logo

Château de Vincennes stèle à la mémoire du duc d’Enghien

 Stèle commémorative en l’honneur du duc d’Enghien

Château de Vincennes

 

Une stèle est placée à l’endroit où fut fussillé le duc d’Enghien, dans les fossés du château de Vincennes. Il est enterré sur place. La colonne commémorative et le tombeau du duc d’Enghien, installé, lui dans la Sainte Chapelle en 1825, vont connaître déplacements et remaniements au gré des régimes qui se sont succédés. Napoléon III a même envisagé de tout supprimer. Ce n’est qu’en 1904 que la colonne retrouve son emplacement actuel.

vincennes stèle duc enghien bis

Exécution du duc d’Enghien (1772-1804)

duc d'Enghien

Extrait et synthèse de l’article “Autour de la mort du duc d’ Enghien” d’Andréa DAVY – ROUSSEAU

Dans la nuit noire du 20 au 21 mars 1804, une étrange agitation règne sur l’esplanade du château de Vincennes. On distingue une masse confuse, on entend des cliquetis d’armes, des murmures de voix, des piaffements de chevaux. Voici que des hommes descendent un escalier, ils sont seize : ce sont des gendarmes commandés par l’adjudant Pelé.
Le bruit de leurs pas est assourdi car maintenant ils marchent entre des hautes murailles, dans la boue, ils sont dans les fossés de Vincennes; en contournant la Tour de la Reine, une lanterne est posée sur la murette, les hommes aperçoivent un buste qui émerge d’un trou creusé dans le sol : c’est celui du jardinier Bontemps que l’on a réveillé en pleine nuit pour qu’il creuse une tombe…
Pelé fait disposer ses hommes sur deux rangs en quinconce face à l’enceinte et ordonne de charger les fusils… Malgré la discipline stricte, les hommes chuchotent: « plus de doute, c’est un peloton d’exécution que nous formons… ».

Stèle du duc d'Enghien Château de Vincennes

*On aperçoit la stèle qui marque l’emplacement où le duc d’Enghien est tombé, et  enterré…

Pelé sent qu’il doit intervenir. A mi-voix, il explique : « C’est un conspirateur, une commission militaire réunie dans le château vient de le condamner à mort, c’est un homme dangereux, vous allez le passer par les armes et ce sera justice, il voulait tuer le Premier Consul, tout bouleverser et recommencer les horreurs de la Révolution. Dans quelques instants on va l’amener, je le placerai à quatre ou cinq pas de vous, quand je porterai la main à mon chapeau, vous le coucherez en joue, quand j’enlèverai mon chapeau vous ferez feu… ». Quelques hommes protestent : « On n’y voit goutte… ». Pelé intervient : « Ne vous préoccupez point de cela, vous le verrez le moment venu. Repos, silence ».

Dans la cour du château, sous une pluie fine et glacée cinq hommes marchent à vive allure et gagnent la poterne de la Tour du Diable. Ils s’engagent à leur tour dans les escaliers qui conduisent aux fossés. L’homme qu’on emmène proteste, « Où me conduisez-vous ?, si c’est pour m’enterrer vivant dans un cachot, j’aime mieux mourir tout de suite ». Le gouverneur du château, le général Harel, s’arrête, hésite puis dit simplement « Monsieur, veuillez me suivre et rappelez à vous tout votre courage ». Le petit groupe avance dans les fossés de Vincennes. Mais après le renflement de la Tour de la Reine, le prisonnier comprend le but de cette promenade insolite. Alignés, l’arme au pied, le peloton de gendarmes attend. L’adjudant Pelé commence à lire l’interminable texte du jugement qui vient de le condamner à mort, il termine : « Et ordonne que ce jugement soit exécuté de suite ».

 
Le condamné se redresse et dit : « N’y a-t-il pas quelqu’un qui veuille me rendre un dernier service ?». L’officier Noirot s’approche et écoute ce que le condamné lui dit à voix basse. L’officier se retourne vers le peloton et dit « Gendarmes, l’un de vous a-t-il une paire de ciseaux ? » – Murmures de voix, l’objet passe de mains en mains, et est remis à l’homme qui va mourir. Celui-ci s’en saisit, se coupe une mèche de cheveux, prend dans sa poche une lettre, y glisse la mèche et son anneau d’or, fait un paquet du tout, et le remet à Noirot en lui demandant de le faire parvenir à la princesse de Rohan-Rochefort. 

Assassinat du duc d'Enghien Château de Vincennes

* Exécution du duc d’Enghien dans les fossés du château de Vincennes, le 22 mars 1804,  gravure BnF Paris 

Le duc s’agenouille alors dans la boue des fossés et se recueille ; mais un ordre tombe sèchement du haut de l’esplanade et interrompt sa méditation.
« Finissons-en, adjudant, commandez le feu ». C’est Savary, l’aide de camp du Premier Consul qui s’impatiente.

Le duc se redresse, repousse son chien venu se blottir contre lui. Pelé porte la main à son chapeau, seize fusils sont pointés sur le condamné qui a encore le temps de murmurer, « Il faut donc mourir de la main des Français !». Pelé se découvre, un roulement de détonations, l’homme s’écroule, le crâne et la mâchoire brisés, le corps criblé de balles. Un gendarme s’avance et fouille le mort, mais après avoir sorti montre et carnet, s’arrête mû par on ne sait quelle pudeur…

Ainsi est exécuté Louis Antoine Henri de Bourbon, prince de sang royal, et dernier héritier de la lignée prestigieuse des Condé.

Trois Condé se seront succédés au château de Vincennes : Henri II de Bourbon-Condé, emprisonné en 1616 sur l’ordre de Marie de Médicis, le Grand Condé ( voir sa page), en 1650 sur l’ordre de Mazarin, et Louis Antoine Henri, le seul à ne pas en sortir vivant …  

Sans comprendre ce qui lui arrive, il a été jugé sans preuves, ni défenseur, ni témoins, et condamné à mort pour “complot contre la sûreté de l’Etat”. Il a été enlevé cinq jours plus tôt dans sa résidence d’Ettenheim, dans le duché de Bade, par un détachement de dragons, qui a franchi secrètement le Rhin.

Stèle du duc d'Enghien Château de Vincennes

*Hic cecidit  “c’est ici qu’il tomba”.

Talleyrand a facilement convaincu Bonaparte, alors encore Premier Consul, de le faire arrêter. Bonaparte se sent en effet menacé : tout indique que Cadoudal, le chef chouan ultra royaliste, qui a déjà inspiré en décembre 1800 la « conspiration de la machine infernale » qui a failli le tuer, s’est associé à Pichegru pour cette fois l’enlever et l’amener en Angleterre. Un rapport de police indique que le duc est mêlé à ce complot et en serait même le chef. D’autres révélations vont renforcer Bonaparte dans cette présomption : Cadoudal est arrêté à Paris le 9 mars et précise « J’attendais qu’un prince français fût arrivé à Paris ». Pour les policiers et pour le Premier Consul, aucun doute n’est plus possible, il s’agit de Louis-Antoine-Henri, duc d’Enghien. Talleyrand assure qu’il n’y a qu’une seule solution : « Enlever le duc et ses complices à Ettenheim et le déférer sur le champ à un tribunal spécial ».

En couvrant l’exécution du duc d’Enghien, et bien que probablement conscient de la manipulation qui l’avait entourée, le Premier Consul réussissait ainsi une très bonne opération politique : il neutralisait l’opposition royaliste en lui montrant qu’il n’était disposé à aucun accommodement avec elle, et prouvait aux anciens jacobins qu’il était le meilleur rempart pour préserver les acquis de la Révolution…
La conclusion reviendra à Cadoudal, guillotiné avec onze complices le 25 juin 1804 : «Nous voulions faire un roi, nous avons fait un empereur», avait-t-il confié avec amertume dans sa prison…

Stèle du duc d'Enghien Château de Vincennes

*Plaque offerte par l’Institut de la Maison de Bourbon 2004
sources : http://www.arcv.fr/

ARCV Association pour le Rayonnement du Château de Vincennes 

45 commentaires pour “Château de Vincennes stèle à la mémoire du duc d’Enghien”

  1. Les conditions de l’ exécution montrent à quel point on ne se sentait pas l’ âme tranquille, et une fois de plus on constate que de faire un martyr a l’ effet inverse de celui escompté.
    Merci pour cet article qui montre les dessous de la politique avec ses bassesses !
    bonne journée
    bisous

  2. Bon c’est vrai que je dois faire remettre à chaque fois le nom du blog, le mail et le nom je dois le taper… mais c’est comme ça sur OB sur Ekablog et des autres encore… alors ?
    Bon week-end à lundi
    Jean

  3. Bonjour Francine merci pour ce superbe texte un rappel très interessant d’une partie de notre histoire pas toujours claire.
    je retape mon adresse comme sur beaucoup d’autres sites donc!
    bon week-end a lundi bisous monique

  4. Bonjour Francine,
    Un véritable régal ce billet. Je viens de me délecter. Il était beau ce duc d’Enghein.. Merci tout plein pour cette page d’histoire de notre belle France.
    Bises et bon samedi. ZAZA

  5. Ccoucou Francine , encore une belle page d’histoire ( que j’ai toujours détesté à l’école iii)
    pour les coms , bien sur il faut retaper mais pas tout, il suffit comme moi, de mettre le R, mon pseudo s’affiche, tout comme pour mon adresse mail et celle de mon blog..le soleil est là avec sa fraicheur , bonne journée , bisous

  6. bonjour francine
    avec internet explorer je suis obligée de remplir les champs à chaque fois
    il n’y a qu’avec mozilla firefox que la méthode que je t’ai indiqué fonctionne
    tes amis qui utilisent internet explorer devront remplir le champ
    je n’ai pas pu te laisser un com sur ton premier article
    un rappel de notre histoire,merci francine
    bon week-end et à lundi
    bisous

  7. pas de souci pour les liens, restés en mémoire
    bonjour Francien, merci pour les infos de la plateforme !!
    il est vrai qu’autrefois, avant la révolution, le type de mise à mort était différent suivant le crime et la classe sociale !!

  8. quelle belle leçon d’histoire en deux articles ! tu vas bientot concurrencer Stéphane Bern !!
    On s’y fait aux coordonnées complètes à retaper, mais c’est vrai que 3 lignes c’est beaucoup.
    je croyais être tranquille cet apr’m, après le coiffeur ce matin, et j’ai eu la visite de l’ex nounou de mes enfants. De temps en temps elle s’incruste pour venir raconter ses petites histoires (gémir sur son sort et les potins du village), parfois il m’arrive de ne pas répondre à son coup de sonnette … mais comme elle n’était pas venue depuis mi-juillet, j’ai été sympa … mais elle reste au moins 1h30 … une pipelette. Je préfère de loin lire des articles instructifs sur les blogs !
    bonne soirée Francine.

  9. tu as tout à fait raison, et c’est le sentiment qu’on a eu quand on a appris avec 5 j de retard ce qui se passait réellement car, coupés du monde sans électricité ni téléphone, on ne se doutait pas de l’effroyable drame qui se passait à quelques km de nous; nous étions certains lorsqu’on a fait notre premier briefing pour prendre une décision sur ce que nous allions faire car il n’y avait plus grand chose à manger, partir à pieds au risque d’être tués par des éboulis ou bloqués dans la neige sans rien à manger alors que les secours ne pouvaient pas intervenir…
    le lendemain matin, un coup de fil des autorités, un hélico de l’armée vient vous prendre dans 15 mn, un simple petit sac à dos, 25 places donc les premiers partiront; nous avons couru 2 km sans réaliser qu’on était à 3500 m; qq malaises à l’arrivée mais les soldats avaient des masques à oxygène; les larmes aux yeux quand on s’est retrouvés dans l’hélico, difficile d’en dire plus; je m’en souviendrai toute ma vie et le seul fait d’entendre un hélico me donne encore des frissons;
    ce sont des choses qu’on ne peut pas raconter car personne ne comprend;
    bonne soirée, Francine;
    bisous;

  10. Bonsoir Francine .
    Un épisode de l’histoire que j”avais complètement oublié .
    Article très complet , merci a toi .
    Entre nous beau mec ce sieur
    Pour ma part un clic et tout se met illico presto .
    Douce soirée Francine
    Bizzz

  11. bonsoir Francine … nul doute que le jeune homme que tu as employé a fait du bon travail … ton site est agréable à parcourir … d’une conception encore peut-être un peu “sévère” mais peut-être aussi l’as-tu voulu ainsi … en tout cas, j’ai passionnément lu l’histoire du duc d’enghien … bien jeune pour mourir …
    bonne soirée et gros bisous

  12. re-bonsoir Francine … je voulais simplement répondre à ton article de tête … pour moi, il suffit que je tape mon pseudo, et tout le reste s’affiche de suite …
    Je comprends le but que tu recherches … un site qui te ressemble, net, carré et clair … je pense que tu vas t’y sentir bien et c’est là l’essentiel … bisous bon dimanche

  13. Bonsoir Francine,
    Ce récit sur le duc m’a passionné et ce château a vraiment une grande histoire.
    Tu as bien réussi la transition sur ton nouveau site, c’est clair et net.
    Bisous.

  14. bel article , merci de tous ces détails et photos
    à l heure ou l histoire de notre pays disparait peut à peut des écoles
    ce château magnifique à un lourd passé ( comme beaucoup de monuments d ‘ailleurs )
    je te souhaite un bon dimanche senteurs d ‘automne ce matin )
    kenavo bises

    ( je suis aussi obligée de tapper chaque fois mes identifiants , mais c’est pareil chez OB ou chez Eclat OU world )

  15. Ceci dit j’ai toujours été obligé de saisir mes coordonnées pour venir sur ton blog. Sauf le mail qui là est demandé.
    J’espère que tu profites bien de ces journées où le soleil à pris ses premières lumières d’automne. Tes photos du château de Vincennes sont lumineuses.
    Je te souhaite un bon dimanche. Bises. Yves

  16. Bonjour Francine, oui je confirme, il faut s’inscrire à chaque fois !!! (rires)….. Trop beau ton article, et très bien documenté, tu as fait du travail de “Pro” ! merci pour ce beau partage touristique et culturel, et le week-end prochain ce sont “les journées du patrimoine” c’est chouette ! bon dimanche ensoleillé, bisous à bientôt. “Miss Mary” PS : je vois que tu as quitté OB, mais sur quelle site es-tu ?

  17. Me voila , avec un peu de retard, a ton nouveau blog Francine !!!
    Il y a plein d’articles interessants a lire et de belles photos a voir , a bientot donc 🙂
    Bises tendres
    FANNY

  18. bonsoir Francine
    très jolies photos,et ton document est instructif,bravo
    je suis contente que tes amis puissent te joindre facilement maintenant
    il a plu toute la journée et mon mari a rallumé un peu notre cheminée
    passes une douce soirée
    bisous

  19. non tu es une grande fille, maintenant, tu as su te tenir !!!!!! mrd !!!!!!!!!!!!le!même au restau dis donc, incroyable
    au fait il était bon le café gourmand !!!!

  20. et tu as eu raison vu toutes les saloperies qu’elle a raconté sur chez chez son petit copain !!! moi à sa place j’aurais honte, elle ne se rend pas compte qu’elle n’est pas crédible !!!!

  21. bonsoir Francine … je te félicite pour ton succès bien mérité .. il est vrai que tes photos sont réellement encore mieux mises en valeur sur ce site … pas intellectuelle toi ??? ohhh je pense pourtant que si quand je lis tes articles toujours très bien documentés … Je ne sais pas quand je vais migrer mon blog, surement chez ekla d’ailleurs .. pas trop le gout en ce moment … petite baisse de moral sans doute car j’ai du mal à assumer les tracasseries quotidiennes, au taf entre autres … l’impression d’être un peu tiraillée de tous côtés et paradoxalement, l’impression de ne pas vivre pleinement … En fait, je crois qu’il faudrait que je reparte sans tarder en voyage !!! hihihihihi
    Bon, arrêt de la séquence “larmes de crocodile” … revenons à nos moutons … c’est quoi, ta nouvelle plateforme et comment on y crée son espace … et que vient faire EKLA là dedans ??? en bref, je “nage” ….
    bisous et bonne fin de soirée

  22. Merci de nous faire partager votre connaissance de cette page d’histoire,
    bien que je n’adhère pas vraiment à cet angélisme qu’on a fabriqué autour de ce personnage.

    >Sans comprendre ce qui lui arrive, il a été jugé sans preuves, …

    Le duc d’Enghien a été inculpé de plusieurs chefs d’accusation, dont certains étaient difficilement contestables.
    le duc d’Enghien après avoir émigré, a porté les armes contre la France durant la révolution, ce simple fait l’aurait condamné d’office face à un tribunal révolutionnaire.

    >« Il faut donc mourir de la main des Français !»

    avec son passé chargé, pourquoi s’en est-il étonné ?

  23. Merci pour cette belle leçons d’histoire , que de choses cachés dans notre histoire et je trouve cela dommage qu’il arriver à un certain âge pour en apprendre un peu plus .
    je suis ravis et très intéresser par tout ce qui touche l’histoire de France .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à ma newsletter afin de vous tenir au courant des derniers articles publiés !