logo

Fontaine de la Croix du Trahoir Paris

Paris insolite et secret

La fontaine de la Croix du Trahoir est inscrite au titre des monuments historiques.Elle est situé à l’angle de la Rue de l’Arbre-Sec et du numéro 111 de la rue St Honoré, dans le du 1er arrondissement.

La place de la croix du Trahoir 

Ce carrefour se situait au croisement des principales voies nord-sud et est-ouest d’entrée dans Paris. Pendant plusieurs siècles, il a été un des carrefours les plus animés de Paris. 

Le nom de Trahoir, anciennement tiroir, vint du fait que l’on tirait les étoffes sur la place. 

Jusqu’en 1698 des exécutions capitales y ont eu lieu sur cette place. Ce fut le cas des les faux monnayeurs, avec l’argumentation que la maison où l’on fabriquait la monnaie était toute proche. Des luthériens y ont aussi été brûlés vifs le 21 janvier 1535. Et jusqu’en 1739 La place a été utilisée pour couper les oreilles des serviteurs indélicats.

 Il y avait une roue de supplice pour servir d’exemple aux passants et une potence, parfois assimilée à l’« Arbre sec » C’est toutefois une erreur, car l’Arbre sec est un arbre mythique des récits de Marco Polo, parfois assimilé au Chêne de Mambré de l’Ancien Testament.

http://francine.o2switch.net/wp-content/uploads/2010/02/2wrg7r9.jpg 

La place comportait une croix d’origine très ancienne pour favoriser les dernières prières des condamnés. Elle a été détruite en 1789. Son soubassement en pierre avec des degrés servait d’étal à des bouchers et marchands de légumes.

Une station de chaises à porteurs a été créée en 1639. C’est là qu’a lieu l’arrestation de Pierre Broussel, conseiller au parlement de Paris, surnommé “le père du peuple”, le 26 août 1648. C’est un épisode marquant du début de la Fronde. Ce carrefour sera aussi le centre d’une répression sanglante, puis des
barricades élevées jusqu’à la libération du conseiller. C’est la journée des barricades du 27 août 1648.

 La fontaine de la croix du Trahoir

La première fontaine de la Croix-du-Trahoir a été construite par Jean Goujon à l’initiative de François Ier en 1529. Elle a été reconstruite en 1606 puis déplacée de quelques mètres en 1636 pour améliorer la circulation dans la rue Saint-Honoré. Jacques-Germain Soufflot, chargé de la rebâtir en 1775, hérita d’une fontaine en très mauvais état. Il l’inscrivit dans un édifice polygonal situé à l’intersection des rues de l’Arbre-Sec et Saint-Honoré et confia à Boizot la sculpture de la nymphe  qui apparaît rue Saint-Honoré Un mascaron permet à l’eau de la fontaine de s’écouler.

 

La fontaine porte l’inscription suivante : 

la première année de son règne,

ordonne que le bien public

du château d’eau de l’arc de Julien,

effondré par la vétusté,

soit complètement réédifié

avec plus d’élégance

par Charles Claude d’Angiviller directeur des Bâtiments du Roi. 

18 commentaires pour “Fontaine de la Croix du Trahoir Paris”

  1. Article fort bien fouillé ; tu nous en apprends des choses sur cette fontaine , mais un arbre sec (lol) à proximité d’une fontaine , pas ordinaire cet arbre , même pas l’idée d’y boire un p’tit coup ; c’est un palmier de banquise ? lol . Alors le métro il est sur les pistes à la neige ? Bises et bonne journée

  2. Il y a vraiment de jolies choses à découvrir parfois dans les villes, ce chateau d’eau est d’une belle architecture…j’ai encore appris cela, grace à ta note Francine,  merci et bonne soirée…

  3. Je ne connais pas du tout ce coin là.
    Alors, le Métro était-il plus praticable aujourd’hui ?
    Je profite de ma semaine de repos pour travailler un peu.
    J’entends par là faire quelques travaux m’aménagement chez moi.
    Ca change la tête que de bricoler. Bonne soirée.
    — Yves —

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à ma newsletter afin de vous tenir au courant des derniers articles publiés !