logo

Albert Kahn, musée et jardin départementaux Le Jardin Japonais

Jardins Albert Kahn

Boulogne Billancourt Hauts de Seine 92

10-14 rue du Port

Jardin Japonais Tradition et modernité

Première photo Rizière en terrasse

La tradition se retrouve dans les éléments de la  composition du jardin : l’évocation des montagnes, des cours d’eau, des cascades et des rizières en terrasses reproduisent un paysage japonais. Les végétaux ont été choisis pour les qualités de leur feuillage : les conifères au feuillage sombre absorbent la lumière tandis que les bambous au feuillage clair la réfléchissent. 

À l’est, le mont Fuji (la plus haute montagne du Japon), est symbolisé par su une butte d’azalées, surplombe le bassin.

Jardins Albert Kahn 

Les bordures des cascades sont composées de rhododendrons et d’azalées d’origine japonaise. “Partout, des camélias, des érables verts ou pourpres, des pins et des cyprès nains longent un chemin de tuiles (iraka).

Jardins Albert Kahn

*Lanterne et pleine floraison des camélias, azalées

Un champ de prunus (cerisiers à fleurs d’origine japonaise) s’étend à l’ouest du jardin. Leurs bouquets, denses et abondants, apportent une floraison éphémère mais spectaculaire au printemps.” Les pierres plates – ou « pas japonais » – rythment la promenade. Les plus larges proposent une halte et un point de vue sur le jardin.

Jardins Albert Kahn

“La modernité s’impose dans la manière de Takano d’utiliser les formes et les matériaux pour évoquer la tradition.

Des sculptures en tuile japonaise (couleur gris métal) figurent la mer, le vent et les nuages ; des billes de couleur ornent le chemin et interpellent de manière amusante le regard du visiteur durant sa promenade ; des éclats de faïence aux teintes des drapeaux japonais et français symbolisent les liens entre les deux pays amorcés par Albert Kahn au XIXe siècle et poursuivis par le département des Hauts-de-Seine de nos jours.”
Des tilleuls, marronniers et hêtres cohabitent avec des essences typiques du Japon telles qu’érables palmés, andromèdes, azalées …

Jardins Albert Kahn

*Fleurs de cerisiers.

L’âme du paysage
Les Japonais entretiennent un rapport intime avec la nature, avec une sensibilité toute particulière.
La contemplation de l’exquise, mais fugace floraison des cerisiers, de l’incandescence des feuilles d’érable vouées à la chute, amènent au “mono no aware”, un sentiment d’admiration mêlée de poignante mélancolie. L’instant le plus attendu n’est pas la plénitude de l’épanouissement, mais celui plus émouvant où les pétales commencent juste à tomber.

Lié au concept boudhique d’impermanence, et associé au zen, le mono no aware est devenu un leitmotif de l’esthétique japonaise, mais sans exclure d’autres sensibilités. La promenade est un véritable fait social et quand, à l’ère Meiji (1868-1912) le contrôle des déplacements s’assouplit, un engouement des voyages d’agrément s’empare du pays. Auparavant les shôguns Tokugawa limitaient si bien la circulation qu’un des rares moyens de voyager était de constituer des kô religieux, confréries organisant des pèlerinages vers des sites sacrés, comme le mont Fugi.

L’instant le plus attendu n’est pas la plénitude de l’épanouissement, mais celui plus émouvant où les pétales commencent juste à tomber. La charge émotionnelle véhiculée par la beauté ou les particularités d’un paysage suffit à la sacraliser : les aux bouillonnantes d’un torrent, les rochers d’un chapelet d’îles, le sommet enneigé d’un volcan sont ressentis comme les signes de la vie invisibles de multitudes d’esprits que la religion shintô nomme kamis.
La contemplation de l’incandescence des feuilles d’érable vouées à la chute amène au mono no aware.
Lorsque les paysages sont aménagés par l’homme, les constructions traditionnelles respectent leur harmonie intrinsèque : une volée de marches ressemble à un sentier en montagne. Un alignement de sculptures boudhiques épouse la courbe d’un chemin. Le reflet d’un pont sur le lac se fondant un paysage arboré. Un sanctuaire souligne avec simplicité la beauté et la pureté de son cadre…
L’art des jardins procède d’un même souci constant d’harmonie entre l’âme humaine et l’âme du paysage.
Sources : sur site

 Sources : http://www.albert-kahn.fr/

29 commentaires pour “Albert Kahn, musée et jardin départementaux Le Jardin Japonais”

  1. vers ces jardins japonais,il y a une plus grande sensation de paix,j’aime me retrouver vers ce style de jardin où on entend aussi les sources

    passe d’agréables moments et bisous

  2. Il est trop beau! j’adore les jardins japonais, je suis fan, d’ailleurs cet après midi j’ai réaménagé mon coin japonais.

    Coucou étoilé du dimanche en te souhaitant joyeuses Pâques
    **bise**

  3. je viens découvrir ton blog et je vois de superbes photos, bravo
    a part quelques gouttes la nuit dernière, il n’a pas toujours pas plu et la semaine s’annonce chaude…..
    sans oublier le *, je te souhaite un très bon début de semaine

  4. Un jardin exceptionnel dont on ne se lasse pas et qui est à découvrir tout au long de l’année.

    La bonne idée est d’y amener les scolaires dans le cadre de l’histoire des arts, car les parcs et jardins en font partie.

    Bravo pour ces belles photos !

  5. Magnifique ce jardin. Je ne le connaissais pas mais il est vrai que ce n’est pas un coin de Paris et de banlieue où je vais habituellement. 

    Je trouve un peu le temps de passer sur les blogs, en ce moment, je suis un peu débordée. Bonne semaine. Il faudra que l’on arrive à se faire cette promenade dans Paris maintenant que les beaux jours sont revenus. Bises

  6. Un superbe endroit mis en valeur grâce à tes belles photos ! Bravo ! Passes une bonne semaine et @+ Amicalement. Patrick.

  7. c’est vrai qu’onse croirait au Japon où j’ai vu de tels jardins
    les photos sont magnifiques, avec ces reflets dans l’eau;
    merci pour ce cadeau
    bisous et belle journée, Francine

  8. Belle promenade en effet. Je reviens du jardin tropical de Vincennes. Très dépaysant mais moins bien entretenu que ton jardin japonais. C’est triste de voir un tel endroit envahi par les mauvaises herbes et de voir les monuments tomber en ruines. Je mettrai des photos prochainement dans mon blog et tu pourras juger par toi-même à moins que tu ne connaisses déjà.

  9. Bonjour Francine, on s’y complaint dans ce jardin !
    Les garçons avec Mister r, ont fabriqué des arcs
    et des flèches , la foret recèle de trésors …
    Passe un super mardi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à ma newsletter afin de vous tenir au courant des derniers articles publiés !