logo

Ancien cimetière des Saints Innocents Paris

Ancien Cimetière des Saints Innocents

Square des Innocents

Rue des Innocents / Rue de la Feronnerie Paris Ier

 

Lorsque nous nous promenons square des Innocents, nos pieds foulent l’emplacement du plus grand charnier de Paris ! En effet, à cet endroit, se trouvait le plus vaste cimetière de Paris entre le XIIe et XVIII siècle. Devant les arcades, c’est la rue des Innocents, la rue de la Feronnerie est parallèle, elle se trouve de l’autre côté des arcades en face.

Cet ancien cimetière, jouxtait l’église des Saints-Innocents (aujourd’hui disparue), au centre de Paris, dans ce qui allait devenir le quartier des Halles. Il a englouti deux millions de cadavres dans ses fosses communes. Son “rayonnement” était vaste puisqu’il couvrait toutes les paroisses parisiennes ne disposant pas de cimetière, ainsi que la morgue de l’Hôtel-Dieu. Initialement, le cimetière des Innocents était réservé aux seuls paroissiens de l’église de Saint-Germain-l’Auxerrois.

Le cimetière des Innocents fut très vite saturé. Il fut entouré de galeries à arcades, dont les combles servirent de charnier.

cimetière des innocents charnier

*Charnier au Saints Innocents cimetière, Paris. La peinture murale d’une Danse Macabre est visible sur le mur.

danse macabre

* « La Mort Saint Innocent », statue d’albâtre présente au cimetière des Innocents de 1530 à 1786 Louis-Pierre Deseine (1749–1822)

Les ossements exhumés y étaient placés pour libérer de l’espace pour de nouvelles fosses.

Square des Innocents

Antre des morts, l’endroit n’en était pourtant pas déserté par les vivants! Sous les arcades fleurissaient petits commerces, écrivians publics, prostituées, truands…C’était une joyeuse animation.

Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle les charniers furent détruits. En 1786 les ossements du cimetière seront transférés dans d’anciennes carrières à Denfert-Rochereau, dans les Catacombes.

Il ne reste rien des charniers. L’immeuble toujours en place, muni d’arcades, est voué au commerce; la vocation des lieux ne semble pas se démentir au cours des siècles! L’environnement est toutefois moins macabre.

Square des Innocents

*L’immeuble à arcades, ancien charnier, est toujours en place…

Citons quelques morts illustres enterrés dans le cimetière ou dans ces charniers : Pernelle, la femme de Nicolas Flamel, de Jean le Boullanger, premier président au parlement; Nicolas le Fèvre, habile critique, et François Eudes de Mézerai, célèbre historiographe de France.

“Après l’établissement des halles, ce cimetière fut perpétuellement traversé pendant le jour par une population commerçante. Les animaux séjournaient dans la partie la moins fréquentée et déterraient les cadavres; les voleurs s’y cachaient la nuit et pillaient les imprudents qui s’y risquaient. Philippe-Auguste, en 1186 (ou 1188?), fit cesser le scandale et entoura le cimetière d’une clôture en pierre. Dans la suite on construisit autour de cette muraille une galerie voûtée appelée les Charniers, où les ossements étaient entassés dans les « greniers » pour faire place à de nouvelles inhumations, et qui abritaient aussi des monuments funéraires.”

cimetière des innocents

*Le cimetière des Saint-Innocents vers 1550, gravure, fin XIXème siècle

“C’est dans les charniers qu’on enterrait ceux que la fortune séparait encore du commun des morts. Cette galerie, sombre, humide, malsaine, servait de passage aux piétons; elle était pavée de tombeaux, tapissée de monuments funèbres et bordée d’étroites boutiques de mode, de lingerie, de mercerie et de bureaux d’écrivains publics.”

Les mendiants et les voleurs profanaient ou pillaient les tombeaux :

« les guénaulx des Saints-Innocents, dit Rabelais, se chauffent des ossements des morts ».

Square des Innocents

Vingt-cinq générations s’ entassèrent dans le cimetière des Innocents. “Dès le milieu du XVe siècle, c’était un foyer d’infection : mais ni les préjugés populaires, ni surtout la nature des institutions féodales et ecclésiastiques fixées au sol ne permettaient alors à Paris de grandes améliorations. C’est seulement sous Louis XVI, à la suite d’accidents mortels dans les caves avoisinantes et grâce à l’initiative de la police et du parlement (5 décembre 1780) qu’un arrêt du conseil (7 novembre 1783) prescrivit la destruction de l’église des Innocents et la désaffectation du cimetière.

Arrêté du Roi :

” Le roy s’étant fait représenter en son conseil le plan des halles de la ville de Paris, sa majesté a reconnu que malgré les changements et démolitions par elle précédemment ordonnés, pour en augmenter l’étendue, le terrain sur lequel elles sont situées ne présente pas encore un espace suffisant pour y placer le marché aux herbes et légumes qui se déposent journellement dans les rues adjacentes, notamment dans les rues Saint-Denis et de la Ferronnerie où elles occasionnent un engagement considérable et quelquefois dangereux; sa majesté, toujours attentive à ce qui peut être utile aux habitants de sa bonne ville de Paris, a déterminé de transférer le marché aux herbes et légumes dans le terrain connu sous le nom de cimetière des Saints-Innocents, déclaré domanial par arrêt du 25 octobre 1785. Ce terrain a paru d’autant plus convenable à cette destination, que se trouvant à la proximité des halles dont il formera la continuation, il procurera aux habitants l’avantage de trouver réunies dans un même arrondissement, les denrées nécessaires à leur consommation. A quoi voulant pourveoir; ouï le rapport. Le roy étant en son conseil, a ordonné et ordonne que le marché aux herbes et légumes qui se tient actuellement tous les matins dans les rues Saint-Denis et de la Féronnerie et autres adjacentes, sera transféré et établi sur le terrain qui formait ci-devant le cimetière des Saints-Innocents; après néanmoins que toutes les formalités et conditions prescrites par les lois canoniques et civiles; pour autoriser sa nouvelle destination, auront été remplies et que le dit terrain aura été disposé conformément aux plans qui ont été adoptés pour que le d. marché y soit établi de la manière la plus commode pour le public. Signé Hue de Miroménil et de Calonne.» (Archives du royaume, section administrative, registre E, n° 2613).

Square des Innocents

Les savants Fourcroy et Thouret présidèrent à l’enlèvement des os et des terres putréfiées qui furent transportés dans les anciennes carrières du Sud (Catacombes). L’emplacement vacant fut transformé en marché aux fruits et aux légumes. Beaucoup d’antiquités qu’il eût été facile de conserver furent alors sacrifiées (chapelle d’Orgemont, tour Notre-Dame des Bois, croix de Gâtine, etc.).”

Square des Innocents

 

Le “Ventre de Paris” (les Halles) est tout proche.

 

sources : Paris secret et insolite Editions Parigramme, wikipédia pour les gravures d’époques, et :

http://www.cosmovisions.com/

72 commentaires pour “Ancien cimetière des Saints Innocents Paris”

  1. l’ homme est ainsi fait qu’ il a besoin de dépasser la mort et d’ en rire !
    C’ es ce qu’ on constate dans plus d’ un enterrement.
    Il n’ et donc pas si étonnant que les activités fleurissent auprès de cimetières.
    Il n’ empêche que le nombre de personnes qui y furent placés est impressionnant !
    Notre futur est cendre ou poussière !
    En tous cas, l’ endroit est sympathique, si j’ en juge par tes belles photos !
    Bonne journée
    Bisous

  2. Hello Francine
    25 generation…c’est hallucinant ! brrr Je vois déjà de la, si tu fais des travaux de voirie , tu risques d’avoir de macabre surprise….
    Beau début de semaine ! hi hi hi
    Bizz
    Pat

  3. Bonjour,
    Encore un article très riche et très documenté .
    Sa lecture fait frémir ,les conditions d’hygiène au temps où ce cimetière était en fonction devaient être épouvantables …Quant aux arcades , on les regarde d’un autre oeil !
    Bonne journée !

  4. C’est fou ce qu’on apprend avec toi !
    Au moins, dans les siècles passés, la vie côtoyait quotidiennement la mort, ce n’est pas comme maintenant où l’on fait comme si elle n’existait pas !
    Je sais qu’après les grandes épidémies, les cimetières ont souvent été déplacés hors des villes pour éviter les contaminations.
    Bien amicalement.

  5. En tant que touriste on ne soupçonne pas l’histoire d’un lieu avant ce qu’il est de nos jours, j’apprends, merci à toi, bises

  6. Bonjour francine
    je ne connaissais pas du tout l’existence de ce cimetière
    Nous avons eu de gros orages durant le week-end
    le temps est encore gris et pluvieux aujourd’hui ,ras le bol
    Je te souhaite de passer un bon début de semaine
    gros bisous

  7. Un article fort intéressant sur le Cimetière des Innocents , la photo avec les crânes dans les combles est impressionnante .
    Bises et bonne journée

  8. Un vrai régal ce matn ma Francine ! Moi qui adore l’histoire j’ai été servie. Une histoire que je ne connaissais pas du tout. J’ai connu les anciennes halles, et si je m’étais douté de son histoire, j’en aurai eu la chaire de poule. De très belles illustrations et photos ma belle. Vivement demain pour la suite. Bises et bon lundi. ZAZA

  9. Sinistre balade si l’on revient en arrière mais tu as su nous présenter ce quartier d’un coup de plume magistrale que si j’y retourne j’aurais un tout autre regard
    Bonne semaine 🙂

  10. Belle balade,j’y pensais souvent lorsque je passais dans le secteur,je voudrais bien revenir quelques instants à cette époque pour voir !
    Merci !
    Bises du Lundi

  11. Bonjour Francine
    un extraordinairement bien expliquer par tes soins cet article et images plus tes photographies très belles je ne connaissais pas et là ce matin j apprends merci à toi excellente journée de ce Lundi bisous Danielle

  12. bonjour Francine,

    Bien qu’étant une histoire macabre et sordide . Ce passé ici exprimé nous donne toute l’illustration d’un vécu à l’époque dans ce quartier.
    Une chose vraiment impassable de nos jours et qui pourtant se vivait au grand jour.
    Merci pour encore pour ce billet , j’attend de lire la suite………
    Bonne journée
    amitiés

  13. Bonjour Francine, merci pour cette page d’histoire, et de jolies photos, désolée pour toi, d’avoir des malveillants sur ton blog, ce n’est pas cool! merci de ton passage dans le mien, je reviendrai, j’adore Paris, bonne journée, fanfan

  14. Bonjour Francine,
    bel article bien documenté en images anciennes de ce cimetière ….Quel lieu macabre, et dire qu’au-dessus de ces arcades qui existent encore c’ étaient des charniers…
    Bonne journée, gros bisous

  15. De belles photos d’arcades et un Lundi riche en histoire avec un très intéressant reportage. Merci Francine 🙂 Bien amicalement et très bonne journée 🙂

  16. Une belle leçon d’histoire pour un endroit qui a retrouvé depuis une réelle gaité…
    Comme d’habitude, c’est bien documenté et on se rend compte que tu es passionnée par tes articles.
    bravo.

  17. Bonjour Francine
    Paris a toute une histoire mais je ne savais pas ça, si les anciens revenaient ils trouveraient bien du changement
    Je vais partir pour la semaine, je ne mets rien sur mon blog car je n’aurai pas internet ,juste sur mon téléphone portable
    Je te souhaite une bonne journée, bisous

  18. ça fait des frissons dans le dos. j’ai habité Paris mais je n’ai jamais visité ce quartier. On dirait du Villon, ambiance et histoires. Cordialement.

  19. Bonjour Francine !
    D’où d’abord, je te remercie de ta visite, tu es la bienvenue, c’est toujours ouvert 🙂
    Belle article sur le cimetière des innocents que je ne connais pas…
    Je fais également de la photo (dans ma catégorie Photo si tu veux voir) mais Paris n’a pas encore eu ma visite.
    Je ne désespère pas…J’ai le château de Versailles en ligne de mire.
    Je repasserai pour regarder d’autres articles.
    Bonne journée ★
    Stéphane ☆

  20. bonjour Francine, cela me rappelle un peu l’origine des catacombes, déplacements de corps !! mais bon pas pour la même raison. Hier nous étions au marché flottant de l’Isle sur Sorgue, très beau mais que de monde et quelle chaleur !!
    bisous

  21. Comme c’est impressionnant tout cela, un gros merci pour tous les infos et photos, c’est très intéressant! Bisous tout doux et bonne journée dans la tendresse!

  22. Bonjour Francine de très belles photos ainsi que l’ancienne image.
    merci pour tes explications sur cet endroit qui ne change pas.
    bisous monique

  23. Bonjour
    J’habite à 5 mn de cet endroit et je ne connaissais pas son histoire. Merci de nous la raconter. Bonne fin de journée.

  24. Bonsoir un article bien documenté que j’ai lu avec la plus grande attention moi qui a passé plus de 30 ans de ma vie des les cimetières … bonne soirée bises

  25. J’ai visité ton blog, trés intéressant, mais comme je n’aime pas trop la ville et encore moins Paris, je ne passerai pas souvent …
    Je ne me plais qu’à la campagne.
    Bonne soirée Francine

  26. j’aime le terme herbes et légumes.
    Il semblerait qu’avant on côtoyait plus facilement la mort que nous qui fuyons les cimetières.
    Bonne semaine Francine

  27. …finalement, on ne se pose jamais la question: que fait-on de tous nos “descendants”…depuis des siècles? Voici déjà une réponse!
    J’attends la suite qui sera fort intéressante, j’en suis sûre!
    Gros bisous du soir de Mireille du Sablon

  28. Bonsoir francine
    Excellent cet article, je l’ai lu jusqu’au bout en une seul fois car il y a beaucoup de choses à lire, mais cela vaut vraiment la lecture.
    Paris est une ville pleine de mystères comme je le disais l’autre fois, d’ailleurs le fameux romain “les mystères de Paris” d’Eugène Sue, nous les font découvrir.
    Quand tu y pense à cette époque c’était quand même horrible, les fosses communes qui sont remplies de millions de cadavres, je ne suis pas certain qu’à cette époque il y eut un respect pour les morts.
    En tous les cas j’ai beaucoup apprécié cet article de qualité, merci Francine.
    Je te souhaite une belle soirée
    Bisous
    @lain

  29. bonsoir
    contente d avoir vu cet article
    car j ignorais tout de cet endroit
    maintenant ces bâtiments sont très beaux
    traces du passé si riche de PARIS
    et les photos très parlantes
    merci pour cetet traversée des siécles
    KENAVO fRANCINE

  30. bonsoir merci pour le com ton blog est beau de belles photos , as tu passé un bon lundi ? pour nous calme notre petit coiffeur est venu nous couper les cheveux , ici le temps est gris , très bonne soirée et bon mardi , amitié , bisous ANNA

  31. BONSOIR ,on apprend toujours avec toi..il y en avait des crânes entassés dans ces greniers qui servaient de charnier..comme quoi quand on foule les rues ,on ne sait pas toujours , ce qu’il y a eu dans le passé ,l’histoire est riche ,bonne soirée,bises.

  32. Bonsoir,

    Bel article, je ne connais pas du tout Paris, mais comme ça, je découvre petit à petit son histoire 🙂
    Très bonne soirée, bises.

  33. Bonsoir FRANCINE
    Souvent grâce a tes descriptions des quartiers et bâtiments de PARIS je revisite son histoire
    Tu sais je ne connaissais pas cette côte et il y a beaucoup de coin à voir j’en reviens enchantée de cette ballade dans la petite Camargue
    Bonne soirée Bises

  34. Bonsoir Francine comme d’habitude voilà encore un reportage très intéressant merci pour toute ces explications un joli partage bonne soirée à toi bisou Claudine Daniel

  35. Bonjour Francine.
    vraiment très intéressant ton article, je connais bien ce quartier, mais je ne connaissais pas du tout l’histoire, merci pour toutes ces infos et le partage. Ce que j’aime, c’est que grâce à tes articles, j’apprends beaucoup, car ensuite je fais de la recherche pour en savoir plus. La jalousie envers toi, c’est peut être parce que tu offres beaucoup, ce qui demande beaucoup de recherche et que les jaloux n’ont pas le courage de faire.
    Passe une bonne semaine.

  36. bonsoir Francine .. c’est un sujet plutôt macabre et un drôle d’endroit pour se promener et pourtant, tu traites le sujet de telle façon que l’on a envie d’aller voir !!
    je rentre juste de mon week-end à Annecy … il a fait un temps infernal … le feu d’artifice a quand même eu lieu .. dommage, le regarder sous des trombes d’eau, c’était pas le top !!
    bisous et bon mardi

  37. Bonsoir Francine,
    Ah , tu mets même les photos d’antan !!!!!! beau reportage, ( je n’ai pas tout lu !!!! )
    Les voleurs qui pillaient, il y en a bien encore !!!! rien n’a changé depuis tout ce temps.
    Je reviens à ton com où tu dis Périgord noir, je te donne l’explication : le Périgord est divisé en quatre : le noir pour la truffe, le blanc pour ses pierres, le vert pour le paysage très vert , et le pourpre pour son vin ( en autre le Bergerac que j’aime bien car c’est un vin sucré, j’ai de la famille qui en fait la production )
    Voilà, à moi de t’apprendre quelque chose ce soir.
    Bon mardi, bises, Roguidine

  38. Coucou Francine
    Je connais bien le quartier où j’avais séjourné dans un hôtel ,la chambre donnait justement sur le square des innocents…je me souviens de ces arcades!!! Je ne savais pas pour le cimetière! Bises!

  39. très impressionnant tous ces crânes dans les combles ! dire qu’il y a eu tout ça à Paris et que maintenant les combles sont des appartements ou des magasins , j’en frissonne !
    merci de faire tout ce boulot de recherche , c’est passionnant et inédit ces pages d’histoire !

  40. Un très bel article très bien documenté, et les photos sont superbes…j’ai habité Paris dans le quartier des anciennes halles, mais je ne connaissais pas l’histoire de cette fontaine, ni du cimetière…à cette époque, Paris se construisait une couche sur l’autre !! donc, ils ont dû en faire des découvertes lors des travaux à l’époque du Baron Haussman et consort…Merci de ta visite sur mon blog, je reviendrai..à bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à ma newsletter afin de vous tenir au courant des derniers articles publiés !