Découvrez les oiseaux migrateurs et la biodiversité du lac Daumesnil – Paris Autrement
logo

Découvrez les oiseaux migrateurs et la biodiversité du lac Daumesnil

Le lac Daumesnil, plus sauvage qu’on ne le croit
Des habitants parfois très discrets en ont fait leur domaine, et dès le retour des beaux jours, ils ressortent de leurs abris pour se livrer à toutes sortes de parades. Ces habitants très discrets, ce sont les pouillots véloces, les foulques, les poules d’eau, les sternes ou encore les crapauds.

La grive draine se fait discrète…

 

tandis que les crapauds bullent et copulent sans scrupules…

Pour un promeneur observateur, et de préférence muni de jumelles, une balade dominicale peut s’avérer aussi riche en rencontres qu’une visite au zoo. Le lac est peuplé de dizaines d’oiseaux, sédentaires ou migrateurs. On y rencontre également une flore riche, et des arbres remarquables, comme le tulipier de Virginie; et aussi de ce magnifique saule pleureur, labellisé “arbre remarquable”.

La richesse insoupçonnée du Lac Daumesnil
Ce milieu aquatique, proche du milieu forestier, est un milieu ouvert. Il n’est pas rare d’y rencontrer des espèces migratoires qui viennent s’y poser pour se reproduire, ou tout simplement faire une halte sur le chemin de la migration, comme ces ouettes d’Egypte, que j’ai vu en mai 2011.

“Paris est une ville assez intéressante en termes de biodiversité, , avec ses deux grands bois à l’ouest et à l’est et le grand espace vert du Père Lachaise». Des espèces animales et végétales trouvent donc, une fois n’est pas coutume, facilement un logement à la capitale.” Marc Giraud, naturaliste.

Les promenades au lac sont régulièrement ponctuées par les pépiements des oiseaux. On reconnaît une mésange ou un rouge gorge au premier cui-cui.

“Et cette corneille a les plumes blanches car elle doit avoir des carences dues à l’alimentation qu’elle trouve dans les poubelles.» Marc Giraud

Le pépiement des oiseaux nous fait oublier le ronronnement de la circulation alentour… Sur le lac, c’est le calme plat. Le soleil brille, les bernaches du Canada sont sur les rives où elles prennent le soleil.

Non loin de là, des tortues de Floride, certainement abandonnées par quelqu’un. Pendant ce temps, les perruches vert acidulé filent rapidement dans les airs en poussant leurs cris stridents. Ces nouvelles habitantes du bois se sont reproduites après que des Parisiens ont ouvert la cage aux oiseaux. Elles se sont échappées de l’aéroport d’Orly dans les années 1990.

Le héron cendré du lac trône royalement sur ses barques, regardant avec dédain les lourds cygnes qui nagent. «Le héron fait deux mètres d’envergure mais ne pèse que 2 kilos, tandis que le cygne est l’oiseau le plus lourd d’Europe: il peut peser jusqu’à 25 kilos» Marc Giraud

Plus loin, c’est un cormoran qui attire notre attention, ainsi que plusieurs battements d’ailes de mouettes. Non, la mer ne s’est pas rapprochée, mais comme les mouettes et d’autres animaux marins, il vit aussi le long des fleuves. Goélands et sternes plongent pour y trouver à manger, et concurrencent les pêcheurs présents sur le bord du lac.

Pendant la période de reproduction, bébés bernaches, canetons et cygnons font l’émerveillement des enfants

Bernache du Canada bébé

Canard colvert bébés

Cygnon

Foulque macroule bébé

Tadorne casarca bébé

Les passereaux et le Lac Daumesnil … et le local des jardiniers : un réservoir pour la biodiversité

Les passereaux sont vulnérables au dérangement humain. Un fragile équilibre s’est créé au fil des années au Lac Daumesnil, il est important de le maintenir intact et de ne pas venir le perturber. Beaucoup de ces petits passereaux aiment nicher dans la végétation dense qui entoure le local des jardiniers. Il est important de maintenir sur tout le lac ces espaces denses et variés en végétaux qui sont des abris pour la biodiversité et permettent les interactions entre la faune et la flore.

Beaucoup de passereaux recherchent leur nourriture au sol, il est indispensable de maintenir la végétation existante , toute destruction mettrait en échec les reproductions. Les oiseaux en quête de nourriture toute l’année n’ont pas de frontière, c’est à dire qu’ils peuvent chercher leur nourriture sur l’île de Bercy sans forcément y nicher. Les passereaux ont 2 voir 3 reproductions par an et jusqu’en juillet des jeunes sont encore nourris par les adultes. Par ailleurs, dans cette zone privilégiée, aucun éclairage de nuit ne vient perturber les lieux, aucune lampe malvenue ne tue ni les insectes nocturnes ni les oiseaux nocturnes, comme la chouette hulotte.

La végétation au lac a donc son importance pour les oiseaux, mais pas seulement. Les plantes sauvages qui poussent aux bords des îles sont indispensables : sans elles, la l’île la terre ravine à la moindre pluie et les arbres risquent d’être déracinés en cas de tempête, dont le magnifique saule pleureur est classé Arbre remarquable.

L’île aux oiseaux

Au cœur du lac Daumesnil, deux îles, Reuilly et Bercy. L’ile de Bercy est plus connue sous le nom d’île aux oiseaux, c’est un  havre de paix pour les espèces nicheuses. Ce fragile équilibre qui s’est créé au fil des années depuis est perturbé par le dérangement des ballons, vélos, chiens et coureurs mettant en échec nombreuses reproductions. La gestion sur l’île a aussi changé, les plantes indigènes, parterres fleuris attirant les insectes pollinisateurs, les papillons progressivement sont supprimés entrainant la rareté de ses derniers pourtant source de nourriture des passereaux. Elle était protégée jusqu’en 2015.

De multiples espèces d’oiseaux peuplent le lac Daumesnil, sédentaires ou migrateurs

Sous le gazon rustique se trouve une micro faune comme le ver de terre dont sont friands les merles et grives. En surface les fleurs butinées par divers insectes font le bonheur des passereaux et l’herbe est broutée par les oie, foulques, colverts , cygnes… (des tondeuses à gazon écologiques).

La végétation au bord des îles a son importance, sans elle la terre ravine à la moindre pluie et les arbres risquent d’être déracinés en cas de tempête. De même qu’il faut maintenir l’intégralité des lieux ainsi que la circulation de l’eau du lac, sinon c’est tout l’équilibre de la faune et de la flore qui va s’effondrer. 

Voici une liste non exhaustive établie selon les  observations des visiteurs réguliers du Lac Daumesnil

Oiseaux nicheurs île de Bercy
Accenteur mouchet

Bergeronnette des ruisseaux

Bergeronnette grise

Bernache du Canada

Bernache nonnette

Canard colvert

Canard mulard

Chardonneret élégant

Chouette hulotte

La chouette hulotte a niché en 2015 tout près de la passerelle des 2 îles et son territoire de chasse est ces îles et au delà, elle est présente aux environs du lac.

Corneille noire

Cygne noir

Cygne tuberculé

Etourneau sansonnet

Faucon crécerelle

Fauvette à tête noire femelle

Fauvette à tête noire mâle

Foulque macroule

Gallinule poule d’eau

Geai des chênes

Grimpereau des jardins

Grosbec casse-noyaux

observé près du lac Daumesnil depuis l’automne, et récemment sur l’île de Bercy
 

Héron cendré

Merle noir

Mésange à longue queue

Mésange bleue

Mésange charbonnière

Mésange huppée

Mésange noire

Mésange nonnette

Moineau

Oie à tête barrée

Ici avec une bernache du Canada

Paon blanc

Paon bleu

Perruche à collier

Pic épeiche

Pic mar

Pic vert

Pie bavarde

Pigeon biset

Pinson des arbres (mâle )

Pouillot véloce

Roitelet huppé

Roitelet triple-bandeau

Rougegorge familier

Sittelle torchepot

Tadorne cascara

Tarin des aulnes

Troglodyte mignon

Verdier d’Europe


Oiseaux visiteurs printemps-été (pour nourrir leurs jeunes ou apprentissage de la pêche)

Bihoreau

Il a été aperçu pour la première fois au lac Daumesnil en 2017 

Chevalier guignette (passage migratoire)

Grande aigrette

Hirondelle rustique

Martinet noir

Sterne pierregarin (nourrissage et apprentissage)

la Sterne pierregarin est importante car il y avait des années qu’elle n’avait pas été vue à Daumesnil, en 2017, il y a eu deux couples avec jeunes

Oiseaux visiteurs hivernants

Canard à bec jaune

Canard carolin

Canard chipeau

Canard siffleur

Canard souchet

Canard mandarin

Dendrocygne fauve

Fuligule milouin

Fuligule morillon

Grand cormoran

Grèbe castagneux

Grèbe huppé

Grive draine

Grive mauvis

Grive musicienne

Martin pêcheur

Mouette rieuse

Nette rousse

Sarcelle d’hiver

L’autre richesse du lac Daumesnil

Le lac a aussi sa richesse avec les plantes aquatiques qui font office de vivier pour les batraciens, poissons, mollusques, crustacés; libellules , punaises aquatiques et leurs larves. Tout un ensemble vital à la vie des oiseaux d’eau et à l’élevage de leurs jeunes.

Les odonates présents sur le site

Une bonne dizaine de libellules fréquente Le lac Daumesnil. Les libellules ont aussi leur importance ( d’autant plus qu’elles déclinent sérieusement en Ile de France ), elles sont, elles et leurs larves, une source de nourriture, pour les oiseaux. Il faut maintenir l’intégrité des lieux et la circulation de l’eau du lac, sinon c’est tout l’équilibre de la faune et de la flore qui va effondrer. Toute la complexité de la nature où les espèces végétales et animales ne peuvent pas vivre les unes sans les autres.”

Aeschne bleue


Agrion de Vander Linden


Anax napolitain


Crocothémis écarlate


Leste vert


Libellule fauve


Naïade aux yeux rouges


Onychogomphe à pinces

Cet odonate à pinces est peu observé mais il semble revenir sur le secteur de Daumesnil depuis 2 ans, tout changement pourrait compromettre sa venue. Sa rareté et sa présence témoigne de la qualité de la biodiversité du Lac Daumesnil.


Orthétrum réticulé


Sympétrum de Fonscolombe


Sympétrum strié

Papillons présents au Lac Daumesnil

Azuré des nerpruns

Petit mars changeant

Piéride du chou
 

Vulcain

Autres oiseaux

Coucou

Grimpereau des bois

Oie 

Tadorne de Belon

Un  équilibre et une riche  biodiversité à préserver
La destruction de ces différents milieux et un accroissement des nuisances : sonores, pression humaine, bétonnage mettrait en échec les reproductions voir la disparition de la faune de ce lac.

Contributeurs : Francine A. (paris-autrement), Thierry J., Jacqueline L., Padau, Kryg

Sources : 

20 minutes

Abonnez-vous à ma newsletter afin de vous tenir au courant des derniers articles publiés !