logo

Le Zouave du pont de l’Alma (1)

Zouave Pont de l’Alma
Paris 8
 
Seine : fin de l’épisode de crue mardi 10 janvier 2012.
Dimanche, en balade du côté du pont de l’Alma,  j’ai trouvé le niveau de la Seine assez haut, et pas très loin du pied droit du zouave.
 
Zouave Pont de l'Alma
*Dimanche 8 janvier 2012, la Seine était bien près des pieds du zouave du pont de l’Alma.
En raison d’une crue de la Seine, la fermetures des voies sur berges (rive gauche), entre le pont Royal et le pont de l’Alma, était intervenue samedi 7 janvier vers 16h : l’eau  avait dépassé le seuil d’alerte de 3,20m au pont d’Austerlitz et la Seine placée sous une surveillance accrue par les services de la ville. Mardi 10 janvier, les voies ont été rouvertes suite à la décrue progressive de la Seine.
Ces crues de la Seine sont tout à fait normales en cette saison.
 
*20 Janvier 2011, après une période de crue importante.
Le zouave du pont de l’Alma est un excellent indicateur

Quand  il a les pieds dans l’eau, on commence à s’inquiéter.
Peu scientifique, mais fiable! Cette façon d’évaluer le niveau de la Seine est  moins officielle mais tellement parlante pour nous les parisiens, qui observons les pieds du zouave. En temps normal, ses pieds sont au sec, mais dès que la crue progresse, ses pieds sont dans l’eau. En 1910, au moment du pic de la crue, le zouave du pont de l’Alma avait les épaules sous l’eau. Depuis que je suis à Paris, je fais comme les parisiens, j’observe les pieds du zouave.

Zouave Pont de l'Alma
*Le zouave le 20 janvier 2011.
Le niveau de la Seine sous haute surveillance
Le Service de Prévision des Crues « Seine Moyenne Yonne Loing » surveille en permanence les caractéristiques hydrométriques de la Seine, notamment sa hauteur et son débit. La cote de la Seine est mesurée en permanence à l’échelle dite d’Austerlitz, située à proximité du pont du même nom. Le service de voirie de la ville de Paris mesure également la cote de la Seine au moyen d’une sonde située au débouché en  Seine du bassin de l’Arsenal.
En temps normal, le niveau de la Seine avoisine le zéro de l’échelle d’Austerlitz (soit environ 26 m NGF) et son débit est de l’ordre de 330 m3/s. En 1910, la Seine avait atteint au pic de la crue une hauteur de 8,62 m pour un débit de 2400 m3/s.
En cas de montée des eaux, des alertes sont instaurées. Comment ça marche?
Tous les jours, la cote de la Seine est transmise à la Préfecture de Police de Paris qui la communique ensuite au Centre de Veille Opérationnelle de la Ville de Paris dès lors que la hauteur de 2,50 m à l’échelle d’Austerlitz est atteinte. Les services municipaux notamment ceux de la direction de la voirie et des déplacements et la direction de la propreté et de l’eau sont placés en situation de vigilance afin de prendre les premières dispositions pour protéger la voie publique et le réseau d’assainissement de la montée des eaux.
Les premières mesures sont la fermeture des voies sur berges qui intervient entre 3m20 et 6m10 (le niveau habituel de la Seine est à 2m) Sept tronçons sont alors progressivement fermés en fonction de la montée des eaux.
A noter :
– A partir de 4m30, la navigation fluviale est arrêtée.
– Lors de la crue de 2001, la Seine a atteint la hauteur de 5m21. En 1910, elle a culminé à 8m62.
 
Zouave Pont de l'Alma
 
* Vue générale du pont de l’Alma le 8 janvier 2012. On se rend bien compte que le niveau de la Seine est assez haut.Il faut imaginer qu’en 1910 l’eau lui arrivait aux épaules… 
 
Quelles mesures pour limiter les crues de la Seine?
“Quatre grands lacs artificiels ont été mis en service entre 1950-1990. Ces « barrages réservoirs» permettent la régulation du débit de la Seine et de la Marne. On estime aujourd’hui que ces barrages permettraient, dans le cas d’une crue de type 1910, de diminuer d’environ 70 cm la hauteur d’eau de la Seine à Paris”.
Ces dernières années, des protections permanentes (surélévation de parapets) ont été installées. Des nouveaux systèmes mobiles (batardeaux, barrières anti-crues ou rehausses de parapets) ont été mis au point. Ces mesures permettent désormais de contenir la Seine dans son lit jusqu’à la cote atteinte en 1910.

Sources : www.paris.fr/

 

24 commentaires pour “Le Zouave du pont de l’Alma (1)”

  1. Bonjour Francine, me revoilà, malades tous les deux juste au moment ou mon mari devait être opéré, on a reporté l’opération à la fin du mois. C’est vrai que le Zouave du pont de l’Alma est bien connu pour ça, il a failli prendre le bain de pieds!!! En 1910 c’était la crue du siècle et je pense que ce serait vraiment catastrophique de nos jours. Et oui impossible de passer sous les ponts en temps de crue. Très bel article. Bonne journée et gros bisous ma douce

  2. Bonjour Francine, cela me parait une belle maniere de voir le niveau d’eau, et au début du siecle dernier, j’ai vu des photos de la crue énorme… qui envahit Paris,
    L’annonce de gelée pour la fin de la semaine,
    peut être l’hiver qui arrive enfin. Bisous ->

  3. je constate que ce cher zouave a conquis ton coeur comme celui de tous les parisiens…chaque fois qu’on passait près de lui mon époux se lançait dans l’historique des inondations…beau reportage ma belle

  4. Je vois qu’il a encore pied à cette heure. Mais où est passé l’hiver ? L’an dernier nous avons eu de la neige avant noël et cette année je ne suis pas sûr que nous en aurons. Il faut que je me pousse pour sortir mon matériel photo. J’ai bien du mal en ce moment. J’ai un plan prévu d’ici à 15 jours en espérant que le temps soit de la partie. Je te souhaite une bonne soirée. Bises. Yves

  5. moi, le l’aime bien le zouave du Pont de l’Alma….
    intéressant tout ce que tu nous exposes au sujet des crues de la Seine…
    de l’eau jusqu’aux épaules du zouave…..on n’est pas prêts de le revoir avec toutes ces études et c’est tant mieux!
    bisous et bon week-end.

  6. il en a vu des crues ce zouave…et il reste imperturbable.
    je rentre d’une balade à l’étang, j’ai vu écureuil je l’ai même pris en photo mais à travers les arbres cela ne donne rien…juste pour le plaisir de le photographier…Bonne soirée.Bisous.

  7. Bonjour Francine,
    L’histoire du zouave et de la crue de 1910 est bien connue, mais ton article et tes photos illustrent bien que l’homme est bien impuissant si la nature se déchaîne… Malgré les digues, bassins de retenue etc… on n’est pas à l’abri d’une nouvelle catastrophe!
    Merci pour l’explication sur le gardien d’immeuble: je le comprends.
    Je te souhaite une bonne journée,
    Frans

  8. AH ! ce sacré zouave !!!! lorsque j’étais enfant, lorsqu’il avait les pieds dans l’eau, c’était la promenade du dimanche et il m’intriguait.
    Comme d’habitude, tes photos sont vraiment SUPERBES !!! de belles prises de VUE !!!!!!!!!!!
    gros gros bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à ma newsletter afin de vous tenir au courant des derniers articles publiés !