logo

Les Halles, du Ventre de Paris à la Canopée

La destruction des Halles de Paris fut  une catastrophe architecturale puis un fiasco. Du “ventre de Paris” de Zola, à la Canopée, c’est une histoire très mouvementée et un quartier à la recherche d’une nouvelle identité.

Victimes de l’encombrement et du manque d’hygiène, les Halles de Baltard déménagent à Rungis. La décision est prise sous le mandat de Georges Pompidou. Les Halles disparaissent au début des années 70, suscitant la colère ou l’émotion des habitants du quartier qui manifesteront en vain. Avec elles c’est un joyau architectural qui disparaît. La destruction des pavillons commence en 1971 sous le mandat de Georges Pompidou, suscitant la colère des riverains, désolés de perdre ce joyau architectural : dix pavillons en métal et en verre édifiés entre 1852 et 1870 par l’architecte Victor Baltard. La destruction des pavillons laisse place à un trou béant, en plein coeur de Paris, le fameux “trou des Halles”.

*les deux premières photos sont prises  de ma télé, lors de la diffusion de l’émission “laissez-vous guider” animée par Lorànt Deutsch et Stéphane Bern France 2

C’est toute une histoire qui s’achève, celle du ” Ventre de Paris “, qui n’a cessé d’enfler depuis le XVIe siècle.

Adieu bouchers, tripiers, primeurs, pétrisseurs de beurre et mireurs qui passaient les oeufs à la bougie pour vérifier leur fraîcheur. Adieu crieurs, vitriers, «forts des Halles», marchands de soupe, tasseurs, dont l’art consistait à édifier de gigantesques pyramides de légumes.

*crédit photo LCI/AFP

La destruction des pavillons laisse place à un trou béant, en plein coeur de Paris, le fameux “trou des Halles”.

Toutefois un pavillon – celui des œufs et de la volaille – est préservé et transposé à Nogent-sur-Marne, il abrite la salle de spectacle “Pavillon Baltard”. Le 27 février 1969 débute le transfert des Halles vers Rungis, où l’ouverture officielle du nouveau Marché d’intérêt national est prévue le 3 mars.

Une incroyable logistique
En cette fin février 1969, le premier marché à fermer est celui des fleurs. Puis le lendemain c’est au tour de celui des fruits et légumes, ensuite celui des produits laitiers et enfin le 29 février celui des produits de la mer. Le Figaro rapporte que ” dès la fermeture de chacun des marchés, le transfert des grossistes est organisé. Quarante-huit entreprises de déménagement y participent.” En effet le temps est compté car tout doit être réinstallé pour l’ouverture de Rungis le 3 mars. Ainsi cette vaste opération concerne: 30.000 personnes, 1.000 entreprises de gros, 10.0000 km2 de matériel, 5.000 tonnes de marchandises et 1.500 camions. Pour le seul marché aux fleurs ce sont environ 10.000 colis de fleurs et plantes qui prennent la route le 27 février au soir.

Les années 80
Dans les années 1980, le RER, les stations de métro, un forum de commerce et loisirs, des hôtels, les jardins sont aménagés. Tout cela dans une architecture des années 1970 qui a mal vieilli, que les riverains n’ont pas vraiment adoptée. Et qu’ils ne regretteront pas vraiment… Ces anciens bâtiments étaient pleins de petits recoins très glauques, sales. Les Halles sont trop vieilles pour rester en l’état, Bertrand Delanoë lance le projet de rénovation. Avec la Canopée, un nouveau Forum, et l’aménagement du jardin, c’est tout un quartier qui s’est réinventé.

Avant après, crédits photos respectivement LCI/AFP et Arcora

Le célèbre cylindre à Totos de l’artiste bordelais Jofo se trouvait Place carrée, mais n’avait plus sa place dans le nouveau projet. Menacée de destruction, cette oeuvre monumentale a été finalement restituée à l’artiste qui l’a vendue par petits morceaux.

Les anciens pavillons “parapluie”

Le jardin d’enfants

Les anciens jardins devant Saint-Eustache

La sculpture ” Ronde ” de patrice Tabart

Cette oeuvre n’avait elle aussi plus sa place dans les nouveaux aménagements, elle a été mise dans un entrepôt de la Ville, je ne sais pas ce qu’elle est devenue.

Une vaste pelouse remplace tous ces arbres, le terrain a été aplani et la vue dégagée sur la Bourse du Commerce et Saint-Eustache

La Canopée a pris place devant Beaubourg, et les anciens bâtiments que l’on aperçoit entre les flocons ont été détruits.

Un endroit très agréable de l’ancien jardin, vers la Bourse du Commerce

Une histoire de rats !
Le déménagement des Halles a suscité l’inquiétude et a fait la une du ” Parisien libéré ” du 8 février 1968 : dans les sous-sols de la capitale, ” 200 000 rats menacent d’envahir Paris “, titre le quotidien, en prenant soin de glisser une photo de la bestiole. Les Halles ont été la corne d’abondance des rats parisiens, on craint le pire avec la destruction.
Jean Maillet, le rapporteur de la propreté au Conseil de Paris, l’explique au journal sans détour : ” Faute de trouver sur place leur nourriture, les rats des Halles vont sortir des entrepôts dans lesquels ils se terraient et envahir les immeubles riverains.” S’il n’a plus rien à se mettre sous les dents, le surmulot affamé devient ” furieux “, souligne le journaliste.

Les autorités se rongent les sangs alors que tout le monde doit déménager …

Tout le monde ? ” Non, les rats, eux, ne seront pas du voyage. Depuis cinq siècles que le quartier alimente les appétits voraces de la capitale, les surmulots sont ici chez eux. D’authentiques riverains, certes relégués dans les égouts, mais qui revendiquent — comme leurs voisins humains du dessus — de se servir dans ce fantastique garde-manger. Ils l’ignorent mais pour eux, le jour du dernier festin approche.”
” Pis : les pouvoirs publics mitonnent un plan radical qui prévoit de… ratiboiser toutes les colonies du secteur ! Pendant des mois, le terrain est ” miné ” par la pose d’appâts : près de 2 300 immeubles dératisés en continu. Voilà pour le harcèlement. Place, désormais, à l’assaut proprement dit. Il est lancé le 28 février au matin, veille du déménagement à Rungis. A l’aube, environ 150 hommes casqués partent traquer les gaspards.

Une semaine de battue, 10 t de raticides déversés dans les égouts, les caves, le métro, les entrepôts… Le 8 mars, le premier bilan tombe… grotesque : 18 cadavres seulement ! Ils sont partis à Rungis à la queue leu leu, clame la rumeur publique. Même le général de Gaulle, dans sa retraite de Colombey, s’en émeut auprès de son ex-ministre de la Culture, André Malraux, qui se dit lui aussi ” intrigué ” par cette disparition. La réalité se fera jour plus tard : comme leur instinct les y pousse, les rongeurs — 20 000 dit-on — s’étaient cachés pour mourir.”

Sources LCI AFP, le figaro, le parisien, France 2, Arcora

57 commentaires pour “Les Halles, du Ventre de Paris à la Canopée”

  1. Bonjour Francine, oui pour l’émission télé… Ce qui fut un jour devient un autre démodé ou posant soucis ! On ne badine pas avec l’hygiène, certes… ! Quant aux rats…. Là un autre visage pour ce coin de Paris… Merci, bon mardi, bises

  2. Bonjour Francine
    J’ai regardé l’émission “laissez vous guider” et j’ai énormément pensé à toi
    je te remercie de toutes tes photos qui permettent de mieux comprendre l’émission et d’avoir plein d’informations en plus, car je trouve que la visite de l’émission était un peu trop rapide
    grâce à tes photos on voit beaucoup mieux l’évolution et la beauté de ces espaces verts et de l’architecture mêlant le plus ancien et le plus récent.
    bonne journée
    bisous
    Am

  3. Tes billets sont toujours très bien construits et instructifs
    Merci pour le tout
    C’est du bon travail
    Bonne journée Francine
    Bises

  4. Je n’ aime pas quand on détruit, comme l’ont fait les ” citoyens ci devant “, ces halles faisaient partie du patrimoine, et tous les corps de métier s’y retrouvaient !
    Qu’on le veuille ou nom, le modernisme entraîne le chômage.
    Heureusement qu’il y a ces émissions de Bern et Deutsch !
    Les nouvelles génération ne se poseront même pas de question, et on ne peut pas dire que cette ” canopée ” soit laide, bien au contraire !
    Merci pour ce pan d’histoire
    Passe une bonne journée
    Bisous

  5. Coucou Francine.
    Les Halles ont été profondément modifiées et j’ai presque une petite nostalgie pour l’avant.
    Par contre cette histoire de rats, je m’en souviens très bien .
    Bises et bon mardi

    • oui moi aussi j’ai la nostalgie des lieux, mais l’ensemble avait bien mal vieilli; je n’ai pas connu les Halles de Baltard, je suis arrivée à Paris en 1977, je suis allée voir ce trou, je n’ai pas vu grand chose d’ailleurs ! je regrette la destruction de ce patrimoine architectural de Baltard, d’autant plus que la suite fut un fiasco !

  6. Bonjour d’Angers …
    Waouh ! … Magnifique reportage sur un chantier que personne n’a oublié …
    De très belles photos … souvenirs pour moi ! …
    Bonne journée … Amicalement … Claude

  7. Très belle série encore une fois. J’ai connu ce qu’on appelait à l’époque “le trou des halles” quand le chantier commençait… sacrés changements!

  8. Bonjour Francine merci du magnifique partage bien intéressant de ce très beau reportage c’est très agréable de pouvoir découvrir avec ces très belles photos merci j’apprécie beaucoup ce partage bonne journée bisou Claudine Daniel

  9. Salut
    Super ton article, c’est très intéressant.
    Il fait beau .
    J’ai fait un effort aujourd’hui car c’est le ramassage des poubelles alors il faut les mettre sur le trottoir.

    Bonne journée

  10. Bonjour Francine
    Je t’ai lue attentivement, je n’avais jamais entendu parler de ce fameux “trou des Halles” et je n’avais pas de souvenir non plus de cette invasion de rats
    Merci pour cette page d’Histoire de Paris, bien illustrée
    je n’ai pas regardé l’émission donc j’apprends beaucoup de choses avec ton billet !
    Merci à toi
    Bises, bonne journée

  11. Bonjour Francine.
    J’ai connu jusqu’au trou de Halles mais après, j’ai quitté la région parisienne… et je ne regrette rien !
    …comme ces parisiens qui ont fuient Paris, avant le confinement et qui se demandent maintenant si la vie n’est pas plus agréable en province !
    Gilbert

  12. Bonjour Francine quel beau billet, des photos magnifiques du passé puis du présent. Un grand merci à toi pour tous ces partages, c’est un vrai plaisir que de venir te visier. Bisous bon après-midi MTH

  13. Hello Francine !
    Formidable ton superbe billet bien détaillé qui nous montre comment les nouvelles Civilisations remplacent les anciennes et font disparaître des lieux où ont vécu des hommes et des femmes… c’est ça notre Humanité, elle a besoin de se renouveler au fur et à mesure dans son histoire ! Et je crois qu’on y peut rien, on ne peut pas l’empêcher
    Bisous de la Bourgogne où cet après-midi on a un temps de chien…mais, il faut rester positif, on manquait d’eau depuis deux Mois dans notre Région, la Nature est en train de retrouver le sourire…et c’est tant mieux !
    Gilbert d’Ahuy

  14. Bonjour Francine
    je n’ai pas vu l’émission mais j’ai bien connu ces halls qui sont de bons souvenirs pour moi
    légères averses prévues en ce mardi en Côte d’or
    je te souhaite une agréable journée malgré toujours le confinement
    bisous

  15. Bonjour Francine, je me souviens très bien du” trou” car j’étais subjuguer par ces étages en profondeur que l’on voyait, souvent mon regard se perdait en réflexions : que sont devenus tous ces gens qui ont vécus à ces nivaux, sans oublier l’histoire, la vielle histoire de Lutèce, évidement je n’ai jamais eu la réponse à mes interrogations, merci pour ce rappel. Quand la FNAC Sébastopol a fermer elle s’est installée au trou des halles, j’y venais voir mes collègues car Montparnasse était devenu mon magasin dorénavant !

    Bisous et belle semaine !

  16. Bonsoir ma douce amie
    Quelle beauté cet ancien jardin, c’est très verdoyant, j’aime beaucoup ce bel endroit très lumineux et cette statue, une belle page d’histoire et elles sont belles ces photos en noir et blanc et celles que tu as prises depuis la télé tu les as bien réussies, j’ai bien aimé cette ravissante balade…à la fraîche avec tes belles photos vêtues d’un beau blanc manteau.
    J’espère que tu as passé une belle journée.
    Petit coucou du mardi soir avec deux citations du net :
    “Rester soi-même dans un monde qui tente constamment de te changer est le plus grand accomplissement”.
    “La vie, c’est comme une bicyclette, il faut avancer pour ne pas perdre l’équilibre”.
    Je te souhaite une belle soirée.
    Prends bien soin de toi.
    Du haut de mon ti rocher mais bien assise en face de mon PC (rire) je te fais de gros bisous d’amitié.

  17. Bonjour Francine
    J’aimais bien les halls tels qu’ils étaient avant leur démolition. Il y avait plein de petits café restaurants où nous allions manger le soir ou la nuit pour rencontrer les forts des hall. C’était un spectacle à ne pas rater.
    Par contre c’est vrai qu’il ne fait pas toujours regarder en arrière et que ce qui s’est construit à la place est de bon goût architectural. J’aime bien.
    Merci pour cet article toujours très complet.
    J’espère que tu vas bien
    Je te souhaite une bonne fin de journée
    Bisous
    @lain

  18. Très intéressant ton billet, le monde change, les mentalités la vie tout court, il ne faut pas regarder en arrière et vivre avec son temps sinon on risque de passer pour des rabat-joie. Merci pour ce beau moment de partage. Bises et bonne soirée

  19. Hello Francine
    Je ne l’ai pas connu comme ça, bien au contraire j’ai connu quand tout était désaffecté et que c’était la venue de Paris. Maintenant ça a de la gueule !
    bizz

  20. Bonsoir Francine merci pour toutes ces explications par tes photos et les textes, oui ce fut un chantier titanesque qui à beaucoup trainé en longueur , je me souviens bien de ce trou des halles on y allait avec ma famille voir ce fameux trou lol , je crois qu’il me reste des photos en diapo de cette époque des années 1973-1974 prisent par mon père ,c’est en 1960 que Michel Debré alors premier ministre avait décidé de la destruction des halles , j’ai connu aussi les anciens halles , il y avait beaucoup d’animation lol , merci de ce bon partage.
    Oui comme tu me le dis dans ton commentaire on l’impression que le déconfinage à déjà commencer lol c’est ragent de voir ça , moi je reste confiné et je resterai aussi encore après la date qui est prévu car le virus sera toujours là , et peut être en plus violent qui sait .
    J’ai fermé ma page MeWe pour le moment, je vais en refaire une autre mais bon avec plus de précautions
    ( groupe avec sélection des amies, ou publication avec sélection des amies) car il y à amis et amis lol et cette fois çi pour devenir amies chez moi il faudra avoir une carte VIP hi hi (rires) c’est plus prudent lol sur ce genre de réseaux.
    Je continuerai de partager te photos si tu n’y voit pas d’inconvénient, et je te préviendrai quand ça sera chose faite.
    Je te souhaite une très bonne soirée Francine , bisous.

  21. comme pour chaque parution c’est très interéssant et les photos magnifiques Merci pour ces découvertes ou redécouvertes non dénuées de poésie et d’humour

  22. Bonjour Francine ,
    Ah, en lisant ton résumé sur la destruction des halles, je me suis dit !!
    ça a dû faire dégager les rats … je ne me suis pas trompée !! , je connais le
    centre Pompidou, je crois que tu en as déjà parlé ?
    Merci pour ces explications, et cette cathédrale c’est laquelle ?
    Passe une bonne soirée, bises

  23. J’ai connu le forum des halles en 1980 comme sur tes photos. Je n’aimais pas cet endroit, ne m’y sentais pas bien, alors que dans d’autres quartiers de Paris, je ne ressentais pas ce mal-être. En fait, je ne sais pas pourquoi, peut-être parce que j’entendais parler de l’insécurité qui y régnait. Gros bisous. FRANCOISE
    PS, sur un commentaire, chez moi, tu m’as dit avoir du acheter un médicament chez ton pharmacien pour ton chat, c’est le beau Tibili qui est malade ? Je le trouvais très beau et très expressif quand il était “vedette” d’un blog.

  24. Bonjour
    Bel article sur les halles,je me souviens de ce fameux trou qui à fait couler beaucoup d’encre… Je ne les ai pas connues,je pense qu’il y a toujours des nostalgiques qui regrettent leur disparition ? Bonne soirée bises

  25. Bonsoir Francine;

    Encore un bel article, l’avant et l’après.
    J’aimais bien ces anciennes halles.
    Ces constructions du XIXè avait beaucoup d’allure.

    J’aime beaucoup aussi ce qui a été fait.
    Une belle réussite.

    J’ai beaucoup aimé cette histoire des rats.

    Merci pour cette belle page
    Bisous Francine
    Aimée

  26. Merci Francine pour ce rappel historique en images et avec les infos nécessaire pour bien comprendre l’évolution architecturale de ex ventre de paris.
    Je trouve la nouvelle structure très élégante, mais suis pas sur sur, toutefois, qu’elle plaise à tout le monde.

  27. Le trou des Halles était vraiment impressionnant. Ton reportage est passionnant, on se rend compte que la vie d’un quartier est sans cesse en mouvement. Il y a des ratés dans le développement urbanistique dans bien des endroits mais finalement, de nouveaux architectes arrivent et il y a refonte totale. Cette histoire des Halles est mouvementée mais le résultat en 2020 est superbe. Petit coup de coeur pour tes photos hivernales de Saint-Eustache. Bises alpines… de loin.

  28. Bonjour Francine, voilà de jolies photos et un beau reportage sur ces halles de Paris.
    Il y a de la neige sur Paris?
    Serait une nouvelle station de ski? (rire).
    Je te souhaite une belle journée.
    Bisous.

  29. Bonjour Francine,
    J’ai encore eu la chance de visiter les anciennes halles fin des années 60 🙂
    Je te souhaite une belle semaine en pleine forme!
    Frans

  30. Bonjour Francine,
    j’habitais encore Paris à cette époque et j’ai connu les Halles de Paris avant qu’elles ne soient démolies .. J’allais y acheter des fleurs .
    Maintenant, tout a changé..
    Ton reportage sur cette époque est bien construit et tes photos de maintenant fort belles.
    Bonne journée, gros bisous

  31. Bonjour Francine,
    un reportage qui me rappelle mon arrivée à Paris en septembre 1969. Des photos magnifiques et de superbes explications. Merci pour le partage.
    Bonne journée.

  32. Merci de nous raconter les détails de cette destruction et de cette renaissance, on va dire que c’est bien normal que pour les Parisiens voir ainsi tout un quartier détruit cela a du être très douloureux…Par contre en 68, je ne me souviens pas des détails et dont ton reportage est pour moi très instructif ! Dans la petite ville de Provence où j’ai vécu toute mon enfance et mes parents jusqu’à leur décès, ils avaient aussi détruit ainsi dès la fin des années 70 tout le vieux centre ville dont il ne subsiste à présent que le château et l’église…et quelques ruelles anciennes, les habitations jugées insalubres avaient été rasées au lieu d’être rénovées, certaines dataient du Moyen Âge, malgré les pétitions et autres actions des habitants. Maintenant il y a des places, des escaliers et des bars et restaurants là où je passais ado pour me rendre au lycée. C’est ainsi que chaque époque a modifié durablement les villes et villages parfois cela les défigure parfois ce qui est bâti ensuite est bien agréable. Il y a toujours du positif et du négatif mais il faut vivre avec son temps tout en restant lucide bien entendu et en protégeant le plus possible notre patrimoine. Bisous et une belle journée

  33. Bonjour Francine
    Je me rappelle avoir vu des images au journal télévisé du gigantesque trou résultant de la destruction des halles, J’ai été très intéressé par ton article très précis argumenté de photos d’hier et d’aujourd’hui. Un joli travail de recherche.
    Bonne journée
    Bises d’Hervé

  34. Bonjour Francine. J’aime bien l’étape intermédiaire avec les bâtiments tout en rondeurs, et en verre. Bonne journée et bisous

  35. Merci Francine de ce message passionnant qui resitue “le ventre de Paris” je n’ai pas percuté avant le trou près de St Eustache et pourtant c’est logique. On associe toujours le musée Beaubourg aux Halles. La photo du dessus en particuliers est impressionnante dans sa proximité.
    Le pavillon Baltard déplacé est à présent à proximité de la RN 4 que nous prenions autrefois souvent pour nous rendre dans l’est de la France visiter ma famille. Quant à mes souvenirs / Beaubourg et l’ancien forum des halles, j’aurais sans doute l’occasion de t’en parler.

  36. C’est toujours un réel plaisir de parcourir ton blog, on en apprend tellement sur notre capitale. Bravo et merci pour tes photos et le travail que représente la recherche pour pouvoir faire un bel article.
    Bonne journée Francine, bises et à bientôt.

  37. j ‘étais passée par PARIS il y à trés longtemps , et j ‘ai été dans le quartier de ces anciennes halles
    et cela m à laissé des souvenirs
    je trouvais cet endroit intéressant grand et noir d emonde , moi qui arrivait de province
    maintenant grace à tes photos je le voit autrement
    merci pour cet article intéressant
    bonne journée Francine
    bises

  38. Bonsoir Francine
    Merci de ce reportage d anciennes Photographies et oui tu as bien eue raison de nous sortir et les Nouveauté c est excellent j ai aimer ton Article qui était agréable d apprendre ce que tu as pauser ces explications et Photographies Bravo belle Soirée de ce Mercredi bisous Danielle

  39. De belles photos d’un avant et d’un après
    Les halles un endroit très populaire avec des habitants souvent folkloriques
    Un après résolument moderne
    Passe une belle soirée
    Bisous

  40. avant et après..

    une publication intéressante et bien détaillé Francine.

    quelle histoire avec ces rongeurs

    bonne soirée

    PS: hier il y avait pendant quelques temps des problèmes pour réagir sur “wordpress”,
    apparemment le problème a été résolu

  41. Bonsoir
    Je ne trouve pas où on peut déposer un message sur ” les-oiseaux-migrateurs-et-la-biodiversité-du-lac-daumesnil “.
    Trop beaux ces oiseaux qui posent pour vous. Les miens, ils bougent tout le temps.
    Bisous et bonne soirée

  42. Bonjour Francine, nous voilà déjà jeudi, le temps passe quand même assez vite.
    De plus le soleil vient nous aider dans notre confinement, cela me permet de faire
    quelques travaux de jardinage.
    Je te souhaite une belle journée.
    Bisous.

  43. très bel article sur ce quartier qui fut un rendez vous des couche tard jadis et maintenant une zone très moderne. Il faut vivre avec son temps et Paris sait le faire avec beaucoup de brio
    Bises

  44. Enfant nous allions du square des Batignolles à Daumesnil chez la dentiste, le bus 66 traversait les halles après le quartier des journaux, une épopée avec des embouteillages mémorables , c était à la fin des années 50

  45. Bonjour Francine
    en effet c’est le ventre de Paris j’en avais fait un clip avec des photos anciennes c’est impressionnant l’activité qui y régnait a l’époque en tout cas c’est un joli reportage que tu nous a fait encore cette fois
    merci du partage bon dimanche et sois prudente pour le déconfinement
    bisous
    Marcel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à ma newsletter afin de vous tenir au courant des derniers articles publiés !