yeeeessss ça marche….. n oublies pas de cocher se souvenir de ces informations gros bisous maintenant je vois tout de suite si t es passée me voir c est super bonne journée moi aujourd hui c est couture j aime pas trop mais les rideaux refusens de s ourler tous seuls…

  7. superbe cette voiture ancienne! moi qui adore les voitures !!

    Accompagnée par l’orage qui gronde au dehors et la pluie qui ne cesse de tomber depuis cet après midi, je passe pour ma petite bise du jour.

  8. Bonsoir Francine. C’est avec ça que tu nous fais visiter Paname le 2? lol  Belle pièece mon amie… Bisous… le 2 ma journée se termine à 17h, donc on peut faire comme la dernière fois… Bisous…

  9. Claude sera de la partie, par contre Josette ne sera pas libre. Nath je n’ai pas de vraies nouvelles, mais tu disais l’autre jour qu’elle sera de la partie. Je vais battre le rappel et je te tiens au courant. Mais on peut partir sur la base de 17h30 au métro comme la dernière fois. j’ai le même hôtel. Bisous…

  10. Mais tu ne dis rien des odeurs de Marseille ! et notamment cette délicieuse odeur de boustifaille que l’on sent à toute heure du jour…et je te signale qu’il y a vraiment une rue qui s’appelle “Paradis”…et qui était autrefois et peut-être encore aujourd’hui destinée à faire connaître le paradis sur terre à ces messieurs…

  11. coucou,
    merçi pour ces belles photos et tes explication. aujourd’hui c’etait nuageux mais que quelques gouttes ce matin. passe une excellente soirée, gros bisous

  12. Bonsoir Francine. Me revoila dans le circuit mon amie… Alors des news de ton job? Le 2 je serai au même hôtel qu’en mars et ma journée se termine à 17H. Claude est ok, mais Josette sera retenue… Nath je n’ai pas de nouvelles, je vais essayer de l’appeler… Bisous…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à ma newsletter afin de vous tenir au courant des derniers articles publiés !