logo

Félix Arvers rue Budé Paris

Plaque de Félix Arvers

1 rue Budé Paris 4e

Juste après le pont Marie, en arrivant Ile Saint Louis, une très jolie plaque apposée sur un mur a attiré mon attention. Elle signale la maison natale de Félix d’Arvers, auteur du fameux sonnet. Cette plaque en relief montre le poète en buste.

Mes heures perdues

Mon âme a son secret, ma vie a son mystère,
Un amour éternel en un moment conçu :
Le mal est sans espoir, aussi j’ai dû le taire,
Et celle qui l’a fait n’en a jamais rien su.

Hélas ! j’aurai passé près d’elle inaperçu,
Toujours à ses côtés, et pourtant solitaire.
Et j’aurai jusqu’au bout fait mon temps sur la terre,
N’osant rien demander et n’ayant rien reçu.

Pour elle, quoique Dieu l’ait faite douce et tendre,
Elle suit son chemin, distraite et sans entendre
Ce murmure d’amour élevé sur ses pas.

À l’austère devoir, pieusement fidèle,
Elle dira, lisant ces vers tout remplis d’elle
“Quelle est donc cette femme ?” et ne comprendra pas.

Félix Arvers rue Budé 

* Mon âme a son secret

Alexis-Félix Arvers était un poète dramaturge. Il a vécu de 1806 à 1850. Ce seul sonnet, l’une des pièces poétiques les plus populaires de son siècle, l’a rendu célèbre. Ce timide personnage se serait consumé pour une femme mariée bien mystérieuse que les critiques désignent en général comme Marie Mennessier, la fille de Charles Nodier.
Félix Arvers fréquentait les soirées organisées par Charles Nodier au Cénacle (bibliothèque) de L’Arsenal. C’est sur le cahier de sa fille Marie, devenue madame Mennessier, qu’il écrivit les quatorze vers qui devaient assurer sa gloire.

« La maison de Nodier était fort animée, et les réunions pleines de gaité ; je n’ai vu nulle part autant d’entrain. Les peintres, les poètes, les musiciens, qui faisaient le fond de la société, étaient laissés à toutes leurs excentricités particulières, et remplissaient le salon de paroles vives et retentissantes. On chantait, on dansait, on jouait, on disait des vers. »
Mme Ancelot, Les Salons de Paris, foyers éteints, 1858 p. 151

Félix Arvers rue Budé

* ma vie a son mystère

Budé 1468 1540 fut Prévôt des Marchands de Paris. Il contribua à la création du collège de France en 1530.

Rue Budé

“Concernant l’origine de cette rue, il y a une anomalie : en effet, le propriétaire du terrain où fut construite la rue avait pour nom Michel Guillaume. On donna son nom à cette rue et cela jusqu’en 1807, date à laquelle on ajouta Budé, nom du célèbre philologue, créateur du Collège de France… Peu après, on supprima la première partie du nom pour ne laisser subsister que Budé, ce qui ne veut strictement rien dire, car l’homme célèbre n’est en aucune façon lié à ce quartier, tandis que l’ancien propriétaire a disparu !”

Serge Gainsbourg a mis en musique ce sonnet, écoutez, vous ne pourrez qu’apprécier !

sources : http://www.etudes-litteraires.com/sonnet-arvers.php

http://ecrits-vains.com/ballades/balade14/balade14.htm

49 commentaires pour “Félix Arvers rue Budé Paris”

  1. Chacune de nos vies a son lot de mystère aussi
    Mais chacun traverse sa mer de nuages
    Lui avait en plus la magie des mots
    Bisous et bonne journée à toi

  2. Coucou ma Francine,
    Il est superbe ce bas relief. Je ne connaissais cette version musicale le sonnet d’Arvers. Merci pour ce partage.
    Bises et bon mercredi. ZAZA.

  3. Superbe histoire et superbe photos, quand je passerais dans le coin je chercherais la plaque, c’est fou comment tu vois chaque détail dans Paris, tu nous racontes l’histoire dans l’Histoire, j’aime beaucoup, un grand bravo! douce journée chaude! bisous Christiane

    • j’ai le nez partout ! 🙂 tu ne peux pas la rater cette plaque! je l’ai trouvé jolie, j’ai creusé un peu car je ne connaissais pas ce poète! honte à moi, ce sonnet est si beau 🙁 et ce n’est pas souvent qu’une plaque commémorative est si belle; je te remercie, bonne journée bisous

  4. bonjour Francine,
    Merci pour ce billet , il me permet de mettre une liaison en cette belle chanson de Gainsbourg et son auteur .
    bonne journée
    amitiés

  5. Grâce à toi, on en apprend un peu plus sur les plaques et rues de Paris !
    Un sonnet superbe, réel cri du coeur, montrant comme on peut rester aveugle devant la souffrance d’ une âme déchirée !
    Pas étonnant que Gainsbourg l’ ai chanté
    Merci pour cette petite histoire dans la grande !
    Bonne journée
    bisous

  6. je ne connaissais pas ce poète, honte à moi aussi c’est très beau comme la version de Gainsbourg, merci d’avoir fouillé pour nous, belle journée à toi avec le soleil, le ciel bleu tout devient plus beau et les balades si agréables bises

  7. ahh le Paris que tu nous fait découvrir
    un superbe poéme
    et cette chanson de Gainsbourg
    très très bel article
    bon mercredi Francine
    bises

  8. Bonjour Francine, j’apprécie toutes ces explications !! je suis sûre que beaucoup de parisiens ne connaissent pas toute ces anecdotes.. super Gainsbourg dans un autre registre !
    Pour l’abbatiale il faut prendre rendez vous, je n’ai pu prendre que quelques photos car il y avait une messe, mais comme elle est tellement grande que cela n’a pas dérangé.
    Bonne journée bisous Rozy

    • je ne connais qu’uné église où l’on peut prendre des photos pendant la messe, et même photographier la messe, c’est notre dame de paris!

  9. bonjour francine
    c’est grâce à toi que je découvre ce poète ainsi que la chanson de Serge Gainsbourg
    Le ciel est bien couvert encore ce matin et une averse n’est pas exclue
    Je te souhaite de passer un bonne fin de journée
    bisous

  10. Bonjour, il était totalement inconnu pour moi jusqu’à aujourd’hui…sa plaque et en effet bien belle , et comme toi je n’ai pas trouvé le nom du graveur…Bisous

  11. Cette plaque est magnifique et, en effet chaque vie a son mystère, c’est tellement bien dit! Bisous tout doux et bonne journée dans la tendresse!

  12. Je connaissais bien sur ce poème mais pas l’interprétation de Serge Gainsbourg que je trouve un peu trop “légère” pour un texte bien poétique.
    Un Serge Gainsbourg très “twist à Saint Tropez”. Je trouve que ça dévalorise le poème, mais ce n’est là que mon avis personnel. Je préfère rester sur les mots à lire.
    Je ne savais pas qu’il y avait une plaque dans Paris en hommage à ce poète. Merci de nous la faire découvrir. Du coup, je me suis remémorée les jolis mots de Arvers.
    Merci Francine, tu es une petite “fouine” et je t’adore car j’apprends des tas de choses grace à toi.
    Gros bisous

  13. Bonjour Francine,
    décidément je devais vivre le nez au ras du sol, car je n’ai jamais vu le nom de cette rue (de toutes façons je ne connais jamais le nom des rues) mais je n’ai jamais fait attention à cette plaque!
    Si je retourne à Paris je vais visiter le nez en l’air et je vais me casser la figure (lol) afin de voir enfin tout ce que j’ai raté.
    Dire que mes beaux-parents habitaient à coté du collège d France (rue Jean de Beauvais) à l’époque où je les ai connus!
    Je ne savais pas que Budé avait contribué à sa création, mon homme me dit que oui! Il y en a au moins un sur les deux qui est meilleur! Mais lui habitait là.
    Mais le sonnet de Félix d’Arvers je connaissait, mais il n’aurait pas fallu e demander l’auteur!
    Merci de parfaire notre éducation mon amie! Passe une bonne fin de journée. Bisous.

  14. Bonjour Francine,
    décidément je devais vivre le nez au ras du sol, car je n’ai jamais vu le nom de cette rue (de toutes façons je ne connais jamais le nom des rues) mais je n’ai jamais fait attention à cette plaque!
    Si je retourne à Paris je vais visiter le nez en l’air et je vais me casser la figure (lol) afin de voir enfin tout ce que j’ai raté.
    Dire que mes beaux-parents habitaient à coté du collège d France (rue Jean de Beauvais) à l’époque où je les ai connus!
    Je ne savais pas que Budé avait contribué à sa création, mon homme me dit que oui! Il y en a au moins un sur les deux qui est meilleur! Mais lui habitait là.
    Mais le sonnet de Félix d’Arvers je connaissait, mais il n’aurait pas fallu me demander l’auteur!
    Merci de parfaire notre éducation mon amie! Passe une bonne fin de journée. Bisous.

  15. bonsoir, l’ami Gainsbourg est resté fidèle au texte, j’ai noté une inversion au premier vers et un changement de verbe. Je n’avais jamais entendu cette chanson. J’ai essayé également sur le net je n’ai rien trouvé sur la plaque
    bonne soirée

  16. Bonjour Francine
    cette plaque des rues de Paris elle est d une beauté merci à toi toutes ces recherches prendre ton temps et nous faire découvrir ce Poète que je ne connais pas tes explications sont là donc nous en savons u peu plus e de tes photographies merci infiniment bon Mercredi bisous Danielle

  17. Coucou ma Francine, j’ai regardé et écouté, j’ai apprécié.

    Je passe te souhaiter une belle fin de journée.

    J’en profite pour me reposer.

    Merci pour nos sympathiques échanges.

    Prends soin de toi.

    Lolli

  18. C’est un serge bien poétique ! et un auteur méconnu ! il a sa place dans ce grand Paris – et tu déniches tout çà , trop Forte Francine !!! tu dois en passer du temps la dessus ! bravo
    Bonne soirée à toi Biz

  19. Je ne connaissais pas ces vers ! je découvre aussi la version Gainsbourg, un peu déstabilisante mais agréable ! belle soirée Francine ! bisous

  20. Bonsoir Francine,
    de nouvelles découvertes pour moi aujourd’hui, merci de nous faire découvrir ce Paris méconnu et les personnes qui l’ont habité.
    Les photos sont magnifiques, je ne pense pas toujours à photographier ces plaques.
    Passe une bonne soirée.

  21. Bonjour Francine,
    Et oui… Paris cache encore bien des secrets comme ndiqué sur cette plaquette! Tu as encore beaucoup de boulot pour nous les révéler 🙂
    Bonne journée,
    Frans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à ma newsletter afin de vous tenir au courant des derniers articles publiés !