logo

Archives nationales de Paris Hôtel de Soubise (1)

Hôtel de Soubise Archives nationales de Paris

60 rue des Archives Paris 4ème

Le site de Paris conserves les archives des Institutions de l’Ancien Régime et celles postérieures à la Révolution françaises (archives ministérielles, fonds de la présidence de la République, des assemblées parlementaires ainsi que les minutes des notaires parisiens et des archives privées.  

Le site des Archives nationales est très vaste, il forme un vaste quadrilatère délimité par les rues des Francs-Bourgeois, des Archives, des Quatre Fils, et le rue Vieille du Temple .Il comporte les Grands Dépôts, l’Hôtel de Rohan, le Caran (centre de recherche), les hôtels d’Assy, de Breteuil, de Fontenay et de Jaucourt. Sans oublier l’ancien hôtel de Clisson, dont il ne reste que le portail.

 Première photo, le portail rescapé de l’hôtel de Clisson, archives nationales

L’Hôtel de Soubise
Olivier de Clisson a succédé à  Bertrand du Guesclin,  connétable de France. Olivier de Clisson avait sa demeure à l’emplacement de l’actuel hôtel de Soubise dès 1371. Il ne reste de cette demeure, construite à l’extérieur de l’enceinte de Philippe-Auguste, que le portail fortifié avec ses deux tourelles, donnant sur la rue des Archives, seul vestige de l’architecture civile fortifiée du XIVe siècle à Paris.

  Hôtel de Clisson

*Une des deux tourelles de l’hôtel Clisson.

En 1553, François de Lorraine, duc de Guise, et sa femme, Anne d’Este, acquièrent l’hôtel particulier.La puissante famille de Guise va demander à l’architecte Gabriel Soulignac d’effectuer d’importants travaux.Le Primatice (peintre, architecte et sculpteur italien de la Renaissance tardive) va bâtir une nouvelle chapelle, décorée de fresques peintes par Nicolo dell’Abate.

Hôtel de Soubise

*On apercoit sur la gauche de l’hôtel de Soubise, les deux tourelles del’hôtel Clisson.

Lhôtel de Guise fut le théâtre d’événements marquants de l’Histoire de France. C’est dans ces lieux que fut décidé le massacre de la Saint-Barthélémy en 1572.C’est ici que débuta la célèbre journée des barricades qui, en 1588, obligea le roi Henri III à fuir Paris.

Dans la seconde moitié du XVIIe siècle, Marie de Guise, dite Mademoiselle de Guise, dernière descendante du nom,fit embellir l’hôtel et ses jardins. Ils deviennent  le théâtre d’une brillante cour où se côtoyaient en habitués Corneille, Tristan Lhermitte, ou le compositeur Marc-Antoine Charpentier.

Hôtel de Soubise

*Ici, la cour d’honneur de l’hôtel de Soubise ouvre sur le rue des Francs-Bourgeois. 

En mars 1700, François de Rohan-Soubise et sa femme, Anne de Rohan-Chabot, achètent l’hôtel. Ils confient au jeune architecte jeune Pierre-Alexis Delamair, le soin de le remettre au goût du jour. Il décide de changer l’orientation de la façade principale et organise une cour d’honneur ornée d’une colonnade ouvrant par une demi-lune sur la rue des Francs-Bourgeois.

Hôtel de Rohan

*L’hôtel de Rohan, qui était en travaux en 2011, et qui l’est toujours. Le site est encore en travaux, il est réaménagé.

Dans le même temps, le fils des Rohan Soubise, le futur cardinal de Rohan, le charge de construire l’hôtel de Rohan-Strasbourg, dont la façade monumentale se dresse sur les jardins communs aux deux hôtels.

http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/chan/chan/musee/musee-historique.html

 

Photos prises à des périodes différentes, le 3 juillet 2011 et le 11 janvier 2013  

 

 

25 commentaires pour “Archives nationales de Paris Hôtel de Soubise (1)”

  1. Coucou, très bel ouvrage que cet hôtel de Soubise. Moi qui ne fréquente que les Formule 1. J’ai bien connu la vieille du temple et ses quatre fils, et si tu regardes dans tes archives tu y trouveras un bourgeois franc en Guise de duc ;O)

  2. Bonjour Francine,
    Ce lieu est en effet d’exception où l’Histoire s’est écrite .
    Ta recherche historique est exemplaire et tes photos accompagnant tes textes sont tout aussi remarquables .
    J’ai lu que tu étais seule dans le salon de la Princesse de l’Hôtel de Soubise .Se retrouver “en tête à tête” avec de telles merveilles est une aubaine dont tu as profité pleinement .
    Quand je me trouve dans des endroits chargés d’histoire, certains plus que d’autres d’ailleurs, je ne peux m’empêcher de voyager à travers le temps si j’ose m’exprimer ainsi. J’en oublierai presque le présent .Je me laisse transporter par cet héritage culturel .
    En te lisant, j’ai la même sensation et je t’en remercie .
    Belle journée .
    Bisous.

  3. Tu as de la chance je peux ouvrir ton blog! car j’ai beaucoup de mal! mais bon la galere est fini car j’ai mon ordi à 15h30!
    Tu as un sacré chic pour tes photos moi je dis BRAVO!
    Bonne semaine et gros bisous

  4. bonjour,hélas tu avais raison pour les photos impossible de faire une photo…dommage , car il y avait des tableaux et des robes superbes..il y avait aussi beaucoup de monde, trop a mon avis , car pas le temps nécessaire pour bien apprécier..Nous avons déjeuner ( un brunch)sur une péniche à quai à proximité du palais d’Orsay…excellent et pas cher…j’ai des problèmes pour mettre des photos sur mon blog, je ne peux plus arriver sur mes photos….mystère…bisous.

  5. des monument splendides et chargés dhistoires
    ils ont résistés aux siécles et j’espére le feront encore
    je pense que pour les voir il faut ce jour la programmer l’ envie de passer devant
    a paris il y à tant de choses à voir
    mais encore merci de nous faire visiter cela
    bonne journée Francine

  6. Hello Francine
    Encore une belle decouverte culturelle et historique. Magnifique ! Heureusement que les barbares de la republique n’ont pas tout brulé et saccagé !
    bisous
    pat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à ma newsletter afin de vous tenir au courant des derniers articles publiés !