logo

Libération de Paris L’ arrivée de la 2e DB et de la 4e DIUS le 25 août 1944

Libération de Paris L’ arrivée de la 2e DB et de la 4e DIUS

Rappel historique

En ce 14 juin 1940, par une journée pluvieuse, Paris tombe sans combat. Les soldats du Reich entrent dans une ville silencieuse vidée des deux tiers de sa population, partie sur les chemins de l’exode. Le premier acte de l’occupant sera d’ôter le drapeau français qui flotte sur le ministère de la Marine. A la place se dressera le drapeau à croix gammée au sommet de l’Arc de triomphe.

Les allemands réquisitionnent par la suite les monuments et les immeubles afin d’y installer leurs bureaux, leurs logements et leurs soldats. Tout cela, sous les yeux du petit million de parisiens toujours dans la ville …Leur vie quotidienne en sera affectée, ils subiront les réquisitions, les pillages, les persécutions, la répression, le froid et la faim.

 

Paris, Paris outragé, Paris brisé, Paris martyrisé mais Paris libéré !

 

Les soldats de la 2e DB saluent les parisiens incrédules mais heureux d’être enfin libérés…

 

La libération de Paris le 25 Août 1944 : la 2e DB et de la 4e DIUS*

L’arrivée de la 2e DB

Libération de Paris par la 2e DB et la 4e DIUS  Libération de Paris par la 2e DB et la 4e DIUS

*La joie des soldats de libérer Paris devant une foule en liesse…

“A partir du 13 août 1944, la division est regroupée dans la région d’Argentan et le général Leclerc (Philippe de Hauteclocque) attend impatiemment l’ordre de foncer sur Paris. Cette impatience grandit avec l’annonce de l’ordre d’insurrection de Rol-Tanguy, commandant les FFI d’Ile de France, affiché dans Paris le 18 août.

Libération de Paris par la 2e DB et la 4e DIUSLibération de Paris par la 2e DB et la 4e DIUS

La libération de Paris est en marche… Le long cortège de la 2e Division Blindée, dirigée par le Philippe général de Hauteclocque, entre enfin dans Paris !

Libération de Paris par la 2e DB et la 4e DIUS

Division de fer toujours en avant
Les gars de Leclerc passent en chantant.
Jamais ils ne s’attardent, la victoire n’attend pas et chacun les regarde
Saluant chapeau bas.
Division de fer toujours souriant
Les gars de Leclerc passent en chantant.
D.B. vive la deuxième DB !

Chant de la 2e DB

Libération de Paris par la 2e DB et la 4e DIUS

Leclerc envoie de sa propre initiative le 21 août en direction de Versailles, un élément aux ordres du commandant de Guillebon, -polytechnicien, rallié de la première heure- pour tester les défenses allemandes. Face aux hésitations du commandement allié, l’insistance de Leclerc et celle du général de Gaulle auprès du général Eisenhower, commandant en chef allié, l’envoi de la mission Gallois par Rol-Tanguy, l’ordre est enfin donné le 22 août au soir par Bradley de libérer la capitale avec l’aide de la 4e Division américaine.”

Libération de Paris par la 2e DB et la 4e DIUS

 Ils ont connu des brunes et des blondes
Dans les pays qui les ont vus passer
Mais dans leur coeur un seul amour au monde
Notre pays qu’ils viennent délivrer.
C’est pour eux tous dans un doux coin de la France
La fiancée qui attend le retour,
Elle oubliera tous les jours de souffrance
Quand la victoire lui rendra son amour.

Chant de la 2e DB

Libération de Paris par la 2e DB et la 4e DIUS

Enfin, le 24 août, la division Leclerc s’organisée en deux colonnes et se dirige vers Paris à l’ouest, par la vallée de Chevreuse, Jouy-en-Josas, Clamart; au sud elle emprunte un itinéraire sans opposition allemande; la colonne se glisse à travers Fresnes, l’Haÿ-Les-Roses, Bagneux, Cachan, Arcueil, Gentilly la porte d’Italie, puis le boulevard de l’Hôpital, franchit le pont d’Austerlitz longe le quai Henri IV et atteint l’Hôtel de Ville à 21 h 22.

Libération de Paris par la 2e DB et la 4e DIUS

“Le lendemain, le groupement Billotte suit l’itinéraire de Dronne et installe à la Préfecture de Police avec l’ordre d’intervenir aussitôt sur les Tuileries, la Concorde et l’Hôtel Meurice. Le groupement Dio met en route deux colonnes : Noiret passe par les boulevards extérieurs pour se rabattre sur le Champ de Mars. Rouvillois, s’assurant au passage des ponts principaux converge par les Invalides vers le palais Bourbon et le quai d’Orsay. Le groupement Langlade atteint en début d’après-midi l’avenue Victor-Hugo, l’action principale est portée sur l’avenue Kléber. Ses hommes font la jonction avec ceux de Billotte à la Concorde. Suivi du groupement Dio prêt à intervenir, le général Leclerc s’est réservé avec son escadron de protection la porte d’Orléans et la gare Montparnasse. Chaban, suivant l’ordre de Koenig, se porte à sa rencontre et le guide à bord de son scout-car, jusqu’à la gare Montparnasse où Leclerc établit son PC. En début d’après midi, von Choltitz est fait prisonnier, et signe la convention de reddition que lui tend Leclerc à la Préfecture de Police. A la gare Montparnasse, après la signature de la vingtaine d’ordres de cessez-le-feu par le commandant du Gross Paris, des proches l’entendent murmurer : « Enfin, ça y est ! ». Il est un peu moins de 17 heures lorsqu’il accueille avec le colonel Rol-Tanguy, chef des FFI, le général de Gaulle.”

Libération de Paris par la 2e DB et la 4e DIUS

Libération de Paris par la 2e DB et la 4e DIUS

L’arrivée de la 4e DIUS

“Le 23 août, à une 1 h du matin, devant la situation périlleuse à Paris, Gerow, commandant le 5e corps d’armée américain dont dépendent la 4e DIUS et la 2e DB donne comme base d’ordre le « 5e corps avancera sans attendre sur Paris par deux routes, prendra la relève des FFI à Paris, s’emparera des ponts au sud de la ville et établira une tête de pont au sud-est de Paris ».”

Libération de Paris par la 2e DB et la 4e DIUS

“A ce moment là, la 4e division, commandée par Barton après de durs combats et des pertes, s’est regroupée près d’Arpajon. Le général Barton place le 8e régiment d’infanterie en réserve et choisit le 22e régiment d’infanterie, alors le plus proche de Paris, pour lui intimer de mener les troupes américaines dans la capitale ; motorisé, le régiment prend la route en traversant Athis-Mons, Villeneuve le Roi.

Libération de Paris par la 2e DB et la 4e DIUS

 *Sur la  jeep, le sigle de la 2e DB, sur la portière, la France avec la Croix de Lorraine

Libération de Paris par la 2e DB et la 4e DIUS

Le temps est exécrable, les chemins glissant, la marche exténuante. Et pourtant…Ecartée de la Seine par des coups de canons, la troupe avance sans rencontrer de résistance avec pour écran le 102e groupe de cavalerie du colonel Dolph, et les Américains atteignent Notre Dame (25 août, il semble que ce soit par l’escadron de la 38e à 8h30), malgré l’énorme foule parisienne qui les acclame et retarde l’avance. Les soldats occupent les gares d’Austerlitz, de Lyon, la gare de Vincennes et des éléments de reconnaissance poussent jusqu’aux faubourg nord et nord est de la capitale.”

Libération de Paris par la 2e DB et la 4e DIUS

 *2e Division blindée et  4e Division d’infanterie américaine US

sources : http://liberation-de-paris.gilles-primout.fr/ 

complément Paris Zigzag et paris.fr

70 commentaires pour “Libération de Paris L’ arrivée de la 2e DB et de la 4e DIUS le 25 août 1944”

  1. coucou Francine
    me revoilà lol
    que de mauvais souvenirs pour certains cette guerre. D’ailleurs les guerres ne devraient pas exister si les gens étaient intelligents
    Il y a quand d’autres moyens pour trouver des arrangements
    Temps moche encore ce matin, nous ne verrons pas le soleil sans doute
    bonne semaine à toi
    bisous

  2. En temps de paix refaire l’histoire je ne suis pas contre…. pour ceux qui n’ont pas connu, et puis ceux qui ont connu, émotion, mais plus jamais ça en vrai, merci Francine, bises, jill

  3. il faut quand même remercier cet allemand qui a refusé de faire exploser tous les monuments de Paris.
    L’ armée allemande avait subi toutes sortes de revers, et la libération de Paris était le dernier coup de boutoir.
    L4 histoire montre pourtant que la folie de conquêtes finit toujours par échouer un jour ou l’ autre .
    Bel article, joli reportage photographique !
    Bonne journée
    bisous

  4. Ah, oui, effectivement, je comprends le “lourd” 🙂
    tu as pu assister à une belle reconstitution !
    belle journée à toi, bises

  5. Voilà des journées qui ont fait la France…
    Il y aurait tant de chose à remettre d’aplomb aujourd’hui…
    Il faudrait que ces gens courageux reviennent, une fois !!!
    Amitiés
    Jean

  6. bonjour francine quel beau reportage j aurais aimé les voir passer ce doit etre emouvent meme 70ans apresbonne journée bisesssssssssssss

    • les circonstances sont différentes; les badauds ont évidemment acclamé le défilé, mais il y a eu un tel effet de surprise, peu de gens, et encore moins les habitants du quartier, étaient au courant du passage des troupes dans leur rue!!!! seuls les initiés le savaient….. 😉

  7. merci pour cet article
    mon pére fut blessé à la libération de PARIS le 24 aout il y était avec des résistants deux de ces copains y laissérent la vie ,
    pensées pour eux tous des jeunes de moins de 30ans une plaque commémorative est à Suresnes au mont Valérien( la ou je suis née après ….)
    kenavo Francine
    bises

  8. Bonjour Francine,
    ce jour là avec ma mère nous sommes descendues à l’hôtel de ville de Paris, il y avait un monde fou et des tirailleurs retranchés ont commencé de tirer sur la foule, on nous a fait rentrer dans l’hôtel de ville, lorsque tout fut calme , ils nous ont laissé repartir… Belle frayeur j’avais 10 ans.
    Bon début de semaine, gros bisous

  9. Bonjour Francine,
    très belle reconstitution, les photos sont superbes. C’est différent de ce 25 aout 1944, les véhicules sont trop propres, les uniformes bien repassés, ils ne font pas armée en guerre. Encore un de tes articles très intéressant, j’aime beaucoup.
    Passe une bonne semaine.

  10. Bel article Francine , tu étais sur le front si j’ose dire !!
    Reportage de passionnée .
    Bon lundi a toi .
    Bizz
    Gris est le ciel Nantais ce matin

  11. Bonjour Francine , une belle reconstitution, quoique cela reste une reconstitution, on n’a pas la joie du public à l’époque !!! normal !!!
    Bon début de semaine gros bisous Rozy

  12. très belle reconstitution,
    si je peux me permettre un traitement en Noir et blanc de certaines photos aurait ajouté une connotation de l’époque.

  13. Hello Francine
    Hier soir, je suis allé voir la commémoration de la libération de Cannes. Un beau défilé comme celui que tu présentes …. Ce qui est drôle, c’est que mon père n’était pas de la libération de Cannes, mais de celle de Paris. Car c’est un ancien de la 2e DB du général Leclerc, ancien membre de Rhin et Danube. Il a donc libéré Paris, mais aussi l’Alsace. Quand , j’ai fait mon armée à Strasbourg à la BA 124 , il était venu me voir et cela avait été pour lui une sacré émotion de retrouver ces lieux….
    bizz
    Pat

  14. Bonjour francine
    je suis d’une génération qui petite a connu la libération de la France
    combien de nos jeune savent ce que nous avons souffert pour que notre pays soit libre,(quand je vois à la télé siffler notre hymne nationale)
    Aout se termine comme juillet, nous n’aurons pas eu d’été chez-nous cette année
    je te souhaite de passer un bon début de semaine
    gros bisous

  15. Une belle reconstitution ma Francine et surtout un beau rappel historique. Maman s’en souvient. Elle travaillait sur les Champs au Crédit Commercial de France, et elle en parle encore avec une certaine émotion. Tu penses, grimper dans les véhicule aux côté des alliés, même si la 2ème DB a connu beaucoup de difficultés pour rentrer dans Paris la première après de nombreuses tergiversations….!!!!
    Bises et bon après midi. ZAZA

    • disons que la libération de paris ne faisait pas partie des priorités d’Eisenhower, commandant en chef des forces alliées en Europe 😉

  16. quel bel article très complet, comme toujours ! Tes photos sont remarquables. Il est important de relater tous ces évènements historiques et de rendre hommage à tous ces combattants qui ont contribué à la libération de notre beau Paris. Tu es une historienne et c’est merveilleux de te lire.
    En tout cas nous aurons une semaine bien triste. Et dire que demain je retourne au zoo ! C’est risqué : moi sous le parapluie et les animaux dans leur antre ! Au prix où est l’entrée !
    Bonne semaine Francine et gros bisous.

  17. bonjour, je me doutais que tu allais sauter sur l’occasion, par chez nous aussi de nombreux passages mais on n’a pas pu y aller. Quelle bonne idée ces photos en noir et blanc, je crois que j’en aurai mis un peu plus, une ou deux couleurs juste pour rappeler que ce sont des photos actuelles, enfin je comprends que tu aies aussi profité du beau temps.
    J’espère que le reportage de ce soir à la télé sera réussi
    bonne soirée

  18. bonsoir Francine,

    Magnifique reportage sur cette période de libération de Paris.
    j’aime bien ses photos en comparaisons .
    bonne soirée
    amitiés

  19. Bonjour Francine, j’aime ton reportage. J’ai vu aussi aux infos mais avec tes photos en plus, c’est superbe. Un grand merci pour ce partage.
    Belle fin de journée.
    Bisous 😉

  20. une super idée ce reportage, surtout les photos en N&B et au moins il faisait beau parce qu’aujourd’hui ce n’est pas un temps a mettre le nez dehors… bises bonne soirée Francine à demain bises

  21. Ca fini par en être écoeurant cette commémoration. Trop c’est trop. Même dans les rue de ma ville ils ont sorti les drapeaux. Ils feraient mieux de nous donner un jour férié et de s’occuper de la libération de la bande de Gaza. Comme le temps est beau fixe, je m’en vais commérorer ! Bonne soirée Francine. Bisous. Yves

  22. Bonjour Francine
    cette guerre a touché plusieurs pays . Chez nous , en Belgique, c’est la même chose !! il y a des musées qui exposent pas mal de choses
    dans notre région , on en parle beaucoup . D’ailleurs, chaque jour , il y a le salut aux morts ! si tu as le temps , tu peux découvrir cela en cherchant Ieper ou Ypres
    il y a beaucoup d’explications aussi

    quel temps !! chez nous il pleut
    mes enfants sont partis hier en caravane pour une semaine de vacances . j’espère que les petites n’auront pas froid !!

    je t’embrasse
    Marieclo

  23. Bonsoir Francine

    Très beau reportage

    des émotions, des souvenirs, bons ou mauvais

    Hélas on ne voudrait plus revoir cela et pourtant que de conflits se déroulent encore actuellement … les hommes ne comprendrons jamais qu’ils vont à leur perte …

    Bonne semaine mon amie, qu’elle soit pour toi celle de tous les bonheurs

    amitié et bises
    rebecca

  24. Mon fiston était à Paris samedi, il m’a envoyé des photos, un tel spectacle ne se rate pas!
    Gros bisous du soir de Mireille du Sablon

  25. Bonjour Francine
    tu étais sur le pieds de guerre pour assurer ce reportage et ce soir ce n ‘est pas terminé !
    Noir et blanc et pourquoi pas un petit sépia , avec une dernière en couleur pour le renouveau !! oui tu as bossé tard ! Bravo à toi
    A demain pour la suite bisous

  26. Bonsoir Francine, c’est une reconstitution grandiose et magnifique, merci ton article m’a pas mal éclairé. Les photos sont superbes et le contraste en noir et blanc est une touche spéciale. Je te souhaite une merveilleuse soirée.

  27. Bonjour Francine,
    Ah oui, souvenirs, souvenirs dans les rues de Paris!!! la phrase du général De Gaulle. tu l’as mises ….
    Le 23 août 1944 ? c’est quand Charles De Gaulle a libéré Chartres ?
    Bof, je me trompe peut être !!! moi et l’histoire !!!!!!!
    Nous avons eu un temps magnifique aujourd’hui encore, 27 ° , belle journée,
    mais comme j’ai marché seule, je n’ai marché que l’après midi, 12 km …. ça fait du bien.
    Je te souhaite une bonne soirée avec l’amour de tes chats…
    bises, Roguidine

  28. Ah, je viens de voir ton com sur mon blog, m…. alors, si il pleut ils ne vont pas le faire ? ils vont le repousser à un autre jour !!! peut être !!
    Ben demain c’est pour nous, quand il pleut à Paris, le lendemain on a la pluie…. brrrr ça ne peut pas durer, pourtant quelle belle journée
    Bonne nuit, tu y es peut être, la pluie s’est peut être arrêtée, je saurai ça demain

  29. Ma maman aussi se souvent de la libération de Paris, mais elle n’y était pas par contre elle était à celui de Bruxelles, quelle liesse
    1944, la libération de Bruxelles
    Le 6 juin 1944, les troupes alliées réussissent le débarquement sur les plages de Normandie. C’est le début de la libération de l’Europe occupée par les Nazis. Aux alentours du 29 août, les Allemands se replient massivement à l’est de la Seine, abandonnant leur équipement lourd. Ensuite, la campagne du Nord de la France et de la Belgique devient principalement une poursuite.

    Boulevard Lambermont, septembre 1944 (cliquer pour élargir) Le 1er septembre 1944, les troupes alliées franchissent la frontière belge en divers endroits. La 2e armée britannique du général Sir Miles Dempsey libère Tournai (le 2.9), Bruxelles (le 3.9) et Anvers (le 4.9). Le 8 septembre, la 2e armée franchit le canal Albert à hauteur de Geel. La 1re armée US libère quant à elle Mons (le 2.9), Liège (le 6.9), Verviers et Arlon (le 7.9). Elle franchit le canal Albert à proximité d’Hasselt (le 7.9) et dans la région de Maastricht (le 8.9). Ensuite, elle franchit la frontière hollandaise à Maastricht (le 9.9), libère le Grand-duché de Luxembourg (le 10.9) et franchit la frontière allemande dans la région d’Aix-la-Chapelle (le 11.9).

    La brigade Piron
    Brigade Piron (cliquer pour élargir) C’est le général Brian Horrocks, commandant du 30e corps d’armée britannique qui donne l’ordre à la 2e division blindée des Guards du général Adair de se lancer sur l’axe Arras, Douai, Tournai, Hal et Bruxelles. Le “groupement belge”, la brigade qui entrera dans l’histoire portant le nom de son chef, le colonel Jean Piron, fait partie de ce corps d’armée.

    Le samedi 2 septembre, la résistance réussit le sabotage d’un convoi de 1.500 prisonniers politiques quittant la gare du Midi. Tous sont libérés.

    Le Palais de Justice
    Palais de Justice, septembre 1944 (cliquer pour élargir) Le dimanche 3 septembre, dans l’après-midi, la 2e division blindée pénètre dans Bruxelles par l’avenue de Tervuren. Dans la matinée, les derniers allemands chargent en toute hâte des camions militaires. Déjà depuis quelques jours, ils se retirent, fuyant vers l’est. Mais avant leur départ, ils mettent le feu au Palais de Justice pour détruire les documents qui s’y trouvent encore. La population s’est mobilisée pour éteindre l’incendie sans pouvoir empêcher l’écroulement de l’imposante coupole de cuivre, fondue sous la chaleur de l’incendie. Dans les caves on découvre d’énormes quantités de vivres et de produits de luxe que les Allemands avaient réquisitionnés.

    Les Marolliens mettent Hitler en terre
    Boulevard Lambermont, septembre 1944 (cliquer pour élargir) Le lendemain, le 4 septembre, la brigade Piron arrive à Bruxelles. Les Allemands chassés, le Front de l’Indépendance investit quartier par quartier les maisons des inciviques. Les prisons se vident de leurs prisonniers politiques pour se remplir de collaborateurs. Des soldats alliés nettoient les derniers nids de résistance. Le dimanche 10 septembre, les Marolliens organisent un simulacre d’enterrement de Hitler. Une plaque commémorative, inaugurée rue de la Prévoyance, rappelle cet événement.

    Montgomery et Bruxelles
    Grand-Place, septembre 1944 (cliquer pour élargir) Au moment de la libération de Bruxelles, le front allié s’étend de l’embouchure de la Somme jusqu’à la ville de Troyes, le long de la ligne Lille-Bruxelles-Mons-Sedan-Verdun-Commercy. Le 7 septembre, le général Montgomery est accueilli officiellement à l’Hôtel de ville de Bruxelles par le bourgmestre Vande Meulebroeck. Il félicite les troupes de la brigade Piron pour les faits d’armes qu’ils ont montré durant la campagne de Normandie. Le lendemain, le gouvernement Pierlot revient de Londres. Le 11 septembre, la brigade Piron quitte la capitale pour aller se battre dans le Limbourg. Le même jour, elle libère 900 prisonniers politiques détenus au camp militaire de Bourg Léopold. Le 22 septembre, elle passe la frontière hollandaise.

    Le square Maréchal Montgomery [plan] à Woluwe-Saint-Pierre et la statue qui s’y trouve rappellent la mémoire du maréchal. Ce rond-point est situé à l’intersection de l’avenue de Tervuren (par où les libérateurs sont entrés en ville), des boulevards Brand Whitlock et Saint-Michel, et de l’avenue de Broqueville.

    https://www.youtube.com/watch?v=LVDG3G1eLW8#t=33

    http://www.bruxelles.be/artdet.cfm/5562

  30. Ben dis donc tu es courageuse….. et jeune …… je ne sais pas si je l’aurais fait sous des trombes d’eau !!!!!!
    fais attention de ne pas attraper de mal, il fait froid en plus !!!!
    Réchauffe toi bien dans le lit. Bonne nuit, bisous

  31. Bon mardi Francine,
    bravo pour ton article qui nous rend bien compte de ce que cela a dû être à l’époque!
    Mes grands-parents m’ont bien raconté mais de le voir en images c’est mieux.
    Et ça fait plus vrai que de le voir à la télé, qui donne plus l’impression d’une fiction.
    Belles images et texte fort intéressant.
    Merci et Bisous.
    Je t’ai fais connaitre à une amie qui m’a dit être fort intéressée par tes articles. Elle vient de blogzoom, où elle avait fait un article sur le pont des arts et ses cadenas et je lui ai signalé le tien avec le lien. du coup elle est venue voir et elle a aimé tes articles.

  32. bonjour Francine
    tu ne pouvais pas passer à côté de cette commémoration dans les rues de Paris . merci pour le travail fourni , car ce n’est pas facile de raconter quand on n’a pas connu . un devoir de mémoire qu’il faut transmettre pour que la guerre ne revienne jamais .
    bises

  33. coucou Francine
    que dire de plus que j’en ai ras le bol de la pluie ! c’est déprimant
    oui j’ai bien profité de mon mari durant ses vacances, nous nous sommes surtout levés plus tard, ce qui est bien appréciable
    sinon vu le temps qu’il a fait, nous n’avons pas fait grand chose. Les balades à vélo ont été restreintes lol
    enfin, mon mari s’est quand même bien reposé
    bon mardi à toi
    bisous

  34. bonjour
    magnifique mise en situation d’une actualité historique
    j’adore l’idée ! et j’ai failli me faire avoir par la première photo noir et blanc … 😉
    belle journée à toi , espérons qu’il pleuve moins qu’hier !!

  35. Bonjour Francine, superbe ce reportage photos et à la foi historique.
    Digne d’une grande “reporter de presse”.
    Et oui il faut bien parfois penser au retour et surtout pour entretenir la maison.
    J’espère que tu vas bien et que le soleil brille un peu chez toi.
    Je te souhaite une belle fin de journée.
    Bisous.

  36. Il s’agit sans doute d’une commémoration de la libération de Paris ! c’est vraiment très important de ne jamais oublier ces moments douloureux qu’ont été la guerre et ces gens qui ont permis à notre pays d’être enfin libre. On voit souvent des films de cette période et on se rend compte de ce qui se passait à l’époque. Ma mère avait 13 ans au début de la guerre et elle se souvient encore de la peur qu’elle éprouvait souvent. bisous
    Am

  37. Bonsoir Francine …. it’s raining cats and dogs ? voilà bien une expression anglaise que je ne connaissais pas … magnifique et désopilant … je vais surtout la retenir et …. la ressortir .. lol mdr
    Merci pour ton article … je comprends mieux maintenant la foule rassemblée avec des fleurs autour du monument aux morts de ma ville ….
    Quand on voit tous ces hommes en treillis, on devrait mesurer et conserver cette chance de vivre en paix (relative !!) dans notre pays ….
    un des personnages féminins dans la jeep me rappelle curieusement ma tante Lucienne, telle qu’elle devait être à cette époque … une brunette piquante en robe mauve à pois blancs …
    bisous et bonne soirée

  38. Bonsoir Francine,
    Repos du blog ce soir !!!!! tu regardes ” secret d’histoire ” sur le Général De Gaulle ?
    Moi, j’ai écouté, ah il en a fait pour la France, et sa femme a été courageuse aussi !!!!!
    Bon, ben à bientôt, reposes toi bien,
    bises, Roguidine

  39. Coucou Francine,

    Voilà un beau reportage commémoratif et un bel hommage du souvenir. Tes photos en noir et blanc sont géniales car elles nous propulsent dans le temps, dans ces années 40 dures et éprouvantes. Un travail rigoureux et parfaitement composé pour soutenir notre intérêt. Bonne nuit et grosses bises Francine ! A bientôt 🙂

  40. Historique et inoubliable, bien entendu !
    Je pars une quinzaine de jours et te dis donc au plaisir de revenir te lire bientôt.
    Amicalement.

  41. Bonjour Francine,

    Une époque que je n’ai pas connu, à part à travers les histoires de mes grands parents.
    Mon grand père me racontait souvent l’histoire de la libération de sa ville.
    Un bien bel article !
    Bonne journée, bisous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à ma newsletter afin de vous tenir au courant des derniers articles publiés !