logo

Bourse de Commerce – Pinault Collection Exposition inaugurale

” Notre époque dans un regard “, c’est la perspective que chaque visiteur peut trouver lors de sa visite de la Bourse de Commerce – Pinault Collection, un nouveau regard sur le monde qui l’entoure. Comme une rencontre forte et transformative avec les œuvres et les artistes. Au total, ce sont plus de 200 oeuvres de plus de 32 artistes !

Quelques dizaines de pigeons, perchés sur les balustrades par Maurizio Cattelan, toisent les visiteurs depuis les hauteurs de la Rotonde, la souris animatronique de Ryan Gander bavarde sans fin devant les ascenseurs, Lili Reynaud Dewar danse dans le hall des escaliers 18e, les « gardiens » sculptés de Tatiana Trouvé veillent sur les œuvres exposées dans toutes les galeries… L’accrochage « Ouverture » donne aussi à voir la relation que les artistes peuvent avoir à un lieu d’exposition, leur relation au musée, aux visiteurs, à travers des œuvres sortant du cadre muséographique, ayant pris place dans des espaces de circulation, surprenant le regardeur.

Maurizio Cattelan
Artiste polymorphe, sculpteur, performeur, éditeur et programmateur, Maurizio Cattelan s’est imposé par une production dont les formes spectaculaires soulignent les contradictions de la société contemporaine. Others (2011), l’inquiétante escadrille de pigeons empaillés, postés sur les balcons intérieurs du troisième étage de la Bourse de Commerce en est un parfait exemple : « plus vrais que nature », immobiles, ils suscitent une surprise amusée mêlée « d’inquiétante étrangeté ». Ils demeurent posés là comme une alerte, le signe d’une chose à garder à l’oeil, dont il faudrait se méfier. Et si leur prolifération, bientôt leur omniprésence, dérangeait déjà ?
S’il n’était un acteur majeur de la scène contemporaine, Maurizio Cattelan, adepte du paradoxe, de la provocation et de l’ironie féroce, pourrait se faire passer – toujours avec humour – pour un artiste à la marge. Né en 1960 à Padoue, il vit et travaille entre Milan et New York.

” L’humour est une manière de communiquer qui permet de dépasser l’obstacle de la timidité. ” Avec sa série des « Z paintings »(1995-1996), il s’amuse à dénaturer le travail de l’artiste conceptuel Lucio Fontana par une série de toiles monochromes qu’il entaille d’un Z, en référence à Zorro. Avec Nona Ora (Neuvième Heure, 1999), il présente une sculpture grandeur nature du pape Jean-Paul II écrasé par une météorite. Him (2001), représente Hitler infantilisé, jouant avec la banalité du mal absolu… Untitled (2007), trophée inversé donnant de la tête dans un mur de brique de la Punta della Dogana, est un autre de ces jeux de massacre, renversant, une surprise mêlée d’effroi, un rire mêlé de gêne, toujours jaune, grinçant, dévastateur.

Tatiana Trouvé The Guardian
” The Guardian ” est un titre générique pour chacune des huit sculptures de Tatiana Trouvé (née en 1968 en Calabre) qui jalonnent le parcours de l’exposition « Ouverture », du rez-de-chaussée du musée aux galeries du deuxième étage.

Veillant sur les œuvres des autres, et les « mondes » dont elles gardent l’entrée, ces sculptures gardiennes se présentent sous forme d’assises gardant, dans le marbre, le bronze, l’onyx, le cuivre, les présences disparues. En donnant corps et poids à l’absence, elles rythment le parcours dédié à la figure humaine.

Dans un coussin de pierre le poids d’un corps,

sur un dossier un livre,

à un barreau suspendu un sac, ici encore de menus objets…

Le regardeur reconstitue ces absences, à la troublante matérialité, disséminées dans les espaces d’exposition, tissant une narration discrète, un monde fictionnel de spéculation et de rêverie.

Les livres – ouvrages anthropologiques, militants, philosophiques, poétiques – choisis par l’artiste, « gravés dans le marbre » dessinent les contours d’une pensée utopique. Ils ont pour point commun une réflexion sur nos rapports à la nature, sur notre manière d’habiter le monde et sur la puissance de l’imaginaire.

Tatiana Trouvé

Tatiana Trouvé vit et travaille à Paris, après une enfance à Dakar et des études aux Pays-Bas puis à la Villa Arson de Nice. À son arrivée dans la capitale, elle transforme sa recherche d’emploi en matière première de ses oeuvres, collectant et archivant les CV qu’elle envoie et les réponses stéréotypées reçues, en un bureau nommé B.A.I : Bureau d’Activités Implicites. Explorant les rapports entre passé et futur, présence et absence, réalité et fiction, elle privilégie les événements anonymes, oubliés, mais constitutifs de notre histoire et infléchissant nos vies. S’intéressant à ce que serait une mémoire des objets et des lieux, qui déforme la réalité reçue, Trouvé réinvente sans cesse le temps et l’espace, créant une dimension parallèle où les lois de notre monde sont recomposées, le spectateur désorienté, où tout, enfin, est à redéfinir.

Thomas Schütte
Un important ensemble d’oeuvres de Thomas Schütte, dont certaines présentées pour la première fois par la Collection Pinault, est exposé dans la Galerie 5 en dialogue avec un accrochage de peintures de Martin Kippenberger et de Florian Krewer. Dans cet espace de double hauteur, la puissante série des douze « Wichte » (2006), saisissantes têtes sculptées surplombant la galerie dans toute sa longueur, semble toiser le visiteur, tout comme l’imposant Mann im Wind III (2018) qui ferme la perspective de la galerie de sa monumentale stature.

Thomas Schütte
Né en 1954 à Oldenburg, en Allemagne, Thomas Schütte vit et travaille à Düsseldorf. Élève de Gerhard Richter et Fritz Schwegler à l’Académie des Beaux-Arts de Düsseldorf, il développe une pratique artistique très diversifiée qui – issue du mouvement minimal et de l’art conceptuel des années 1970 – aborde des sujets cruciaux comme le pouvoir, la mémoire, le rôle de l’art et son insuffisance face aux grandes questions de la condition humaine. Sculptures, architectures, variations poétiques, autoportraits, sont autant de sujets qui structurent l’oeuvre de l’artiste, considéré aujourd’hui comme l’un des réinventeurs de la sculpture.

Schütte a une approche antihéroïque de l’art et rejette la théorie, énoncée par Joseph Beuys, qui confère à l’artiste un rôle de guide, préférant introduire le doute, remettre en question les certitudes : « Mes oeuvres ont pour but d’introduire un point d’interrogation tordu dans le monde », déclare-t-il. Ces sculptures se présentent souvent sous la forme de maquettes d’architecture ou de décors de théâtre, provisoires et imparfaits, qui évoquent avec ironie les grands problèmes politiques et historico-artistiques. Aujourd’hui, l’essentiel de son oeuvre se concentre sur l’analyse des structures de la société, de leur organisation politique, de leur impact sur la vie des individus, pour mettre à nu la fragilité et l’instabilité des systèmes contemporains.

Florian Krewer

Les six toiles présentées comme deux triptyques dressés au centre de la Galerie 5 sont inondées d’un rouge presque sanguin ou bien plongées dans l’obscurité.

Si le pouvoir de la peinture est d’incarner, Florian Krewer touche à son mystère quand ses toiles entières deviennent chairs et couleurs à vif, disputées à la nuit noire comme le monstre qui sort les crocs dans l’œuvre intitulée heat (2019), prêt à bondir. Des scènes urbaines, d’approches, de combats ou de simples battles, où l’harceleur, le complice et la victime semblent se confondre.

Florian Krewer
Florian Krewer, né en 1986, installé actuellement à New York et, diplômé d’architecture, se forme à la peinture à la Kunstakademie de Düsseldorf auprès du célèbre peintre Peter Doig, de 2011 à 2017. Ses peintures commencent avec des photographies personnelles ou trouvées, découpées et assemblées dans les études préparatoires où naissent ses compositions. Sur ses toiles de grand format, se débattent des figures aux traits incertains, que l’on devine juvéniles sous leurs vêtements streetwear. Dans l’atmosphère nocturne ou crépusculaire de scènes urbaines aux fonds indéterminés, il n’est pas aisé de démêler la rixe de l’étreinte, la danse de la drague. Ses silhouettes courent, campent, frappent, hésitent. La violence n’est jamais loin. On devine des histoires, sans clefs pour les lire.

Martin Kippenberger
L’accrochage présente aussi le monumental trompe l’œil, Paris Bar (1993), ainsi qu’un ensemble de 21 portraits sur toile qui déclinent autant de sujets ou de pastiches de styles de l’histoire de la peinture.

Né en 1953 dans une famille protestante de RFA, mort en 1997 à Vienne, Martin Kippenberger est un peintre qui préfère à « artiste » le mot de « représentant », plus approprié au marché de l’art auquel il assume de participer. Fort de sa posture de prestataire, Kippenberger manie avec brio le burlesque et la caricature. Ses titres et formules cinglent : « le chômeur est tranquille le samedi », etc.

S’inspirant de la culture populaire et de l’histoire de l’art, il interroge la « mort de la peinture », les « avant-gardes » ayant fait long feu. Provocatrice, parfois cynique, son attitude tour à tour irrévérencieuse et complaisante, éreintant la « belle » peinture et faisant assaut de virtuosité, déchaîne, souvent, le scandale autant que l’enthousiasme…

 A suivre 

65 commentaires pour “Bourse de Commerce – Pinault Collection Exposition inaugurale”

  1. Très intéressant, j’ai un faible pour les oeuvres de Tatiana Trouvé : la mémoire du corps dans le coussin de pierre etc… Comme si la vie était pétrifiée, le temps arrêté
    Passe un bon mois de juillet, Francine ! Bisous

  2. Coucou Francine ! Tout au début , ces pigeons me paraissaient vrais ! Bravo à l’artiste en soulignant les contradiction s de la société contemporaine par leurs formes spectaculaires ! Exposition d’art totalement contemporain !! Je commence à m’y intéresser et comprendre … bisous !

  3. Bonjour Francine un petit coucou pour te remercier de ton passage et en même temps te souhaiter un très bon dimanche , au final j’aime bien la dernière photos de ton article qui représente bien l’ambiance de nos anciens restaurents et cafés,quoi que dans nos province ça existe encore j’aime bien ça me rappel tout une époque ou le monde était moins agité.
    J’ai fermé ma page trop de faux profils et surtout le culte de la personnalité et de l’légato lol, sans compter les messes basses en privé , de toute façon pour y trouver des pages cultivés il faut chaparder ha ha, ce n’est qu’une grande agence matrimoniale international si tu soi de quoi je parle lol.
    Bref du coup je vais peut être tenter FB lol.
    Je te souhaite une belle fin de journée , bisous.

  4. Bonjour Francine : Dès le début nous sommes pigeonnés entre le vrai du faux vrai. Très chouette cette exposition. Surprenantes certaines sculptures de vrais faux livres qui attendent le lecteur de notre étrange vie sur terre. Bises et bon dimanche.

  5. Bonjour Francine, et merci de ta visite.
    Nous partons seulement dans l’après -midi donc je peux encore aller consulter les blogs.
    Le soleil est un peu présent mais je pense que la pluie va arriver très vite.
    Je te souhaite de passer une belle journée.
    Bisous.

  6. Bonjour Francine, je les croyais vraiment vrais ces pigeons…
    Pas facile mais tes explications sont bien utiles…
    Le dernier tableau, un beau trompé oeil…
    Grosses bises et bon week-end, fanfan

  7. Bonjour Francine, oui ce n’est pas le pied pour cette statue (rire).
    Tu as “bon pied” et bon œil pour avoir vu cette vilaine cassure.
    La pluie est revenue ici et cela va ennuyer les vacanciers.
    Je te souhaite de passer un bon samedi.
    Bisous.

  8. Pas de pluie pour l’ instant dans le Nord, mais ciel gris , et parfois un soupçon de soleil !
    Mais bon, il y a quand même 17 ° en ce moment !
    Passe une bonne fin de semaine
    Bisous

  9. Bonjour Francine
    Les pigeons empaillés font vraiment de l’effet , au départ je me disais qu’ils allaient laisser des traces ,mais en lisant bien le texte on comprend tout de suite .
    Bises

  10. Bonjour Francine, avec ce soleil tu vas pouvoir aller faire quelques nouveaux clichés sur cette capitale?
    Cela fait du bien de revoir un ciel bleu et un peu de chaleur.
    Je te souhaite de passer une belle journée.
    Bisous.

  11. J’ai décidément beaucoup de mal à me faire à ce genre d’art. Qui mérite sans doute de l’intérêt. Mais que je ne comprends pas. Hélas. Florentin

    • je suis comme toi, j’ai parfois du mal, et les explications sont souvent nécessaires pour décoder la pensée de l’artiste; certaines oeuvres m’ont laissée de marbre ! j’en ai encore d’autres à montrer, mais plus tard ! sinon tout le monde va se lasser 🙂

  12. Bonjour Francine, oui je me prépare et hop je cours pour les résultats!
    C’est bien car au moins nous avons le soleil pour ce début de mois.
    Je te souhaite une belle journée.
    Bisous.

  13. Bonsoir Francine
    Oups, ce n’est pas forcément simple à comprendre tout cela. Il faut bien examiner les objets, j’espère qu’ils mettent des notes explicatives durant la visite !
    Merci de ton gentil passage
    Je te souhaite une très bonne fin de journée
    Bisous
    @lain

  14. Bonjour Francine , oui j’avais vu des photos de ce qui y est exposé chez une amie de VEF bon il est vrai que c’est très spéciale , un peu trop moderne pour moi du coup je trouve ça très moyen mais bon il en faut pour tout le monde lol ,après tes photos sont superbes comme d’habitude le coup d’œil était surtout pour la bourse du commerce qui est remarquablement restaurée.
    Oui tu as raison nos bleus ont été plus que nuls , c’est lamentable quand on voit les salaires que gagne tout ces joueurs , du coup l’amour du maillot eh bien il la laisse de coté lol.
    Oui ce sont les joueurs qui sont responsable pas l’entraineur bien qu’il à du faire des concessions à certains joueurs avec leur égos lol.
    Bref il y à toute une équipe à reconstruire car si on veut garder notre titre de champion du monde eh bien il faudra jouer autrement que contre les grands suisse hi hi pas les petits lol.
    Pour ta question au sujet de Z-Z je ne pense pas pour le moment surement après le mondiale 2022 c’est presque certain .
    Ici soleil passe un bon après midi et une bonne fin de semaine bisous.

  15. C’est bon de découvrir ces œuvres mais je ne les trouve pas du tout à mon goût à part peut-être les dernières. Merci pour la découverte car, même si je n’aime pas, il est intéressant de se documenter et tu nous y aides.
    Bonne journée Francine, bises, à +++

    • je ne suis pas surprise, il n’y a pas grand monde qui aime !!! j’y allais plus pour l’écrin que pour les oeuvres, d’ailleurs, mais il y a quand même quelques petites curiosités

  16. Bonjour Francine, ah bon il pleut sur la capitale?
    Ici non c’est juste un peu couvert et sans goutte.
    Pour le musée et oui c’était un voyage très enrichissant.
    Je te souhaite une belle journée.
    Bisous.

  17. Bonjour Francine,
    merci pour toutes tes photos qui nous font découvrir cette exposition de l’art contemporain.. Ce n’est pas ce que je préfère..
    Par contre j’ai bien aimé ces pigeons empaillés…
    Bonne journée, gros bisous

  18. Tous ces artistes ou représentants ne manquent pas d’imagination, en tout cas.
    Je le remarque très volontiers, car j’en manque singulièrement.
    Cette série est parfaitement photographiée, la lumière étant très homogène facilite les choses.
    Bravo et merci Francine, on apprend toujours, en te rendant visite.

  19. Bonsoir Francine
    Les Pigeons sont plus vrais que nature !
    Pour le reste, je t’ai lue attentivement mais j’avoue que je n’accroche pas du tout avec ce genre d’expo …. mais Merci pour le partage et surtout Bravo pour tes recherches
    Bises, bonne soirée

  20. Tu affrontes, comme moi, l’art contemporain dans un décor ancien. Il faut connaitre pour apprécier mais cela nous oblige à réfléchir!!!!
    Bises

  21. Bonjour Francine, voilà des œuvres assez conséquentes mais bon nous pouvons les voir de loin.
    Jeudi rendez vous en hématologie donc nous allons être au courant (rire).
    Je te souhaite une belle journée.
    Bisous.

  22. Bonjour Francine
    Il y en a des pigeons. Une belle exposition que je trouve vraiment très originale, les statues ma foi c’est affaire de goût mais au moins elles sortent de l’ordinaire. Tu as fais comme d’habitude de superbes photos et un très beau reportage.
    “Le bonheur est comme un parfum, on le porte sur soi pour le faire respirer aux autres !!!”
    “Un sourire et une pensée positive avant d’ouvrir les yeux peut transformer ta journée entière”.
    Je te souhaite une excellente journée qui je l’espère sera chaude sans canicule et ensoleillée, ici le temps est mitigé avec + 21° actuellement.
    Prends soin de toi.
    Gros bisous d’amitié de mon ti rocher.

  23. Bonsoir Francine …
    Je n’aurais pas pensé au premier regard que c’était des pigeons empaillés ,
    j’ai pensé à des vrais , aussi je pensais aux fientes qui auraient des dégâts !!!!
    Une belle exposition, il y en a pour tous les goûts !!!
    Bonne soirée, bises

  24. Bonsoir Francine, de très belles photos comme d’habitude, un beau reportage, même si je n’ai pas apprécié certaines oeuvres. Bisous et bonne soirée MTH

  25. Kikou Francine,
    Ah, les pigeons, j’aime, c’est au moins du concrèt.
    Par contre les autres oeuvres, c’est une bonne chose que tu nous les fasse découvrir.
    Mais, je t’avoue, ce n’est pas ma tasse de thé.
    Comme il en faut pour tous les gouts, voilà chose faite.
    Bisous et douce soirée

  26. Bonjour Francine,
    C’est bien que l’Art évolue au fil du temps… mais là, c’est pas dans le bon sens à mon avis… on va dire, chacun ses goûts bien sûr !
    Au fait Francine, je viens d’aller chez des amis de mon blog… et, on arrive plus à mettre des commentaires… c’est quoi encore cette trouvaille : Je ne suis pas un robot… tu perds du temps à écrire ton com… et, il va à la poubelle ! Bon, si ça continue de se compliquer comme ça avec nos blogs… je pense que je vais arrêter la gestion de mon blog, car ça m’énerve franchement tous ces systèmes à la gomme !
    Bonne fin de journée et bises de Bourgogne,
    Gilbert

  27. Bonsoir Francine,
    Admirative devant les pigeons plus vrais que nature comme tu le soulignes mais pour le reste ce n’est vraiment pas ma tasse de thé, je sais bien que les créateurs expriment des situations, des émotions, des ressentis mais je n’accroche pas ou peut-être que je ne comprends pas le sens (lol) . c’est comme pour la peinture, difficile à cerner parfois . J’ai apprécié tes explications çà aide à mieux cerner ces “oeuvres” contemporaines .
    Merci de nous faire découvrir ce monde de l’insolite qui est certainement apprécié par beaucoup.
    C’est sous le soleil revenu par chez nous que je te souhaite une belle semaine Francine ! Nicole

  28. Je ne suis pas sur que ce soit la vision réelle de ces artistes, mais ils suivent finalement la mode qui veut étonner et choquer, c’ est pour moi, l’ écriture inclusive de la sculpture !
    Et puis il n’ y a que les milliardaires qui puissent acheter des oeuvres dont ils espèrent toucher les dividendes !
    Comme toujours le plus beau, ce sont tes photos !
    Passe une bonne soirée
    Bisous

  29. Bonjour Francine.
    Des choses curieuses pas toutes de bon goût, à mon avis !
    Ciel gris, un peu lourd mais pas de pluie, contrairement à d’autres régions.
    Gilbert et Bernadette

  30. coucou mon amie je viens voir tes belles photos quand même ,j’étais absent , c’est beau mais c’est des pigeons sur les photos je pense? je te souhaite un très bon lundi,bises

  31. Coucou Francine
    Mission réussie : l’art est là pour nous intriguer, nous faire réagir, peu importe qu’on aime ou pas, il y a un sentiment qui nous prend au coeur…
    Certaines me rendent mal à l’aise, d’autres me plaisent bien…

    J’apprécie toujours toutes tes photos et tout ce que tu nous fais découvrir ainsi que tous les efforts que tu fais pour nous régaler de tes promenades et visites et je t’en remercie vraiment du fond du coeur
    Bisous
    Am
    Am

  32. Dans toutes ces œuvres je regarde souvent la recherche, j’essaie de comprendre le message que l’artiste veut faire passer. Merci pour le partage de cette expo que l’on aime ou pas mais qui ne peut pas laisser indifférent. Je te souhaite un bel été de belles vacances. RDV en septembre. Bises et prends bien soin de toi. Florence

  33. Bonjour Francine

    Merci de cet Article et surtout tes explications qui son intéressants sur ces sujets je te dirais que je n apprécies pas tout mais sincèrement d autres sont Magnifiques j avoue c est un excellent regard tout simplement un grand Merci de ces Photographies et bises aux chats un bon Lundi après Midi profite des bisous DANNN

  34. J’avoue ne pas être fan du tout du contenu de cette collection Pinault. Trop moderne sans doute, ça ne m’émeut pas, sauf le trompe l’oeil de la dernière photo. Ceci dit ça ne remet pas en cause la qualité de tes photos. Bonne semaine Francine, bises.

    • oui bien sûr, je t’en remercie; je me doute que la majorité sera de ton avis, il y a à prendre et à laisser; je n’ai pas tout aimé, je ne montre que les oeuvres qui ont retenu mon attention; Thomas Schütte est connu, j’ai déjà montré certaines de ces oeuvres je crois

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à ma newsletter afin de vous tenir au courant des derniers articles publiés !