logo

Les Tuileries de Le Nôtre

Le 400ème anniversaire de Le Nôtre  

 André Le Nôtre

*André Le Nôtre, ami et confident de Louis XIV, est l’artisan des Tuileries, de Versailles, Sceaux, Vaux-le-Vicomte, St Cloud, Chantilly, Meudon, la grande terrasse et la perspective de Saint Germain en Laye, Benainvilliers pour la région parisienne.

L’année 2013 a fêté également le 400ème anniversaire d’André Le Nôtre (1613-1700). A cette occasion le domaine de Sceaux a recréé les parterres en broderies de buis,  telles que Lenôtre les avait imaginées, de même que Versailles.

Les Tuileries d’André Le Nôtre

Le Jardin des Tuileries fut la première oeuvre de Le Nôtre. Même si le jardin a beaucoup changé, dans les grandes lignes il reste tel que Le Nôtre l’a créé, comme ces allées rectilignes., comme la terrasse des Feuillants qui longe la rue de Rivoli (première photo).

 

En se promenant aux Tuileries, le visiteur met ses pas dans le dessein d’André Le Nôtre. Son nom  reste associé à jamais à Versailles. Toutefois d’autres jardins conservent son souvenir, comme celui des Tuileries qui occupe une place très particulière puisque le célèbre jardinier royal y a vu le jour.

 IMG_1299 bis

*Le bassin de l’Octogone

 

Les Tuileries, jardin de l’enfance

Petit-fils et fils de jardinier du roi, André Le Nôtre naît aux Tuileries le 12 mars 1613. Sa voie semble déjà toute tracée. Dans la maison des Le Nôtre, dans le jardin des Tuileries, à côté du berceau, un portrait du roi Henri IV, assasssiné trois ans plus tôt, semble veiller sur le nouveau-né. On imagine la fierté et la joie des parents, Jean et Marie : après dix ans de mariage, c’est le premier fils. Il pourra succéder à son père et recevoir la charge enviée de jardinier du roi. 

Jean possédait plusieurs propriétés dans le jardin et aux alentours. André Le Nôtre a grandi et habité toute sa vie aux Tuileries, il disposait d’une maison idéalement située au pied du pavillon de Marsan. Il est né et mort aux Tuileries.

 IMG_1452 BIS

*La maison d’André Le Nôtre était au pied de ce pavillon.

Rappel historique 

Le jardin des Tuileries est créé au XVIe siècle pour Catherine de Médicis, qui recrute le grand-père Pierre Le Nôtre, dans les années 1560, pour le planter. Son père Jean a réménagé le jardin pour Henri IV puis Louis XIII. Les parterres qui avaient été ravagé par les guerres de religion. Un siècle plus tard, le jardin est agrandi, replanté et transformé par Le Nôtre pour Louis XIV. Il a acquis ses dimensions définitives. Le célèbre dessinateur du Roi-Soleil y dessine ses fameuses broderies de buis, aujourd’hui disparues à la Révolution, et remplacées par du du gazon sur les parterres. C’est lui aussi qui a tracé les trois bassins ronds qui subsistent de nos jours.

IMG_1330 BIS

L’idéal du jardin de pente, composé de terrasses et d’escaliers qui permettent des points de vue multiples et une déambulation complexe, remonte à la Renaissance.Le relief naturel des Tuileries, en dépit d’une légère pente vers le Seine, ne s’y prêtait guère.

En rémanageant le jardin, Le Nôtre a choisi de conserver une partie de l’ancienne fortification de Paris, et surtout un bastion situé du côté de la Seine pour créer un dénivelé artificiel. Il a élargi les terrassements militaires et les reproduits symétriquement pour former les terrasses actuelles.Le mur taluté du bastion est toujours visible à droite de l’entrée sur la place de la Concorde.

 IMG_0602 bis

*La terrasse du Fer à Cheval, en forme de fer à cheval, et les deux pavillons Gabriel (Hôtel de Crillon, et ancien Musée de la Marine, ex Ministère de la Marine)

Pour accéder à ces terrasses Le Nôtre a créé deux rampes en fer à cheval et également des escaliers. Tous ces dispositifs étaient dépourvus de garde-corps, pour laisser filer le regard. Une plate-bande de gazon ornée de topiaires défendait cependant le bord des rampes. Les multiples accidents, survenus au cours des siècles, expliquent les garde-corps actuels. 

Il a donné au jardin une épine dorsale en élargissant la grande allée et en ouvrant cet axe majeur vers l’extérieur par une route qui rejoint l’horizon et deviendra les Champs Elysées.

 IMG_3242 recadré bis

*La grande allée centrale, très fréquentée. Elle mène au bassin de l’Octogone. Le Nôtre a imaginé la perspective avec les Champs-Elysées.

 

Ce qui fera dire au rousseauiste René de Girardin : 

“Les jardins de Le Nôtre sont si tristes que l’allée la plus fréquentée est celle qui mène à la sortie”. 

Ce n’est pas faux!! Force est de constater que les passants empruntent cette allée pour aller du Louvre à la Concorde, ne s’arrêtent pas au jardin et se désintéressent des allées secondaires. Une autre ouverture vers l’extérieur est ménagée avec la terrasse du Bord de l’Eau qui donne au jardin une vue sur la Seine.

IMG_2954 bis

*La terrasse du bord de l’eau qui offre une vue sur la Seine, au fond le Louvre et le pavillon de Flore.

Le Nôtre redistribue aussi les espaces : il repousse la limite des bosquets, il donne au grand parterre les propostions d’un grand carré, unifié par le tracé des allées et les rapports optiques entre les trois bassins ronds qui le composent. Il y fait triompher l’art des broderies de buis, enrichies de fleurs et de gazon.

 IMG_3333 bis

*Le bassin de l’Octogone, et la forme très nette en fer à cheval de la terrasse

 

Mais le génie de Le Nôtre est surtout l’extrémité ouest. Les dépendances du jardin, la garenne de Renard, célèbre jardinier indépendant, les anciennes fortifications sont annexées au jardin et retravaillées pour former un tout : l’Octogone, bâti atour d’un jet d’eau et d’un bassin centripète. Les talus sont conservés et donnent au jardin plat des Tuileries des allures de jardin de pente.

IMG_4820 bis

*Les talus conservés, qui font des Tuileries un jardin de pente

 Sources : sur site, hors-série Le Figaro “Aux jardins de Monsieur Le Nôtre”, magazine Grande Galerie (le journal du Louvre) n°24

IMG_1118 BIS

*Il suffit se délaisser l’allée centrale pour trouver des petits endroits bien tranquilles, où des chaises et des fauteuils nous attendent! 

 

47 commentaires pour “Les Tuileries de Le Nôtre”

  1. un formidable binôme que Louis XVI et Le Nôtre !
    Un jardin qui a su enchanter à l’ époque, et nous permet aujourd ‘hui encore de rêver !
    Merci de ce beau reportage illustré !
    Bonne journée
    bisous

  2. Hello francine
    un grand nom du jardin a la francaise… chez nous, il reste connu pour avoir realiser les jardins du chateau de gourdon au dessus de grasse..
    ca va etre une journee charge aujourd’hui… je te souhaite un bon lundi
    bizz
    pat

  3. Un bel article Francine .
    Je n’aime pas vraiment les jardins a la Française , je m’y ennuie tout en sachant reconnaître que c’est un art en fait .
    Avec leurs perruques a l’époque , il était difficile de leurs donner un age a ces personnages
    Ceci dit je me poserai bien sur une de ces chaises .
    Passe un bon Noël Francine .
    Bizz

  4. Bonjour Francine!
    Merci encore pour cette visite au jardin royale! J’ai lu aussi toute la série de tes articles sur la place de la Concorde. Chaque fois à Paris je m’arrête un instant sur cette place pour admirer tel ou tel endroit, tout est l’histoire, tout est la beauté.
    Passe une belle fête de Noël! Gros bisous A bientôt

  5. je suis sous le charme de cet espace grandiose
    PARIS c ‘est magnifique , cette ville chargée d histoire la notre bien sur
    et merci pour ce reportage qui parle de Le NOTRE
    bises
    kenavo FRANCINE

  6. Coucou Francine,
    le bug est passé je peux à nouveau laisser mon com!
    Superbes photos de ce jardin qui me laisse un bon souvenir très drôle, un soir nous étions fiancés c’était en été nous nous sommes retrouvés enfermés dans le jardin qui était clos à l’époque aujourd’hui je ne sais pas? Et nous avons aperçu le gardien de loin et nous avons pu heureusement le héler.
    JOYEUX NOËL Francine et bisous, @++++
    Sylvie

  7. Bonjour,

    C’est magnifique….C’est pour cette raison que l’on nous envie nos jardins ! Ah ! c’est jardins à la Française…
    Même si on peut penser que ces allées sont tristes ; c’est toujours agréable de traverser des allées parsemées d’arbres, de bancs pour se poser et profiter de l’endroit que les zones bitumées ^^

    Je te souhaite un joyeux noël et un très bon réveillon.

    Bonne journée.

  8. Bonjour Francine, encore un magnifique reportage tant par la qualité de tes photos mais aussi par son côté documentaire. D’ores et déjà un joyeux réveillon, prends bien soin de toi. Bisous

  9. une allée pour sortir ? quelle idée ! c’est aussi une allée qui permet de profiter de la perspective. Mais il est vrai que lors d’une de nos visites, on avait pris les allées du côté pour manger tranquillement nos sandwich.
    je n’avais jamais prêté attention à l’ensemble des travaux dirigés par Le Nôtre. il serait certainement fier de voir que l’on profite encore de ses aménagements plus de 300 ans après son décès.
    Jerry tristounet quand tu pars m’étonne pas. alors imagine mon gros pépère endormi sur mon lit le matin et que je dois mettre dehors quand je pars pour la journée. il a des couchettes dans le vide sanitaire de ma maison mais le SDF les squatte et j’ai l’impression que mon gros hésite à y aller maintenant.
    Faut que je fasse un peu de ménage, j’ai beaucoup lu ce WE à tel point que le livre commencé vendredi soir est déjà fini. bonne soirée Francine et bon courage pour demain.

  10. bonjour francine

    je lache mon blog quelques jours. D’ores et déjà, je viens te souhaiter un joyeux noel. ici, la tempête gronde et cette nuit, le vent doit atteindre 140 km/heure, pas gai ! bises ! @+

  11. Coucou ma Francine,
    Une article bigrement intéressant et bien illustré. Merci.
    De retour sur les blogs par petites touches, tous mes voeux de joyeux Noël. Nedeleg Laouen mignonen ker. ZAZA

  12. bonsoir, dur dur pour les essais, je n’arrive pas à jongler entre les objectifs, là est mon problème !!il m’en faudrait qu’un seul
    encore des photos un peu sombres, trop d’isos sans doute
    bisous et surtout passe de bonnes fêtes

  13. Bonjour mon adorable Francine

    Un début de semaine encore en 2013, il faut faire
    vite pour bien en profiter, c’est l’avant dernier jour.
    Je suis heureuse de pouvoir partager ce lundi avec toi.
    Le bonheur c’est parfois vivre un moment court, mais
    qui apporte bonheur et douceur pendant des heures.

    J’espère que tu vas bien ou déjà mieux.
    Que vas-tu faire aujourd’hui ?
    On est tous bien occupés ces temps-ci, à se reposer ou
    à voyager ou à s’activer pour préparer la nouvelle
    année. Pour ceux qui travaillent je leur souhaite bon courage.
    Mais peu importe, pourvu que ce soit dans la
    bonne humeur.

    Certains sont en pause mais je passe quand même, pour
    que aucun de vous ne soit oublié.
    Je trouve tous vos articles bien agréables à lire et à voir.

    Un p’tit café ? Ou ton breuvage… ? lol !

    Puis je me sauve et te souhaite de prendre soin de toi.

    Lolli

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à ma newsletter afin de vous tenir au courant des derniers articles publiés !