logo

Château de Versailles Giuseppe Penone (1)

Giuseppe Penone

Château de Versailles

Tra scorza e scorza, entre  écorce et écorce

Bronze, chêne, 2003

Après Jeff Koons et Takashi Murakami, Joanna Vasconcelos, l’artiste italien est l’invité du château, où il dialogue jusqu’au 30 octobre avec les jardins de Le Nôtre. Une exposition qui ne crée pas la polémique, les oeuvres se fondent merveilleusement dans le paysage.

Dès l’entrée dans les jardins, l’œil est ainsi dirigé vers “Scorza e scorza”. Deux très hauts bronzes moulés sur un cèdre du parc de Versailles abattu lors de la tempête de 1999 entourent un frêne – un vrai, qui pourrait croître à l’abri de ces boucliers.
*Parterre d’eau, l’oeuvre monumentale se fond dans le paysage des jardins.

“D’un côté, une icône du luxe français : un château tout d’or vêtu, des jardins domptés par la main somptueuse de Le Nôtre. De l’autre, un maître de l'”art pauvre” : l’Italien Giuseppe Penone dont les sculptures, qui emploient le bronze, l’écorce ou la pierre, interrogent sans cesse la nature. “J’étais depuis longtemps fascinée par cette façon modeste et pourtant si orgueilleuse de révéler les matériaux inanimés”, écrit Catherine Pégard, présidente de l’Établissement public de Versailles, dans une introduction à l’exposition.

 

*L’arbre au milieu est un “vrai” arbre, c’est un chêne, aujourd’hui les bourgeons se sont transformés en feulles.

Penone investit jusqu’au 30 octobre les jardins pour, dit-il, y “dialoguer” avec Le Nôtre. Remarquable”.

Giuseppe Penone : “Je suis venu voir le lieu un jour de neige, il n’y avait pas de feuilles aux arbres. C’était très pur, comme une esquisse de Le Nôtre, un dessin très simple sur du papier blanc. Cette vision m’a aidé pour voir ce que je pouvais faire dans le jardin.” Pour lui, exposer à Versailles, “c’est une opportunité extraordinaire”, quelque chose qui “arrive une fois dans la vie”. 
L’exposition tombait bien puisqu’il avait les œuvres. En effet, seule une des sculptures exposées a été créée spécialement pour Versailles. Quand on lui demande pourquoi il n’en a pas créé davantage pour le lieu, il répond qu’”une exposition n’est pas une bonne raison pour créer une œuvre”. La vie des œuvres doit pouvoir continuer après la fin de l’exposition.

Giuseppe Penone est né dans un village du Piémont. Les  premières œuvres de cet amoureux de la nature ont été des interventions sur des arbres. 

 

Aujourd’hui il réinvente les arbres en bronze. Pour lui, cette matière  “a un lien très fort avec le végétal”. Parce qu’il se patine comme le bois. En voyant ses arbres, on imagine que ce sont de vrais arbres en bois. Lié au végétal aussi parce que le bois est utilisé pour la fusion du bronze.

Juste devant le château, se dresse l’imposante, “Tra scorza e scorza” (entre écorce et écorce). 

A l’origine de cette sculpture : un grand cèdre de Versailles tombé lors de la tempête de 1999, que Giuseppe Penone a récupéré. Il en a reproduit, en bronze, l’écorce. Coupée en deux, elle se dresse autour d’un jeune arbre vivant, un chêne qui pousse dans l’espace qu’elle lui laisse, et dont “on peut imaginer qu’il va l’occuper entièrement”.

sources : www.culturebox.francetvinfo.fr/

www.lepoint.fr

 

Les photos ont été prises, le matin, et en fin de journée. Toujours cette luminosié particulière ce jour-là à Versailles.

A noter que lorsque j’y suis allée, toutes les oeuvres de Penone n’étaient pas encore installées dans les jardins.

 

29 commentaires pour “Château de Versailles Giuseppe Penone (1)”

  1. bonjour

     j aime beaucoup  ce  Paris  des jardins  que  tu nous montre  souvent

     même si parfois je ne  suis pas fans de certaines oeuvres

     mais  je ne connait pas  PARIS  alors je t en sait gré

     bises  bonne journée   j espére que tu n auras pas trop chaud

     kenavo

  2. Hello Francine

    Tu sais pour les images choquantes , c’etait de la plaisanterie de ma part .. Bon, c’est mon humour ! hi hi hi

    Ce n’est pas la premiere fois les calculs…. J’ai meme été opéré dans les memes circonstance que ton copain . La sonde pour qu’elle navigue pas, les coussinets doivent etre gonflés .. la, ils avaient oublié de le faire , alors, j’ai jonglé pendant 6 jours et resultat infection ou j’ai du passer 6 jours de plus à l’hopital…. C’etait il y a 6 ans…. depuis ca me prend tous les ans !

    bizz

    pat

  3. bonsoir Francine … en tout cas, il a intérêt à pousser droit avec de tels tuteurs, ce jeune frêne … j’avoue ne pas tomber en pamoison devant ce genre de sculptures …mais comme d’hab, tes photos valorisent l’ensemble !! bravo !!

    Merci pour ton com sur la mode …. une petite pomme comme toi, je l’imagine en effet aisément dans une petite robe verte pomme à volants … je suis sure que çà te va très bien …. tu as reçu les jupes ???

    Perso, je ne porte que rarement des jupes … je suis presque toujours en robe … et ma foi, pour l’instant je n’ai pas encore abandonné les talons …. mais le soir, quel délice de glisser mes petits orteils meurtris dans des sandales !!! hihihihih

    bisous et bonne soirée

  4. Curieuse idée mais c’est joli. Surement encore plus vu de près !

    Et comme le souligne Jean, difficile à voler quoi que maintenant, il ne faut s’étonner de rien…

    A terme, l’arbre sera corseté dans son armure. Bien protégé des gravures des amoureux éternels !

    Interessant reportage.

    Bises

     

  5. Hello

    Oui je sais, encore un copié/collé, mais je tenais à rassurer tous le monde après la newsletters, que je n’ai pas pu passer entièrement avec le tel à Soso. Depuis Vendredi soir, ma copine “colique nephretique” s’est invité avec un calcul dans le rein ! Je suis donc passé par les urgences et mis sous perfusion tout le week end. L’urologue avait décidé de m’opérer ce matin, puis il s’est rétracté après avoir vu les images du scanner. Il a décidé qu’avec un traitement, un petit calcul de 2.5mm avait des chances de pouvoir passer naturellement. J’ai donc 3 semaines pour y parvenir, autrement il faudra l’enlever par urétéroscopie. Voila ! Étant un petit peu fatigué depuis ma sortie et n’ayant pas dormi depuis deux nuits, c’est donc la cause de ce copié/collé et de mon absence.

    Bisous

    Pat

  6. Me revoilou

    C’est un peu comme si le cèdre avait laisser son empreinte dans la mémoire collective des arbres et qu’il est là pour protéger et guider les plus jeunes…. et cela ne dénature en rien le lieu….
    Gros bisous et belle journée
    Chronique

     

  7. coucou Francine , heureusement  qu’il y a tes explications car vraiment on y croirait que  c’est un arbre , ce matin une petite fraicheur , alors vite  au jardin , bon lundi , bisous

  8. Rien qu’au kilogs il y en a pour une bonne pincette….

    Les voleurs de métaux vont en baver rien que de penser qu’ils ne pourront pas le voler facilement !!!

    Bon début de semaine

    Jean

  9. Bonsoir Francine,

    J’aime beaucoup les réalisations de cet artiste, le jeu entre le vivant et l’intemporel, la matière arborée, l’écorce et le métal qui se retrouvent dans la plupart de ses créations. L’oeuvre se fond en effet remarquablement dans le paysage, c’est superbe.

    Impossible de dormir avec cette chaleur et mon ordinateur fonctionne au ralenti, je mets “mille ans” à me connecter et à écrire un message, il fait la grève parce qu’il a chaud!

    Gros bisous, j’espère que tu vas bien, bonne nuit je te le souhaite!

    Cendrine

  10. Bonjour Francine,

    C’est très particulier mais un bel hommage à la nature. Et une bonne excuse pour y retourner et photographier les autres oeuvres 😉

    Amitiés, Frans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à ma newsletter afin de vous tenir au courant des derniers articles publiés !