logo

Balade des îles, à la découverte de la biodiversité

La balade des îles : découverte du patrimoine naturel

Le thème dela balade des îles était, au fil de la Seine… de partir à la découverte de la biodiversité

 

LES TECHNIQUES DEVELOPPEES PAR ESPACES

La gestion différenciée

Sur les berges de Seine, les éco-cantonniers d’Espaces appliquent les principes de la gestion différenciée : méthodes d’entretien des espaces naturels urbains respectant les équilibres naturels et préservant la faune et la flore locale et les ressources naturelles (eau, air, sol). En pratique, il s’agit de proscrire les produits phytosanitaires, d’adapter l’entretien (fauche, taille…) en fonction des usages et des cycles de vie, de favoriser la biodiversité locale (limitation des espèces envahissantes, semis, plantation de haies…).

Sur la première photo,  on note le retour de plantes, au pied des bayeaux. Il y a trente ans, on n’aurait jamais vu ça. L’eau de la Seine est limpide. 

Le génie végétal

Le génie végétal regroupe un ensemble de techniques qui utilisent les capacités naturelles des végétaux afin de protéger les berges contre l’érosion, de les stabiliser et de les régénérer. De nombreuses techniques existent et le choix de celles à mettre en place dépend des caractéristiques physiques, botaniques, hydrologiques… du site et nécessite une étude fine de la berge. En 1998, une équipe d’éco-cantonniers a restauré une portion de berge sur l’Ile Saint- Germain. Ce fût le premier ouvrage de génie végétal sur la Seine.

La roselière

En 2001, une roselière a également fait l’objet d’une restauration sur le quai de Stalingrad à Boulogne-Billancourt. L’ouvrage a reçu le label « Merci, dit la planète » du Ministère de l’environnement pour récompenser le projet.

La roselière Billancourt

La roselière Billancourt

Espaces réalise également de nombreux autres ouvrages : la frayère sur le quai du 4 Septembre à Boulogne-Billancourt (photos ci-dessous) ou encore des restaurations sur le quai de Stalingrad à Issy-les-Moulineaux.

Les berges de Seine, des milieux pour la biodiversité

Les berges de cours d’eau sont de véritables écotones, zones qui délimitent deux milieux naturels (terrestre et aquatique), et accueillent une biodiversité très riche, typique des zones humides. La répartition naturelle des végétaux y est très bien orchestrée. On retrouve différentes strates végétales, réparties en fonction de leurs besoins en eau.

berges de Seine île St Germain

*Ici l’îlot, pointe de l’île Saint Germain, une réalisation d’Espaces, voir la carte en bas de l’article.

Les berges que l’on retrouve sur nos bords de Seine se situent dans un environnement urbanisé. Elles n’en accueillent pas moins une grande biodiversité : on y trouve de nombreuses espèces végétales et animales, terrestres et aquatiques.

La répartition des végétaux est différente : des espèces horticoles sont présentes et les dernières strates végétales ont été remplacées par différents aménagements (routes, immeubles, parcs…), où la nature s’installe progressivement.

En milieu urbain, les berges subissent des contraintes non négligeables (introduction d’espèces invasives, pollution, urbanisation…) mais des actions, dont l’association Espaces est un acteur majeur, sont réalisées au quotidien pour préserver les fonctions et les corridors écologiques, indispensables à la survie des végétaux et des animaux.

berges de Seine

Entretien des berges de Seine

Espaces entretient 15 km de berges (du pont d’Issy au pont de Puteaux) sur le chemin de halage. Depuis la création d’Espaces, un linéaire de 350 m de berges en génie végétal a été restauré.

Entretien du perré île de Monsieur :

Ile Monsieur

Située en aval du pont de Sèvres, l’île de Monsieur est entourée par les flots jusqu’au début du XIXe siècle, avant d’être rattachée à la rive par le comblement du petit bras de Seine, déjà trop obstrué pour la navigation. Plus de 400 espèces végétales inventoriées sur les berges et aux alentours, dont une dizaine protégées ou remarquables.

Les poissons dans la Seine

Dans les années 70, seulement 4 espèces de poissons étaient recensées. De nombreux efforts ont été réalisés et permettent de dénombrer aujourd’hui une trentaine d’espèces différentes.

Vous l’avez remarqué, l’eau de la Seine est propre et limpide. La qualité de l’eau de la Seine a changé et de nombreuses espèces sont de retour. « En quarante ans, j’ai vu la Seine changer de couleur et le milieu évoluer. La pollution organique a considérablement diminué. » Yves Decattoire, le Monsieur Pêche et Fleuve au Naturoscope de l’île de Puteaux. D’ailleurs, ce dernier a pêché en 2012 un salmo salar de 4 kilos environ à quelques encablures du pont de Puteaux.

« Ce saumon est un signe très encourageant. Ces espèces sont des marqueurs fiables de la qualité de l’eau ».

Présence d’alevins dans la Seine

Comme vous pouvez le remarquer, l’eau est claire et transparente. Le retour des alevins est très bon signe, d’autant plus qu’il ils sont au pied des bateaux accostés sur les quais de l’île Monsieur.

Berges de Seine

Chaque jour, des centaines de pêcheurs taquinent le poisson depuis les berges de la Seine. Mais la consommation des poissons capturés dans la Seine est interdite depuis trois ans. Certes l’eau est de meilleure qualité, mais les poissons sont impropres à la consommation, on croit nager en plein paradoxe. Pas tant que cela pour les experts du milieu. L’interdiction en vigueur est liée à d’autres polluants qui n’empêchent pas la vie de ces poissons.

Depuis trente-quarante ans, les eaux usées ne sont plus rejetées dans la Seine et filtrées. Avant, des quantités astronomiques de bactéries diverses finissaient dans le fleuve et consommaient l’air dans la Seine. Le milieu naturel mort empêchait la présence de la faune et de la flore aquatiques. Les retours des espèces de poissons ont convaincu Port de Paris de lancer un projet de frayère au port du Point-du-Jour, dans le XVIe arrondissement, un lieu de reproduction pour des poissons comme les chevaines, les barbeaux et autres loches.

PCB (Polychlorobiphényle), résidus de médicaments et autres polluants déversés dan la Seine pendant des années ont imprégné le fond de l’eau et continuent de contaminer le fleuve. Il faudra attendre encore des années avant de pouvoir manger les poissons pêchés en Seine.

Les espèces invasives sur les berges

Berges de Seine

*Ce mur se fissure sous l’effet de ces plantes invases. La maison qui se trouve au dessus est menacée, et il faut lui injecter sans arrêt du béton pour la consolider.

Sont considérées comme invasives les espèces exotiques introduites, naturalisées, et qui se répandent massivement en créant des dommages importants. Pour pallier cela, les éco-cantonniers gèrent au quotidien ces espèces (renouée du Japon, buddleia, laurier du Caucase, bambou…) afin de limiter et stopper leur développement (opérations d’arrachage, de dessouchage, de coupe…). On trouve également des espèces horticoles sur nos berges (comme le thuya et le pyracantha) qui ne sont pas des espèces adaptées : elles ne permettent pas le maintien des berges et ne favorisent pas le développement de la biodiversité. En lien avec les habitants fluviaux, Espaces travaille sur leur remplacement par des espèces locales.

Berges de Seine

Le saviez-vous ?

Selon l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature), les espèces introduites envahissantes constituent la 3e cause de perte de la biodiversité dans le monde. Elles sont impliquées dans 50% de toutes les extinctions depuis 400 ans !

Les berges gérées dans le cadre de chantiers d’insertion

En moyenne 0,5 m3 de déchets sont ramassés par kilomètre de berge et par semaine. Depuis 1995, plusieurs équipes d’éco-cantonniers assurent l’entretien et la restauration des berges des limites de Paris à Puteaux, dans le cadre de chantiers d’insertion pour des personnes en situation de précarité et d’exclusion. Ce sont près de 1000 éco-cantonniers qui ont participé à l’entretien et à l’aménagement de ces berges.

berges de Seine île St Germain

*Ici, les berges de Seine au niveau de l’île Saint Germain

Durant leur parcours à Espaces, les éco-cantonniers bénéficient d’une formation aux métiers d’entretien des milieux naturels et acquièrent ainsi un savoir-faire pouvant leur permettre de retrouver un emploi. Ils sont formés aux techniques de maintien des berges par génie végétal et à la gestion de la végétation herbacée et des boisements : fauche de surfaces en herbe, semis, taille d’arbustes, suppression d’arbres morts, lutte contre les espèces invasives… Ils sont également formés à la gestion des déchets : ramassage et tri des déchets, prévention et enlèvement de dépôts sauvages, compostage et broyage des déchets végétaux…

 Parcours écologique

Lors de la balade des îles, nous avons eu la chance de voir un martin pêcheur, au niveau de l’île Seguin, signe incontestable de la bonne santé des rives de Seine. 

Sources : sur site, et le parisien

60 commentaires pour “Balade des îles, à la découverte de la biodiversité”

  1. les rives agissent donc un peu comme un lagunage.
    Il était temps qu’ on se préoccupe de la bio-diversité, et on commence à en récolter les bienfaits !
    Et il est bien agréable d’ emprunter le lé, bordé par des arbres et des plantes aquatiques .
    Quand à la faune, il est bien agréable d’ observer libellules et agrions, martin-pêcheurs et cormorans, tout comme les aigrettes et les hérons.
    J’ aimerais que la Sambre soit aussi propre que la Seine !
    Merci pour ce superbes photos !
    Bonne journée
    Bisous

  2. Eh oui c’est bon signe, l’eau s’entretient aussi… Un martin-pêcheur, chouette ça… ah si invasive, bref pas simple d’être en équilibre partout… merci, bises

  3. Bonjour Francine
    On devrait mettre les prisonniers à nettoyer tout ça, si les berges étaient mieux entretenues aussi bien sur la seine qu’ailleurs il y aurait surement moins d’inondations
    Je te souhaite une bonne journée, bisous

  4. bonjour Francine, alors tu as vu mes oiseaux, j’ai eu du mal pour les prendre !! surtout le colibri qui ne reste pas en place
    la nature n’a pas besoin de l’homme, elle s’en passerait bien volontiers !!! par chez nous aussi, dans les collines , après les incendies, la végétation reprend petit à petit !!
    bonne journée, pour nous ce sera foire de Marseille

  5. Tu devrais faire des documentaires, tes sujets sont tellement fouillés et complets !
    Je trouve que toutes ces initiatives depuis quelques années sont judicieuses et portent leurs fruits partout.
    En suivant l’animateur près de l’Adour dont je parle dans mon article du jour, on a également parlé de ces sujets et notamment des plantes exotiques invasives présentes également sur les berges !
    Très bonne journée et encore merci et bravo.

  6. Bonjour francine
    j’ai appris beaucoup de choses avec ton article ,très belles photos
    L’automne est arrivée, mais la journée s ‘annonce ensoleillée
    Je te souhaite de passer un bonne journée
    gros bisous

  7. Eco-cantonnier et génie végétal… Ce sont des termes que j’aime beaucoup…
    Petit à petit, l’Homme se rend compte qu’il n’est rien et que depuis des décennies il détruit la Nature…
    Enfin un juste retour des choses et on commence à se dire qu’il serait temps d’arrêter le massacre. Ces nouveaux métiers sont honorables et devraient être encore plus mis en avant car ces hommes et ces femmes oeuvrent pour assurer la transmission à nos générations future d’un environnement de vie “propre” ou presque…
    Je m’interrogeais sur la présence des polluants sur l’Ile Seguin mais à la lecture de ton article, on se rend compte que la pollution est partout et que même nos rejets de médicaments peuvent dégrader nos eaux fluviales…
    La végétation peut nous aider en filtrant nos rejets mais ces méthodes ont aussi leurs limites…
    il faut donner un petit coup de pouce à la Nature sinon elle nous le fera payer très cher à terme…
    Bravo pour cet article si détaillé…
    Belle journée à toi.

  8. Il était temps qu’on se préoccupe de l’environnement. Il était temps qu’on reconnaisse aussi l’impact de la végétation naturelle sur l’équilibre de la nature.
    C’est un bel exemple qu’il faut savoir reproduire partout où cela est nécessaire.
    Bien bel article Francine, qui donne vraiment à réfléchir.
    Belle journée encore avec le soleil. Grosses bises et caresses aux minous.

  9. Bonjour Francine une page très interessante a lire, je savais la seine polluée mais pas a ce point,
    aussi ce renouveau ne peut être que bénéfique.
    merci pour tes photos et explications.
    bon jeudi bisous monique

  10. Bonjour ,
    Merci pour ce bel article sur la préservation – et la résurrection parfois – de la biodiversité sur les berges de la seine .Quelle entreprise passionnante !
    Bonne journée et à demain !

  11. tu sais mes balades sur l’oise remontent à plus de 30 ans ..hihi donc les rives ont dû changer comme les pensionnaires de ces rives ..

    c’est joli un martin pêcheur ..roo bisouss à toi

  12. Bonjour Francine que de découvertes avec tes billets, et toujours sublimées par de belles photos Merci j’aime beaucoup bisous et bonne journée MTH

  13. Un fort bel article qui fait la nique à tous les ronchons passant leur temps à dire que Paris et la Seine sont des cloaques! Il y a belle lurette que la biodiversité est une préoccupation en Ile de France. L’eau est vraiment belle à de nombreux endroits et la vie se fraye plus que jamais un chemin, c’est une bonne nouvelle dans un monde en crise où la négativité fait loi…
    Je te souhaite une bonne après-midi, gros bisous.
    Cendrine

  14. Merci pour tes belles photos
    j’aime beaucoup ces promenades au fil de l’eau, c’est si paisible
    et il y a plein de choses que je ne savais pas !
    bisous
    Am

  15. J’ai vu ton petit mot. A mon avis on ne remangera pas de sitôt du poisson venant de la Seine ni d’aucune autre rivière de France et d’ailleurs sans s’exposer à de gros risques à cause des PCB mais la vie se fraye un chemin comme je te l’écrivais et ça c’est positif. De plus, beaucoup de gens sont persuadés que la province est saine et que Paris et l’Ile de France sont un vrai cloaque, c’est faux, les rivières de France sont pleines de PCB, les abeilles meurent dans les grands champs de cultures non diversifiées et les nappes phréatiques sont polluées en de nombreux endroits comme chez ma meilleure amie qui vit pourtant dans un petit village de Gironde. Alors vive les poissons de la Seine non comestibles mais qui frayent joyeusement!
    Belle fin de journée, gros bisous
    Cendrine

  16. Merci Francine pour ton billet riche en explications et tes très belles photos. De plus, tu as eu la chance de voir un martin-pêcheur 😉
    Belle soirée
    Bisous

  17. Bonjour Francine
    C’est agréable de savoir qu’il y a des endroits de la Seine à Paris qui ne sont pas trop pollués. Bonne fin de journée.

  18. ..je comprends mieux toute cette verdure, cette broussaille…. même si les murs cèdent…la nature nous protège, il ne faut pas l’oublier!
    Bises du soir de Mireille du sablon

  19. Bonjour Francine,
    Que l’eau est limpide, j’imagine que ce n’est pas venu comme cela !! la nature est splendide et la faune aussi
    ; bonne fin de journée gros bisous Rozy

  20. Bonsoir Francine,
    toujours très intéressant de lire tes articles, les informations sont complètes et les photos magnifiques.
    C’est superbe que l’eau redevienne claire, malheureusement il y a encore beaucoup de produits mauvais pour nous, on se détruit à petit feu.
    Merci pour cet excellent article.
    Passe une bonne soirée.

  21. On a tellement entendu parler de la pollution de la seine , il était tant que celà change .
    La végétations est fort utile a condition de savoir la gérer , surtout ces plantes invasives .
    Très bel article Francine .
    Je te souhaite une belle soirée
    Bizz

  22. tres bel article francine sur ces berges de seine tres bien documente! merci je passe tardivement quelques prtits soucis mont tenus loin des blogs je reprends le cour de mes lecture, quel dommage que nous nayons une piscine sur la seine bonne soiree

  23. Bonsoir
    j adore les berges de riviere , je sais que c est tres fragile
    et ton article est super ,
    la seine est vraiment un beau fleuve
    merci pour ton article
    bises
    kénavo

  24. bonsoir Francine .. c’est vraiment un article très complet et superbement illustré … j’ai bien aimé la carte et les photos des berges envahies de roselières … je trouve cela terriblement romantique …
    bonne soirée et merci pour ton com … oui, il y a beaucoup de jolis petits villages en Lubéron et dans chacun, je découvre un détail qui m’intrigue, m’étonne et me ravit …
    bonne soirée – bisous

  25. Bonsoir ,c’est bien si la Seine est moins polluée,et qu’il y est des poissons,de la vie,des oiseaux.c’est bien qu’il y est des plantes ,et de limiter la prolifération de celles qui sont envahissantes. chez nous certaines rivières sont envahies par la Jussie, et d’autres par endroit ne sont pas nettoyées,et polluées par les les pesticides ,quand elles ne sont pas pompées pour arroser le mais…donc la faune et la flore s’en trouve perturbées.
    bonne soirée.bises.

  26. Et bien c’est une excellente nouvelle, comme quoi quand on veut … on peut ! Dans un autre registre, il paraît que les abeilles se plaisent beaucoup à Paris !
    Belle soirée, bisous !
    Cathy

  27. Bsr Francine
    On y pense pas , mais c’est finalement in sacré boulot l’entretien des berges !! de beaux projets écologiques et finalement le poisson reviens , c’st donc bon signe pour la qualité des eaux ! Beau sujet et bravo pour la collecte des informations ! Bonne fin de soirée Biz

  28. Bonjour Francine,

    C’est fabuleux que l’on voit des poissons dans la Seine et que l’eau soit si clair.

    Les occupants de la maison construite près de la berge devront bientôt déménagés car rien n’arrête l’eau. J’ai vu ça en Irlande su Sud.
    Intéressant sujet comme toujours Bravo !
    Bonne soirée
    N

  29. Bonsoir Francine,
    Je rentre d’une journée à l’Ile d’Aix, temps magnifique et balade à vélo, c’est plat…. heureusement !!!! lol
    Oui, en effet quand je vois ta photo avec les p’tits poissons dans la Seine, une eau limpide,
    là, les poissons dans les douves qui ne doivent pas être nettoyées, ou peu souvent, les poissons s’y sentent bien, tu as vu la grosseur ?
    Oui, il faut protéger la nature, mais l’entretenir aussi ……. il ne faut pas la laisser envahir .
    Bonne soirée, bises, Roguidine

  30. Bonne nuit Francine,
    quelles jolies et romantiques photos de ces berges tu nous offres là. Paris et un peu au delà en verdure, presque en campagne.
    C’est serein paisible c’est bien agréable. C’est bien d’avoir mis la carte en dessous car j’avais du mal à situer encore toutes ces petites villes par rapport à la Seine.
    C’est bien d’avoir maintenu ces roselières (pas comme le maire e chez nous qui met autour de la SKF,(usine suédoise de roulements à billes) pour dissimuler un peu, mais le terrain est archi-sec donc il faut arroser!!!!!
    Merci pour mes fleurs, si j’ai encore des roses trémières c’est que j’ai utiliser des granulés à escargots/limaces; car à la fin du printemps toutes les feuilles éteint bouffées par les petites limaces noires. Et elles ont mangé entièrement mon orchidée singe. J’ai du mal à m’en remettre surtout que sur le bord d’un champs il y en avait une autre, mais seule, donc je n’ai pas osé prendre et plus tard j’ai vu qu’ils avaient tout ratiboisé! Maintenant je fais de la conservation et je sauve les plantes!
    Bon vendredi et bisous.

  31. quel bel article!! Il ya surement plus de conscience aujourd’hui sur l’environnement….et Paris répond “Présente”!!
    Un exemple à suivre….mais ici en Italie…..mamma mia!!
    Bises

  32. coucou Francine
    je ne pensais pas que l’eau de la Seine était si propre que ça. Ils ont fait des progrès dans la matière !
    par contre ce qui me choque c’est le nombre de déchets repêchés au kilomètre !! c’est énorme !
    Que les gens sont dégoûtants et irrespectueux de la nature ! on devrait punir plus sévèrement ce genre de comportement
    Le soleil va de nouveau briller mais sans doute une des dernières belles journées, donc il faut en profiter
    bon vendredi
    bisous

  33. Bonjour Francine
    C’est vrai quand même qu’un immeuble de 15 étages ça fait moins moche lorsque c’est vu de la Seine caché par les arbres qui bordent l’eau. Les voyages sur l’eau nous font découvrir une foule de choses ignorées pour ceux qui empruntent les routes, et puis tu as le temps de voir.
    Tu as fait de belles découvertes et tes photos sont magnifique, pour ma part j’adore.
    Ici temps pas trop mal à cette heure, pourvu que ça ne change pas !
    J’espère que tu vas bien
    Je te souhaite un très agréable vendredi
    Bisous
    @lain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à ma newsletter afin de vous tenir au courant des derniers articles publiés !