logo

Galerie Bertrand Grimont Paris Solutions techniques à des problèmes théoriques Vincent Mauger

“Solutions techniques à des problèmes théoriques”
Exposition présentée par la galerie Bertrand Grimont

http://www.bertrandgrimont.com/
47 rue de Montmorency – Paris 3ème

Suite à mon article relatif à la FIAC 2011, j’ai été aimablement conviée par le galeriste de Vincent Mauger, Bertrand Grimont, à sa galerie pour voir l’exposition qui était consacrée à l’artiste.

Cette exposition, “Solutions techniques à des problèmes théoriques”, se terminait le 31 octobre 2011. Trois sculptures étaient présentées dans la galerie. Plus habitué aux sculptures monumentales, Vincent Mauger s’est adapté aux dimensions du lieu.

Vincent Mauger

Courtesy de l’artiste et de la galerie Bertrand Grimont.

“La première est une masse de lamelles jointes sur des tiges de métal, sorte de météorite dont on aurait conservé les lignes de niveaux. Il s’en dégage une impression terriblement menaçante.

Vincent Mauger

*C19 H28 O2, 50 x 50 x 100 cm, pierre, bois , 2011 Courtesy de l’artiste et de la galerie Bertrand Grimont.

A l’inverse, C19 H28 O2, représentation de la molécule de la testostérone, composée de galets et de branches, semble fragile et inoffensive. Elle est pourtant la source de nos pulsions sexuelles.

Quelle que soit la pièce observée, sculpture ou photographie, on a toujours l’impression que Vincent Mauger conçoit ses œuvres de façon scientifique, selon une trame géométrique, puis qu’il y insuffle un soupçon de chaos. Les gaines de PVC de la troisième sculpture ont d’abord été fixées et alignées avec méthode, puis délibérément cassées, comme écorchées vives”.

Vincent Mauger est-il fasciné par les paysages les plus bucoliques de nos campagnes ou bien par les rendus glacés des dernières technologies numériques ? Est-il un personnage romantique dont les oeuvres seraient autant de survols et de clichés de la surface de la terre, ou un géologue qui exploiterait minutieusement la moindre faille, la moindre courbure d’un paysage dont il semble le seul à savoir régler l’instrument de mesure ?

On croit avoir décelé en lui l’architecte recherché pour son entreprise démesurée, capable d’investir, d’arpenter et de métamorphoser tous les espaces d’art qu’on lui propose, et voilà qu’il réalise une vidéo étrangement drôle, et distante aussi, sur sa propre activité d’artisteouvrier-ingénieur : comme encerclé par sa pratique, perché sur une table qu’il découpe à la tronçonneuse et dont il ne reste finalement plus qu’un pied, l’artiste reste seul et debout, vivant au milieu du bois scié.

Vincent Mauger

*Sans titre, extrait de vidéo numérique, 2010. Courtesy de l’artiste et de la galerie Bertrand Grimont.

{…}
Toujours  extrêmement séduisantes, ses sculptures semblent issues des méthodes numériques et scientifiques de représentation du monde et de modèles complexes. Mais les « pièces » de Vincent Mauger parlent néanmoins toujours de l’absence de lois, de règles, de certitudes, et manifestent toujours leur farouche volonté d’échapper à la représentation. Elles sont en quelque sorte anarchiquement « elles-mêmes », elles sont leur propre nécessité, et c’est donc avec un subtil dérapage interprétatif qu’il faut les rapprocher des modèles mathématiques ou autres logiciels de dessin vectoriel qu’elles ne manquent pas d’évoquer. Certes il est inévitable de supposer que l’artiste lui-même ressent une certaine fascination pour ces technologies… mais ce qu’il en fait -son implication physique notamment, la nécessité qu’il ressent à y projeter son corps, à s’impliquer musculairement dans l’effort qui les érige- ramène chacune de ces pièces à une histoire presque traditionnelle de la sculpture.

Vincent Mauger

*Sans titre, aluminium et acier, diamètre 1,60 m, 2010.Courtesy de l’artiste et de la galerie Bertrand Grimont.

Et ce ne sont pas les matériaux choisis qui diront le contraire : Vincent Mauger fréquente les grands magasins de bricolage avec des gants en velours : il sculpte des lames de pvc, des tiges en inox, des plaques d’aluminium ou des tuyaux de gouttière avec une équivalente dextérité,il les délivre d’un destin tristement utilitaire, pour une vie de quintessence…
En trouvant des « Solutions techniques à des problèmes théoriques » et non l’inverse, il garde sur nous -quel privilège!- une inconnue d’avance. Gaël Charbau.

Sources :

http://www.bertrandgrimont.com/
http://blog.paris3e.fr/post/Vincent-Mauger-Bertrand-Grimont 

 

22 commentaires pour “Galerie Bertrand Grimont Paris Solutions techniques à des problèmes théoriques Vincent Mauger”

  1. Bonsoir Francine. Tes articles sur le jardin des plantes sont superbes. Pas trop sur le net, j’ammènage quelques espaces pour faire des rangements pour mon épouse et mes enfants. Déjà trois semaines de boulot de fait. Bises DOM

  2. Bonsoir Francine, te voila reporter officiel mon amie… lol Je te l’avais dit, tu finiras dans le tourisme ou dans la promotion de ce dernier… avec en plus une mention spéciale comme reporter animalier… Bravo… Bisous…

  3. alors ça c est quelque chose… quoi je ne sais pas trop mais c est quelque chose… gros bisous hier pluie le matin soleil en journée pluie hier soir… impossible de dire ce que ça va donner…

  4. ALORS, là, CHAPEAU Francine – nous permette de pouvoir admirer une expo dans une Galerie, tu fais FORT !!! De plus, tes explications sont toujours très intéressantes. Sans tes écrits, ces sculptures ne m’auraient pas vraiment séduite, mais……………… comme quoi….. il faut toujours aller plus loin.
    MERCI – MERCI –
    Toutes ces galeries que j’aime aller visiter lors de mes séjours à Paris, vers la rue des Beaux Arts devraient te COMMANDER des articles comme celui là.
    Je t’embrasse et vraiment ENCORE MERCI;

  5. il a certainement du talent , mais je ne suis pas ouvert à ce genre de sculpture…En pleine grisaille , j’en profite pour faire du rangement dans mes dossiers…bises..

  6. La molécule de la testostérone me fait penser à un animal à plusieurs pattes. Tu trouves toujours des choses originales à photographier. Aujourd’hui, même avec le vilain temps gris, je me suis promenée dans le quartier du Sacré-Coeur. Pas trop de touristes par cette grisaille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à ma newsletter afin de vous tenir au courant des derniers articles publiés !