logo

Jardin du Musée Rodin Paris Hôtel Biron

Musée Rodin Paris

79 rue de Varenne Paris 7

L’hôtel Biron

Rodin avait loué le rez-de-chaussée de l’Hôtel Biron pour y installer son atelier. Il disposa sa collection d’antiques et certaines oeuvres dans le jardin. Il finit par occuper tout l’hôtel. Rodin a tout fait pour que l’Etat ne le vende pas : il a légué toutes ses oeuvres à l’Etat, qui, en contrepartie, s’engagea à faire de ces lieux un musée. Le musée Rodin a ouvert ses portes au public le 4 août 1919.

Il est situé dans l’ancien hôtel Peyrenc de Moras, connu sous le nom de l’hôtel Biron. Situé rue de Varenne, sa construction s’est achévée en 1732. Cet hôtel particulier accueille sur deux étages de nombreuses oeuvres d’Auguste Rodin, de Camille Claudel, mais également des peintures, sculptures, et des oeuvres antiques issues des collections de Rodin.

L’hôtel Biron au XVIIIe siècle
Le riche financier Abraham Peyrenc de Moras (1686-1732) fit construire, entre 1727 et 1737, un hôtel particulier rue de Varenne. L’architecte du roi, Jean Aubert, en a conçu les plans, dans le plus pur esprit d’architecture rocaille, à la mode à l’époque. Situé en bordure de l’agglomération parisienne, l’hôtel est à la fois une maison de ville et une maison de plaisance. Abraham Peyrenc de Moras décède en 1732, avant l’achèvement des travaux, notamment ceux de la décoration intérieure du premier étage.

Dès 1736, sa veuve le loue à vie à la duchesse du Maine. La distribution des pièces est modifiée.À la mort de la duchesse en 1753, Mme Peyrenc de Moras vend le domaine à Louis-Antoine de Gontaut-Biron (1700-1788), futur maréchal de Biron. Les travaux de réaménagement qu’il entreprend portent essentiellement sur les jardins, ils compteront parmi les plus beaux et les plus renommés de Paris. Biron respecte l’ordonnancement classique d’un jardin à la française et les plantations anciennes, choisis par Abraham Peyrenc de Moras. Il va apporter des éléments nouveaux : il fait doubler la superficie du parc, creuser un bassin circulaire et réaménage une partie du jardin à la mode anglaise. Le maréchal de Biron laisse à l’hôtel le nom sous lequel il est encore connu aujourd’hui.

Hôtel Biron

L’hôtel Biron au XIXe siècle
À partir de 1788, propriétaires et locataires se succèdent sur le domaine : par exemple le duc de Charost en 1795, qui transforme le potager en jardin anglais, agrémenté d’un point d’eau et qui loue l’ensemble du parc, pendant près d’une année, pour des fêtes champêtres où se succèdent jeux, danses, concerts et feux d’artifices. Le Saint-Siège, entre 1806 et 1810, y installe un des ambassadeurs du pape, le cardinal Caprara ; l’empereur de Russie qui y transfère son ambassade de 1810 à 1811.
En 1820, la dernière propriétaire en date, la duchesse de Charost, vend toute la propriété et ses dépendances à trois religieuses, dont la mère Madeleine-Louise Sophie de Barat, fondatrice de la société du Sacré-Coeur de Jésus. La société s’y installe et crée un établissement d’éducation pour jeunes filles.

Hôtel Biron

Les bâtiments sont transformés, et seules  les grandes lignes du jardin à la française sont conservées. Au fur et à mesure les décors originaux disparaissent, boiseries, ferronneries, décors peints sont vendus à de riches amateurs d’art pour financer les travaux de réaménagement.  Le bassin du maréchal de Biron est comblé. A la place, se dresse, en 1839, un petit monticule destiné à recevoir un ex-voto en remerciement à la Vierge. A la fin du XIXe siècle, le jardin est surtout utilisé comme potager, verger ou pâturage.
Dissoute en juillet 1904, la société du Sacré-Coeur de Jésus est contrainte d’abandonner ses biens immobiliers.

Hôtel Biron

*La sculpture d’Ugolin trône au milieu du bassin rond.

L’hôtel Biron au début du XXe siècle
Dans l’attente d’être vendu, l’hôtel Biron accueille des locataires dès 1905, parmi lesquels de nombreux artistes, l’écrivain Jean Cocteau, le peintre Henri Matisse, la danseuse Isadora Ducan, la sculptrice Clara Westhoff, épouse du poète Rainer Maria Rilke qui fera découvrir à Rodin le domaine. En 1908, le sculpteur loue les quatre pièces du rez-de chaussée, donnant sur la terrasse sud, pour y installer ses ateliers. Il installe certaines de ses œuvres et une partie de sa collection d’antiques dans le jardin sauvage, laissé à l’abandon. A partir de 1911, il occupe tout l’hôtel Biron.

En 1911, le domaine est vendu à l’Etat qui voulait y installer le service des Bâtiments civils du ministère de l’instruction publique, et acheter la partie du domaine du côté de la rue de Babylone afin d’y créer un nouveau lycée (l’actuel lycée Victor Duruy). Rodin refuse de quitter es lieux, et œuvre en faveur de l’achat de la parcelle et des bâtiments par l’Etat en 1911.
“Je donne à l’Etat toute mon œuvre plâtre, marbre, bronze, pierre, et mes dessins ainsi que la collection d’antiques que j’ai été heureux de réunir pour l’apprentissage et l’éducation des artistes et des travailleurs. Et je demande à l’Etat de garder en l’hôtel Biron qui sera le musée Rodin toutes ces collections, me réservant d’y résider toute ma vie.”
Auguste Rodin – Correspondance de Rodin, tome III, 1908-1912, lettre n° 103 à Paul Escudier, fin 1909

* la façade nord, vue depuis les jardins

En 1916, Rodin tombe gravement malade : une congestion cérébrale le plonge dans une complète inconscience, affaiblissant de façon irréversible ses facultés. Trois donations successives (le 1er avril, le 13 septembre et le 25 octobre) de ses œuvres, de ses collections, de sa bibliothèque, de ses lettres et manuscrits, sont faites à l’État français. Le but est de créer un musée Rodin à l’Hôtel Biron. La Chambre des Députés puis le Sénat acceptent la donation, l’Assemblée nationale vote l’établissement du musée Rodin à l’Hôtel Biron.
Léonce Bénédite est nommé exécuteur testamentaire du sculpteur. C’est donc à lui que revient la charge de conserver le patrimoine artistique de l’artiste et de veiller à l’organisation du futur musée. Le musée est officiellement inauguré en 1919.

*La façade sud de l’hôtel Biron, et la terrasse où trois sculptures de Rodin sont présentées

L’hôtel Biron aujourd’hui
L’hôtel et le jardin sont classés au titre des monuments historiques en 1926. Depuis cette date, d’importants travaux de remise en état, de rénovation et de réaménagement ont été réalisés afin d’affirmer leur vocation muséale.

Sources : http://www.musee-rodin.fr/

http://www.musee-rodin.fr/ 

 

38 commentaires pour “Jardin du Musée Rodin Paris Hôtel Biron”

  1. bonjour encore un beau batiment
    patrimoine de paris
    j espére qu il restera ( chez nous )
    mais tout se vend hors de France
    merci pour ces photos
    bises Francine
    kénavo

  2. Bonjour Francine, une bonne initiative et c’est notre patrimoine qu’il faut conserver, Rodin a eu raison. Très beau hôtel. Pas beau temps, beaucoup de vent et la pluie est annoncée. Bonne journée et gros bisous ma douce

  3. Bonsoir, Francine, me voici, sur ton très joli blog. Super, chez toi aussi, je voyage. Je te souhaite une bonne semaine, une bonne soirée, bisous d’une bloggeuse marseillaise.

  4. Bonsoir Francine, me voila de retour d’un petit WE dans les Alpes… Comme d’hab, OB ne me montre que le haut de tes photos, le bas, pas moyen… Dommage, j’aime toujours autant ta façon de voir les choses… Bisous…

  5. Bonjour Francine,
    Un bel ensemble architectural et paysager classique! Il est heureux que de tels chef-d’oeuvres soient préservés!!!
    Amitiés,
    Frans

  6. Hello Francine, un superbe et culturel endroit !
    The Voice Bel., c’est pour ce soir. Renato et Roberto, ainsi que Giusy et Daisyca va chauffer, que du bonheur, bisous

  7. bonsoir Francine – ce cadre est incontestablement à la hauteur des oeuvres de Rodin … Merci pour tes explications très intéressantes … j’ignorais cette liste aussi prestigieuse de résidents dans cette demeure … un peu surprise pour Cocteau car je je voyais pas l’homme dans un tel cadre !!!
    merci pour ton com … j’espère que ton week-end fut bon malgré la pluie et donc le “chomage” de ton APN !!! hihihi
    j’ai passé aussi un excellent week-end, malheureusement j’en ai ramené un début de bronchite .. heureusement la semaine, pour moi sera courte … bisous et bon courage pour le taf !!

  8. Bonjour, Francine, je passe tu ton très joli blog ! où je me régale à voir les photos, belles visites guidées d’où je vois des très beaux monuments. Je te remercie bien de ta bonne visite qui m’a faite plaisir, de ton bon commentaire. Donc, il y a deux ans, tu es venue à Marseille, et tu as eu du poisson frais que vend sur le vieux-port les pêcheurs. Moi, je suis un peu loin de la mer, et du vieux-port, mais je suis dans un bon quartier résidentiels, tranquille, et bien convivial, que l’on appelait le quartier de la campagne à saint-tronc, nous nous avons des petites montagnes. Je te souhaite un bon mercredi, certainement avec le soleil, au plaisir, mes tendres, mes sincères amitiés, bisous, d’une marseillaise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à ma newsletter afin de vous tenir au courant des derniers articles publiés !