logo

Fouilles archéologiques sur l’Ile de la Cité Paris (1)

Fouilles archéologiques sur l’Ile de la Cité
4e édition des Journées nationales de l’Archéologie

2 rue de Lutèce Paris 4ème

Ouverture exceptionnelle au public des fouilles de la Préfecture de Police les 7, 8 et 9 juin 2013.

La visite était assurée par trois archéologues de l’Inrap, qui étaient là pour nous donner des explications sur les fouilles archéologiques de la Préfecture de Police, et répondre à nos questions. La visite se terminait à la Préfecture  par une exposition photographique dans la salle des 167 policiers morts pour la libération de Paris.

La clé de Paris cachée sous la préfecture de police de l’île de la Cité ? Et si la clef des origines de la ville de Paris était cachée sous la préfecture de police ?
Depuis quelque temps, des archéologues mènent des fouilles au cœur de l’île de la Cité. Ils ont mis à jour une église médiévale et continuent encore à remonter dans le temps.

“D’ici la fin des fouilles, en septembre, «on va essayer d’aller au plus profond possible, pour essayer de connaître le niveau de formation de l’îlot», déclare Xavier Peixoto, responsable des fouilles.

DIVERS-LUTECE 9221 BIS

C’est un petit chantier, situé au 2 rue de Lutèce,  coincé entre deux imposants bâtiments de la préfecture, mesure à peine 300 m2 est coincé entre deux imposants bâtiments de la préfecture. Il laissera la place l’an prochain au nouveau hall d’accueil du public.

Une grande question est restée sans réponse à ce jour : où se situe le Paris des origines?
Les origines de Paris restent empreintes de mystère. Des découvertes archéologiques récentes ont levé le voile sur des pans entiers de la préhistoire et du néolithique. Toutefois une énigme demeure : où se trouvait la Lutèce gauloise? Car si Jules César la place sur une île, aucun vestige de la période gauloise n’a encore été découvert dans l’île de la Cité. L’histoire de l’île de la Cité commence avec l’émergence progressive d’un banc de sable dans le lit de la Seine à partir de l’époque néolithique.

100 ans avant notre ère, l’oppidum des Parisii?
Le seul témoignage que nous ayons pour situer la Lutèce gauloise, c’est celui de Jules César, qui signale à plusieurs reprises, dans la guerre des Gaules, que Lutèce est blottie sur une île accessible par des ponts. Son lieutenant Labiénus, en route pour écraser les Parisii, la dépeint ainsi : “Cet oppidum des Parisii est situé dans une île du fleuve Seine {…}. Il est entouré d’un marais continu qui déverse ses eaux dans la Seine, et rend très difficile l’accès à toute la région”.

-Ier-IIIe siècle

paris 300 carnavalet

– Au Haut Empire, Lutèce se développe principalement sur la rive gauche (forum, thermes, édifices de spectacles).
“Dès le début de l’époque gallo-romaine, le centre de Lutèce se développe sur la montagne Sainte-Geneviève. L’île de la Cité, elle, abrite alors des activités artisanales et commerciales liées au port fluvial.

-IVe siècle
La ville se rétracte

lutece-devint-paris-exposition-crypte-archeol-L-JYTm0p

Suite aux crises de la fin de l’Empire,  l’île est fortifiée et entourée de remparts dès le début du IVe siècle. Elle devient alors le centre de la ville.  Des fouilles précédentes, rue de Lutèce, avaient déjà révélé de modestes constructions et une rue reliant la basilique du marché aux fleurs au « Palais », un important bâtiment administratif ou militaire, de nos jours enfoui sous le palais de Justice”.

-VII-XVIII e siècle
L’abbaye Saint Eloi

DIVERS-LUTECE 9238 BIS

Ce monastère féminin a été fondé au XVIIe siècle par Saint Eloi. La fouille actuelle se situe à l’emplacement de son église, qui fait partie de la vingtaine d’églises disparues de l’île de la Cité. L’église d’origine a connu de nombreuses transformations. Abandonnée à la Révolution et devenue un dépôt d’archives elle n’est détruite qu’en 1862.

-XIXe siècle

DIVERS-LUTECE 9272 BIS

Depuis 1871, le coeur de la préfecture de Police est situé au centre de paris, sur l’île de la Cité, dans une caserne construite de 1863 à 1867, dans un style néo-florentin, sous l’instigation du baron Haussmann pour accueillir la Garde républicaine.

Il s’agit ici de fouilles archéologiques préventives.
L’archéologie préventive a pour vocation de préserver et d’étudier les éléments significatifs du patrimoine archéologique menacés par les travaux d’aménagement. Elle peut impliquer la mise en œuvre de diagnostics archéologiques (sondages), de fouilles (fouilles de sauvetage ou fouilles préventives) et dans certains cas, des mesures de sauvegarde. C’est la construction d’un nouveau hall d’accueil du public qui a occasionné ces fouilles, dont le but avoué est toujours de rechercher des traces de Lutèce.

DIVERS-LUTECE 9228 BIS

“Comme c’est l’usage avant de tels travaux, les spécialistes de l’Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives) disposent de quelques mois pour l’explorer, dénicher d’éventuels trésors historiques et, surtout, explorer cette fenêtre ouverte sur le passé de la capitale. “Avec la montagne Sainte-Geneviève, l’île de la Cité est l’un des points les plus sensibles de la Lutèce archéologique”, car c’est là que les premiers occupants se sont installés, souligne le responsable des fouilles, Xavier Peixoto.
Selon lui, le banc de sable ayant donné naissance à l’île de la Cité dans le lit de la Seine était déjà en place vers -3000 avant notre ère. Un parking voisin a livré des céramiques gauloises datées de -400″.

DIVERS-LUTECE 9268 BIS
*Le chantier dévoile ici un magnifique bow-window, décoré de vitraux.

sources : le monde.fr et sur site

Lorànt Deutsch, dans le hors-série “Métronome” de Détours en France, numéro 19, mars 2012.

 

Demain : les découvertes

 

30 commentaires pour “Fouilles archéologiques sur l’Ile de la Cité Paris (1)”

  1. bonjour

     un reportage trés intéressant

     surement que Paris  nous dévoilera encore beaucoup de son passé  à travers les couches  des civilisations   j espére qu ils découvrirons un jour des restes du premier PARIS 

     merci Francine  pour  cet article

     bises kenavo

  2. Bonsoir Francine,

    Les sous sols de la terre ne finiront jamais de livrer ses secrets . Les hommes ont laissé des traces et elles remontent à la surface .A l’homme moderne d’en dévoiler les énigmes .

    Retour aux sources, ton article est superbe.

    Bonne et douce soirée .

    Bisous.

     

     

     

  3. cela me fait penser aux découvertes faites lorsque les nouvelles galeries ont été construites à Marseille, d’importants vestiges découverts, d’ailleurs la totalité prévue pour la construction n’a pu être réalisée, une partie a été inconstructible depuis.

    Bonne soirée

  4. oh j’ai vu un reportage à ce sujet il y a quelques jours, les historiens se demandaient si en réalité les restes de Lutèce ne seraient pas à Nanterre ….

    Pour ces fouilles, ils auront peut-être l’idée de faire ce que j’ai déjà vu, je crois que c’était à Dax mais sans certitude. Une partie des fouilles étaient protégées de parois vitrées ce qui permettaient au gens de les voir depuis le hall du batiment. Et le sous-sol de l’immeuble avait été fait de telle façon que les ruines mises à jour pouvaient toujours être visitées.  L’art de construire du neuf tout en préservant les temoignages du passé.

    Bonne nuit, bonne journée.

  5. L’immeuble est vraiment ancien.

    Nous sommes allés à Transhumance, il y avait tant de monde que l’on n’a pas vu grand chose, du coup nous sommes allés dans un autre coin de la ville où on a vu la parade des chevaux.

    Bon mardi

    Bisous

  6. Hello Francine

    Les Parisii ! hi hi hi  ca fait drole parce que nous écrivons aussi avec deux ii pour nommer les tribus ligures qui ont résisté à Jules Césars …. Mais, c’est vrai que le i est synonyme de pluriel sur un nom …

    bizz

    pat

    * exemple le mien Giordano se décline dans la region en Giordana feminin et en Giordani pluriel

  7. bonsoir Francine,

    Merçi pour ce partage , car ton article vient compléter le court reportage au info du Week end qui traité de ce sujet .

    Merçi encore…….

    bonne soirée

    amitiés

  8. Bonjour

    J’ai récemment lu un article sur le sujet… peut-être moins complet que le tien…. Affaire à suivre donc….

    Belle journée

    Chronique

  9. Un petit trou dans  Paris qui nous offre ainsi son passé. Une fouille très intéressante, avec comme d’habitude de belles illustrations d’une amoureuse de notre capitale !

    Merci.

    Au cours des siècles, les villes se sont construites et  déconstruites par strates successives. Alors, sans cet empilage, plus de construction possible. Qu’y faire, on ne peut pas tout garder ! C’est dommage mais ainsi va le progrès. Les archéologues font leur travail, tout est noté, mesuré, photographier, que faire de plus ?

     

    Bises mouillées de l’Atlantique.

     

  10. C’est absolument passionnant et ton article est fort bien documenté ! je ne peux m’empêcher de déplorer le fait de recouvrir ….pour poursuivre le présent les sites du passé découverts lors de fouilles ……..c’est ce qui s’est passé dans la ville près de chez moi ! Merci pour ce partage ! bonne nuit !

  11. Bonjour Francine 

    Merci pour tes mots déposés chez moi (enfin sur le blog ).

    Bel article , je sent que je vais connaitre Paris moi qui ne connait pas vraiment .

    Bonne fin de journée 

     Bizzz

  12. Bonjour Francine très interessant ton reportage a vec un rappel d’histoire,

    j’espère que les fondations des batiments autour vont tenir si ils creusent plus!

    bon lundi  bisous monique

  13. il faut espérer que ces fouilles donnent des résultats !

     c’ est que Lutèce a subi  bien des invasions, barbares, vikings et romaines !

    Merci pour ce reportage illustré !

     bonne journée

     bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à ma newsletter afin de vous tenir au courant des derniers articles publiés !