logo

Château de Versailles Petit Trianon Exubérance baroque

Exubérance baroque
Alexis Tricoire, artiste designer
Une exposition d’oeuvres végétales jusqu’au 26 septembre 2010 dans le Jardin français du Petit Trianon, domaine de Marie-Antoinette.

Qu’elles aient été inspirées par le cycle de la vie, le réchauffement de la planète, l’habitat végétal, la botanique médicinale ou l’amour du vivant, chaque oeuvre porte en elle un message d’amour, de respect et de préservation de la nature dans toute sa biodiversité.
Dans un souci de cohérence, j’ai d’ailleurs souhaité que toutes les oeuvres soient réalisées avec u n bilan carbone minimal. Elles sont ainsi quasi exclusivement conçues à l’aide de matériaux légers, recyclables et biodégradables.
Je remercie les “Jardins de Gally”, mon partenaire végétal sur cette exposition, de m’avoir soutenu dans cette démarche par leur professionnalisme et leur proximité avec Versailles.

Coeur baroque
Quand la concience de la beauté développe la joie et l’amour. Alexis Tricoire

* Le pavillon français, domaine de Marie-Antoinette

Ce coeur de quatre mètre d’envergure, transpercé d’une flèche à la pointe royale et enrobé de fleurs rouge passion, trône au centre du Jardin français du Petit Trianon. C’est un hymne à l’amour universel qui nous amène à nous poser une question essentielle : l’essentiel ne serait-il pas de contempler les fleurs et de les laisser nous apprendre à vivre?

Le mot du botaniste
Un ensemble de variétés généreuses à floraison abondante rouge -bégonia Dragon wing, Surfina vulcano, capucine rouge, Diascia- rappelle le symbole qu’elles dessinent. Sous les fleurs rouges, du feuillage allant du vert foncé au pourpre vient les rehausser. Le coeur est recouvert de plantes retombantes Ipomoea batas, Helxine soleirolii.

Fruit défendu, ou le pouvoir de la plante sur l’homme 
Alexis Tricoire
La plante a su se développer sans l’homme depuis des millions d’années, le contraire ne s’est jamais vérifié. Sans la plante, nul homme ne vit. Cette installation aux inspirations laborantines de neuf bulles transparentes qui flottent au dessus des rosiers, comme d’étranges fruits surdimensionnés, est là pour nous le rappeler.

Les herbes aromatiques et médicinales qui s’y développent, protégées derrière leur écrin, représentent un échantillon infinitésimal de la puissance des plantes sur notre vie.  Il est question de biodiversité et de science : une infinie variété d’espèces de plantes encore cachées dans les multiples écosystèmes endémiques sur la planète sont potentiellement des médicaments qui pourront sauver l’humanité.


Le mot du botaniste
Au milieu du massif, c’est une composition de plantes aromatiques et médicinales -Patchouli, Sauge tricolore, Mélisse, Mentheor ange, Carum ou encore Hélycrysum italicum (plante à curry)- qui viennent se “protéger” au milieu des roses et de leurs épines.
Chaque bulle est composée d’une seule variété afin d’en accentuer la mise en valeur et de permettre à sa fragrance d’être clairement identifiée.

Galerie végétale où la planète est notre jardin et la nature notre abri
Directement inspirée des croisées d’ogives aux voûtes des églises baroque, cette enfilade d’arcades végétales inversées de neuf mètres de long est là pour rappeler que la nature est notre hôte, qu’elle nous accueille sur cette terre .

Il s’agit donc d’un hommage aux hommes éclairés qui tentent de “défendre” cette architecture sauvage, fragile et infiniment précieuse face à la cupidité individualiste de ceux qui la pillent à un rythme enfiévré. Je suis du côté de ceux qui ont l’intime conviction que si l’on n’arrête pas le massacre, l’humanité ne fera pas long feu.

Cette galerie végétale reprend les couleurs qui habillent le petit Théatre de la Reine, bleu et or.

Elévation et Chute
Jean-Philippe Poirée-Ville
Chute et Elévation sont deux tours végétales formées de cordes végétalisées, l’une formant de grandes spirales de fleurs qui montent au ciel, l’autre des boucles de “mauvaises herbes” qui tombent. Les motifs dynamiques des cordes végétalisées sont comme jetés en l’air à la manière des “Dripping” de Pollock. Les végétaux sont semés de manière aléatoire. Les oiseaux qui ne cessent de venir picorer l’installation accentuent cette part de naturel. L’oeuvre se veut évolutive, comme des sillons tracés dans le ciel qui peu à peu vont former un jardin.

Elévation

Chute


Exubérance baroque
Au début du XVIIe siècle, le baroque s’inscrit dans une Europe déchirée par les guerres de religion. La papauté combat, par le faste et le somptuaire, l’austérité prônée par la Réforme.
Ce style de l’exagération et de la surcharge a toujours incarné, selon moi, une forme de “splendide décadence”.
Aujourd’hui, dans le contexte d’une crise socio écologique majeure où l’homme continue d’exploiter sans discernement les ressources d’une Terre fragile pour satisfaire son désir d’abondance, la présence de quelques exubérantes méga sculptures dans le très emblématique Jardin à la française du Petit Trianon, pourrait être lue comme une provocation ostentatoire.

Elle est au contraire, par les symboles éthiques et environnementaux que les oeuvres portent et par le jeu des métaphores qui les sous-tend, un appel à méditer sur des concepts. Ces concepts sont le socle d’un retour vers plus de mesure et de sobriété.
Selon Eckhart Tolle dans Nouvelle Terre, “à la vue de la beauté d’une fleur, les humains s’éveillent, même si ce n’est que brièvement, à la beauté qui fait essentiellement partie de leur être le plus profond, qui fait partie de leur véritable nature.

La première fois que la beauté fut reconnue constitua un des éléments les plus significatifs dans l’évolution de la conscience humaine étant donné que les sentiments de joie et d’amour lui sont intrinsèquement liés. Sans que nous le réalisions pleinement, les fleurs sont devenues pour nous l’expression de ce qui est le plus élevé, le plus sacré, et en fin de compte le non manifesté en nous”.

* sources : sur site

43 commentaires pour “Château de Versailles Petit Trianon Exubérance baroque”

  1. Versailles… de merveilleux souvenirs de promenades dans ces jardins. En partant de Marly le roi (pièce d’eau de Marly) j’ai effectué bien souvent de magnifiques balades jusqu’à la pièce d’eau Saint Louis. Bonne journée et mercu pour ces magnifiques billets. Bonne journée

  2. les fleurs étaient à l’honneur samedi au mariage, sur les tables, dans la salle, à la boutonnière des hommes, dans les mains de la mariée…et moi j’en ai acheté car dimanche j’étais invitée à la suite du mariage !!

    bisous

  3. je vois que j’ai loupé pas mal d’articles!!!!!

    j’adore ce coeur baroque,c’est bien ce que je ressens lorsque je le vois ce coeur, de l’amour auprès de mon homme l’angevin qui me soutient en ce moment à cause des soucis de santé,d’une maladie qui me pèse chaque jour de douleurs et aussi de la joie interprétée d’une autre façon,triste à cause de mon combat mais heureuse de vivre,de ne pas être hospitalisée!!!!

    Voilà pourquoi je suis moins présente sur le net car je profite des bons moments passés avec cette homme que j’aime et qui me rend cet amour chaque jour.

    Bon d’ici quelques semaines,je l’espère,je vais pouvoir reprendre mes randos!!!!je suis actuellement en repos forcé,surtout mes jambes et mes bras.

    passe d’agréables moments et bisous

  4. kikou!

    marie-antoinette aurait-elle apprécié de si belles ouvres d’art floral dans son petit trianon ?

    vu la beauté et l’originalité de ce coeur, je pense que oui..

    bise du jour

  5. coucou ma Francine … comment vas-tu ??? comment ce sont passés tes débuts  à St Quentin ??? pas trop déboussolée ??? quelle chance d’avoir vu ces oeuvres !!! j’aime trop les fleurs pour comprendre un monde qui en serait privé au nom de la sobriété !!! Il y a bien d’autres dépenses exagérées autrement pernicieuses dans notre société et un coeur de fleurs reste bien plus beau et moins dangereux qu’un avion de guerre !!!!! contempler la beauté met de la beauté au coeur des hommes !! bisous et bonne soirée

  6. Magnifique jardin du petit trianon. Tu as raison, Louis le 14ème a peut être courtisé Marie Antoinette à cet endroit, quoi que je pencherai plus pour la belle Louise de La Vallière. J’ai travaillé avec les jardins de Gally sur la route de Bailly à Saint Cyr l’Ecole. C’est drôle de se remémorer tout cela. Bises et bonne journée

  7. Bonsoir Francine, je trouve l’ensemble harmonieux… le jardinier connait son métier… lol La gare centrale ne sera pas parmi nous le 28, il m’a laissé un message. Je lui ai dit que je serai à nouveau dans le secteur les 6 et 7 octobre, et que ce sera peut être ok pour lui le 6… affaire à suivre… Claude et Josette seront de la partie le 28. Il faut que j’en parle à Nath… Bisous…

  8. me voila …bonne idée pour le plan du dessus….il me semble que notre rencontre avec Norbert est prevue pour le 28 de ce mois….seras-tu avec nous …je pense que Nath sera présente aussi, car ce jour là est un mardi….bisous de nous deux.

  9. peut-être pour la fragance mais la mise en valeur j’en doute .. certaines plantes s’harmonisent bien entre-elles et justement leur juxtaposition est bénéfique !! enfin c’est mon avis

  10. bonsoir francine, je suis très lasse ce soir, le type qui me harcèle sur mon blog ne cesse pas malgré la modération des coms, et en plus il est allé laissé des messages de diffamation sur moi sur d’autre blogs.. j’ai alerté ob mais…
    bonne soirée à toi!
    bise du jour

  11. Bonjour Francine, apres les fleurs voici le nectar des plantes, ah les senteurs, on déjeune rien qu’a les renifler ! ce coin la aussi je ne manquerais pas de le visiter ! merci amie

    A bientot Eliane

  12. Bonsoir Francine, rassure moi, tu me dis avoir posé le 28/10 ??? c’est le 28/9 et le 6/10 que tu voulais dire. Car c’est bien le 28/9 que je viens… lol Nath va aviser, je l’ai eue au tel ce matin. Bisous mon amie…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à ma newsletter afin de vous tenir au courant des derniers articles publiés !