logo

Arcueil Anis Gras (2)

Anis Gras

56 avenue Laplace

Arcueil Val de Marne

Journées du Patrimoine : ouverture exceptionnelle du site 

Aujourd’hui, à part les murs, plus rien ne subsiste de la fabrique. Les lieux sont désormais investis par des artistes : théâtre, cinéma, spectacles y sont donnés. L’ancienne orangerie sert pour des expositions.
Un temps menacée par l’extension de la Vache noire, le site est fort heureusement sauvé, ainsi que le patrimoine bâti.
Souvent, ces anciens sites industriels, menacés de devenir des friches, ont trouvé une excellente reconversion. Il accueillent des ateliers d’artistes qui profitent des lieux pour exprimer toute leur créativité dans des lieux rachetés par les communes.

Avant que les frères Gras s’installent dans ces locaux, Emile Raspail y avait fabriqué  sa liqueur digestive”.

Les Raspail, une famille illustre

La famille Raspail est indissociable de l’histoire de la ville d’Arcueil.  Le père, François-Vincent Raspail, a laissé son nom au boulevard parisien. Au milieu du 19e siècle, c’est un Républicain célèbre ; député, il est notamment le candidat socialiste lors de la présidentielle de 1848, qu’il perd très largement contre Louis Napoléon Bonaparte.

Son fils Benjamin a également été élu député à plusieurs reprises. Il a vécu à Cachan à partir de 1863, dans la grande demeure située à l’intérieur du parc. Il a fait un leg considérable au département de la Seine, permettant la création du parc et d’un hospice.

Anis Gras Arcueil

Emile Raspail, pour sa part, est avant tout un homme d’affaire. Il est né le 7 mai 1831 à Paris, il était ingénieur des Arts et Manufactures. Il fonde à Arcueil la distillerie bien connue sous le nom d’Anis Gras.

Conseiller municipal à partir de 1870, il est élu maire en 1878 et le demeure jusqu’à sa mort, en 1887. Son mandat marque profondément la ville, en particulier par l’importance de ses réalisations, qu’Emile finance parfois sur ses fonds personnels.

La mandature Raspail
« En neuf ans, Raspail fait installer un marché à côté de l’Eglise (place de la République, sur l’emplacement du cimetière primitif d’Arcueil), crée des égouts, un nouveau cimetière rue du Moulin de la Roche (le cimetière que nous appelons aujourd’hui « ancien », rue de la division Leclerc), fait remblayer un bras mort de la Bièvre situé près de la rue de Lardenay. Il finance lui-même pour 20 000 francs un « asile laïque du premier âge » situé à l’emplacement actuel de la cité HLM Raspail.

Il s’agit bien de la première crèche d’Arcueil, à deux pas de l’actuelle crèche Berthollet, mais Emile Raspail refuse ce terme auquel il trouve une connotation religieuse trop prononcée. En 1880, il fait installer le bureau de Poste décentralisé et la Caisse d’Epargne au 19, Grande rue, dans le bâtiment où se trouve déjà depuis 1875 le télégraphe). »
Il a également construit des écoles maternelles, fait agrandir des écoles élémentaires, installé un musée dans une partie de l’école Laplace (largement désaffectée depuis que le quartier d’Arcueil situé de l’autre côté de la N20 a été transféré à Montrouge en 1875), instauré l’école à mi-temps pour les travailleurs mineurs.

Anis Gras Arcueil

En 1886 est inaugurée près de l’Eglise la plus connue de ses réalisations ; la nouvelle mairie dessinée en 1883 par l’architecte Ulysse Gravigny. Emile Raspail a apporté à la ville des changements considérables pour l’époque, dont ceux liés à l’activité de sa distillerie. Il a fait construire sa maison à côté de sa distillerie Anis Gras.

Anis Gras
Dans les années 1840, François Vincent Raspail, qui était biologiste et « médecin des pauvres », avait élaboré une liqueur curative à base de camphre.  Son fils Emile fonde en 1858 une société pour exploiter cette « liqueur digestive ». Au départ l’usine est installée à Paris, rue tu Temple. Emile la transfère à Arcueil, à côté de sa nouvelle maison.

L’usine d’Arcueil occupe au départ 1920 m².  « Il est possible que ces bâtiments aient été conçus par Ulysse Gravigny, l’architecte qui dessinera en 1883 les plans de la mairie (aujourd’hui centre culturel Erik Satie). La date exacte de construction de l’usine est débattue, mais le pavillon d’entrée et l’orangerie seraient d’une vingtaine d’années plus anciens que le reste ».

Anis Gras Arcueil

La famille Raspail poursuit l’activité d’Emile à sa mort en 1887. L’état des communes à la fin du XIXe siècle  relate qu’au début du 20e siècle, la fabrique emploie 60 ouvriers sur 4000 m².

Au milieu du 20e siècle, les établissements Evren Lucas Bols acquièrent les locaux où ils continuent à produire des liqueurs « hygiéniques ». En 1963, ce sont les frères Gras qui s’y installent et commercialisent l’anisette connue sous le nom d’Anis Gras.

La mairie rachète les bâtiments en 1981, alors que la production d’Anis Gras a cessé. Restaurée, la friche industrielle est depuis 2005 le « lieu de l’autre », un espace culturel ouvert au public et géré par une association».

Anis Gras Arcueil

Sources : http://www.arcueilhistoire.fr/

 

29 commentaires pour “Arcueil Anis Gras (2)”

  1. bonjour
    ce sont de trés beaux batiments
    j espére qu ils seront conservés en l état
    merci pour ces photos trés intéressantes
    bises
    bonne journée pour toi

  2. Jolie la marquise. Il risque en effet de faire vilain temps sur les dahlias vu le vent que nous avons eu hier. La pluie ajoutera des perles aux fleurs. Bonne soirée. Bisous. Yves PS nous avons également vu l’écureuil. Fidèle au poste.

  3. Bonjour Francine
    joli batiment très clair tes photo
    11 sur 17, chez ma belle mère, elle c’est 21 sur 28, c’est de tout tout petit building pour canton, les grand tourne autour des 400 mètres
    Je te souhaite un très bon mercredi
    Nos amitiés bises de nous trois
    Qing&Sam&René

  4. Coucou, je suis désolé de ne pas pouvoir passer quotidiennement mais avec l’organisation des travaux de la maison, c’est un peu compliqué. Je te souhaite un bon mardi malgré le vent et la pluie qui persiste. C’est un bâtiment magnifique, merci du partage. Bises.

  5. coucou Francine – j’adore la photo de la “verrière” … elle est fantastique et l’angle de prise de vue … tiens ..; en un mot me voilà JALOUSE de toçn talent !!! MDR LOL je plaisante ..(voilà bien un sentiment que j’ignore !! ) mais vraiment cette photo ..; je craqueeeeeeeeeeee
    J’aime beaucoup aussi la photo des fenêtres en pigeonnier .. on dit “des chiens assis” non ???
    Vraiment enfin, cette famille de génération en génération est née “coiffée” comme on dit .. quel parcours !!!
    bisous et bonne nuit – Félix et titi vont bien ??

  6. Hello Francine
    Arcueil me dit quelque chose ? quand je travaillais à Tolbiac , je crois que c’etait d’ici que venait toutes nos fournitures pour la poste … ce sont de beaux batiments..
    bisous
    pat

  7. Une très belle histoire pour ce beau patrimoine ,tu as eu l’oeil pour les photos , la verrière une splendeur..je vais voir la vache noire …bon après midi , bisous

  8. Merci pour partager cette info! Apres acheter un bros d’eau avec logo Anis Gras (blanc/bleu) en Provence, je suis curieus d’orgine d’Anis Gras. Vous me le Donne, avec des photos merveilleuses. Bob, Pays Bas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à ma newsletter afin de vous tenir au courant des derniers articles publiés !