logo

Conciergerie de Paris Bêtes Off Here is the End of All Things

Insolite : une chouette suspendue, des mouches mortes, et des graines de pissenlit à la Conciergerie.

Oeuvre présentée au château d’Oiron Deux-Sèvres dans le cadre de “monuments et animaux de 2011.

Claire Morgan
Here is The End of All Things
Courtesy Claire Morgan et galerie KarstenGreve Paris

Bêtes Off

*Des graines de pissenlit, et des points noirs qui sont des mouches…

Toutes les installations de l’artiste sont faites de milliers d’éléments suspendus individuellement; ils figurent des structures précaires, mais parfaitement géométriques. Des nuages cubiques semblent flotter. Leurs composant sont empruntés au règne animal, insectes, au règne végétal, graines de pissenlit, ou encore issues du consumérisme, débris de plastique ou tessons de bouteille. L’artiste introduit dans ce cadre statique un élément dynamique. Le plus souvent c’est un animal naturalisé, “dont la présence et le mouvement suspendu viennent perturber le rigoureux ordonnancement des plans. Figées dans une sorte d’arrêt, ces installations ont une dimension mélancolique liée à cette expérience du temps”.

Bêtes Off

A la Conciergerie, le vol d’une chouette a percé sa trouée dans quatre grands cubes formées de petits éléments : des mouches, suspendues à des fils invisibles. “Ici, la mélancolie de l’oeuvre est accentuée par le titre, qui n’est autre que la devise de Claude Gouffier, bâtisseur du château d’Oiron : HereisTheEndofAllThings, Ici est le terme.
Au-delà de ce conteste particulier, la devise rappelle la précarité de la vie sous toutes ses formes.

un vers de l’Enéide de Virgile. Didon, abandonnée par Enée supplie les dieux de le punir. 

“Hic terminus Haeret” est un un vers de l’Enéide de Virgile. Didon, abandonnée par Enée supplie les dieux de le punir. C’était aussi la devise de Claude Gouffier, grand écuyer de France de François I à Charles IX, marquis de Caravas. Dans son château d’Oiron, où Claire Morgan a exposé, la devise latine est présente partout, dans la pierre, la céramique, les entablements. La devise est ambigüe. Elle peut vouloir dire ce château est une merveille et ne pourra pas être surpassé, ou ici tout se termine car j’ai atteint mon but, ou ici tout ce termine car Oiron est ma retraite et j’y mourrai. Terminus est un dieu romain, protecteur des limites, des bornes, des champs des territoires humains.

Claude d’Anthenaise conservateur en chef du patrimoine, commissaire de l’exposition Bêtes Off

 

«Beaucoup trouvent mon travail féminin, sans doute à cause des fils tendus autour des animaux captifs. L’équation classique : fil, couture, femme ? Je suis sculpteur, c’est peut-être plus masculin. Sans être agressive, je recherche une présence forte, une certaine puissance qui attire l’œil du public et le fasse penser. Je ne travaille pas dans le petit, le délicat, le mignon. En suspendant des objets dans l’espace, j’anticipe un changement, entre le statique et le mouvement.» déclare Claire Morgan.

“La sculpture installation de Claire Morgan est à la fois ample et minutieuse, solide et fragile, poétique et mathématique. La dame blanche arrêtée en plein vol, oiseau empaillé défiant la gravité, introduit le chaos dans les fils rigoureusement tendus à égale distance qui forment quatre cubes. Le souffle de l’air anime les centaines de mouches et de graines ébouriffées”.

Bêtes Off

 “Mon oeuvre parle de notre relation avec le reste de la nature à travers les notions de changement, du temps qui passe et le côté éphémère de tout ce qui nous entoure. Pour moi, la création de structures apparemment solides ou de formes à partir des milliers d’éléments individuellement suspendus a une relation directe avec mon expérience de ces forces. Il y a un sentiment de fragilité et un manque de solidité qui chemine à travers toutes les sculptures. Elles se situent quelque part entre mouvement et immobilité, et donc en possession d’une certaine énergie.”

 Bêtes Off

Cette belle chouette effraie est prise au piège d’une cage faite de fils où sont accrochées des mouches et des graines de pissenlit. Elle se reflète sur une surface polie noire. Le temps semble suspendu.

Bêtes Off

Cette oeuvre symbolise la vulnérabilité de toute chose en parlant de vie et de mort, “légère comme un rêve et angoissante comme un cauchemar”.
 

 sources : sur site et http://archeologue.over-blog.com/

 

 

20 commentaires pour “Conciergerie de Paris Bêtes Off Here is the End of All Things”

  1. Hello Francine, ah pour etre original ca l’est
    ca doit etre sympa a voir
    Le soleil brille et la nature renait
    Le weekend sera consacré au jardinage
    Très belle journée, Bisous > à demain

    cle-coeur-com-champ.png

  2. Bonjour Francine, c’est vraiment très joli et je pense qu’en effet Claire Morgan réussit à attirer l’oeil du public. Elle a un style que je ne connaissais pas. Les nuages reviennent, 2h de soleil c’est peu. Bonne fin de journée et gros bisous ma douce

  3. C’est magnifique Francine. J’aime les oeuvres de cette irlandaise qui a adopté maintenant le vie londonienne. C’est très aérien et cette chouette prise dans ses fils est splendide. Bises et bonne journée

  4. Cela “colle” avec les derniers tristes évènements de Toulouse et Montauban. Des vies ainsi fauchées en pleine jeunesse. L’être humain est très fragile et vulnérable, un peu comme cet oiseau. Très belles photos comme toujours.

  5. Bonjour Francine,
    Une réalisation vraiment “hallucinante”!!!
    Tes cadrages me plaisent énormément et l’exposition est au top.
    Amitiés,
    Frans

  6. en voilà un qui ne manque pas d’imagination…il fallait y penser…mais l’effet me plait…
    j’ai dépanné mon frère victime d’une panne de voiture…pour le ramener chez lui à Levallois.
    Tu vas te régaler ce WE car il va faire très beau ….des bisous de nous deux..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à ma newsletter afin de vous tenir au courant des derniers articles publiés !