logo

La Grande Pagode de Vincennes

Grande Pagode du Bois de Vincennes
centre bouddhique
40 Route de la Ceinture  du Lac Daumesnil
Paris 12ème

“Paris secret et insolite”

Ces journées portes ouvertes sont l’occasion de découvrir ces lieux.

« La nuit de la pleine lune de mai,alors qu’il était assis en méditation profonde, un homme devint Bouddha en atteignant un état de tranquillité parfaite, où son esprit était devenu totalement imperturbable, surmontant ainsi toutes les causes de la souffrance humaine. Par compassion, il passa le reste de sa vie à enseigner les moyens – ce qui est appelé de nos jours le bouddhisme – grâce auxquels, nous aussi, nous pouvons nous développer pour atteindre cet
état. »

Le centre bouddhique, appelé communément la “grande pagode de Vincennes” est installé dans les  bâtiments édifiés lors de l’exposition coloniale de 1931 (asiatique et africaine). Les architectes Louis-Hippolyte Boileau et Charles Carrière ont dessiné les pavillons du Togo et du Cameroun.Le plus grand des deux a abrité un musée consacré aux industries du bois, et a hérité de cette utilisation  temporaire une couverture …en sapin nordique.A l’intérieur de ce bâtiment, une impressionnante statue de l’Eveillé confirme la vocation du lieu.

Le pavillon central mesure 28 mètres de haut. Il devint la Grande Pagode en 1977à la demande de Jean Sainteny, ancien officiel français au Cambodge, nommé Commissaire de la République pour le Tonkin en 1945. Il demeure demeurant (comme les autres bâtiments) la propriété exclusive de la Ville de Paris.

 Grande Pagode de Vincennes

*photo enneigée du 11 janvier 2009.

L’arrivée massive de réfugiés d’Asie du Sud-Est rendait nécessaire de créer un lieu où ils pourraient se retrouver spirituellement et ne pas rompre leurs attaches avec leurs traditions, leur culture, leur religion. C’est ainsi que fut créé l’Institut International Bouddhique sous l’égide de la Ville de Paris. Toutes les grandes fêtes bouddhiques dont le Vesak et Kathina sont célébrées dans ce lieu par certaines des communautés bouddhistes installées en France.
Ces fêtes, en dehors des aspects communautaires et religieux, sont l’occasion d’inviter  les occidentaux à mieux connaître leur culture et tradition, inconnues ou presque dans les années 70, et de rompre avec les préjugés. Les fêtes respectent dans la mesure de possible le calendrier lunaire et se déroulent dans un climat très convivial et fraternel.

 

 Grande Pagode de Vincennes

“Sur la façade de la grande pagode figure la Roue de la Loi, ou dharma-chakra, la roue à huit rayons. Chacun des rayons correspond à un embranchement du Noble Sentier Octuple, ou atthangikamagga, qu’il faut suivre pour parvenir au nirvana, qui constitue la quatrième noble vérité du premier sermon, ou Dharma-Cakkkappavattana-Sutta prononcé par le Bouddha.”

 Grande Pagode de Vincennes

La Grande Pagode abrite une ”grande statue de Bouddha, haute de 10 mètres, oeuvre du sculpteur yougoslave F.Mozès et réalisé en six parties dans les ateliers du peintre Miro à Paris. Cette statue impressionnante ne devait être assimilée à aucune école particulière du bouddhisme, à aucun véhicule ni aucun particularisme ethnique puisque la pagode avait vocation internationale. Cette statue, légèrement androgyne, fait le mudra de la méditation, le dhyana-mudra, ce qui symbolise la communauté des personnes qui suivent l’enseignement de Bouddha, la sangha.”

 

 Grande Pagode de Vincennes

A côté se trouve le temple tibétain Kagyu-Dzong, construit en 1985 par l’architecte l’architecte Jean-Luc Massot selon les instructions du maître Kalou Rimpoché, grand maître tibétain mort en 1989. Les symboles glorifiés par cet édifice paraissent obscurs au non initiés, mais nul doute qu’ils véhiculent une sagesse infinie. “En particulier, la marquise située au dessus du porche exprimerait la primauté du spirituel sur le temporel…vérité que l’on ne peut que méditer tout au long de cette visite.”

 Grande Pagode de Vincennes

Les quatre colonnes peintes  de couleurs vives symbolisent les quatre nobles vérités dévoilées par Bouddha au parc des gazelles à Sarnath, près de Bénarès. La flèche d’or au dessus du temple représente la vacuité, notion primordiale du bouddhisme tibétain. Sur la façade s’insert le dharma-chakra entouré de deux gazelles symbolisant le premier sermon du Bouddha. Ce centre est habité à l’année et de nombreuses cérémonies et enseignements y
sont donnés régulièrement par des lamas invités ou résidents.
Le nom complet de ce temple est Kagyu Eussel Tcheu Dzong, “Citadelle de Claire Lumière”. Il est dirigé par lama Gyurmé.

 Grande Pagode de Vincennes

*Une dépendance du temple.
sources : http://www.centrebouddhisteparis.org/
http://www.centrebouddhique.net/content/view/29/30/
paris secret et insolite, éditions Parigramme 

 

23 commentaires pour “La Grande Pagode de Vincennes”

  1. Il est certain que ces bâtiments peuvent paraître insolites dans ce lieux étonner plus d’un parisien. Cette pagode est tout de même une construction intéressante. Tout comme le temple que j’aime beaucoup. Merci Francine pour cet article très intéressant. Bises et bon mardi

  2. Ave Krishna, te voilà dans l’hindouisme…je te vois bien dans cette parure orange…il faut bien rire…
    Je pensais avoir un peu de soleil c’est raté…
    Je vais donc faire du rangement dans mes photos..
    Bonne journée…bises.

  3. Bonjour Francine,
    Nul doute que ces constructions ont permis aux nombreux réfugiés de retrouver leurs racine loin de chez eux, mais au vu de leur état d’entretien je crains que la ferveur s’estompe furieusement…
    Bonne journée, Frans

  4. tes photos rendent bien l’atmosphère de l’endroit … A la fois mystérieux, mystique et je dois dire, un brin inquiétant …. et pourtant, que de tolérance dans le bouddhisme !!!
    merci pour ton com …. je me rappelle aussi ces musiques … et mes petites nièces dansent encore la dessus !!!!
    bisoussssssssssssss

  5. Bon jour,
    Ce qui est dommage avec les photos, c’est qu’on ne se rend pas compte de la taille de ce superbe bouddha, et j’ai eu le même souci… j’ai du le prendre de l’entrée avec une personne à ses pieds.
    Le temple est superbe aussi, bien que “moins joli” que celui de Montpellier dont les murs et plafonds sont tous peints à la main. Nous le devons également à Kalou Rinpotché, et le maître spirituel des Lieux est Lama Seunam Tsering, fils spirituel de Kalou Rinpotché.
    Je ne manque pas d’y venir à chacune de mes visites Parisienne.
    Bonne journée

  6. et non, c’est ben ce que je pensais ! arghhhh.
    Je disais que ce qui est dommage avec les photos, c’est la difficultés à faire passer la taille de ce magnifique bouddha.
    Le Temple aussi est très beau, bien que “moins joli” que celui de Montpellier (car il est entièrement peint à la main, murs et plafonds), dont nous devons également la présence à Kalou Rinpotché. Le Maître spirituel des lieux est Lama Seunam Tséring, Fils spirituel de Kalou Rinpotché.
    Merci pour ce partage.
    Bonne journée

  7. Hello Francine
    Je vois que l’on a fait pareil tout les deux , on a acheté ce fameux livre insolite. Si , j’ai celui de mon departement , je n’ai pas encore acheté celui de la ville de Nice. Il faudra que j’y jette un oeil.
    La grande pagode est étrange et me ferait plus pensé à de grandes cases que l’on retrouve en afrique du sud. Le temple Tibetain est plus conforme à ce que je connais ….
    Tiens , je te redonne un de mes liens sur quelques lieux de cultes que l’on peut retrouver chez moi …

    http://freeriders2.over-blog.com/article-l-hommage-de-la-cote-d-azur-a-l-afrique-les-insolites-38884662.html

    bisous
    Pat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à ma newsletter afin de vous tenir au courant des derniers articles publiés !