logo

A Réaumur

Du numéro 82 au 96 de la rue Réaumur, cet imposant immeuble était un magasin de nouveautés, ” A Réaumur ” qui nous rappelle les heures de gloire des grands magasins à la fin du XIXème siècle.

Ce magasin fut fondé par Jean-Baptiste Gobert-Martin, commerçant d’origine lorraine, dans une partie de la rue percée en 1894. Il a ouvert ses portes le 17 avril 1897 et a été inauguré par le président Félix Faure. Sa surface de vente initiale de 1 000 m2 a été portée à 2 500 m2 en 1900, et à plus de 6 000 m2 en 1928. Il a été dirigé jusqu’en 1961 par la famille Secordel-Martin.

On y trouvait des ” articles de grande qualité à des prix attractifs “. Le magasin confectionnait la plupart de ses articles d’habillement dans ses ateliers de Paris, Lille, Arras et Montluçon. Il possédait, en outre, des succursales à Metz, Nantes (rue La Fayette) et Briey et était représenté dans de nombreux points de vente en France.

Son originalité reposait sur la diffusion avant l’heure de ” prêt-à-porter ” de qualité et la vente par correspondance, grâce à des catalogues diffusés chaque saison en grand nombre.

Les magasins ont fermé en 1960, mais les bâtiments, dont la construction fut une véritable prouesse technique (la première tranche fut construite en moins de six mois), existent toujours, actuellement reconvertis en commerces et bureaux.
L’édifice présente une succession de travées identiques, très largement vitrées et encadrées de pilastres. Chaque travée se recoupe horizontalement en deux fenêtres géminées à colonnettes et fenestrage métallique.

A l’angle de la rue Réaumur et de la rue Saint-Denis, l’angle du bâtiment est doté d’une horloge spectaculaire, toujours existante. Les mots ” A Réaumur ” et ” Gobert-Martin ” sont représentés sur fond de mosaïque polychrome. Le nom des Magasins s’éclairait la nuit lorsqu’ils étaient ouverts.

Jean-Baptiste Gobert
Jean-Baptiste Gobert est né le 2 août 1849 à Pouilly-sur-Meuse dans une famille de propriétaires fonciers lorrains, cousins éloignés des barons d’Empire Jacques-Nicolas et Napoléon Gobert. Il s’expatria très jeune en Belgique où il réussit dans le commerce de la draperie et de la confection, après s’être associé avec Pierre Labbé. En 1877, il épousa Lucia Martin, fille de Félix Martin, de Morfontaine (1832 – 1909), directeur des grands magasins Thiéry de Bruxelles, Mons et Saint-Ghislain, et cousin de la famille Thiéry et Sigrand, Par suite de la décision d’Esders, qui venait d’ouvrir un magasin à Paris, de ne plus s’approvisionner chez les Labbé-Gobert, Jean-Baptiste décida d’ouvrir un grand magasin à Paris où il appliqua les principes du baron Thiéry.

La construction de la première tranche des magasins « À Réaumur » débuta en 1896 par l’acquisition et la démolition d’un îlot situé à Paris, 82 à 92 rue Réaumur, artère post-haussmannienne dont le percement venait d’être achevé. Les travaux furent rapidement menés : le magasin fut inauguré six mois plus tard par le président Félix Faure.

Dès son ouverture, afin de livrer sa clientèle au plus vite et également de récupérer la marchandise réalisée dans ses ateliers de Paris XIII, les magasins Réaumur possédait plusieurs voitures hippomobiles qui seront rapidement remplacées par des automobiles.

Sortie du personnel :

Les magasins connurent un grand succès. L’établissement vendait des vêtements de qualité à des prix attractifs. Le personnel était principalement encadré par des Lorrains dont les qualités commerciales avaient été éprouvées en Belgique.
Philanthrope, Jean-Baptiste Gobert-Martin créa une fondation destinée à recevoir ses employés malades ou âgés, non loin de son château de Lieusaint (Seine-et-Marne) et institua une caisse de retraite complémentaire pour les salariés des magasins. Il reçut la Légion d’honneur, le Mérite agricole et d’autres décorations étrangères. Également propriétaire d’un magasin de nouveautés à Verviers, il fut nommé officier de l’Ordre de Léopold II par le roi Albert de Belgique. Il décéda en 1921, laissant la direction des magasins à son épouse Lucia, puis à ses neveux Georges et André Secordel-Martin.

Ancien magasin ” A Réaumur “
82-96 rue Réaumur Paris 2

Sources : wikipédia

carte postale ancienne de la rue Réaumur 

Autres photos anciennes : 

 Histoire des Magasins “A Réaumur” – Histoire des grands magasins “A Réaumur” fondés par Jean-Baptiste Gobert-Martin en 1897 (over-blog.com)

Pour en savoir plus : 

Paris la douce 

54 commentaires pour “A Réaumur”

  1. Coucou Francine ! Il y avait beaucoup de savoir-faire à l’époque et les matériaux etaient solides ! L’horloge est une merveille ! C’est un très beau bâtiment, dommage qu’il ne sert plus à diffuser du prêt à porter ! Gros bisous !

  2. Bonjour Francine, voilà la tempête et la pluie sont arrivées nous rendre visite (rire).
    Cela change des jours derniers mais bon il faut aussi de l’eau.
    J’espère que c’est mieux dans la capitale?
    Je te souhaite de passer une belle journée.
    Bisous.

  3. Bonjour Francine
    A cette époque les magasins n’étaient pas construits de tôles et de préfabriqués, c’était des édifices bien solides car il fallait que les clients soient bluffés par ce type de commerce. J’aime beaucoup ce type de bâtiment qu’on rencontre souvent sur Paris
    J’espère que tu vas bien
    Passe une très bonne fin de journée
    Bisous
    @lain

  4. L’ancêtre de la grande surface. Il fallait avoir du nez, voir du génie, pour inventer (ou presque) un truc pareil. ET puis, à l’époque, on faisait du beau dans l’architecture. Aujourd’hui, les grandes surfaces font dans le fonctionnel : c’est parfois spectaculaire, mais ce n’est pas beau. Dommage qu”A Réaumur” ait été obligé de fermer. On pouvait certainement rêver dans ses allées. Aujourd’hui, il n’y a que le rentable qui compte. “A Réaumur” ne l’était sûrement plus. PS : As-tu remarque que, sur la photos, les femmes sont reléguées et serrées à droite pendant que les mâles se pavanent au centre ?

  5. Bonjour Francine, quelle magnifique architecture, quel dommage que ce ne soit plus un grand magasin avec des vêtements faits dans la capitale.
    Bonne après midi, bises, fanfan

    • je crains qu’à un moment donné on n’ait plusle choix pour arrêter ce ” boucher “; je suis d’accord, mais à quoi ça nous a servi de négocer jusqu’à présent, à rien du tout

  6. Bonjour Francine, et oui si cela continu comme cela les fontaines seront toutes taries d’ici peu car la pluie est rare!
    Chez nous c’est sec, les plantes commencent à dépérir soit par manque d’eau ou par les gelées.
    J’espère que cette eau du haut va enfin venir!
    Je te souhaite de passer un très bon mercredi.
    Bisous.

  7. On comprends bien à travers l’histoire de ce bâtiment, la raison et le besoin de sa construction.
    Superbe exemplaire de l’architecture haussmannienne.
    J’aime beaucoup les vieilles photos de l’époque qui sont adjointes à ton bel album photos.
    Je te souhaite un bonne semaine.

  8. Bonjour Francine,
    merci pour ses belles photos de ce magasin A Réaumur » qui fut un des premiers à diffuser du prêt à porter mais aussi de la vente par correspondance fabriqué dans ses propres usines. après on suivi les magasins comme la Redoute et bien d’autres
    bonne fin de journée
    Amitiés

  9. un bâtiment magnifique, que tu as joliment photographié Francine

    Jean-Baptiste Gobert un commerçant remarquable et philanthrope.., qui mérite notre admiration

    “la sortie du personnel” est un document impressionnant

    merci pour ce joli partage intéressant

    bonne journée

  10. Bonjour Francine,
    merci pour toutes tes photos qui nous montrent cet ancien magasin..
    J’y suis allée lorsque j’habitais Paris..
    Bonne journée, gros bisous

  11. 6000 mètres carré de surface de magasin? L’enfer pour moi, je déteste faire les magasins même pour des habits à prix attractifs et de bonne qualité. Ce n’est pas pour autant que je commande via internet car je trouve que c’est déshumaniser les échanges commerciaux. Alors si le magasin avait été encore ouvert, si j’habitais Paris, nul doute que j’y serais allée faire un tour. En plus de cela, la façade est effectivement superbe. Bises alpines et bonne semaine.

  12. Hello Francine
    Demain je rentre à l’hosto, quelques complications qu’il faut régler… depuis mon opération d’il y a 15 jours. Oui, les conséquences de l’annexion se sont fait dans un bain de sang ce que la république, bien sur ne dis pas et parle d’un referendum qui fut truqué… Le Time a dénonce les faits en premiere page de son édition à l’époque en titrant, “les baïonnettes républicaines dans les torses niçois” . Dans son article il nomme “les vêpres niçoises” en référence aux vêpres siciliennes. La contestation de la résistance niçoise à son indépendance fut un massacre et en plus des morts et des emprisonnés, les leaders politiques niçois furent disparus ou suicidés ….comme par hasard. Bien sur les archives sont conservés à Turin et les faits furent dénoncés par le livre d’Enrico Sappia mais, celui ci fut condamner par le gouvernement français et il dut s’expatrier à Londres. Bien sur le livre fut interdit en France…… En 1947, re belote , Le comté de Nice n’avait pas complètement été annexé, il restait encore la vallée de la Roya qui fut italienne. De Gaulle annexa donc cette dernière partie et menace ceux qui ne voulait pas etre français en réquisitionnant leur maison et tout leurs biens… La aussi l’histoire se garde bien de raconter cela. Ma mère et mes grands parents viennent de cette vallée de la Roya …. Ce fut les alliés qui arrêtèrent De Gaulle pour son extension jusqu’a Vintimille en le menaçant d’arrêter car l’idée de Degaulle était de s’approprier les 6 centrales électriques de la vallée jusqu’a la mer. Il n’en aura que trois.
    * Le bâtiment de l’horloge sur ton article est magnifique
    Bon Mardi
    bizz
    Pat

  13. Malgré le temps qui passe ces bâtiments ont toujours beaucoup d’élégance dont celui-ci qui est vraiment magnifique. Bisous Flo

  14. Bonjour Francine, très joli ce diaporama sur ce beau bâtiment.
    Nos anciens savaient faire du bon et beau travail!
    Maintenant c’est plutôt vite et pas toujours bien fait et surtout affreux.
    Mais bon c’est le progrès qui oblige!
    Je te souhaite de passer une belle journée.
    Bisous.

  15. Bonjour Francine,
    Une belle horloge, c’est bien de l’avoir prise de près, on la voit bien comme ça !
    Quand je vais à Paris, je vois tout beau, quelle belle rue, avec cet angle
    de magasin qu’on oublie souvent de regarder !!
    Merci pour ton partage, bonne semaine, bises

  16. Un patron hors normes comme il n’en existe plus. Actuellement ils se soucient plus de rentabilité et performance que du bien être et du devenir des salariés. La bâtisse est vraiment dans la grande architecture Haussmanniene. C’est super de découvrir à travers ton regard

  17. Kikou Francine,
    Une architecture remarquable et qui tient toujours !!!
    On faisait des merveilles dans les temps anciens.
    L’horloge est sublime.
    Merci pour toutes ces découvertes.
    Bisous et bonne semaine

  18. C’était un grand magasin qui a du avoir du succès en son temps. De plus, le chef d’entreprise semblait avoir du coeur, rare maintenant dans notre monde où nous ne pensons qu’à la rentabilité. Bises. FRANCOISE

  19. Coucou Francine,
    Très imposant et superbe bâtiment. Merci pour ces belles prises de vue qui nous offre tout le loisir de l’observer de près.
    Je te souhaite une belle semaine, même si encore froide.
    J’espère que tu vas bien, ainsi que tes jolis chats.
    Gros bisous.
    Lolli ❤

  20. Je ne connais pas du tout ce magasin. J’en ai même jamais entendu parler. Il a fier allure. J’aime beaucoup ce genre d’architecture. Une découverte pour moi. Bises

  21. quels beaux batiments
    à cette époque on savait construire et avec élégance ,
    la preuve , ces batiments n ‘ont pas pris une ride , et font toujours notre admiration

    merci pour les photos
    bonne fin d ejournée
    bises Francine

  22. Bonjour
    Une belle page sur ce magasin parisien , l’architecture est magnifique, quel serait le coût de ce bâtiment maintenant ? merci pour les photos et explications. Bonne semaine bises

  23. Cet ancien magasin est vraiment superbe et oui à Paris ils étaient de véritables monuments. Parfois j’aimerai faire un tour dans le passé 🙂 En tous les cas tes photos anciennes nous y invitent ! En plus cet homme était d’avant-garde et humaniste il avait compris qu’il valait mieux ne pas exploiter ses employés et veiller à leur santé…Bises et bon après-midi

  24. Bonjour Francine
    C’est super, c’est ce qu’on appelle la grande distribution avec des succursales et des fabriques sur le territoire Français.
    Et puis il faut reconnaitre que les bâtiments sont magnifiques, une ligne architecturale stricte et très pure.
    J’espère que tu vas bien
    Passe une bonne fin de journée
    Gros bisous
    @lain

  25. Un immeuble bien connu.Une époque vraiment particulière .
    Je regardais avec beaucoup d’attention cette photo incroyable de la sortie du personnel.Quelle classe.Tous les hommes portent chapeaux, redingotes et cravates…. Le sentiment d’appartenance à l’entreprise transpire de ce cliché
    Merci pour cet article
    Bonne semaine

  26. Coucou Francine
    Merci pour ce bel article, j’aime toutes les découvertes que tu me permets de faire !
    Dans un sens… il faudrait refaire comme à cette époque… refabriquer en France…
    J’ai tout de suite vu la magnifique horloge
    bravo et merci de nous présenter ainsi avec tant de photos et de zooms tous ces immeubles chargés de la mémoire de notre Capitale !
    bisous
    Am

  27. Bonjour Francine
    vraiment un article extraordinaire de cet Homme au bon coeur et admirable merci de ces explcations que nous découvrons super interessant bien sur sous tes Splendidides Photographies comme tu sais le faire comme une professionnel j espère que tu auras passer un excellent Week-End et que ce Lundi à bien commencer je te souhait bisous et au chat profite de cette Journée DANNN

  28. Bonjour Francine un magnifique reportage avec ces très belles photos et superbement jolie l’horloge et j’adore ces anciennes photos ca a du charme bonne journée Claudine Daniel

  29. Certaines constructions de la fin du XIX è Siècle avaient beaucoup de grâce et de charme. J’aimais bien ce style ! Maintenant, serait-on capables de faire de telles réalisations ? Et à quels coûts ? Ils sont vraiment beaux ces magasins !
    Bonne semaine Francine, en espérant un temps plus clément et bien moins froid ! Même s’il pleut… on en a bien besoin !
    Gilbert

  30. Bonjour Francine, une découverte , je ne connaissais pas , c’est un superbe immeuble, la photo de l’horloge est vraiment au top. Merci bisous bon Lundi , bonne semaine MTH

  31. Bonjour Francine, ce bâtiment est magnifique et j’adore l’horloge, j’apprécie cette rue animée, c’est beau.
    Merci pour toutes tes informations.
    Gros bisous et bon lundi ♥

  32. Un très beau reportage sur un magasin comme on n’en fait plus et c’est bien dommage car il est magnifique. Tous les grands magasins de Paris à cette époque sont très beaux et c’était du solide. Merci Francine, bises

  33. Très beau bâtiment mais il est dommmage qu’il ne serve que de bureaux ou autres ! J’aime beaucoup l’horloge colorée.
    Merci pour la visite du jour que j’ai beaucoup appréciée.
    Belle semaine Francine, bises, à +++ !

  34. Non seulement cet homme était en avance sur son temps, mais en plus il avait du coeur !
    Ces bâtiments sont superbes, et heureusement qu’il a été conservé !
    Dommage que le fameux ” libéralisme mondialiste ” ait tué notre savoir en draperies, et fabrication de prêts à porter !
    Merci pour tes belles photos, la première avec l’ horloge est sublime !
    Passe une bonne semaine
    Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à ma newsletter afin de vous tenir au courant des derniers articles publiés !