logo

Hôtel des Invalides Eglise Saint Louis Le Grand Orgue

Eglise Saint Louis des Invalides ou Eglise des soldats

Le Grand Orgue

Au dessus du porche, l’orgue repose sur une tribune en pierre ajourée, close par une balustrade qui se développe au-dessus d’une corniche soutenue par quatre consoles.

Selon la coutume généralement observée dans les instruments importants le  buffet est en deux parties : positif et grand-orgue; mais, au lieu  d’être séparés par la fenêtre des claviers , ils sont superposés. Cette fantaisie de l’architecte donne à la façade de cet orgue un caractère tout spécial que l’on ne retrouve nulle part ailleurs. Le buffet a une hauteur d’environ 11 mètres (36 pieds) sur 1,65 m (5,4 pieds) de profondeur ; le positif, haut et large de 3 mètres (9,8 pieds) est de la même profondeur que le grand-orgue. Jules-Hardouin est certainement à l’origine du dessin de l’orgue.

“Le positif, qui comprend trois tourelles et deux plates-faces, est épaulé par deux atlantes au torse nu, tenant des guirlandes de fleurs et supportant la corniche sur laquelle repose le grand-orgue; celui-ci est composé de neuf groupes de tuyaux répartis entre cinq tourelles et quatre plates-faces, reliées aux tourelles par des espèces d’ailerons accompagnés de palmes et de guirlandes richement sculptées.

Chaque tourelle repose sur un cul-de-lampe orné de têtes de chérubins ; celle du centre est sommée d’une couronne royale, les autres sont dominées par des vases à flammes. La menuiserie est confiée à Germain Pilon pour une somme de 4 000 livres, acceptée le 25 mars 1679. Elle est en bois peint en blanc et rehaussé de filets d’or; les deux atlantes et tous les ornements sont également dorés”.

Les ateliers d’Alexandre Thierry ont fabriqué l’orgue, sa composition sonore et sa qualité de facture ne cèdent en rien à la magnificence du meuble qui était destiné à la recevoir. “À l’origine, l’instrument comprenait 37 jeux répartis entre quatre claviers manuels et pédalier, et alimentés par cinq grands soufflets fournissant du vent à la pression de 8 cm. Le devis, préparé par Alexandre Thierry et soumis pour consultation à Nicolas Le Bègue, fut accepté le 12 mai 1679”.

Le 10 octobre 1686,  les organistes Nicolas Le Bègue, Jacques-Denis Thomelin, Gabriel Garnier, et le facteur Hippolyte Ducastel reçurent l’instrument. Ils demandèrent l’adoucissement du clavier du grand-orgue et quelques améliorations à la soufflerie. La réception définitive eut lieu le 23 mars 1687 par l’organiste Guillaume-Gabriel Nevers et le facteur Robert Clicquot.

“En 1693, l’organiste titulaire, Gabriel Garnier, obtint l’accord de Thierry pour que le facteur Julien Tribuot  ajoute un flûte ouverte 4′ à la pédale, puis en 1718 pour l’ajout d’un clairon 4′ à la pédale”.

L’orgue assura le service jusqu’en 1793. Pendant la Révolution, abandonné,  il se dégrade rapidement. Le 28 septembre 1795, une commission, composée des organistes Claude Balbastre, Éloi-Nicolas-Marie Miroir, Jean Landrin et des facteurs Jean Somer et François Dallery, déclare l’instrument hors d’état de pouvoir servir et dans un état de vétusté qui ne permet plus d’en faire usage. Ordre fut donné de fermer la tribune et d’empêcher quiconque d’y pénétrer.

Lors de la réouverture de l’église,  un devis du 3 mars 1806, est présenté par le facteur Jean Somer. Le montant des réparations s’élève à 8 500 francs. Ce devis est exécuté. La réception des travaux a  lieu le 7 octobre 1807 par les organistes Éloi-Nicolas-Marie Miroir, Jacques-Marie Beauvarlet-Charpentier et Nicolas Séjean, l’organiste titulaire.
Après l’incendie du 12 août 1851 l’orgue a été complètement restauré.
Une dizaine de jeux subsistent de l’orgue original, en particulier les principaux du grand orgue et du positif, une quinzaine de jeux de Gadault, et les anches et flûtes de la pédale. Tous les autres jeux sont de Beuchet-Debierre.

Sources : http://www.orguesparis.fr/43.html  

 

26 commentaires pour “Hôtel des Invalides Eglise Saint Louis Le Grand Orgue”

  1. Bonjour Francine, les soldats étaient aimés…
    Ce soir repiquage des bulbes d’été : glaïeuls, dahlias et des saponaires
    Pour une “été fleuri”
    Que ta journée soit belle et ensoleillée, > bisous

  2. Hello Francine, les orgues sont de toutes beautés, et le son, j’adorait écouter l’organiste de mon village…
    Que du plaisir avec Sherlock Holmes moderne de Steven Moffat,
    diffusé sur Fr 4 le mercredi soir.
    Très belle journée de soleil avant le retour du temps maussade. > bisous

  3. waouah francine !! bravo !!! tu t’es super documentée sur l’église des soldats !!! trop génial !! et trop belles tes photos de l’orgue !!! tu sais quoi, la prochaine fois que je viendrai à paris, on pourrait aller voir les colonnes de la grande mosquée de Paris et les mosaiques de l’opéra garnier .. qu’en penses-tu ??
    bon, en attendant, tu as raison, notre balade camarguaise se précise bien … le matin, tu verras la mer de ta fenêtre !!! bisoussssssssssssssss

  4. waouah francine !! bravo !!! tu t’es super documentée sur l’église des soldats !!! trop génial !! et trop belles tes photos de l’orgue !!! tu sais quoi, la prochaine fois que je viendrai à paris, on pourrait aller voir les colonnes de la grande mosquée de Paris et les mosaiques de l’opéra garnier .. qu’en penses-tu ??
    bon, en attendant, tu as raison, notre balade camarguaise se précise bien … le matin, tu verras la mer de ta fenêtre !!! bisoussssssssssssssss

  5. L’histoire de cet orgue et franchement captivante, une page d’histoire que je ne connaissais pas. Cet instrument est splendide. Merci de ce partage. Bises et bonne journée

  6. Bonjour Francine,
    C’est un instrument superbe! Je ne manque pas d’assister aux concerts d’orgue qui se donnent dans la région.
    Dans les environs nous avons le facteur d’orgue Thomas (à Francorchamps – ça change du vrombissement des bolides) qui a notamment réalisé les nouvelles orgues de la cathédrale de Monaco.
    Amitiés,
    Frans

  7. Fabuleux , j’adore les orgues et celui là est un chez d’oeuvre

    Sinon comme je serai aux journées des métiers d’art je ne passerai pas avant mardi mais un article sera en ligne enregistré sur le premier et en direct sur mon second

    A bientôt

  8. Comme à ton habitude,une série magnifique,j y suis allé il y a très longtemps,l intétieur de l église a été rénové,et il y avait beaucoup plus de drapeaux dont certains étaient en lambeaux…Ca a bien changé.Un joli but de ballade et en plus très instructif pour les passionnés d histoire.Bonne journée.

  9. Mon coucou du jour pour te souhaiter un bon jeudi, c’est super beau ces orgues. J’en ai vu des comme cela à la cathédrale du Mans. bi$es.

  10. Le positif était à l’origine un positif de dos.!il a été deplacé et mis dans le soubassement du grand orgue lors de l electrification de l’instrument et l’installation de la console séparée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à ma newsletter afin de vous tenir au courant des derniers articles publiés !