logo

BnF François Mitterrand

BnF François Mitterrand

Quai François Mauriac Paris 13

 

Les quatre tours en forme de livres ouverts, qui se dressent en bordure de Seine, font désormais partie du paysage parisien. La BnF fut très vivement critiquée lors de sa construction. Pourtant c’était une nécessité, le site Richelieu de la Bibliothèque nationale (Paris 2e) devenant trop petit pour accueillir les ouvrages, et ne répondant plus à la demande du public.

Nous sommes bien loin des 917 livres de la collection de Charles V, qu’il installa au Louvre dans une salle spécialement aménagée. Les rois de France eurent à cœur de réunir leurs livres dans une Librairie particulière. C’est François 1er qui instaura le dépôt légal en 1537 : par une ordonnance du 28 décembre, enjoignant aux imprimeurs et aux libraires de déposer à la librairie du château de Blois tout livre imprimé mis en vente dans le royaume.

BnF François Mitterrand

Naissance de la BnF Site François-Mitterrand

Confrontée à ces difficultés inévitables nées de la croissance de la production imprimée et de la demande culturelle, la Bibliothèque nationale devait opérer une mutation.

Celle-ci intervient à un moment où les développements scientifiques et techniques ouvrent des perspectives nouvelles à l’accomplissement de ses missions, aussi bien dans le domaine de la conservation que dans celui de l’accès aux documents. En particulier, les outils informatiques et les progrès des télécommunications, renouvellent les moyens donnés à la gestion des collections et à leur repérage. Conjugués à la numérisation des textes et des images, ils enrichissent les pratiques de recherche et de lecture et ouvrent sur la transmission des documents à distance. La Bibliothèque nationale de France s’inscrit dans la nouvelle génération de bibliothèques, qui voit le jour, aux États-Unis, en Grande-Bretagne, en Allemagne, au Japon, à Alexandrie.

BnF François Mitterrand

Le 14 juillet 1988, lors de son traditionnel entretien télévisé dans le parc de l’Elysée, le Président de la République, François Mitterrand, annonce “la construction et l’aménagement de l’une ou de la plus grande et la plus moderne bibliothèque du monde….(qui) devra couvrir tous les champs de la connaissance, être à la disposition de tous, utiliser les technologies les plus modernes de transmission de données, pouvoir être consultée à distance et entrer en relation avec d’autres bibliothèques européennes”. La déclaration surprend le public et les professionnels. De fait, elle lance un nouveau “grand projet”.

BnF François MitterrandBnF François Mitterrand

BnF François Mitterrand

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le site finalement retenu pour la construction est situé en bordure de Seine dans le XIIIe arrondissement de Paris. En août 1989, le projet de l’architecte Dominique Perrault est choisi par le président de la République au terme d’une procédure de sélection de projets par un jury international.

Le 20 décembre 1996, la bibliothèque d’étude du site François-Mitterrand s’ouvre. Le 8 octobre 1998, l’ouverture de la bibliothèque de recherche scelle l’achèvement de ce grand projet.

BnF François Mitterrand

Une bibliothèque pour quoi faire et pour qui ?

En 1987, un rapport montre que la Bibliothèque nationale (BN) connaît des “dysfonctionnements”, et qu’il est nécessaire de trouver rapidement des solutions pour pallier sa saturation. La “création d’une Très Grande Bibliothèque d’un type entièrement nouveau”, est annoncée par François Mitterrand.

La décision de ne déplacer, de la BN à la TGB, que les imprimés édités à partir de 1945 provoque alors un tollé général. Néanmoins le projet avance : le site est choisi en bord de Seine dans le quartier Tolbiac ; un concours international d’architecture est lancé en février 1989 ; en août, François Mitterrand choisit le projet de Dominique Perrault parmi les quatre présélectionnés par un jury international. Et finalement, Jack Lang annonce que tous les imprimés (soit 11 millions de documents au lieu des 4,5 millions prévus initialement) seront transférés dans la nouvelle Bibliothèque, ce qui modifie considérablement le contenu du programme. Après la découverte du projet retenu, la contestation, venant de chercheurs et de conservateurs, reprend de plus belle. La sélection d’une enveloppe architecturale avant l’élaboration définitive du programme est notamment vivement critiquée: ” le choix esthétique ne l’a-t-il pas emporté sur le choix fonctionnel ? “

BnF François Mitterrand

Finalement, au grand dam de certains, la Bibliothèque sera à la fois ouverte aux chercheurs et au grand public qui auront accès à des espaces distincts : 1 850 places seront réservées aux chercheurs au rez de-jardin et 2 275 au public en haut-de-jardin. Mais cet espace gigantesque sera en fait une succession de petites bibliothèques formées de salles de lecture intimistes d’environ 150 personnes.

BnF François Mitterrand

BnF François Mitterrand

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Néanmoins les critiques de certains scientifiques, parlant de “cauchemar de bibliothèque”, continuent. D’autre part, l’utilisation de bois tropicaux amazonien et gabonais provoque le mécontentement de certaines associations écologistes, comme Robin des Bois. Par contre, la création d’une miniforêt de 1,2 ha au coeur du bâtiment suscite soit le scepticisme…

Critiques des médias

Comme pour la Pyramide du Louvre ou l’opéra Bastille, le site Tolbiac de la BnF a donné lieu à de vives critiques de nature souvent politicienne, relayées d’abord par la presse conservatrice, dans la mesure où elles ne visaient pas la seule BnF, mais la politique de grands travaux dans son ensemble de l’ancien Président socialiste François Mitterrand, jusqu’à affubler le projet par dérision du nom de “TGB” par référence aux termes “aménagement de l’une ou de la plus grande et la plus moderne bibliothèque du monde” employés dans l’allocution présidentielle de 1988.

BnF François Mitterrand

La critique porte aussi sur le fait que ce fut la décision d’un seul homme, en sa qualité de chef de l’État, et qu’elle fut réglée rapidement en moins de sept ans, de juillet 1988 à mars 1995 pour le gros œuvre. L’insuffisance de concertation avec les universitaires, le gigantisme du projet de Dominique Perrault, le revêtement en bois exotique de l’esplanade, de l’inaccessibilité du jardin pour motif de sécurité, la décision initiale de stocker l’ensemble des documents dans les tours, tout fut soumis à de vives critiques. Il avait été cru à tort que les livres seraient présentés à la lumière du jour. En réalité, ils sont isolés par un double vitrage, un espace tampon, des volets de bois fixes, une allée de circulation et une cloison coupe-feu de 4 heures en carreaux de plâtre de 10 cm recouverts d’un isolant thermique.

BnF François Mitterrand

Critiques du public

D’autres critiques se sont élevées, notamment sur le choix de son emplacement, isolé dans le quartier Seine Rive Gauche, alors au tout début de son aménagement et à l’écart du centre de Paris. Cette zone était encore peu dotée de commerces, pas directement accessible par les transports en commun. Inconvénient pallié par l’inauguration, le 15 octobre 1998, de la ligne Meteor (ligne 14) du métro parisien, située à une centaine de mètres. Le site François-Mitterrand est désormais à environ 15 minutes des quartiers du centre et de l’ouest de Paris et le nouveau quartier a vu se développer depuis un ensemble de magasins, restaurants, bars, et cinémas.

La passerelle Simone de Beauvoir relie les rives du 12e arrondissement à la BnF.

BnF François Mitterrand

 BnF François Mitterrand 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

À Tolbiac, la bibliothèque François-Mitterrand occupe un site de 7,5 hectares pour une esplanade de 60 000 m2. Le bâtiment est caractérisé par quatre grandes tours angulaires de 79 m chacune figurant symboliquement quatre livres ouverts. Chaque tour porte un nom : tour des Temps, tour des Lois, tour des Nombres, tour des Lettres.

BnF François Mitterrand

*à gauche, les deux tours Est : tour des nombres et tour des lois, côté Seine; à droite, tour des lettres et tour des temps, côté Seine.

BnF François Mitterrand

Quelques chiffres

Coût de construction de la BNF s’élève à 1,2 milliards d’euros

Surfaces construites hors-œuvres : 2 900 000 m² de planchers

Nombre de documents : 30 millions dont 14 millions de livres.

Site de 7,5 hectares – Esplanade de 60 000 m² – Jardin de 12 000 m²

Longueur des rayonnages : 385 km linéaires

Sources : BnF, complément wiki

 

61 commentaires pour “BnF François Mitterrand”

  1. IL me semblait que c’ était Lang à l’ origine de l’ idée qu’ ensuite Mitterrand a reprise pour son prestige.
    Tout projet soulève des critiques, et quand on consulte, cela entraine des retards considérables !
    Il me semble que ce n’ est pas cher payé pour un patrimoine indispensable, et franchement, cette bibliothèque ne manque pas d’ allure.
    Et il y a cette forêt à côté, sur laquelle tu avais fait des articles !
    Merci pour tes belles photos.
    Passe une bonne journée
    Bisous

  2. Hello Francine
    Je ne connais pas bien sur même si je résidais pas très loin… Mais après 1981 , je ne suis plus retourné à Paris avant 92 et 93 et ensuite ce devait être 2001 puis 2006 et 2007…..
    Il y a toujours polémique sur les nouvelles constructions à l’allure moderne par rapport à son entourage.
    Regarde Marina Baie desAnges quand il a été construit , ce fut une polémique énorme. Aujourd’hui c’est classé patrimoine du XXe siècle…
    bizz
    Pat

  3. On est tjs en proie aux critiques, que l’on fasse ou pas ! Alors merci pour ta page Francine… il faut vivre avec son temps de bâtisseurs…. bises de JB

  4. Bonjour Francine, je ne connais que par des photos, mais je dois dire que j’aime bien, de plus avec tous les renseignements que tu donnes , c’est vraiment super. Bisous et bonne journée MTH

  5. en effet des batiments trés imposants
    moi la provinciale je ne connait pas du tout
    je n ai auxune idée si cela défigure ou pas
    mais j espére que c’est utile et fréquenté
    ( si je viens à PARIS j ai pas le temps de tout voir et il y à tant à faire …
    bonne journée Francine
    bise s

  6. Très intéressant article, en plus agrémenté de jolies photos de la Seine et de ses péniches et bâteaux. C’est un ouvrage important qui aurait dû être construit à un moment ou à un autre, vu le manque de place dans l’ancienne Bibliothèque nationale ; espérons qu’il résistera bien au temps qui passe.

  7. Bonjour Francine,
    un autre très beau reportage, tes photos sont superbes et illustrent bien le texte. Je reconnais que cette bibliothèque était nécessaire, mais je ne suis pas fan de son architecture, par contre son utilité est indéniable.
    Passe une bonne fin de semaine.

  8. Bonjour Francine,
    Ah, ça date et je n’en avais pas entendu parler, c’est quand même grandiose !!!
    il y avait t’ il besoin de ces 4 livres ? enfin, je ne suis pas à Paris pour tout savoir !!!!!!
    Bonne fin de journée, bises

  9. Bonjour,
    J’admire ton courage pour nous offrir des articles aussi bien faits et bien documentés alors que beaucoup sont en vacances
    Les chiffres que tu donnes sont impressionnants .
    Lors de l’élaboration de ce projet gigantesque , j’avais lu des articles mettant en garde contre le coût pharaonique de l’entretien d’une telle structure , de son précieux contenu et de ses 12000 m² de jardins .Il fallait pourtant bien faire quelque chose et je ne sais pas ce qu’il en est au final .
    Bonne soirée !

  10. Ce fut un projet de très grande envergure ! pas facile de défendre des projets nouveaux qui se veulent un peu particuliers !! belle fin de journée ! bises

  11. Bonjour Francine, j’aime beaucoup le site de cette bibliothèque au bord de la Seine. C’est superbe ainsi que la passerelle Simone de Beauvoir. Merci pour ce très beau billet. Ne connaissant pas Paris, j’apprécie beaucoup.
    Je te souhaite une belle fin de journée.
    Bisous

  12. Chaque période apporte des constructions de son époque, c’est une réalisation extraordinaire et il faut en effet qu’il y ait des endroits où l’on conserve les livres et la documentation, mémoire de l’humanité.
    Bravo pour tes belles photos et pour la façon dont tu rapproches les bâtiments, on a l’impression d’avancer et de voir de mieux en mieux. Et en plus on voit tous les côtés, c’est vraiment intéressant. Cela doit te demander beaucoup de temps et de déplacement !
    Bisous
    Am

  13. Merci pour toutes ces explications, c’est pas un endroit que je fréquenterais même si j’étais parisienne, je ne lis pas …… si, sur mon ordi ! lol !
    on ne peut pas dire que ce sont de belles constructions mais bon ….
    Bises, bonne soirée et bravo pour ce nouveau billet très intéressant, tu es une pro du reportage !

  14. bonjour, nous l’avons vue de loin…je suppose que ce doit être un vrai dédale, il faut y aller avec un but précis.
    Ceux qui habitent à côté et s’ils sont lecteurs doivent apprécier !!
    bisous

  15. A notre époque où l’on voit des musées et des oeuvres d’art détruites pour une question de religion ou un désaccord culturel, il me parait indispensable de conserver et de protéger des écrits et autres 😉
    Bise Francine (:-*

  16. Merci pour toutes ces infos. J’admire ces lieux et je me rappelle mon étonnement en descendant à la station de métro et en découvrant les tours, grandioses!
    Bises du soir de Mireille du Sablon

  17. Personnellement tu dois t’en douter je n’aime pas, mais je suis bien consciente de son utilité, et je reconnais qu’à Bercy ça ne choque pas trop !
    Très belle soirée, bisous !
    Cathy

  18. Coucou Francine,
    bah on ne plaira jamais à tout le monde, il y aura toujours quelqu’un pour critiquer. Mais il fat faire attention quand il pleut car le bois devient glissant. Je ne sais pas si ça a été revu.
    Moi j’aime bien, ça va bien avec le quartier.
    Sur ton com, c’est vrai qu’il y avait de quoi faire sa gym à domicile, et ce que tu as vu au RDC se répète aussi l’étage!
    Bon weekend et bisous.

  19. Coucou Francine,
    Je me suis régalée en regardant le feu d’artifice à la tour Eiffel ; magnifique ;
    la ville de Paris a encore les moyens d’en offrir un, rien a voir avec celui que j’ai vu chez moi , vas voir là ….
    http://www.dailymotion.com/playlist/x40jpo_Dailymotion_la-creme-de-la-creme-semaine-43/1?utm_source=newsletter&utm_medium=direct&utm_campaign=email_FR_weekly_17%2F07%2F2015#video=x2y381h
    Bon week-end encore chaud, bises

  20. Moi, je trouve que c’est un beau monument et bien utile. D’ailleurs on peut télécharger gratuitement des livres de la BNF sur Internet. Parfois, il faut trancher pour avancer et c’est sans doute ce qu’a fait Mitterrand, ce grand intellectuel, même si on peut lui faire par ailleurs, des reproches. Que nous laissera Hollande ? rien, je pense.
    Merci pour tes explications.
    Bon week-end

  21. Bonsoir Francine,
    Depuis quelque temps, je n’ai plus eu trop le temps de venir par chez toi et je dois dire que les petites escapades parisiennes me manquaient. Je découvre ce formidable bâtiment et surtout le trésor qu’il renferme. 14 millions de livres !! 385 km de rayonnage, c’est géant ! A donner le vertige. J’aimerais pouvoir y aller un jour. Merci de ce bel article, toujours riche d’informations et de belles photos. Bises et à bientôt 🙂

  22. A voir sur photos je trouve que ces bâtiments s’intègrent bien au paysage. Je ne sais pas si c’est cette bibliothèque parisienne, que vante ma nièce régulièrement, lieu où elle vient faire ses recherches pour ses études. Bises. FRANCOISE

  23. Bonjour Francine,
    L’avenir a démontré que François Mitterand avait vu juste. Le bibliothèque nationale reste à la pointe du progrès, même de nos jours!
    Bonne fin de weekend,
    Frans

  24. Bonjour francine
    pour moi ce fut un bon projet ,merci pour tes superbes photos
    Moins chaud mais la journée s’annonce ensoleillée
    Je te souhaite de passer un bon début de semaine
    gros bisous

  25. Formidable, encore un reportage de grande qualité pour son l’ensemble, texte et images.
    Merci de nous rappeler ainsi toute la jeune histoire de cette bibliothèque, voulu par la grâce d’un seul homme Francois Mitterand.

  26. C’est comme pour tout: on s’habitue et la passerelle est très réussie qui relie les deux rives… J’aime assez ce quartier finalement avec ses rives animées l’été, bonne semaine Francine, moins chaude que les précédentes, bises

  27. coucou francine
    ce sont bien les sources de la Seine que je montre ,l’Yonne prend sa source dans le haut Morvan et c’est lui qui apporte le plus de débit et c’est pour cette raison qu’il aurait dû être choisi
    gros bisous

    • oui, j’ai bien compris que ce sont les sources de la Seine que tu montres, étant parisienne, celà m’intéresse forcément, mais il paraît que ce n’est pas la Seine qui coule à Paris !!

  28. Bonjour , une reprise en douceur, après une belle semaine en compagnie de mes petites filles …Chaque président ou presque laisse après son passage un mémorial (plus ou moins important par la taille ) pour que l’on se souvienne d’eux….La température est redevenue acceptable , les grosses chaleurs sont terminées….Bientôt les vacances pour toi?…Bisous

  29. L’architecture urbaine doit etre de son temps! Et les réalisations à Paris sont d’une beautéépoustouflante!
    Venant àParis souvent je débarquais à la Gare de lyon et longeais en taxi les berges de la Seine. Jepeux dire que je l’aivue grandir cette très grandebibliothèque.
    Bises

  30. C’est la Seine qui est en vedette chez toi tout cet été! C’est bien car très rafraichissant vu la canicule qui n’a pas de fin… C’est devenu insupportable…
    Bravo pour tes belles photos
    Bonne nuit
    Bisous A bientôt

  31. Bonjour,
    Un petit coucou pendant ton absentéisme !
    il a fait chaud, même lourd aujourd’hui,
    nous avons parcouru 21 km ,
    Je te souhaite un bon mardi, bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à ma newsletter afin de vous tenir au courant des derniers articles publiés !