logo

Ahlala Daniel Hourdé Paris

Daniel Hourde

AHLALA

Daniel Hourdé, entre académisme et dérision: ahlala, désillusion totale   Deux corps masculins nus, nerveux, presque écorchés, dans une pose dynamique, encadrent la statue très classique de…Condorcet. Quai Conti, à deux pas de l’Institut de France, l’installation provisoire de sculptures en bronze de Daniel Hourdé attire le regard par d’éclatantes lettres rouges qui se détachent sur le ciel.

Cet été, deux statues étranges encadrent la très classique statue de Condorcet, et des lettres rouges se détachent sur fond de ciel bleu parisien, formant le mot « ahlala ». Cette sculpture de de Daniel Hourdé, 1995, entoure la statue de Condorcet, quai Conti à Paris .

Deux corps masculins nus, torturés, presque écorchés, dans un geste nerveux, tendent le bras vers la statue de Condorcet, comme s’ils voulaient l’atteindre en un geste désespéré.

Daniel Hourde

D’une main qui semble désinvolte ils soutiennent des lettres rouges formant le mot ahlala, conférant à la sculpture une certaine dérision.

Daniel Hourde 

Ces hommes torturés semblent porter sur leur dos, comme un fardeau, ces lettres rouges. Ici, pas de glorification d’un homme illustre comme Condorcet, ou de représenter des vertus civiques ou des allégories comme la République non loin.

« Le mélange d’art pop et de classicisme, l’utilisation d’une expression triviale, nous font sourire de la pose grandiloquente du modèle et dynamite tout esprit de sérieux ».

Daniel Hourde

Daniel Hourdé a l’habitude d’exposer en plein air à Paris. Les sujets du sculpteur combinent une anatomie précise détaillant les muscles du corps humain avec des objets incongrus pour un effet plus comique que dramatique. Daniel Hourdé s’inspire tout autant de la mythologie greco-romaine (Le minotaure, le désarroi de Narcisse) que des icônes contemporaines de la culture pop (Mickey).

Avant de couler ses statues en bronze, Daniel Hourdé travaille la plasticine, au lieu de l’argile, pour sculpter les corps torturés, dans la tradition classique de la statuaire.

Daniel Hourde

Les muscles des corps sont précis, détaillés, en total contraste avec les visages qui sont seulement ébauchés à coup de spatule. Ils rendent ces personnages esquissés anonymes.

http://archeologue.over-blog.com/   

 

23 commentaires pour “Ahlala Daniel Hourdé Paris”

  1. Bonjour Francine, c’est vrai que le visage n’est pas si beau que les corps qui eux sont admirablement sculptés. Il dégage de ces statues la lourdeur du fardeau qu’ils portent. Très bel article et photos. Bon jeudi et gros bisous ma douce

  2. en effet impressionnantes ces statues
    de part leur taille , et leur aspect
    trés moderne ,
    j aurais préféré sans les grandes lettres ..
    bonne journée pour toi
    kénavo

  3. On dit que Gérico a mis des chaussettes aux naufragés de la Méduse car il ne savait pas dessiner les pieds ( ce dont je doute!) Ce sculpteur a peut-être des soucis avec les visages!!!
    J’ai pensé à toi cet après-midi car j’ai installé les mangeoires pour les oiseaux. Vas-tu réessayer cette année? Tu auras peut-être plus de chance!
    Bonsoir A+

  4. Quand notre amie Véronique avait publié les photos de ces statuessur son blog, il me semble lui avoir écrit que ces deux hommes ressemblaient à des faunes.C’est surprenant en tout cas .

  5. l’ancien et le moderne font bon ménage, tout réside dans la façon de le présenter au public…Pas de virée aujourd’hui, pas assez de lumière….bisous Francine de Jo et moi…

  6. bonjour je trouve que ce mélange passe trés bien oui nous nous sommes arretés dans une communauté mormon nous avons été recus par un petre qui parlait bien le francais comme je ne suis pas d’accord avec leurs principes j’ai vite levé le siege pour moi ce n’est pas une religion mais une secte bon jeudi bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à ma newsletter afin de vous tenir au courant des derniers articles publiés !