logo

1914-2014 : Stratégique Forêt ! Le Camp retranché de Paris

Plateforme de projecteurs Frépillon Val d’Oise

1914-2014 : Stratégique Forêt !

Le Camp retranché de Paris

Vous montrer le site de l’exposition, c’est une chose, mais en soi cela a peu de sens. L’intérêt est ailleurs. Dans la compréhension du Camp retranché de Paris notamment, et dans le rôle des fôrets pendant la première guerre mondiale.

Pour mieux comprendre ce qu’est le Camp retranché de Paris, j’ai photograhié les photos présentées, car on n’imagine pas ce que cela pouvait être à l’époque. Moi même je ne connaissais pas, mis à part les forts de Thiers, qui sont venus en appui au Camp retranché de Paris. L’IGN, co-organisateur de l’exposition, m’a permis de mieux comprendre le dispositif grâce aux réponses apportées à mes questions.

Il n’existe plus aucune trace des fortifications du camp retranché intra muros à Paris, elles ont toutes été détruites, et on servi de base au périphérique actuel. Par contre dans les forêts environnantes, il reste beaucoup de traces du Camp retranché de Paris…

LE CAMP RETRANCHE DE PARIS

LA DEFENSE DE PARIS S’ORGANISE

Le Gouverneur militaire de Paris, le Général Michel, lance les travaux d’aménagement des ouvrages du Camp retranché dès le 3 août 1914. Mais les constructions ne commencent que le 14 Août. Elles s’accélèrent avec le Général Galliéni, qui lui succède le 26 août.

Les moyens de défense et de surveillance

Camp retranché de Paris

* Poste d’écoute Frépillon Val d’Oise

Camp retranché de Paris

* DCA(Défense contre avions) sur la plateforme de la tour Eiffel, 26 juillet 1915

L’enceinte de Thiers

En 1840, le gouvernement d’Adolphe Thiers construit une enceinte pour protéger Paris : 34 km de circonférence, murs de 10 mètres de haut, 95 bastions, 17 portes et 16 forts détachés. Mais en 1870, elle se monte inefficace face à l’artillerie ennemie.

Camp retranché de Paris

* L’enceinte de Thiers et ses forts détachés, les défenses de Paris en 1845

Les forts

Les forts détachés de l’enceinte de Thiers sont impuissants face à l’artillerie prussienne. En 1874, le système Séré de Rivières modernise la défense de la capitale : les 18 nouveaux forts sont des plateformes pour l’artillerie à longue portée.

Camp retranché de Paris

*Canon installé sur une palteforme du fort d’Aubervilliers, 1915, Seine St Denis

A l’intérieur de l’enceinte, la vie continue

Camp retranché de Paris
* Jardins potagers des fortifications de Paris, 14 mai 1917

Camp retranché de Paris

 * Enceinte continue, vue sur le glacis et la zone 1913

En forêt

Camp retranché de Paris

* Réserve masquée d’obus de 155 mm, “bois Corbon”, en forêt de Montmorency à Saint-Prix, Val d’oise

Camp retranché de Paris

* Voie de 60 et réserves à poudre, “bois Corbon”, en forêt de Montmorency à Saint-Prix, Val d’oise

UN SYSTEME DE DEFNSE HERITE DU XIXe SIECLE

Situé dans une cuvette, Paris est difficile à défendre. Edifiée entre 1841 et 1845, l’enceinte de Thiers avec ses remparts et ses forts détachés n’a pas suffi à protéger la capitale en 1870. Elle est donc renforcée dès 1874 par la ligne des forts Séré de Rivières, puis en 1914 par les ouvrages de la ceinture extérieure du Camp retranché de Paris.

Camp retranché de Paris

* Abri bétonné de l’ouvrage de défense de Torcy, Seine et Marne

LES OUVRAGES DU CAMP RETRANCHE EN 14-15

Les voies de 60

Camp retranché de Paris

* Voie de 60 vers la batterie 113 renforcée par des claies de bois, Montigny les Cormeilles, Val d’Oise

Pour approvisionner les ouvrages et les tranchées en armes et en matériaux,dont le bois, les soldats construisent des “voies de 60′. Ces voies de chemin de fer étroites de 60 cm permettent la circulation de wagonnets réservés à l’armée.

Les territoriaux

Les ouvrages du Camp retranché de Paris sont principalement construits par les soldats des régiments de réserve de l’armée territoriale, surnommés “pépères”. Agés de plus de 40 ans, ils ne sont pas à cette date mobilisables pour le front.

Camp retranché de Paris

 * Territorial fauchant pour maintenir une vue dégagée, Thorigny, Seine et Marne

Camp retranché de Paris

* Territoriaux creusant une tranchée

Les tranchées

Camp retranché de Paris

* Tranchée de la Porte de Châtillon à Charenton, 27 juillet 1915, Val de Marne

Les tranchées en chiffres

Le périmètre défensif atteint 160 km. Plus de 210 000 soldats ont travaillé au renforcement des ouvrages et aux tranchées du Camp. Ils reçurent l’appui de 40 000 civils ainsi que de prisonniers de guerre allemands.

Camp retranché de Paris

*Tranchée en baïonnette

Les canons de 1880

Les forts construits au XIXe siècle autour de la capitale font partie intégrnate du dispositif de défense de Paris. Vers la mi-septembre, tous les canons qu’ils contiennent sont positionnés à l’extérieur. Ils datent pour la plupart de la guerre de 1870.

Camp retranché de Paris

* Canons de Bange de 90 mm, modèle 1880, en sous-bois, “parc de Beaubourg” à Croissy-Beaubourg, Seine et Marne

Le “faux Paris”

Le Faux Paris Camp retranché de Paris

En 1917, l’Etat-Major imagine un faux Paris lumineux pour piéger les avions allemands qui bombardent la capitale la nuit.Logé dans une boucle de la Seine, il reproduit une image du centre de la capitale.

Pour construire et consolider les tranchées, il fallait du bois. La forêt a donc joué un rôle stratégique! A suivre demain, Stratégique forêt, doublement stratégique car elle a servi également au repli du Camp retranché de Paris à 30km de la capitale. 

Principales sources des photos exposées : la BnF, et l’ECPAD, L’établissement de Communication et de Production Audiovisuelle de la Défense, situé… au fort d’Ivry sur Seine (enceinte de Thiers)

53 commentaires pour “1914-2014 : Stratégique Forêt ! Le Camp retranché de Paris”

  1. il me semblait pourtant qu’ on disait que la France ne s’ était pas préparée à cette fameuse guerre !
    Il semble qu’ à Paris, ce ne soit pas le cas, et bien au contraire, on a pris toutes les dispositions défensives !
    Quel bonheur que ces photos d’ époque !
    j’ ai bien aimé aussi ce ” faux ” Paris en trompe l’ oeil !
    Merci pour toutes ces informations !
    Bonne journée
    bisous

  2. Ces photos sont impressionnantes! Elles nous permettent de mieux saisir l’ambiance de cette époque. Merci pour tes articles vraiment forts intéressants!
    Bises du jour de Mireille du Sablon

  3. Ces photos d’époques sont remarquables et m’apprennent qu’ils s’étaient organisés tout de même
    Dimanche , je suis allée flâner dans une expo sur 14/18 dans ma région , au bout de leurs crayons, crées et pinceaux , les petits et les grands avaient bien travaillé à retracer certaines scènes de cette période
    Belle journée à toi
    Bise

  4. Bonjour Francine

    Une très intéressante leçon d’histoire, toutes ces photos anciennes nous font bien ressentir l’ambiance de cette époque.

    Bonne journée, bises d’Hervé.

  5. Bonjour Francine
    Très intéressantes tes photos moi non plus je ne savais pas, comme quoi ces guerres c’est affreux pffff mais ils étaient bien préparés
    Je te souhaite une bonne journée, bisous

  6. Que cela semble lointain alors que c’est encore un “passé” si proche.
    Chez moi, les civils ont été durement touchés , notamment à Dinant .
    Cela me fait mal encore d’en parler, de l’écrire …
    Merci pour ton reportage et pour ce témoignage qui me touche beaucoup : surtout, ne pas oublier …
    Bises Francine.
    Signé Francine -;)

  7. Un bel article Francine, je suis scotchée par tous ces détails historiques, ces photos d’époque sont très émouvantes ! ils s’étaient bien préparés !
    Bonne journée, gros bisous Rozy

  8. Bonjour Francine,
    superbe ton idée de nous montrer les photos de l’expo, pour ceux qui comme moi sont loin de Paris, ça nous permet d’en profiter. Un reportage très intéressant et bien réalisé. J’aime beaucoup, merci pour le partage.
    Passe une bonne journée.

  9. Coucou ma Francine, de très touchantes photos, merci pour ce bel écrit.

    Je passe avec la pluie ce matin et un ciel qui n’a
    pas la couleur de la bonne humeur.
    Il faut de la pluie pour faire pousser les belles fleurs…

    Je suis désolée mais étant très bousculée et en retard
    dans mon travail, je n’ai pas le temps de passer à
    ma guise dans ton joli monde.
    Je pense bien à toi et je te remercie d’être là malgré
    mes absences.

    Je te souhaite une douce journée de mardi et
    merci pour ton agréable article du moment que j’aime
    découvrir ou redécouvrir.
    Prends soin de toi.

    Lolli

  10. Bonjour Francine,
    quelle histoire alors avec toi, c’est fort, tous ces forts construits autour de la capitale …….. C’est fort……
    Ah tu m’en fais lire de l’histoire …. lol
    Je ne sais pas où tu as pu récupérer ça, mais tu te débrouilles bien en tout cas !!!!!!!!! chapeau
    Bonne journée, bises, Roguidine

    • je pense que c’est le restant de l’école et de ma formation professionnelle !! j’ai appris à présenter des sujets, ça déteint, que veux tu ! et désolée pour la lecture !!!!!!!!!!!

  11. Bonjour Francine
    quel reportage que tu nous offre et sincèrement merci de ces explications que j ai appris aujourd’hui un grand merci de ces recherches et ainsi ces splendides photographies qui m ont fait plaisir bravo pour tout ce que tu as réaliser un article vraiment complet et merci bisous Danielle

  12. bonjour francine
    merci pour cette belle leçon d’histoire et tes photos sont magnifiques
    Il a plu ce matin ,cela a fait du bien au jardin
    Je te souhaite de passer une bonne fin de journée
    gros bisous

  13. bonjour Francine a l’époque difficille de defendre les endroits qui nous etaeint chers si seullement ils avaient eu nos moyens actuels ces photos sont magnifiques bisous
    Marcel

  14. super ambiance d époque avec ces photos anciennes
    j ignorais tout cela
    une belle expo pour comprendre , car on en parle pas de cette époque et de ces défences
    merci pour ce travail de recherches
    bonne journée
    kenavo Francine

  15. bonjour, ils en ont baves nos poilus, avant , et pendant cette guerre….c’est un bel hommage que tu leur rends…avec ces photos et tes commentaires nous sommes au coeur de ces préparatifs pour le combat….Bisous.

  16. Au-delà de ton billet superbement documenté, je ne vois que la photo du Fort d’Aubervilliers et cette étendue de champs là où aujourd’hui le béton fait rage…
    Merci pour le partage de ces photos émouvantes. Bises

  17. Merci pour le renseignement. Je suis allée voir l’exposition vers midi aujourd’hui et j’ai vu toutes les photos que vous nous montrez. C’était impressionnant de marcher sur les deux cartes qui étaient bien faites sur le sol. Bonne fin de journée.

    • c’est bien que vous ayez pu la voir, habiter à côté et la rater, c’eût été un comble ! 🙂
      c’est vraiment une belle expo, et très intéressante bonne fin de journée à vous aussi

  18. Bonsoir Francine,
    que c’est impressionnant et fascinant; je n’avais mais regardé cela de si près!
    Et puis j’étais mal placée avec des grands-parents paternels belges un grand-père maternel qui a reçu un coup de baïonnette d’un anglais, c’était un sujet un peu tabou!
    Je me préfère aujourd’hui européenne, mais l’Europe de Bruxelles, celle des relations entre les peuples, celle des échanges universaux mais pas toutes ces affaires de fric! de pouvoir… car c’est tout ça qui conduit à la guerre.
    Merci pour ton article si bien documenté! mais ne fait pas d’interrogations écrites surprise après (lol).
    Bisous

    Pour les broderies: nous nous avions aussi quelque chose qu’on mettait devant le porte- louche, écumoire, grosse fourchette…
    et aussi devant l’accroche torchons et tout était brodé main; nous en avions des rouges pour une semaine et bleus pour l’autre!
    Chez ma grand-mère alsacienne, ma Oma il y avait de la vaisselle qui servait de temps en temps elles avaient des dessins de soldats en noir et blanc; c’était humoristique sarcastique, parois légèrement grivois!
    Sinon c’était le service que j’ai aujourd’hui “Obernai”.

  19. j’ai été impressionnée par ce pavillon d’écoutes, je n’en n’avais jamais vu, mais le plus impressionnant ce sont ces cachettes en forêt, ces réserves et toutes ces tranchées en ville !!
    bonne soirée

  20. Bonsoir Francine alors là c’est vraiment génial ce reportage qui nous apprend beaucoup de chose merci pour ce joli partage bonne soirée bisou Claudine Daniel

  21. bonsoir Francine,
    Super reportage tant photos que commentaires , Merci pour tout d’abord pour toutes ses recherches qui nous retrace cette période de notre histoire de France
    magnifiques photos d’époque .
    bonne soirée
    amitiés

  22. Formidable leçon d’histoire ! je ne connaissais pas grand chose à ce sujet je dois bien avouer ……..Merci !
    Un faux Paris et pour la seconde guerre mondiale, de faux engins pour tromper les allemands………
    Belle soirée Francine ! bisous !

  23. Super ce reportage !! Aujourd’hui j’ai eu une pensée pour toi .J’ai vu à la télé , la construction d’une réplique de la tour Eiffel ( à coté de la vraie ) .Celle ci est faite avec des chaises rouges de en fer de jardin . Je me disais que j’allais bientôt la voir sur ton blog !!!

  24. Bonjour,

    Oui on a du mal à croire que cela a existé mais en même temps eux-mêmes ignoraient si les allemands allaient arrivés sur Paris comme en 1874 …1ère expérience désastreuse !
    La Forêt de Montmorency …je suis à 2 Km même pas 😉 …c’est une très belle forêt pauvre forêt mutilée pour l’effort de Guerre…
    On aurait tort de croire que Paris et sa région était si urbanisées que cela …St Denis avait encore ses maraîchers à l’époque et le Val d’Oise était encore la campagne …les peintres y avaient leurs “quartiers”…..

    Bonne journée.

  25. Fantastique ton article. J’ai appris beaucoup de choses. J’en connaissais une partie mais je suis heureuse d”apprendre certains détails et surtout de voir ces photos d’époque.
    Merci à toi Francine. Bises. Belle journée

  26. Bonjour Francine,
    je n’avais jamais vu le sujet de cette façon et je ne connaissais pas cette histoire de bois. c’est vrai qu’on ne nous apprend plus rien à l’école.
    Un excellent reportage, j’ai appris beaucoup aujourd’hui.
    Passe une bonne journée.

  27. Bonjour Francine,
    Bravo et félicitation pour blog fort sympathique de très belles photos et tous cela me plait ,génial je reviendrait.
    Bonne et agréable fin de semaine .
    Raymond.

  28. Bonjour,
    Merci et félicitations pour cet intéressant dossier.
    Un démenti toutefois, en toute sympathie et sans agressivité de ma part.
    Il reste trois traces de l’enceinte de Thiers (1840 par Dode de la Brunerie), à Paris même.
    Le bastion 44, bd berthier à proximité des magasins de décors de l’opéra, le bastion 1, porte de Bercy et la Poterne des peupliers, à proximité de la porte d’Italie.
    Encore merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à ma newsletter afin de vous tenir au courant des derniers articles publiés !